BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le Monde d'Après

Un ouvrage de textes et de photographies autour de la ville de Kaohsiung à Taïwan.

À propos du projet

Bienvenue sur la page de financement participatif de mon ouvrage "Le Monde d'Après - Détours urbains narratifs au coeur de Kaohsiung, Taïwan" !

Vous avez 3 minutes ? Tant mieux ! Laissez-moi vous embarquer dans l'aventure que j'ai vécue pendant 6 mois à Taïwan ... Mais difficile de parler de ce projet sans vous expliquez un peu qui je suis :

Mon nom est Camille TEDESCO. Je m’exerce depuis quelques années à l’écriture et à la photographie en tant que simple amoureuse des images. J’ai eu l’envie d’aller plus loin dans les réflexions sociétales qui m'animent au quotidien en auto-éditant un premier ouvrage aux teintes artisanales. C’est au cours d’un séjour de six mois à Taïwan que j’ai eu l’occasion de le concrétiser.

L'origine du projet

« Comment juger cette société toute jeune, née dans l’après-guerre, quand on connait son histoire ? [...] Son histoire est surtout celle de jeux du pouvoir et de recherche identitaire, sur un territoire contraint en termes de ressources, où s’est installée une très vieille civilisation chinoise. »

Je suis partie, entre août 2017 et février 2018 en congé sabbatique sur l’Île de Taïwan (Formosa), au large des côtes chinoises. Rares sont ceux qui peuvent la situer sur une carte, rares sont ceux qui la connaissent sous une autre signature que le Made in Taïwan. Si Taïwan attire encore dans le monde entier pour ses avantages économiques, rares sont ceux qui s'intéressent à la beauté de ses mystères, de ses cultures indigènes et de sa nature sauvage sanctuarisée. La ville taïwanaise, telle que je l'ai perçue, est un mélange de tradition et de modernité, à la fois euphorisant et oppressant, et qui abrite les choix conflictuels d'un monde qui change.

Pourquoi Taïwan ?

Je pense que la bonne question est plutôt "Pourquoi partir". Dans cet ouvrage, ce n'est pas la destination qui compte, car, comme vous le comprendrez en lisant mes lignes, j'aurais pu mener le même projet, sur les mêmes sujets, tout en restant chez moi. Sauf que je ne l'ai jamais fait ! Voilà pourquoi partir.

De ce voyage aux abords philosophiques, j'ai récupéré en chemin de fortes amitiés, le souvenir mélangé d'une culture si différente parfois inspirante, parfois déroutante, et une meilleure connaissance de moi-même et du monde dans lequel je veux vivre. Au cours de mes détours, j'ai beaucoup discuté avec mes hôtes et mes amis et je concluais nos échanges toujours par la même phrase : "Ton île est magnifique, tu devrais tout faire pour la protéger". Voilà Pourquoi Taïwan !

Le contenu de l'ouvrage

« Dans la ville au passé industriel de Kaohsiung, j’y ai vu des choses aussi belles que tristes.D’abord, j’y ai vu l’absurdité portée à son paroxysme, quand je n’arrivais plus à dormir le soir, dérangée par le jeu des sons et des lumières, quand j’arpentais les rues bouillonnantes, le fleuve peu tranquille, les marchés de nuit effervescents, puis les grands espaces vides aux abords de la ville trop dense.Puis, c’est en s'arrêtant dans mes détours que j’y ai vu les prémices d’une résistance silencieuse s’échappant des sourires des héros ordinaires, convaincus que c’est eux-mêmes, en se mettant en action, qui choisiront de faire revenir la clarté sur l’horizon brumeux.»

Cet ouvrage n’est pas le récit de mon voyage, bien qu’il soit teinté de mes propres joies et mélancolies.

Il s’agit d’un recueil de neuf articles indépendants, mêlant de la photographie à des textes écrits autour des éléments de la vie –la nature mais aussi l’Homme- qui composent la ville, dans le contexte particulier de Kaohsiung. Certains de ces textes sont écrits sous une forme de balade urbaine, illustrée par les photos, dans lesquels j'exprime des ressentis, des souvenirs, mon indignation ou ma surprise à la vue des éléments qui m'entourent.

