BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

MA FIN DU MONDE

- Pour protéger notre futur -

À propos du projet

- ACTION ENFANCE 

C'est une fondation qui a pour mission d’accueillir, protéger et éduquer des enfants en danger.

Pour ses 60 ans, elle propose un festival de cinéma auquel elle fait participer des enfants de la fondation, pour insuffler une énergie dynamique et positive dans leur quotidien et leur faire découvrir le monde du cinéma.

Et mon projet a eu la chance d'être sélectionné.


Lors de la phase d’écriture du scénario, je me suis demandé quelle histoire je pouvais raconter afin de rendre leur quotidien plus léger et agréable. En essayant de répondre à cette question, je me suis souvenu de mon enfance. 

Quand j’étais petit, mon quartier était le monde entier pour moi.

J’ai habité dans un village entouré de montagnes donc j’ai passé mon enfance à imaginer ce qui se trouvait derrière. La mer, les pays étrangers existaient seulement à la télévision car ma vision du monde se limitait à mes yeux d’enfant.

Pour les enfants, tout est si grand, les parents, le bâtiment de l’école, et même une petite dispute avec les amis.

Le monde est au-dessus d’eux, ils n’arrivent pas à toujours à comprendre complètement ce qu’il se passe alors ils interprètent le monde avec leur imagination. Il n’y a pas de ligne de démarcation entre le réel et l’imaginaire pour les enfants. 

Et l’idée de ce film commence par-là : 

“Pour eux, leur situation difficile n’est-elle pas semblable à une fin du monde ? "


A la fin du 20ème siècle, en l’an 1999, 

Jean, un jeune garçon de 10 ans, aime lire, et se plonge en ce moment dans un livre des mystères et de la fin du monde. 

En rentrant de l’école, il se rend compte qu’il a oublié son livre. Il y retourne et retrouve son recueil là où il l’a laissé, mais il remarque également qu’une écharpe rouge se trouve sur la chaise d’Élise, la fille qu’il aime secrètement.

Il s’approche prudemment et hume le bout de tissu, imaginant un baiser avec sa propriétaire, qui entre dans la classe au même moment.

Mort de honte, Jean, commence à espérer que la fin du monde arrive immédiatement.

Notre protagoniste, Jean, aime lire, rêvasser, et aime Élise. 

Il imagine souvent qu’il voyage dans l’espace, qu’il défend la Terre contre l’invasion des martiens, et qu’il se marie avec Élise. 

Jean n’ose pas avouer ses sentiments pour Élise car il est très réservé. 

Alors quand Élise le surprend c’est plus grave que la fin du monde pour lui.

Je souhaite bien traduire ce sentiment de Jean en mélangeant du réel avec son monde imaginaire.

Quand il voit l’écharpe d'Élise, elle se transformera en tapis rouge afin de pouvoir y marcher avec elle.

Lorsqu’il entend la radio en espérant la fin du monde, il y aura une météorite qui tombe devant la fenêtre, et quand il découvre que Élise est avec un autre garçon, il y aura un tremblement de terre.

Mais pour «la fin» du film,  j’aimerais montrer qu’il y a toujours un nouveau début après une fin qui pourtant peut sembler irréversible, comme le beau temps après la pluie, comme le printemps après l’hiver.

À travers cette histoire, et en tournant ce film avec les enfants, je voudrais leur dire qu’il n’y a pas de fin absolue, qu’il y a toujours un «après» et qu’il ne faut pas perdre espoir. 

A quoi va servir le financement ?

Je suis actuellement en phase de production, préparant notre organisation du tournage.

Je porte ce projet avec une équipe chaleureuse, solidaire et motivée de Conservatoire libre du cinéma français, et nous avons fait nos repérages à Pocé-sur-Cisse, où se trouve le village d'enfant fondé par Action Enfance, afin de rencontrer l’équipe éducative qui s’occupe des enfants ainsi que nos comédiens, potentiellement de futures stars !

Nous avons également choisi les lieux de tournage qui s’adaptent le mieux à notre scénario mais il reste encore beaucoup de travail.

( "MA FIN DU MONDE" est à la une du site ACTION ENFANCE )

Nous nous tournons vers vous, via ce crowdfunding, afin de pouvoir investir dans de multiples éléments de décors, accessoires et costumes pour que nous puissions au mieux créer une atmosphère fidèle au scénario qui décrit l’année 1999, et surtout pour les effets spéciaux, qui représentent une partie importante de notre film.

