BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Merci Patron : levée de fronde !

Contre la censure : les David picards face au Goliath du luxe

À propos du projet

Le film :

David peut-il encore l’emporter contre Goliath ? Des pieds nickelés picards faire tanguer la multinationale LVMH, premier groupe de luxe au monde, et effrayer son PDG, Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France?

Jocelyne et Serge Klur fabriquaient des costumes Kenzo à Poix-du-Nord, près de Valenciennes. Mais leur usine délocalisée en Pologne, ils se sont retrouvés au chômage, criblés de dettes… "On doit vivre avec 4€ par jour pour nous trois, c’est l’assistance sociale qui a calculé le budget !" Une intervention en assemblée générale des actionnaires suffira-t-elle à régler leurs soucis ? Du suspense, de l’émotion, de la rigolade, et même de l’espionnage pour ce thriller social…

Sauf que.
Sauf que, pour terminer ce film, on comptait sur les aides du CNC. Notre producteur, Mille et Une productions, tablait sur 80 000 €. Finalement, ce sera zéro. Face à cette censure qui tait son nom, on a une arme de construction massive : vous. Et grâce à vous, "Merci patron !" sortira comme prévu le 24 février !

------

Ils l'ont vu pour nous :

"Ce moment de débandade patronale est un vrai bonheur !", Nicolas, Paris.

"Mais c'est vraiment vrai, toute cette histoire ?", Alain, Colmar.

"C'est incroyable. J'en reste sur le cul." Patrick Bernard, secrétaire de la CGT-Métallurige de l'Isère.

"Où est-ce qu'on peut le voir ? Parce que je veux le montrer à tous mes copains en France !", Anne, Saint-Denis.

"C'est un régal ! Si vous remontez un plan pareil, moi je quitte tout pour venir avec vous. je laisse mon chat à ma voisine, et je vous suis.", Habiba, Marseille.

Le projet :

A l'automne 2012, François Ruffin, rédac' chef du journal Fakir, se lance dans une course poursuite humoristique avec Bernard Arnault, l'homme le plus riche de France.
Presque par inadvertance, ça a tourné au film d'espionnage.
Des quiproquos incroyables.


Au vu de cette récolte, l'équipe de Fakir a alors fait le choix de sortir de son "ghetto", de démarcher un producteur "normal", Mille et Une Productions ("Le cauchemar de Darwin", "Les chèvres de ma mère"). Puis un distributeur "normal", Jour2Fête ("Free Angela", "Les rêves dansants", "Des abeilles et des hommes"). Mais pour la première fois en quinze années d'existence, Mille et Une Productions a vu son dossier refusé par le Centre National du Cinéma, le CNC, et 80 000 euros d'aides nous être refusées.


Ce n'est pas tant l'argent, qui manque. Pas tant des fonds que des frondes. Aujourd'hui le film est presque achevé, sur nos deniers, financé entièrement par nos lecteurs. Reste, néanmoins, la post-production : l'étalonnage, le mixage, les droits musicaux, du graphisme...
Mais surtout, dans ce qui s'annonce comme une bataille, médiatique, judiciaire, comme le premier groupe de luxe au monde, face à la "conspiration du silence" dont le CNC n'est que le premier maillon, on n'a que vous... et c'est déjà beaucoup !

 

A quoi va servir le financement ?

On n'en veut moins à votre porte-monnaie qu'à votre bonne volonté ! Nous proposons des dons de 10 euros à 100 euros pour les bourses de toutes les tailles.

Nous misons donc sur une collecte de 15 000 euros qui serviront à :

-  la fin du montage et la post-production (étalonnage, mixage, travaux graphiques, bande-annonce) : 10 000 €

-  le paiement des contreparties : 3 800 €

- Ulule (commission) : 1 200 €

À propos du porteur de projet

Le réal' :

François Ruffin est rédacteur en chef, journaliste et animateur du journal Fakir. Ancien reporter pour l'émission Là-bas si j'y suis sur France Inter, et collaborateur au Monde Diplomatique, il a notamment publié Les petits soldats du journalisme, La guerre des classes et Quartier Nord.

------

L'association Fakir :

Liée à aucun syndicat, aucun parti, aucune institution, fâchée avec tout le monde ou presque, l'association Fakir est basée à Amiens depuis 1999. Elle espère fournir, d'abords par son journal, ensuite par ses livres, son sites, ses débats, une contre-information rigolote sur la forme mais sérieuse sur le fond, pas bête mais accessible, combative mais pas sectaire. Sans subvention ni publicité, Fakir est entièrement financé par ses lecteurs.

L'association Fakir compte près de 20 000 lecteurs, dont 7 000 abonnés, ainsi que sa propre maison d'éditions qui a notamment publié Vive la banqueroute !, Comment ils nous ont volé le football, Faut-il faire sauter Bruxelles ?, et "L'égalité c'est la santé !".

------

Suivez le projet :

 

                     

FAQ

Poser une question Signaler ce projet