BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Ma vie à l'Abbaye - Patrimoine & Société

La série digitale qui bouscule les codes

À propos du projet

Une abbaye, c'est une communauté de moines. Et les moines, ce sont des laïcs, des gens comme vous et moi (pas des prêtres) qui ont décidé de se retirer du monde, pour prier.

Souvent isolés dans des lieux majestueux permettant la méditation et le recueillement, les Abbayes et Monastères sont très fréquemment des bijoux architecturaux et patrimoniaux qui ont traversé les siècles, des fois même les millénaires (comme c'est le cas avec l'Abbaye de Lérins, mais on y reviendra un peu plus bas dans cette page).

Mais voilà que, patatra, internet répand sa toile de partout, même dans les monastères les plus reculés ! Ainsi, maintenant, quasiment toutes les abbayes ont une page Facebook, un compte Twitter et un site web. Certaines postent même des photos de leurs produits (vins, bières, fromages, etc. Il faut bien vivre et payer les factures !) sur Instagram et disposent d'une boutique en ligne.

Connectées à des milliers d'individus dans le monde virtuel, internet les a ré-intégrées, de facto, dans le monde réel.

Comment les abbayes gèrent-elles cette nouvelle donne ? Est-ce, pour elles, un moyen de rester connecté à leur temps tout en présenvant leur isolement IRL (In Real Life, dans la vraie vie) ou est-ce une source de perturbation avec le développement d'un tourisme patrimonial exponentiel avec les Réseaux Sociaux ?

Ainsi, la découverte de ces lieux hors du temps, et pourtant bien ancrés dans le leur, est le point de départ de cette série sans nulle autre pareil.

 

"Ma vie à l'abbaye" est donc une série digitale documentaire qui s'intéresse à la place des abbayes dans les sociétés modernes et leur utilisation des réseaux sociaux pour communiquer avec le monde, partager leur quotidien, mais aussi promouvoir les produits qu'elles vendent (bières, vins, etc.).

Évidemment, les aspects patrimoniaux, historiques et culturels tiennent aussi une place importante.

Grâce à cette série, nous irons ensemble d'abbaye en abbaye, d'abord en France, puis en Europe (et ensuite, pourquoi pas, dans le monde !) et nous rencontrerons des personnes hautes en couleurs, vivants dans des endroits extraordinaires, fabriquants des produits authentiques (de la bière, du vin, de l'huile, ou des fromages) et posants sur le monde un regard différent de celui de leurs contemporains. 

Comment ces moines 2.0 appréhendent-ils ces nouvelles relations avec l’extérieur ?

Est-ce pour eux un moyen de donner à voir de leur vie au monde, de s'éxhiber virtuellemment, pour mieux préserver leur isolement réel ? Ou une véritable volonté de vivre en phase avec leur temps et la société qui en découle, de partager leurs regards avec les autres ?

Tous les moines ont-ils le même avis sur ces relations virtuelles ? 

PS : il convient d'insister : c'est une série sociétale qui exclura tout prosélytisme (les moines étant, de plus, des laïcs).

 

Même s'ils sont très voisins, un film et une photographie ne posent pas le même regard sur le monde : si le premier capte le mouvement, la vie, le second immortalise le silence, l'instant, l'éphémère

C'est pour cela que chaque saison sera accompagnée d'un beau livre photo. Vous y trouverez tout ce que la vidéo ne peut retranscrire.

Cet autre regard est, pour moi, indispensable pour témoigner le plus exhaustivement de la réalité de chacune de ces communautés.

De beaux films, de belles photographies... What else ? 

 

Chaque saison s'intéressera à une abbaye (ou monastère), en l'explorant de fond en comble : les aspects historiques, patrimoniaux et architecturaux seront systématiquement abordés. Mais l'originalité de la série résidera en un questionnaire, toujours le même, qui sera posé aux moines de chaque commmunauté. Un peu un questionnaire de Proust, mais version communautaire (la petite communauté –celle de l'abbaye– mais aussi la grande –celle de la société actuelle– et les relations entre les 2).

Ainsi, au fil des saisons, se révélera une photographie précise, car diversifiée, de la manière dont les Abbayes et leurs communautés s'insèrent dans notre monde moderne, virtuel, en changement perpétuel.

Ci-contre, je vous mets un exemplaire du questionnaire, mais avec les questions floutées (il y en a presque 20, chacune renvoyant à une thématique précise), histoire de ne pas vous gacher la surprise du film !

Sachez qu'en revanche, vous pourrez vous-même proposer des questions qui vous intéressent dès la première contre-partie  : à l'époque des réseaux sociaux, et pour un webdocumentaire traitant justement de ce thème, ce serait bien le diable de ne pas avoir cette possibilité !

