BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

MAMAN!

COURT METRAGE

À propos du projet

Maman! est un court métrage d'environ 10 minutes.

Il sera tourné en partie chez moi pour les scènes intérieures, dans une usine puis dans des rues d'Angers non encore définies.

Il y aura en plus des plans fixes, un plan séquence et deux plans tournés avec un drône..

Le tournage en intérieur est prévu les 9 et 10 mai 2018. Les plans extérieurs seront tournés ensuite courant mai.

Synopsis: Une femme dîne chez sa mère qui parle, parle beaucoup, sans interruption. Elle n'écoute rien. Pourtant, elle doit annoncer quelque chose de très important à sa mère.

La soirée passée, elle rentre chez elle, accablée. Elle n'a pas réussi à parler à sa maman. Quelle va être la réaction de sa petite famille, comment leur dire...

FABRICE DUPEYROUX

Scénariste et réalisateur

CHRISTINE COLAS

Rôle de Maman

Les autres actrices vous seront dévoilés dans des vidéos pendant la campagne Ulule.

ELVIS GARREAU

Chef opérateur

JOSEF PINTURE

Graphisme affiche et flyers

LA MARMITTE

Dans le rôle de la marmitte

Crédits photos:

https://www.facebook.com/yepgraphicstudio/

https://www.facebook.com/humansofangers/

Première vidéo de présentation

À quoi va servir le financement ?

2200 euros: Amélioration du matériel (image, son et informatique)

100 euros: Accessoires, décors

200 euros: repas équipe et repas du film

300 euros: Contreparties

200 euros: Imprévus

280 euros: Commission Ulule

220 euros: Affiches, flyers

À propos du porteur de projet

Fabrice Dupeyroux

53 ans

Mon métier: Je suis régisseur de spectacles et projectionniste cinéma.

J'aime le cinéma depuis mon enfance. Je regardais de très bonnes émissions télévisées sur le cinéma: La Séquence du spectateur, Monsieur Cinéma, Le Cinéma de minuit, Le Ciné club, La dernière séance, Les Dossiers de l'écran... Souvent, j'écrivais un petit mot à ma maman quand un film qui passait à la télé le soir m'intéressait afin de pouvoir le regarder. Je savais argumenter car je connaissais bien ses goûts. Donc, je pouvais écrire, j'aime bien cette actrice, genre Annie Girardot qu'elle adorait etc... J'obtenais souvent gain de cause.

Adolescent, j'allais au cinéma de quartier d'Angers, Le Club. Un jour je suis allé voir le directeur car il avait reprogrammé un film que j'avais très envie de voir mais je n'avais pas d'argent. Il m'a dit que je pouvais venir voir ce film autant de fois que je voulais. Ce film,"La Planète sauvage" de rené Laloux, je l'ai vu 15 fois depuis. L'ex directeur est maintenant Délégué Général et Directeur Artistique du Festival Premiers Plans d'Angers c'est Claude Eric Poiroux. Il ne s'en souvient certainement pas mais pour moi ça avait été une folle aventure. J'avais même eu le privilège de visiter la cabine de projection. Il a lui aussi participé à mon amour et mon envie de cinéma.

J'aime aussi le théâtre, la photographie et je jardine bio...

Pour mon plus grand plaisir, j'ai participé à des ateliers de cinéma, j'y ai appris beaucoup. J'ai surtout appris ce qu'il ne fallait pas faire. J'ai  ensuite, lu beaucoup d'ouvrages techniques et artistiques sur le cinéma, sur des réalisateurs, des acteurs. 

J'ai aussi participé à des tournages de courts métrages en technique et comme acteur.

Au cinéma où je travaillais, j'ai eu la chance un jour de recevoir un mail des productions Alfama, qui cherchaient un cinéma dans les environs pour tourner quelques plans. C'était un film de Mathieu Amalric "La Chambre bleue". J'ai tout de suite accepté. J'ai donc été nommé le représentant de la collectivité territoriale, mon employeur, pour le tournage. Et quel bonheur! Là, j'ai enfin participé au tournage d'un long métrage. Petit budget, petite équipe. Mathieu m'a appris énormément, nous discutions beaucoup. Le chef opérateur, Christophe Beaucarne aussi m'a montré sa façon de travailler. Le film a été en fait tourné en grande partie à La Flèche, dans la rue, dans le cinéma, dans un hôtel. Pour faciliter le tournage, j'ai fermé des rues, fait enlever des décorations suspendues, fait enlever des plots... Des choses qui n'étaient pas toujours demandées mais c'était tellement plus simple. 

J'ai ensuite co-animé un atelier cinéma et là aussi j'ai appris beaucoup de ce qu'il ne fallait pas faire...

J'ai donc eu envie de travailler seul. J'ai trouvé énormément de documents grace à l'outil extraordinaire qu'est internet. J'ai donc encore lu et lu encore.

Puis j'ai eu une commande d'un ami pour son adaptation théâtrale du Malade imaginaire. Deux films courts à projeter entre les actes. Deux films muets et en noir et blanc. J'ai demandé une description précise de son projet et je pense avoir été très proche de son attente. Et c'est ce que le metteur en scène dit aussi. Cette année une nouvelle création est en cours et donc une autre demande en perspective.

Puis l'envie d'écrire m'est arrivée. A ma grande surprise, ça a été beaucoup plus facile que ce à quoi je m'attendais. Et me voici maintenant prêt à tourner.

J'ai un autre court métrage presque prêt, un autre bien avancé ainsi qu'un long métrage en écriture.

Nous avons créé une association afin de faciliter la gestion de ces projets. "Lezartistocrates"