BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les Justes

Albert Camus

À propos du projet

DATES DE REPRESENTATIONS

7 et 8 mars 2019 : Drôme
15 et 16 mars 2019 : Le petit Larris Théâtre (Chartres) 
20 mars 2019 : Paris
3, 4, 5 et 6 avril 2019 : Théâtre de la Jonquière (Paris)
 26 et 27 avril 2019 : Théâtre de l’Almendra (Rouen) 
                                           3, 18 et 19 mai 2019 : Théâtre Bretonneau (Paris)                                                                  1er septembre 2019 : Théâtre de Verdure (Grez Neuville)

PETITE PRESENTATION


Jeune compagnie créée en 2018, Du carreau de la fenêtre, on voit le Monde entier ! est le fruit d’une rencontre artistique entre Marion Roy et Mickael Disparti. Rencontre qui s’est faite sur les routes italiennes lors d’une tournée de plusieurs mois avec un spectacle jeune public. De retour en France, l’envie de travailler ensemble les amènent à créer la compagnie avec comme premier projet, Les Justes d’Albert Camus, projet sur lequel Mickael Disparti rêve de travailler depuis des années. Aux deux créateurs de la compagnie viennent s’ajouter Emilie Berry qui a précédemment collaboré avec Marion Roy, Morad Tacherif et Johann Coste ayant déjà joué avec Mickael Disparti.

LA PIECE 

 Les Justes d’Albert Camus, est une pièce de Théâtre nous rapportant l’histoire d’une bande de terroristes révolutionnaires en Russie ayant pour projet d’organiser un attentat à la bombe contre le grand-duc, symbole selon eux de la tyrannie dont souffre le peuple. Ceux-ci vivent alors cachés et cloitrés dans un appartement, sous de fausses identités afin d’échapper aux autorités russes.  La pièce se déroule avant, pendant et après l’attentat, on peut donc entendre les doutes du groupe pendant les préparatifs, l’excitation pendant l’acte et les conséquences de l’attentat. Les rapports de force entre les protagonistes (Dora, Voinov, Stepan, Annenkov et Kaliayev) évoluant pendant la pièce au rythme des échecs et des convictions de chacun.


 POURQUOI METTRE EN SCENE LES JUSTES ?


S'attaquer au Justes d’Albert Camus, c'est s'interroger sur la vérité, sur la dualité de l’être humain : Que serions-nous capable de faire, jusqu’où pourrions-nous aller si l’intérêt commun primait ? Comment des gens avec une vie simple, normale, peuvent basculer et devenir des terroristes, des résistants ? C’est avec cette pièce écrite par Albert Camus en 1949 qui s’appela dans un premier temps La Corde, que nous allons tenter d’apporter nos réponses à ces questions.

J’ai toujours aimé cette pièce, aussi loin que je m’en souvienne. La mettre en scène est un vrai défi mais également une aventure excitante.  Il m’a fallu plusieurs années pour me lancer dans le grand bain. En effet, cette pièce demande de la maturité théâtrale mais également de la maturité en tant qu’être humain.  Nous avons également pensé que le texte faisait écho à notre époque actuelle. En effet Il est intéressant de faire un parallèle entre Camus et notre époque au sujet des attentats notamment lorsque nous jouerons dans les collèges, les lycées et discuterons avec les élèves, Attentat ,tout le monde a malheureusement ce mot en tête. Comment aborder avec les jeunes ces événements dramatiques. Et Quelles sont les différences avec l’attentat des Justes ?  Il y a par ailleurs dans ce texte un avertissement pour les gouvernements actuels qui ne respectent pas leurs concitoyens. Pour notre compagnie, il est essentiel de traiter des thèmes ancrés dans notre époque.
 
