BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Maimouna Red Rouge

maimouna_rouge75 Paris

L'affaire Maimouna
(Another Paris charachter)

Au début de l'affaire Maimouna, il y a le Mali et Grigny. 
Ou le contraire.
Another Paris charachter.
Début des années 80. Une famille nombreuse de plus dans le 91. Collège Olivier de Serres. RER Grigny-Centre. Comme plein de futures vedettes (Vanessa Paradis, Rachida Brakni, Gilles Verdez, Houda Benyamina) : lycée Corot à Savigny sur Orge. Bac option théâtre avec Jean-Pierre Albe. Résidence universitaire à Cergy. Puis Aulnay.
Mais : un pied dans Paris. 
La mode y est world, ethnique, urbaine. Pas la plus douée, pas la plus arriviste, pas la plus mondaine, Maimouna sera sérieuse, opiniâtre. Et, comme tous les banlieusards désireux d'entrer dans la capitale, saura se faire couteau suisse, 4 x 4, multi-fonctions. 
Suivra ses cours, apprendra ses textes, figurera, jouera gratis, assistera, castera, posera, dansera, coachera, chorégraphiera, donnera des cours... dira à Saint-Ouen au printemps 1996 un Monologue pour une Malienne de vingt-cinq minutes face à une foule venue voir du rap. Plancher de ballroom. Quand elle entre en scène, les ados vont s'asseoir de chaque côté de la salle pour signifier leur mécontentement. Chambrettes. Bavardages. Injures. Tchip. Raconte pas ta vie. C'est là qu'elle a gagné. Bien sûr. Fascinés par son absence de doute, électrisés par les gros mots qu'elle débitait sans effet, subjugués par son naturel presque impudique, les zoulous ont fini par l'acclamer.
Dense Maimouna.
Interrogation : à quoi bon devenir actrice si c'est pour être une actrice noire ?
Maimouna, la Malienne 2 ?
Assez vite, l'impression qu'elle n'aura que ce qu'elle fera.
Premières mises en scène. Premiers écrits. Premiers auteurs de chevet. Surtout Toni Morrison. Fin des années 90.
Elle déconnerait bien pleins tubes. Sexe, drogues et rock'n roll. Pour le kif. Voir ce que ça fait. Se le permettre. En tirer de quoi écrire, constituer une troupe et partir en tournées. Boire du vin blanc (ou du rhum). Mais elle a deux enfants.
Ce qui complique mais n'implique pas de ne plus vivre.
Les hommes... Idéalement, elle aimerait en avoir plusieurs en même temps, consentants, pas jaloux et pas chiants. 
Maimouna a passé ses talents en revue et misé sur celui qui garantissait le plus sûrement le quotidien de ses enfants.
Donner des cours de danse. 
Et donner des cours de danse devant une caméra. 
Composer, au sens d'écrire, une autre elle-même. Une Maimouna de couleur, de couleur rouge. Cabotine prof sexy qui sait qu'hommes et femmes regardent son boul'. Cheffe de gang artistique. Maman à l'heure à l'école. Auteure féministe de comédies musicales pop'. Entertaineuse-chorégraphe tout ter-ter. Du dancehall au N'Dombolo, en passant par le coup-décalé, de la VHS au DVD, Maïmouna et ses Ambianceuses. 
Qui prend de la graine et théorise son enseignement : la Booty Therapy. Se fait inviter un peu partout en Europe, en Afrique, jusqu'aux Etats-Unis d'Amérique. Montre aux dames ce qu'elles peuvent faire et défaire avec leur bassin. Conceptualise l'importance des fesses dans l'équilibre. Remet les femmes-cintres au placard et en lumière les décomplexées reines qu'elles deviennent lorsqu'elles libèrent leur potentiel.
Une Maimouna rouge à mettre en scène, en perspective et en danger. 
Une Maïmouna que le théâtre aime encore beaucoup. Eva Doumbia n'aurait pas pour tout l'or du monde souhaité une autre interprète qu'elle à La Criée en 2016 pour ses Traversées.
Une Maïmouna bien de son temps qui, entre storytelling et making of, assure elle-même sur Facebook le récit, précis et rigoureux quand aux remerciements, de ses voyages, pièces et cours de Booty Therapy.

https://youtu.be/ch9v7pHzBnI