BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

MÊME PAS PEUR

Notre canard déchaîné se remplume !

  • Contreparties

    C'est notre tour de vous choyer, les amis!

    A la rédac, les préparatifs vont bon train pour vous concocter un automne tout en éclats de rire et en grattages de menton.

    Si vous ne l'avez encore fait, il est grand temps de nous communiquer vos préférences en matière de CONTREPARTIES, afin que nous puissions amorcer l'envoi de vos colis.

    Merci de nous indiquer vos choix à l'adresse: redac.mpp@gmail.com

    N'oubliez pas aussi de nous renseigner le nom que vous souhaitez voir apparaître au "tableau d'honneur" MPP (sans nouvelles de votre part, nous conserverons votre vrai nom - ou, à défaut, votre pseudo Ulule).

    Encore merci à toutes et tous pour votre soutien. On n'a peut-être pas beaucoup de lecteurs, mais on a les meilleurs!

  • Merci les gens !

    Notre aventure sur Ulule se termine avec le sentiment du devoir accompli : notre canard est remplumé, grâce à vous ! Nous n'avons pas atteint le second palier, mais c'est la vie. Durant les prochaines semaines, chaque donateur sera contacté pour procéder aux envois des contreparties (certaines demanderont un peu de temps de préparation et d'organisation). D'ici là, continuez de soutenir la presse libre et indépendante, et de nous suivre sur les réseaux sociaux, de nous lire et mieux encore : de vous abonner (si ce n'est déjà fait).

    166 contributeurs, c'est à la fois énorme et c'est à la fois peu (notre page sur Facebook est suivie par plus de 4000 personnes... c'est dire comme vous avez été précieux). Mais c'est énorme car nous nous sentons investis d'une responsabilité : celle de transformer l'essai pour ne pas décevoir ce noyau et continuer à faire grandir notre journal. Toute l'équipe vous est reconnaissante pour votre confiance et votre engouement. Remerciements spéciaux à celles et ceux qui parmi vous ont activement contribué au succès de cette campagne en dessinant, en écrivant, en relayant, en diffusant, etc. Merci Merci Merci !

    Nous vous reviendrons en septembre avec un numéro qui s'annonce prometteur, sur le thème de la violence. On vous en dira davantage très bientôt, restez branchés.

    Pour terminer en beauté, Burion se lâche (et frise l'indécence)

    Nihil obstat imprimatur !

  • Dernières minutes...

    Hélà, toi! Oui, toi. Tu crois qu'on ne te voit pas? Ça fait un mois que tu mates les news de cette campagne sur Facebook et que tu hésites à participer. Tu te dis - non sans raison - qu'on est tout le temps sollicité, et que c'est dur pour tout le monde. Et puis, il y a déjà tellement de trucs à lire... Pourtant, certains dessins t'ont fait bien marrer, avoue. Et tu as trouvé certaines sorties plutôt bien envoyées. Du coup, tu hésites encore un peu plus: et si ce journal valait vraiment le coup?

    Et si, au fond, tu étais disposé à lâcher quelques piécettes pour que vive la presse indépendante? Et si tu chopais un numéro, juste pour voir? Ou alors un de ces bouquins jaunes? Ou même les trois? C'est tentant: toutes les contreparties sont cumulatives et les frais de livraison sont inclus... Oui, mais si t'es pas d'accord avec tout? Ou si au contraire, tu deviens accro, obligé de t'abonner? Ou si...

    Et si tu arrêtais de te poser tant de questions, l'ami? Si tu venais plutôt voir Freddy Tougaux avec nous?

    Il n'est pas (encore) trop tard pour nous rejoindre!

    Ultime niveau du nec plus ultra de la contrepartie deluxe: pour la somme dérisoire de 1500€, vous vous verrez offrir, en sus de toutes les contreparties précédentes, une photographie de la rédac en uniforme de l'Ordre de la Couille Molle (tirage limité; photo encadrée et dédicacée). Tout simplement indispensable.

    C'est FLAM qui prend le relais.

    "Le show de ce catholique intégral se terminait en nu intégriste." (JPéQ)

    ... Dans les pages de "Même Pas Peur", évidemment (numéro 18 toujours en vente dans toutes les vraies librairies)!

  • Deux petits jours et puis s'en vont

    Bonne nouvelle pour celles et ceux qui en ont marre de voir Même Pas Peur leur réclamer quotidiennement des sous: dans deux jours, vous n'entendrez plus parler de cette campagne de crowdfunding... sauf si vous êtes l'un des heureux contributeurs, évidemment, car alors commencera pour vous la partie la plus agréable de cette levée de fonds: le choix des contreparties. (Mais ça, nous y reviendrons très bientôt.)

    Demain, donc, Ulule, c'est fini, et nous redevenons le journal que nous avons toujours été, subsistant uniquement grâce à ses abonnements et ventes en librairie. Il est évident que, malgré votre générosité à toutes et tous, ce crowdfunding restera un "one-shot" - nous ne pouvons ni ne voulons solliciter indéfiniment votre soutien de cette manière - et qu'au-delà de l'excellent résultat de cette campagne Ulule, la SEULE manière pour un journal de continuer à exister est de continuer à être lu. Achetez Même Pas Peur, partagez-le, abonnez vos amis et vos ennemis, et n'hésitez pas à venir à notre rencontre lors des nombreux événements où nous sommes présents!