 

 

 

SAISON 1 : LA COMMUNAUTÉ DE LÉRINS

Cette première saison est dédiée à l'une des plus belles Abbaye de France : l'abbaye de Lérins, sur l'île Saint Honorat.

Un peu d'Histoire, pour commencer : fondée il y a 1600 ans par Saint Honorat, sur la plus petite des 2 îles de Lérins (qui porte donc maintenant son nom), planquée derrière la grande (Sainte Marguerite, qui accueillit le prisonnier politique le plus célébre d'Europe : L'homme au masque de fer), à l'époque où Cannes n'était qu'un marécage, l'Abbaye de Lérins est toujours en activité de nos jours.

On y accède que par bateau, après une traversée d'environ un quart d'heure.

Une fois sur place, on y découvre un véritable petit Paradis, protégé du tourisme de masse. L'île accueille une communauté de 21 moines, des dizaines d'espèces d'oiseaux migrateurs qui y font une halte à chacun de leur voyage, 6 chapelles, un monastère fortifié et 4 fours à boulets (de canon, si, si !).

Sur ce terroir d'exception, se reposant sur 16 siècles d'Histoire, les moines y produisent des vins réputés et de l'huile d'olive. Ils proposent aussi, à ceux qui veulent prolonger leur séjour ou faire une retraite, un service d'hotellerie.

Et puis, il y a la communauté, aux langues natales hétéroclites et pourtant homogène. 

Cette communauté, je la connais bien, pour avoir déjà tourné, sur elle, un documentaire (Ad Aeternam, voir ici pour les curieux qui veulent en savoir plus), il y a maintenant déjà pas mal d'années .

Ainsi, je sais qu'on ne peut trouver mieux, pour une première saison : le lieu est magique, la communauté est active et les moines qui la composent sont des personnalités à la fois hors du commun et hautes en couleur !

Croyez-moi, cette première saison définira clairement et mieux que toutes les explications que je peux donner ici ce que sera réellement Ma vie à l'Abbaye. Elle vous transportera dans un lieu magique, elle vous émerveillera par ses paysages magnifiques et elle vous interressera par son Histoire, riche en rebondissements, ainsi que par l'éclairage qui en ressortira sur notre société moderne et son rapport au virtuel.

À quoi va servir le financement ?

Il y a des sujets que l'on ne peut pas faire en télévision. Surtout aujourd'hui où l'évocation du moindre risque d'une potentielle polémique suffit à motiver un refus des chaînes.

Est-ce pour cela que ces sujets sont inintéressants ? Assurément pas

Trouveraient-ils leur public s'ils étaient produits ? Je le pense sincèrement. Mais, évidemment, les spectateurs ne peuvent regretter ce qui ne leur est pas présenté.

La seule façon d'exister de ces productions mortes-nées est donc de s'adresser directement à leur public. C'est bien cette voie que je compte explorer ici, avec vous.

Grâce à vous, je vais pouvoir m'entourer d'une petite équipe et regrouper les moyens nécessaires pour vous proposer une série de qualité, où chaque saison vous plongera au cœur d'une Abbaye particulière (ou d'un monastère). On s'intéressera à son histoire, à sa place dans le patrimoine, aux produits que l'on y fabrique, et aussi, bien entendu, aux hommes qui y vivent. L'humain a toujours été au centre de mon travail. 

Sans grande surprise le financement servira essentiellement à :

  • la fabrication du film (55%),
  • aux déplacements et frais de régie (12%)
  • la confection et envoi des contres-parties (25%)
  • la commission de Ulule (8%)

Et pour les visuels, comme moi, j'ai même fait un joli camembert (garanti bio !) ;)

 

Pour cette série digitale qui, je l'espère, présentera de nombreuses saisons, j'ai opté pour une diffusion en DVD.

Chaque DVD présentera une saison –et donc une abbaye– entière. Un menu permettra de naviguer facilement dans les différentes thématiques (l'histoire, le patrimoine, les produits du terroir, la vie des moines, etc.). 

Bien entendu, les films seront encodés en Full HD, afin de proposer une qualité d'image irréprochable.

Et puis, il y a ces instants magiques, ces vérités fugaces, qui ne peuvent être saisis en vidéo. Aussi, un album photo viendra compléter chaque saison. Par son biais, je tenterais de vous transmettre un peu de la beauté et du silence qui baignent ses lieux hors du temps (et pourtant reliés par la fibre optique !).

 

Ci-dessous, je vous décris les principaux objectifs qui rythmeront cette collecte. Bien sûr, j'espère que nous irons le plus loin possible, mais si nous atteignons déjà le premier, je vous serai infiniment reconnaissant.