C’est une pièce extraordinaire sur l’humain, sur les doutes qui peuvent habiter chacun de nous.  Par exemple, la dispute au sujet des neveux du Grand-Duc, dans la pièce donne lieu à une discussion engagée sur l’honneur : jusqu’où peut-on aller pour la justice ? Le duel Yanek /Stepan est très intéressant à travailler pour nous, par ses extrêmes, avec d’un côté ce romantique : Yanek puis de l’autre ce réaliste : Stepan.  Les deux personnages ont le même but : vaincre la tyrannie, mais ils n’ont pas la même vision du terrorisme pour y parvenir. Il y a aussi un fantasme de la révolution, du terrorisme, de la résistance que nous pouvons retrouver chez Yanek. Ce même fantasme peut se retrouver chez des jeunes de notre époque qui partent faire la guerre à l’étranger. Je me suis toujours interrogé sur le choc que nous pouvons ressentir entre le fantasme de quelque chose et la réalité quand elle nous fait face.  Le personnage de Yanek est très intéressant en cela.   Dans ses discussions avec Dora, il y a une sorte de fascination morbide pour la mort à l’échafaud, plus honorable que de mourir pendant l’attentat qu’ils doivent commettre. Ce fantasme s’écroule pour Yanek quand il peut tuer le duc mais voit que ce dernier n’est pas seul et recule, il en ressort un sentiment profond de culpabilité pour lui. C’est pour toutes ces raisons que le choix des Justes, comme projet pour notre compagnie est apparu comme logique car nous souhaitons pratiquer un théâtre engagé, sans concession. Nous n’excusons pas le terrorisme, et ne cherchons pas à le rendre beau. Nous ne faisons pas de politique, nous nous intéressons seulement à l’humain. Les Justes est avant tout une pièce qui parle de l’humain face à lui-même


 


 MICKAEL DISPARTI, METTEUR EN SCENE / KALIAYEV

Mickael a commencé sa formation de comédien en 2007 au conservatoire de St Germain en Laye. Il a poursuivi à l'Ecole d'Arts dramatiques Charles Dullin où il a apprécié la méthode russe : travail, précision. Il a fini sa formation au conservatoire Régional de Versailles sous la direction de Jean Daniel Laval. Il a aussi eu à cœur d'approfondir des techniques comme le clown ou la respiration pour apporter à ses interprétations. Il a pu expérimenter toutes ces techniques sur de nombreux projets, comme Les Romanesques de E.Rostand, Le Journal d'un Fou de N.Gogol, Deux Frères de F.Paravidino. Il a aussi joué pendant plusieurs mois en 2018 au théâtre A la Folie Théâtre dans la pièce La JeunesseEternelle. Dernièrement, il a été en tournée pendant 4 mois en Italie un spectacle jeune public autour du personnage d’Alexandre Dumas. 
 


 

MARION ROY, DORA

Marion débute sa formation de comédienne à l'Ecole Claude Mathieu en2012. Au cours de sa formation, elle intègre également la compagnie La Malle des Indes (assistante mise en scène pour Les Contes du Logicien et comédienne dans le spectacle Jaz de Koffi Kwahulé et également dans le projet Archipel). Elle participe ensuite à l'audition professionnelle de l'école sous la direction de Alexandre Zloto dans un montage du Soulier de Satin de Paul Claudel. Et tourne depuis deux ans avec le spectacle jeune public Lutèce à Paris.Ces derniers mois elle était en tournée en Italie pour un spectacle jeune public sur les œuvres d’Alexandre Dumas. 

 

 

  EMILIE BERRY, ASSISTANTE MISE EN SCENE / VOINOV / LA GRANDE DUCHESSE

Originaire des Antilles Françaises, Emilie Berry termine l'Ecole Claude Mathieu, arts et techniques de l'acteur en 2015.     Elle joue au Théâtre de la Bastille avec la compagnie La Malle des Indes et le festival Art et Fac. Avec cette même compagnie, elle explore le mythe de Dionysos autour de performances notamment avec La Galerie Nationale d'Ecosse.   Elle tourne depuis 2ans avec le jeune public Lutèce à Paris de la compagnie Les Petites Boutures.

 

MORAD TACHERIFET, STEPAN

 Après une première année d’initiation, il intègre le cours Clément, au sein duquel il jouera pendant quatre ans dans diverses pièces, notamment Après la pluie de Sergi Belbel et Love and money de Denis Kelly sous la direction de Cédric Weber, ainsi que D’autres l’aiment tiède, remake déjanté de Certains l’aiment chaud écrit par et sous la direction de Marie Lagrée. Sous la bannière de la Compagnie l’Heur du T, il incarne Henri dans Un air de famille, de Bacri/ Jaoui, mise en scène par Cathy Guillemin, qui sera joué plus de 120 fois à Paris, en province et au festival d’Avignon Off entre 2014 et 2016. En 2017, il s’essaye à la comédie noire dans Les Amis du Placard, de Gabor Rassov, satire de la société de consommation mise en scène par Cédric Weber, avant de basculer en 2018 dans le répertoire classique avec le Plaisir de rompre et le Pain de ménage, deux pièces en un acte de Jules Renard, sur une mise en scène de Joël côté.

