BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Une Minute de Silence

Revivez la fameuse journée du 04 Avril 2011 à Abidjan... autrement.

À propos du projet

Synopsis :

Quatre jours après de violents combats à Abidjan (Côte d'ivoire), les activités semblaient reprendre. Innocent K, muet de naissance, fils ainé d’une femme divorcée ayant deux enfants à sa charge, sortit se ravitailler en vivres à l’instar des habitants de son quartier et en profita pour visiter certains proches dont il était resté sans nouvelles depuis un long moment.

Ce faisant, il ignorait qu’il prenait rendez-vous avec la mort…

Une Minute de silence est un récit de fiction mais les faits qui y sont relatés en dehors de la mort du personnage principal, sont inspirés d’une histoire vécue.

L’objectif de ce court métrage est de présenter les faits sans parti pris et d’appréhender de la façon la plus simple possible (à la façon d’un civil apolitique qui y a laissé sa peau) la journée du 04 avril 2011 qui fût une grande première dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Mais bien au delà, montrer les inconvénients et incidences des conflits armés sur les populations civiles.

Pour la petite histoire, j'habite la commune de Cocody et notre maison est situé à quelques kilomètres du Camp Militaire d'AKOUEDO. il nous a été donné de constater depuis le mois de février dernier à Abidjan, des vols d'hélicoptères de guerre appartenant à la Licorne et de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire). En effet, après chaque passage de ces avions et hélicoptères, ont suivi des attaques contre les ex-FDS (Forces de défense et de Sécurité). Ce lundi 04 avril la, nous étions presque en fin de soirée quand du seuil de la porte d'un ami d'où je me tenais, je vis les hélicoptères de guerre cités plus haut, larguer des missiles sur le dit camp militaire. Au même moment, plusieurs autres sites stratégiques de la ville d'Abidjan dont la résidence du Président de la république furent bombardés. Vous aurez de plus amples infos en visitant ce lien: http://directscoop.net/2011/04/04/helicopteres-francais-bombardent-les-camps-militaires-dakouedo/

Ce fut une grande première dans l'histoire de la Côte d'ivoire. Il est important de signaler qu'aucune info concernant ces bombardements n'est passé aux canaux officiels afin d'en avertir la population pour que les uns et les autres puissent prendre leurs dispositions. En ce qui me concerne, j'ai été contraint de passer la nuit chez mon ami. Beaucoup de personnes n'ont pas eu la même chance que moi...

L’histoire d’Innocent K a surement déjà été vécue quelque part sur le globe. Quelque part où à un certain moment comme en Côte d’ivoire, il y a eu des conflits armés. Une minute de silence est un hommage à tous ces disparus.

Si vous aimez Une minute de silence, Rejoingnez la communauté sur notre page facebook officielle à l'adresse suivante: http://www.facebook.com/pages/Une-minute-de-silence/217957871555936

NB : Une minute de Silence sera présenté dans des festivals de cinéma

 

LE PROJET AU JOUR LE JOUR

Quelque part au QG Une Minute de Silence.

A quoi va servir le financement ?

La plupart des films qui sont réalisés en Afrique, par des réalisateurs Africains ne sont pas toujours de belles factures (c’est bien dommage mais je suis forcé de le reconnaitre). Mauvaise préparation, mauvaise logistique, les raisons diffèrent d’un réalisateur à un autre mais l’alibi du manque de moyens revient assez souvent. Et pourtant beaucoup d’entre nous, réalisateurs Africains avons de bonnes intentions pour nos films mais le résultat se fait toujours attendre.

Le message que véhicule Une minute de Silence et l’objectif de carrière visé pour ce court métrage (festivals de cinéma en priorité) sont si sérieux, si important qu’il me serait préjudiciable de retomber dans le piège classique du « j’ai fais de mon mieux » pour justifier un résultat d’une piètre qualité au moment de l’aboutissement du projet.

Aussi l’idée n’est pas non plus de s’inscrire dans le schéma de ce que j’appelle la haute bourgeoisie cinématographique (camera red one ou autre chose du genre… j’avoue que ça serait l’idéal) afin de ne pas se retrouver avec un immense budget. Non.

Afin de mettre toutes les chances de mon coté, entre système D et méthode « pédagogique », le financement servira à garantir la bonne production du court métrage.

Depuis le casting, la distribution des rôles, les répétitions, la location de la camera, du matériel de son, de lumière, la machinerie, la création des décors, le tournage en lui-même, les déplacements, le catering, la paie des acteurs et figurants, des techniciens, le montage, le mixage et l’exportation définitive sur support de diffusion.

Voici brièvement citées les étapes nécessaires pour la réalisation de « Une minute de Silence » tel que rédigé. Étapes pour lesquelles ce financement, représentant 70% du budget global de production, est indispensable.

Ce projet est une aventure passionnante. En le subventionnant ou en le faisant circuler autour de vous, vous contribuez à l’expansion du message qu’il véhicule et lui donnez plus de chance de voir le jour… Ne vous en privez pas.

À propos du porteur de projet

Je suis un jeune réalisateur ivoirien de 23 ans, vivant en Côte d’ivoire.

Je suis employé dans une agence d’événementiel depuis Janvier 2010, cette agence a dû momentanément suspendre ses activités compte tenu des récents évènements survenus dans mon pays.

Pour l’instant je suis donc plutôt libre, on va dire ça comme ça (je préfère ce terme à chômage technique) et je me consacre pleinement à l’élaboration et à la préparation de mon futur court métrage ci-dessus présenté mais voici un bref recap de mes expériences professionnelles en dehors de celles que j’ai acquises au sein de l’agence (je ne suis pas autorisé à les diffuser ici, sorry)

COURT METRAGE

Octobre 2010, assistant opérateur sur le court métrage BABI de la réalisatrice SIAM MARLEY.

REPORTAGE

  • Réalisateur d’une d’interview-reportage d’environ 15 min dénommé 2009, LE BIILAN, film qui retrace l’activité culturelle HIP HOP en cote d’ivoire depuis son apogée en 96-99 jusqu'à 2OO9 et qui a vu la participation d’activistes du milieu (Artistes, animateurs…)
    • Cadreur Making of pour le concerto festival (un festival de musique qui a lieu chaque année à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire), édition 2009 et 2010.

    CLIP VIDEO

    • Octobre 2010, réalisateur du clip TEGUE LE SON du groupe de rap AFROVIZION 
    [Embe de la coordination et du repérage, participation à la réalisation du clip vidéo RAP FRANC CFA de l’artiste franco-congolais YOUSSOUPHA, de passage à Abidjan dans le cadre de sa tournée internationale en début du mois d’octobre 2010.
      • Réalisateur du clip ON EST FATIGUE de l’artiste rappeur SMATCHY courant 2008.

        SERIE TV

        En 2008, assistant réalisateur sur 24 épisodes du téléfilm SIGNATURE, déjà passé sur la chaine Nationale ivoirienne, certaines chaines de la sous région, sur Cfi et peu être bientôt sur TV5. Un téléfilm du réalisateur Alain GUIKOU.

        Aussi je me tiens à votre entière disposition pour des questions me concernant  ou en rapport avec mon projet.

        Merci de m’avoir lu.

        FAQ

        Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

        Poser une question Signaler ce projet