 

Ce premier palier est incontournable, puisque sa réussite est nécessaire à celle de ce crowdfunding.

Dès qu'il sera atteint, il permettra la réalisation de cette première saison (qui s'étendra sur environ 1 heure et demie), ainsi que celle du livre photo (24 pages) qui l'accompagne.

 

Bon, là, on va pouvoir aller plus loin : tourner plus et prendre plus de temps pour le montage également.

Avec ma petite équipe, on va vous concocter une version longue de cette saison : comptez, une bonne demi-heure supplémentaire, pour un total qui tournera autour des 2 heures, qui seront aussi passionnantes qu'exhaustives !

 

Bon, là, on va pouvoir commencer à voir les choses en grand, avec une édition Blu Ray pour un encodage et une restitution des vidéos et du travail d'étalonnage aux petits oignons.

Sans compter que le livre photo s'enrichira de 24 pages supplémentaires (pour un total de 48, donc !).

 

Ce palier marque une étape cruciale dans le développement de Ma vie à l'abbaye, puisqu'il prépare l'avenir.

Si on l'atteint, Ma vie à l'abbaye disposera de sa propre plateforme de vidéo à la demande où vous pourrez, un peu comme sur Netflix, voir facilement les différentes saisons sur l'écran que vous préférez (celui de votre ordinateur, de votre téléviseur, de votre tablette ou de votre téléphone !). 

Et comme ceci aura été possible grâce à vous, vous bénéficierez (quelque soit la contrepartie que vous avez prise) à un abonnement offert à vie !

 

Notez que, quelque soit la contrepartie pour laquelle vous optez, vous pourrez proposer votre ou vos questions : je les ajouterai, au fur et à mesure, à mon questionnaire.

 

La collection Naran-Haï regroupe des films et des essais qui interrogent sur les liens entre la société et les systèmes religieux et la Foi.

Trois de mes documentaires pour la télévision en font partie : L'église à l'aube du 21e siècle —Chapitre I et II et Justice et Foi, un couple infernal ?, (chacun dure 52 minutes, le standard normal à la télévision). 

Tous s'intéressent aux liens, souvent complexes, qu'entretiennent la foi et la spiritualité avec nos sociétés modernes, et nos modes de vie.

Pour en savoir plus sur ces films, je vous propose de suivre les liens suivants :

L'église à l'aube du 21e siècle —Chapitre I

L'église à l'aube du 21e siècle —Chapitre II

Justice et Foi, un couple infernal ?

Ce sont ces films que vous pouvez trouver dans les contre-parties.

À propos du porteur de projet

Scénariste et réalisateur, j'ai réalisé, depuis maintenant plus de 25 ans, des documentaires traditionnels pour la télévision, une quantité incroyable de films d'entreprises, institutionnels, corporate et quelques courts-métrages en fiction. :)

Je réalise également des émissions sur le langage de l'image (Le temps d'un clic) et les techniques d'écriture (WillScript) que vous pouvez retrouver sur StoryCity.fr, le sites de tous les histoires.

Enfin, j'interviens également dans des écoles de cinéma où je forme les professionnels de demain à mieux cerner les règles et réalités économiques de ces métiers.

Après donc un quart de siècle à avoir fait des films dans le système traditionnel (et continuer à en faire -les plus courageux peuvent découvrir tout mon parcours sur mon site perso, ici), je souhaite maintenant pouvoir réaliser des productions pertinentes, intéressantes, distrayantes, sans pour autant devoir passer par l'aval d'un tiers qui pourrait censurer, pour des raisons qui lui sont propres et souvent incongrues, le projet avant même qu'il ne soit lancé ! 

Et pour s'affranchir de la permission de ce tiers, une seule solution : ne pas avoir besoin de lui pour financer ces films.

C'est cela que j'ai décidé de faire avec vous. Créer un circuit court, directement du Producteur au Consommateur (comme dirait mon voisin de paysan), du Réalisateur au Spectateur (comme je le formulerai plutôt) !

 

Dream No More est une association loi 1901 dont l'objet est de donner à des scénaristes, des réalisateurs, des artistes les moyens de faire leurs films en dehors de toutes censures institutionnelles, hélas de plus en plus courantes.

L'association sélectionne donc des projets selon leur pertinence (et non sur des critères idéologiques, comme c'est le cas actuellement un peu partout en Europe) et les porte directement à la connaissance du public, afin de les rendre possible, avec et grâce à lui.

Créer un lien direct et fort entre les artistes et le public, hors tout intermédiaire, est le moyen par lequel Dream No More atteindra son objectif : le temps n'est plus à rêver nos films, mais à les faire, avec vous !

Share Suivez-nous