 

JOHANN COSTE, ANNENKOV

De 2008 à 2010, Johann fait ses classes dans les cours de Nathalie Stora qui le met en scène dans des registres variés, passant de la comédie de Sacha Guitry à la dramaturgie d'Eugène Durif. Par la suite il reçoit une formation de 2 ans au Cours Clément au sein duquel Cédric Weber et Cathy Guillemin le mettent en scène dans Après La Pluie (S. Belbel), et Juste Un Baiser (G. Muccino).  En 2013, Johann rejoint la compagnie du Dé à Coudre et joue dans A Propos D’un Baiser (M. Lécot). Parallèlement Cathy Guillemin l'intègre à sa propre compagnie et lui confie le rôle de Simon Renard dans Marie Tudor (V. Hugo) qu'il jouera 2 années durant à Paris et au Festival OFF d’Avignon 2014. La même année elle le dirige également dans Tout le plaisir est pour nous ! (R. Cooney) et dans Cuisine et Dépendances  (JP. Bacri et A. Jaoui) programmé au Festival OFF d’Avignon 2015. En 2014 il co-fonde la cie L'Heur Du T avec laquelle il se produit plus de 120 fois dans Un Air De Famille (Bacri/Jaoui) à Paris, au Festival OFF d'Avignon 2014 et 2015, et en province. La deuxième production de L’Heur Du T voit le jour en 2017 avec Les Amis Du Placard (G. Rassov), une satire moderne dans laquelle Johann incarne Jacques, un dangereux pervers narcissique désabusé de la vie. En 2018, Johann intègre la deuxième promotion de City27 MicroThéâtre où il se produit actuellement dans Bien Mal Acquis de M. Heim.
 
 
 

A quoi va servir le financement ?

Comme toutes jeunes compagnies qui débutent, nos aides et notre budget sont très limités. Malgré cela nous avons réussi à trouver beaucoup de dates. C'est principalement pour financer
  les deux premières représentations que nous vous demandons de l'aide pour le déplacement et le logement sur place. Mais pas seulement, notre pièce se déroule en 1905 et nous souhaitons être au plus proche de cette période concernant les costumes et accessoires. C'est pour cela que nous avons également besoin de votre générosité. Vous trouverez ci-dessous à l'aide d'un camembert  les différentes dépenses et leurs répartitions.

 



 

À propos du porteur de projet


LA COMPAGNIE DU CARREAU DE LA FENETRE, ON VOIT LE MONDE ENTIER !

 


LE THEATRE POUR TOUS :  DECOUVRIR OU REDECOUVRIR LE THEATRE

Avec la compagnie, nous avons pour objectif de promouvoir le théâtre, dans chaque lieu où il est possible de jouer. Nous cherchons donc aussi bien à jouer dans les théâtres de grandes villes que dans les petites communes plus éloignées des lieux de diffusion culturelle. Nos spectacles pourront être joués en extérieur comme en intérieur.  L’objectif étant pour nous, de faire partager et découvrir au plus grand nombre notre passion du théâtre. Ainsi, nous cherchons à remettre le spectateur au centre de la représentation pour lui permettre de voyager pendant la durée du spectacle. Le théâtre ne peut vivre sans spectateurs, et c’est donc notre rôle, notre devoir en tant que compagnie, comédiens de leur donner encore et toujours plus envie de découvrir toutes formes de théâtre. Nous souhaitons par ailleurs, nous investir dans des ateliers, stages pendant les vacances scolaires pour permettre aux plus jeunes de découvrir la scène dans la bonne humeur et en confiance.  Eduquer les individus au théâtre dès le plus jeune âge pour en faire des spectateurs aguerris qui viendront remplir les salles de théâtre plus tard !
 
MODERNITE ET TRADITION

Toujours dans un souci de rendre le théâtre le plus accessible possible, nos spectacles sont ancrés dans la réalité de notre époque avec comme objectif de faire entendre le texte et l’auteur.  Nos différentes formations nous ont permis d’apprendre le métier de comédiens à « l’ancienne », chaque comédien peut occuper différents postes : lumière, décors, costumes, etc…. Nous venons tous d’écoles différentes, mais nous avons un vocabulaire commun.  C’est ainsi que nous nous sommes réunis au sein de la compagnie Du carreau de la fenêtre, on voit le Monde entier !

Share Suivez-nous