BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un moulin pour aider les femmes (Sénégal)

Un moulin à cérale pour les femmes du village de Mamandao (Sénégal)

À propos du projet

PRÉSENTATION DU PROJET

Le village de Mamandao est situé dans la région de Tambacounda (Département de Bakel) au Sénégal et compte environ 600 âmes.  Mamandao est situé à 652 Km de Dakar (capitale du Sénégal).

En effet, Mamandao se situé à environ 20 kilomètres de la commune de Kidira (commune la plus proche ) abritant une seule structure de santé. Les moyens de locomotion restent jusqu’à présent rudimentaires car se faisant soit en charrettes, en dos d’ânes ou en vélo. La population vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage. L’élevage s’effectue le plus souvent sur place avec un cheptel constitué essentiellement de vaches et de moutons.Pendant la saison des pluies (Juillet, Août et Septembre), la population s’adonne à une culture vivrière diversifiée et composée de mil, du maïs, du sorgho et des arachides.Ainsi, cette récolte, sert à alimenter la population pendante toute l’année. Les hommes s’occupent des travaux champêtres et les femmes des travaux domestiques. Cependant, les femmes sont confrontées à de grandes difficultés liées à la transformation du céréale brut en produit fini prêt à la consommation. Ce produit fini est soit sous forme de bouillie (consommation du petit déjeuné) ou de pâte alimentaire (consommation du repas de midi) ou encore de couscous (consommation du dîner). Cette transformation se fait par les femmes et de façon manuelle par coups de pilons. Ce qui nécessite beaucoup de temps et d’énergie. Les femmes se réveillent très top (7h du matin) pour piler le céréale pour n’en finir que vers 14h. Ceci constitue une peine pour ces femmes. C’est pourquoi, nous avons décidé de lancer ce projet, afin de venir en aide ces femmes en leur achetant un moulin à gasoil (2.450.000 Fcfa, soit 3740 €) qui permettra de moudre les grains céréaliers. Ainsi, les femmes gagneront beaucoup plus de temps pour vaquer à d’autres occupations. Ce projet aidera aussi les villages environs d’en profiter. L’argent gagné servira à l’entretien technique du moulin d’une manière durable mais aussi à financer d’autres projets. Nous envisageons d’acheter un moulin répondant aux normes écologiques c’est-à-dire rejetant moins de CO2 dans l’air.

Scéances de préparation pour le pilage de différents types de céréales

Tableau récaputilatif du budget fonctionnel du moulin à céréale

L’activité du projet consiste à construire un petit local abritant et à acheter un moulin qui servira à moudre quotidiennement le céréale des villageois. Il s’agira de former une personne chargée de moudre les produits alimentaires. Il existe aussi des périodes exceptionnelles telles que le mariage, le baptême, le décès et autres fêtes au cours desquelles les horaires d’ouverture et de fermeture seront modifiées en fonction de la quantité du céréale à moudre.