A travers des questionnements sociaux et environnementaux généraux que j’ai eu alors en pleine découverte d’un nouvel environnement, je tente d’explorer mon propre rapport à la beauté du monde dans lequel nous vivons.

Je ne suis ni photographe professionnelle, ni écrivain, ni philosophe, ni experte de la société taïwanaise. Ma seule légitimité à vous proposer cet ouvrage est que je suis convaincue que c’est en observant, en expérimentant et en montrant le monde tel qu’il est que nous pourrons choisir, en pleine conscience, celui que nous voulons construire.

L'ouvrage comporte 104 pages intérieures et 70 photographies, au format 19x24cm et à la couverture souple, à l'image d'un beau magazine, qu'on peut lire rapidement dans les transports ou prêter facilement, mais qu'on garde aussi précieusement sur son étagère pour en relire les articles de temps en temps.

(aperçu de quelques pages de l'ouvrage)

Les titres des neufs articles

Le projet
La ville qui ne dort jamais
L’industrie n’a pas de couleurs
Voyage social au fil de l’eau
Les sons et les odeurs au détour du marché de nuit
La ferme urbaine comme pansement sociétal
Les déserts dans la ville dense
Les héros ordinaires
En sortant de la ville

A quoi va servir le financement ?

Faire de ce projet un vrai objet imprimé a été dès le départ une évidence. Mais encore faut-il que l'objet imprimé finisse dans des mains intéressées ! D'où l'idée de le proposer en pré-commande grâce à un financement partipatif.

De plus, cette campagne est aussi le moyen de faire connaitre mon projet à une plus large communauté au-delà de mes proches et mon réseau.

La collecte me permettra de financer l'impression de 200 exemplaires de l'ouvrage (seuil minimum d'impression) voire plus si son montant était dépassé.

Etant très attachée à la cohérence entre « le contenu » et « le contenant », cet ouvrage sera fabriqué chez un imprimeur français qui pratique une impression très qualitative et exclusivement écologique (papier 100% recyclés, encres végétales, sources d’énergie renouvelable, limitation des rejets de production, filière de recyclage des déchets, etc.). 

Je tiens à remercier d’ors et déjà les quelques personnes qui ont donné de leur temps et leurs diverses opinions pour les relectures du texte. Vos retours très positifs dès le départ m’ont extrêmement encouragée à aller au bout de ce projet !

Je tiens tout spécifiquement à remercier Anne-Laure TEDESCO, bénévole sur ce projet, pour ses idées et son professionnalisme sur la maquette de l’ouvrage. J’espère que l’univers épuré qu’elle y a développé vous plaira tout autant qu’à moi.

Répartition du montant de la collecte :

  • 70% pour l'impression (environ 2000 euros)
  • 8% pour les frais de la plateforme (environ 220 euros)
  • 22% pour les frais d'envoi pour la France et les autres contreparties  (environ 580 euros)

Voici le planning prévisionnel du projet une fois la campagne terminée :

  • Finalisation de la maquette(juillet 2018)
  • Impression(juillet - août 2018, en comptant les allers-retour possibles et la période estivale)
  • Envoi des contreparties par la poste(début septembre 2018)

Vous pourrez choisir vos cartes postales et vos tirages correspondant à votre contrepartie une fois la campagne terminée.

Merci, déjà d'avoir pris le temps de lire !

Un énorme merci à tous ceux qui contribueront. Chaque contribution, chaque message positif est un grand clin d'oeil à mes rêves, si petits soient-ils, qui me dit « Continue ! J'en suis ;) ».

À propos du porteur de projet

Je suis une jeune agronome de 27 ans installée à Lyon. Le monde vivant me passionne et je suis engagée, en particulier, dans la transition des villes et des territoires. Ce qui m’attire avant tout, c’est de comprendre les mondes pour mieux les rassembler, à savoir le vivant, la nature sauvage ou cultivée et l'inerte, la ville bâtie, pour faire du monde urbain le lieu où l’on célèbre la vie avant tout, dans toutes ses formes et ses représentations.