Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Métachronisme

Court-métrage sur la bipolarité

À propos du projet

Métachronisme est un court-métrage abordant la thématique de la bipolarité en sortant des clichés et des préjugés de la maladie. Le court-métrage veut donner une parole aux personnes qui ont un trouble de santé mentale, ainsi qu’un appui. Ce projet est né d’une envie d’exprimer et de défaire les préjugés sur la bipolarité, particulièrement celles véhiculées par les médias/réseaux sociaux. Il n’a pas été facile de se lancer sur un terrain inconnu, mais cela fait partie aussi de la démarche de prendre la parole, puisque le court-métrage est à la fois fictif et autobiographique.

Pourquoi métachronisme comme titre? 

Car la construction des scènes, des plans et des événements que vit Sophie sont mélangé dans le temps et parfois erronée, par rapport aux situations. L’histoire bascule selon la dépression ou la manie. De même que la totalité du court métrage se retrouve avec plusieurs éléments visuels ou sonores externe à l’histoire qui vienne troubler l'atmosphère du film. Métachronisme est selon le dictionnaire : « une datation erronée d’un évènement à une période antérieure à celle où celui-ci s’est produit. La bipolarité améne à vivre les émotions de façon explosive face à des situations de tout les jours. Le film ne suit pas un parcourt linéaire normal, il est mélangé dans le temps mais aussi entre souvenir et réalité. 

 

 

Résumé du film:,

 

Sophie est une personne créative, rêveuse qui cherche un moyen de se sentir bien dans sa peau tout en traversant la dépression et les phases maniaques qui l’amène dans des moments de grande solitude et de doute sur son avenir. Le chemin vers l’acceptation de soi ne se fera pas sans grande difficulté et elle trouvera un moyen d’en faire une motivation.

Le film devrait durer entre 15-20 minutes.

 

L'équipe de production: 

Scénariste et coordination du projet : Marjolaine Ouellette

Réalisateur et monteur : Victor E.Rico

Compositeur sonore : Jean-François Provencher

Nous avons trouvé notre équipe de distribution qui contient une dizaine de personnes, qui ont pour la plupart quelques expériences et qui sont motivées à la poursuite du film. 

Nous commencerons le tournage en début mars, une autre partie du tournage se déroulera aussi en été, pour être monté et terminé avant la fin de 2020. Le film pourra être diffusé dès la fin de 2020 et début 2021 sur le web. Nous avons espoir de pouvoir le diffuser dans des festivals de cinéma. 

À quoi va servir le financement ?

Le financement servira en grande partie à payer toute l’équipe de production, ainsi que les acteurs, figurants et artistes qui y participeront et la licence musicale pour les droits d'auteurs du compositeur. Une autre part du financement, sera pour la location de matériel, des lieux choisis pour le court métrage et pour les imprévues liés à ceux-ci. Tout le surplus du financement sera versé à une association pour la santé mentale.   

En somme environs:

75-80% du montant sera attribué à l'équipe de production et les acteurs/ figurants

10% pour la location de lieux/matériels.

5% pour les imprévus et accessoire

5%  ou tout surplus en donation à une association de santé mentale

 

 

À propos du porteur de projet

 

 

Pourquoi parler de bipolarité ?

Parler de ce sujet est important pour moi, car je le suis. J’ai été diagnostique dans mon enfance et cela n’a pas été facile pour moi et pour mon entourage qui ne comprenait pas. J’ai longtemps trouvé que l’image qu’on donne au problème de santé mentale est souvent faite avec des préjugés. Combien de fois m’a ton dénigré à cause de ce trouble par ignorance? Trop de gens se renferment sur eux à cause de cette pression que les autres créent. La dépression est souvent difficile à aborder et à une image négative dans la société, car elle est mal comprise. L’acceptation de celle-ci est un long cheminement vers l’apprentissage de ce trouble, mais aussi vers de l’amour de soi. Or, par ce court métrage, je cherche un moyen de la démystifier et lui donner une autre image plus positive comme la détermination, la créativité et la force. 

Share Suivez-nous