Scéances de pilage du mil

Un moulin à mil dont le village de Mamandao a besoin

HISTORIQUE DU VILLAGE DE MAMANDAO

- Mamandao en 1860

Le village de Mamandao est sans doute le village le plus connu du le département de Bakel (dans la région de Tambacounda, Sénégal). En langue pourra, « Mama » signifie grand père ou grand mère. Le mot «  Ndao » est un nom de famille répandu en Afrique de l’ouest. En effet, le Boundou (« puits » en langue Peul ou Poular) occupe une bonne partie de la région de Tambacounda (3/4 de la superficie). Toute l’histoire du Boundou commence dans ce petit village de Mamandao où vivait une vieille dame répondant nom de Coumba NDAO. Cette dernière y vivait avec ses enfants. Au moment de l’islamisation de cette sous région, le premier marabout répondant au nom de Malick SY, en mission de répandre la religion musulmane débarqua à Mamandao en compagnie de sa famille et de ses disciples. Le marabout, décida alors de rester quelques jours pour se reposer avant de continuer son chemin. Il trouva alors à quelques encablures du village un puits plein d’eau. Cette eau étant difficilement accessible à cause de l’incapacité de la vieille dame, faussée par l’âge, de construire une margelle pour protéger les rebords du puits afin d’éviter les éboulements et servant aussi de point d’appui pour y puiser de l’eau. C’est ainsi que le marabout décida de construire une margelle en remerciement de l’hospitalité de Coumba NDAO. Telle est la légende qui explique le nom de la sous région qui est celui de « Boundou Coumba, Bannaandou Boubou Malick SY » c’est-à-dire le puits à Coumba, dont la  margelle est à Malick SY». Ainsi en hommage au marabout prêcheur, Coumba décide décida de baptiser son puits « Boundou Coumba Bannaandou Boubou Malick SY ». Le marabout resta dans cette sous région jusqu’à sa mort lors d’une grande bataille (nommée « bataille de Goumba Kooka ») qui l’opposa avec Bathilly chef du royaume voisin (royaume du Gadiaka).

- Mamandao en 1998

L’autre histoire page sombre de l’histoire de Mamandao est ouverte en 1998 qui est la conséquence directe de conflit Sénégalo-Mauritanien entre 1988 et 1989. Ce conflit conduit à un rapatriement massif de population noire  « haratins » vers le Sénégal supposée être leur pays d’origine. Les harnais deviennent de réfugiés au Sénégal. Cette population constituée essentiellement de peuls nomades arrivent massivement au Boundou composés de peul autochtones. Ces haratins  ont eu du mal à s’adapter à leur nouveau biotope qui leur est  entièrement étranger. Le climat se détériore peu à peu entre les  autochtones et les peuls réfugiés qui s’adonnent à des activités de vols de bétail. C’est ainsi que les villages du Boundou avaient demander aux réfugiés de quitter les villages où ils s’adonnent à des activités illicites. Les réfugiés Mauritaniens mécontents décident de se venger contre la décision prise par les villageois. C’est ainsi qu’en Avril 1998, il attaquèrent le villages de Mamandao faisant 3 morts et des blessés. Cette psychose continue à marquer la population de Mamandao. Nous pensons qu’avec ce projet, le village pourra retrouver aussi sa joie de vivre.

A quoi va servir le financement ?

RENTABILITÉ DU PROJET APRÈS LA COLLECTE DE DONS

Le projet du moulin de Mamandao, est un projet qui nous tient à cœur et qui constitue pour le village une source incontestable de développement. Le village de Mamandao comme la plupart des villages de la conté, vit essentiellement du céréale. Ce qui fait que la quantité de céréale utilisée quotidiennement est importante. En effet, 1 kg de céréales à moudre coûte environ 150 Fcfa (soit 0,23 €).Sachant, que chaque famille consomme en moyenne 4 kg par jour de céréale. Ce qui fait une somme de 600 Fcfa par jour et par famille (0,923 €).

A quoi servirvira les dons (le finacement) ?

Le financement c'est-àdire, les différents dons que nous obtiendrons de votre part servira à :

- l'achat d'un moulin à céréale fonctionnant à base du gasoil. Nous veillerons à ce que le moulin rejette moins de CO2 dans l'atmosphère.

- participer à la construction d'un local abritant le moulin.

- formation du meunier (stage d'apprentissage) qui assurera à la la bonne gestion du moulin (gestion technique)

- l'achat des produit d'entretien tels que de l'huile , la graisse, le balai ...

- Transport du moulin de Dakar au village de Mamandao (246, 79 €).

L'installation du moulin, sa mise en marche sera à notre charge

Une fois le projet établi, nous pensons réussir des objectifs particuliers :

Quels sont nos principaux objectifs ?

