BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Minotaure

film de danse en 3D

À propos du projet

En juillet 2012, la compagnie Arts’Fusion travaillera à l’élaboration d’un film de danse 3D inspiré de la création chorégraphique Minotaure. Entre chien et loups, entre lumière et ombre, entre réalité et abstraction, ce film allégorique proposera un premier regard sur ce personnage emblématique qu’est le Minotaure. Inspiré des films de Cocteau (Orphée, la Belle et la Bête) et de la nouvelle « La demeure d’Astérion » de Jorge Luis Borges, il plongera le spectateur dans l’esthétique particulière d’un récit poético-fantastique. Le tournage aura lieu en juillet 2012 à l’Abbaye et à l’église de Montivilliers.

Depuis 3 ans, Virginie Mirbeau recherche et développe des matériaux d’écriture chorégraphique à partir de l’exploration des figures sacrificielles et emblématiques dans la tragédie. A la suite des pièces Medea-Stimmen et Kassandra Projekt, c’est avec Minotaure qu’elle achève ce triptyque. Après les figures féminines victimes d’un destin tragique, elle a interrogé la pensée archaïque de l’animalité de l’homme dans le mythe du Minotaure, dont la figure symbolique est significative et instauratrice de la terreur animale. Minotaure s’appuie sur l’évocation de cette figure dévoratrice au corps hybride et saisissant, pour décliner sous plusieurs formes l’image d’un « autre », fantastique, fascinant, terrorisant.

Conception : Ollivier Leboucher - Virginie Mirbeau

Chorégraphie : Virginie Mirbeau

Interprètes : Quentin Baguet - Guillaume Chevereau - Emilie Cornillot - Virginie Mirbeau

Réalisateur  : Fred sautai

Stéréographe : Manuel Soler

Lumières : Serge Coquais Ollivier Leboucher

Bande sonore : Jean-Jacques Palix 

Durée : 30 minutes

Production : Cie Arts’Fusion

Soutenue par : La Ville du Havre et le Service Culturel de la Ville de Montivilliers, La DRAC de Haute-Normandie, La Région Haute-Normandie, Le Volcan Scène Nationale Le Havre.

Le travail chorégraphique basé sur l’utilisation du geste postural, iconographique et pictural des figures expressives de la tragédie, oscille entre contraction et expansion corporelle, entre violence contenue et exaltation des présences dues au rôle central des affects dans le processus d’écriture. Virginie Mirbeau poursuit ainsi son champ d’investigation sur le mythe et sa signification, sur l’actualité et la permanence des questions qui constituent ce qu’il y a de fondamental dans le mythe et dans la lecture que l’on en fait, sur l’étude des signes qui apparaissent dans la tragédie et qui préfigurent la signification du récit.

A quoi va servir le financement ?

Le financement demandé nous servira à boucler la post-production, l'étalonnage ainsi que l'encodage du film en 3D sur  disque dur et Blu-ray.

Le tournage a été financé en totalité par la cie Arts'Fusion avec le soutien logistique et technique de nos différents partenaires : Le volcan Scène Nationale Le Havre, le Service Culturel de la Ville de Montivilliers, le Théâtre de l'Hôtel de ville du Havre.

Ce projet a été tourné de nuit en une semaine seulement de 22h à 24h30. Ce fût très court mais toute l'équipe était très professionnelle et très  concentrée  Les premiers résultats en 3D sont très prometteurs.

Vous trouverez d'ailleurs un premier extrait vidéo effectué lors du tournage : 

http://www.youtube.com/watch?v=0vY5XZE4RNg

Nous vous en préparons plusieurs autres qui seront sur youtube dans les prochains jours

À propos du porteur de projet

ARTS’FUSION est née de la collaboration artistique de Virginie Mirbeau, chorégraphe, et d’Ollivier Leboucher, plasticien. L’interdisciplinarité danse/arts plastiques/video, est l’axe central de leur recherche et de leur collaboration.

En 1998, le solo Diversion est l’occasion pour Virginie Mirbeau de poser les bases d’une écriture chorégraphique exigeante et dynamique.

De 1998 à 2001, Arts’Fusion propose des créations où les diverses expressions artistiques se croisent et se décloisonnent autour de la question de l’espace et de son investissement. Ainsi sont réalisés des œuvres hybrides, des spectacles in-situ qui mettent en scène des lieux non-conventionnels et des architectures particulières, avec un public placé au cœur de l’événement : Des-Illusions en 1999, Pôles en 2000 et H2O, commande de la 11ème Biennale de Danse du Val de Marne en 2001.

De 2001 à 2003 avec Moinsl’infini, Corpuscules et Ex Vacuo, la compagnie crée un triptyque de pièces courtes autour de la thématique Arts et Sciences en collaboration avec Christophe Letellier, physicien de l’Université de Rouen.

Puis, l’IDDAC* en Gironde invite la compagnie sur deux saisons de 2003 à 2005. Ce partenariat se concrétise par la présentation des pièces du triptyque, la commande d’une conférence dansée Zoom en 2004, la création d’un événement interactif Ipso Facto pour l’ouverture du festival Tendances en 2005 ainsi que l’accueil d’une conférence Danse et Chaos animée par Virginie Mirbeau et Christophe Letellier. Avec Ipso Facto, Arts’Fusion entame un nouvel opus, celui de convoquer les technologies multimédia dans ses créations. Renouant avec des projets interactifs, Arts’Fusion propose cette fois-ci une participation du public à la construction active du récit en lui donnant la possibilité d’agir et de réagir, au moyen des interfaces technologiques.

En 2005, l’installation audiovisuelle MOBILé prolonge ces perspectives d’échanges et de dialogues entre l’œuvre et le spectateur. Dans MOBILé, le public, par simple contact avec l’interface placée au centre de l’installation, déclenche les séquences audiovisuelles qui mettent en scène des conversations sur les thèmes de l’espace et du temps. Puis avec le diptyque Should I stay or... en 2006 suivi de Should I go ?

En 2007, Virginie Mirbeau recentre le processus de création sur l’écriture de récits identitaires, inspirés par ses échanges avec des personnes interviewées.

En 2008, elle interprète le solo Medea-Stimmen qu’elle chorégraphie en collaboration avec Dominique Brun. Ce solo est consacré à l’évocation de la figure meurtrière de Médée

En 2009, elle chorégraphie deux pièces, Kassandra Projekt, trio crée dans le cadre du Festival Automne en Normandie et écrit à partir de l'épopée héroïque du personnage de Cassandre et L’Oiseau de feu, pièce chorégraphique pour le jeune public.

En janvier 2011, “la Beauté devant moi fasse que je marche...”, pièce chorégraphique pour le jeune public sera suivie d’un quatuor intitulé Minotaure, 3ème volet du triptyque sur les figures de la tragédie.