    Bon. Il paraît que la fin d'une campagne Ulule est souvent étonnante. Alors c'est le moment, donateurs de la dernière heure... étonnez-nous! Et inutile de vous rappeler que si on atteint 7500€, on se retrouve TOUS au show de Freddy Tougaux pour une fiesta d'anthologie.

    Pour seulement 1000€, en plus de toutes les contreparties précédentes, vous aurez carte blanche pour un papier (environ 5000 signes) dans les pages du prochain numéro de "Même Pas Peur". Votre article se verra également illustré par un de nos dessinateurs.

    Yvan persiste et signe.

    "Quand elle s'emballe, elle ressemble à un cadeau." (JPéQ)

    Déjà 130 contributeurs. On a déjà envie de remercier chacun(e) d'entre vous...

    Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci! Merci!

  • Pour 2000 patates de plus...

    121 personnes soutiennent cette campagne :  121 réseaux potentiels à mobiliser pour tenter l'impossible, atteindre notre second palier qui s'élève à 7500€. Tout ça en 5 jours seulement. Si nous atteignons ce seuil, nous serons en mesure d'offrir à tous nos donateurs un moment inoubliable : un spectacle de Freddy Tougaux, suivi d'une rencontre avec toute l'équipe du journal. Cet événement lancera une campagne de promotion festive pour faire connaître notre canard (festivals, salons, actions dans les librairies, développement d'une appli MPP, etc). C'est pas tentant, ça ?

    Comment faire pour mobiliser vos réseaux ?

    • En partageant cette page sur Facebook, Twitter, Google +, ... en y taggant vos contacts
    • En écrivant un petit mail personnalisé à vos amis et proches reprenant le lien vers cette page
    • En parlant de la chose autour de vous (suggestion d'un cadeau original pour un annif, un mariage, une naissance, un enterrement...)
    • En faisant du lobbying lors des réunions de parents ? En rançonnant le chat de la vieille raciste qui vous sert de voisine ? En piratant des panneaux publicitaires ? En collant des affiches dans les chiottes au boulot ? Soyez créatifs...

    Merci à André Clette pour le dessin !

    Aujourd'hui, tout feu tout Flam !

    Jacques Flamme : une biographie officieuse

    Infatigable touche-à- tout, grand amateur de voyage et de lecture, il a juste cette passion qui lui colle à la peau depuis toujours: celle du souci de perfection qui est chez lui un art de vivre, une raison d’être. En fait, il déteste par dessus tout le mensonge et l’hypocrisie. Son amitié une fois acquise, à n’en point douter, il sera le frère fidèle que vous attendiez, tant s’en faut. Car on adore ou on déteste ce personnage entier: sa sensibilité d’écorché vif ne laisse personne indifférent. Exigeant avec son entourage comme avec lui même, rigoureux avec le puissant comme avec l’ordinaire, pardonnant toujours même les pires trahisons... méfiez vous cependant de la main de fer qu’il dissimule sous son gant de velours: il pourfend langue de bois et démagogie, et restera à jamais l’ennemi juré des lieux communs.

    Jacques Flamme : une autre biographie apocryphe

    Né sous le signe de l’équivoque, c’est à l’âge de huit ans que, visité par la foi, il réalise sa première oeuvre graphique dans les cabinets de l’Ecole Saint-Julien du Parnasse. Encouragé par les frères maristes qui l’ont tant choyé, il poursuit -non sans mal, vous le constaterez- sa quête du trait pur. Véritable Chemin de Croix qui le conduit régulièrement «aux abords d’une station thermale» -ce sont ses propres mots- où on peut le voir errer en psalmodiant  dans sa barbe pendant des semaines. Collectionneur de capsules, cultivateur de paradoxes, biographe officieux du Concombre Masqué, il parachève actuellement la construction d’un édifice religieux dedié à un dieu qu’il n’a pas encore choisi. Et tout cela à la sueur de ses mains ! Nous noterons que le courage n’attend pas le nombre des années.

    Jacques Flamme : une dernière biographie supposée

    Né le même jour que la DS 19, il est, comme on a coutume de le dire entre nous, amateurs de feutres et de mines bistres, tombé à côté quand il était petit. Un peu poussé par les vents mauvais comme aurait dit Verlaine ou Céline Dion, il n’a pas eu le temps de voir. Tout autre domaine que le gribouillage dans lequel il aurait ne serait-ce que «tremper un peu» (sic), fera sans doute l’objet d’un site. Qui sait ? Peut être lorsque le net le sera un peu plus et atteindra confortablement une toile un rien plus galactique ? Ah oui! Grand fervent du dilettantisme, il est accessoirement commis de cuisine, arpenteur de terrains vagues ou esthéticien pour bachelières. Mais certaines mauvaises langues prétendent qu’il n’en est rien: sa consommation extraordinnaire de breuvages élaborés par les bons moines trappistes l’en empêcherait.

    Le chat leucémique d'un membre de la rédaction a besoin de vos dons... à vot' bon coeur.