- faciliter les tâches ménagères des femmes du village de Mamandao; ce qui aura aussi pour conséquence de ne plus empêcher les fillettes à aller à l’école sous prétexter d’aider leurs mamans dans le long processus de préparation du pilage du céréale.

- faciliter l’éducation des filles à l’école.

- finaliser de la construction d’une nouvelle salle de  classe à l’école primaire car le nombre pléthorique d’élèves commence à poser un véritable problèmes de scolarisation des enfants.

Les bénéfices générés par le moulin à mil serviront aussi, à finaliser la construction des salles de classes de l'école élémentaire

Comment le moulin pourra t-il généré des revenus parallèles ?:

Selon notre étude et les conclusions qui y sont tirées, le moulin pourra engendrer des activités parallèles génératrices de  revenus. En effet, les bénéfices de l’activité du moulin seront réinvestis dans son entretien et dans l’achat de manuels et de fournir scolaires pour les familles les plus modestes soutenir  2 à 3  petits projets des femmes du village selon des critères bien définis.

 Quels sont les revenus attendus qui peuvent être générés par le moulin ?

Le village de Mamandao compte 10 grandes familles. Le village de Oubavol situé à 4 km de Mamandao, compte environ 40 familles. Le village de Wourosoulé situé à situé à 5 Km de Mamandao, compte environ 20 familles. Ces Trois villages regrouperaient environ 65 familles (une famille pouvant être constituée d’environ plus de 25 personnes) soit une population d’environs 1625 habitants. En moyenne, nous aurons en moyenne 55 familles  qui viendront pour moudre leur céréale quotidiennement. La quantité de céréale moulu par jour sera de 220 Kg (4kg * 55 familles). Ce qui fait  6.600 kg de céréales moulus par mois.

NDLR: 1 Euros = 650 Fcfa (valeur d’échange)

Quelles sont les charges mensuelles imputables au moulin ?

- Revenus mensuels bruts engendrés par le moulin  .…+ 1.523,07 €

- Charges mensuelles générées par le moulin  ……….. - 159,06 €

- Bénéfices mensuels fournis par le moulin…………… + 1.364,01 €

C’est donc une aide durable que nous fournissons au village de Mamandao et environs grâce à vos dons qui permettrons d'acheter un moulin à céréale.

À propos du porteur de projet

Je suis titulaire d'un Master en Conception des médicaments par ordinateur (, In silico drug design, Université Paris Diderot, France). Je vis à Je suis d'origine Subsaharienneet plus particulièrement dans la zone du Boundou où sont originaires mes parents. Je me suis lancé dans ce projet d'achat d'un moulin à céréales pour venir en aide les femmes du village de Mamandao qui continuent, malgré l'existence de matériaux de travail modernes, de moudre le céréale manuellement à l'aide d'un pilon et d'un mortier. La plupart des villages africains partiquent cette méthodes anciennes. J'ai compris que le développement doit commencer par faciliter les conditions de vie de nos femmes. Réduire les peines de travail de ces femmes qui pilent le mil manuellement du matin au soir, c'est leurs donner plus de temps pour éduquer leurs enfants. C'est pourquoi, je voudrai que nous les soutenons.Je compte répendre mon projet dans tous les villages du Sénégal et de la Mauritanie où les femmes Peuls (mon ethnie d'origine), Sarakholés, Séreres et autres, travaillent dans de très mauvaises conditions pour l'accomplissemnt des différentes tâches ménagères. En effet, la plus difficile d'entre elles, est le pilage des grains de céréales à coups de pilon. Ce qui reste une pratique ancêstrale ridumentaire et pénible. Je pense qu'avec ce projet, ces femmes du village de Mamandao et environs en fin profiter des technologies modernes pour leur donner un meilleur espoir dans la vie.

Créateur du Projet

Houleymatou (32 ans) entrain de piler du mil à l'aide d'un pilon et d'un mortier

..................................CONTACT...................................

64 rue des amandiers, 75020 Paris

E-mail: mimotv5@yahoo.fr