Nous visons un minimum de 2000 euros. Plus le budget sera élevé, plus il nous servira à traduire en image le monde de l’imaginaire des enfants, afin de délivrer le film de leurs rêves.

Nous avons besoin votre soutien pour démarrer ce projet !

À propos du porteur de projet

AGATHE MONCOMBLE : SCRIPTE

Après avoir suivi des études dans les arts plastiques et le design, je me suis dirigée il y a deux ans vers le cinéma.

J'ai intégré le Conservatoire Libre du Cinéma Français et suis actuellement en formation de scripte.

JULIE JOUMIER : MACHINISTE

Son intérêt pour le cinéma s'est développé pendant sa scolarité au lycée avec la découverte de l'Option Cinéma.

Julie poursuit sur sa lancée en intégrant la troisième année du Conservatoire Libre du Cinéma Français, dans laquelle elle s'est spécialisé Assistante Réalisatrice. Elle met en pratique sa formation d’assistante sur divers courts-métrages, de l’Irlande à la Région Parisienne en passant par la Bretagne.

LAUREN MARCHAL : DIRECTRICE DE PRODUCTION


J'ai bientôt 21 ans et je suis actuellement en 3e année direction de production au Conservatoire Libre du Cinéma Français. Avant le cinéma, j'ai effectué un baccalauréat Arts Appliqués de 3 ans pour ensuite rentrer au CLCF pour enfin choisir de produire les films de demain. 

Après l'école, je souhaite également faire de la réalisation, mon baccalauréat en art me permettra aussi de travailler dans la création de costumes.

LOUIS AUBERT : INGÉNIEUR DU SON


J'ai 23 ans je suis en troisième année au Conservatoire Libre du Cinéma Français dans la filière Assistant réalisateur.

Etant très intéressé par le cinéma depuis longtemps, je suis arrivé au CLCF en deuxième année, après un bac littéraire et une première année section cinéma audiovisuel à La Sorbonne Nouvelle.
Je suis heureux de pouvoir participer au projet Action Enfance, je pense que cela sera à nouveau une expérience très enrichissante.

MARC DIMITROV : CHEF ÉLECTRICIEN

J’étais étudiant de droit et un joueur du rugby avant d’être étudiant de cinema mais le cinema m’a tout le temps passionné

parce que c’est un moyen très puissant pour s’exprimer, donc après mes etudes dans le droit, j’ai décidé de poursuivre dans le milieu du cinema.

VÉÏANE SIMON : DIRECTRICE DE PRODUCTION

Passionnée de cinéma depuis sa découverte en tant qu’option en seconde, Véïane décide de de passer un bac L option et spécialité cinéma.

Elle poursuivra ensuite ses études dans ce domaine en intégrant le Conservatoire Libre du Cinéma Français à Paris.

Elle est à présent spécialisée en direction de production, tout en participant à des projets de films à côté

VICTOR BESVEL : CHEF OPÉRATEUR

Actuellement en école de cinéma, j'ai quitté l'École des Beaux Arts pour me concentrer dans cette voie.

Après avoir exploré plusieurs supports artistiques, c'est dans l'audiovisuel que j'ai trouvé ma vocation. 

VICTORIA FRANCERIES : 1er ASSISTANTE RÉALISATEUR

J’en suis venue à désirer faire du cinéma après m’être rendu compte que je me dessinais plein de phrases et d’idées, régulièrement, et que c’était ça que j’arrivais à visualiser.

Et je me suis dit que c’était peut-être ça, que je devrais essayer d'apprendre. Arrêter mes vagues muettes en les rendant concrètes.

YUROK JANG : RÉALISATEUR

J’ai fait mes études de l’art poétique et de la robotique en Corée,

mais après la service militaire durant 3 ans, j’ai décidé de partir en france pour suivre ma passion du cinéma français, dans le but de faire mon propre cinéma.

Filmographie du réalisateur

<L'Amour aux temps du Coca-Cola>

- Festival international du film fantastique de Bucheon

- Mis-en-scène Festival de court métrage

<Our Weight>

- Festival international du film de femmes Séoul

<Dénoueur>

- Poitiers festival de film

- Festival de 3 cités

<Nothing>

- Festival Lumière

- Concours Clouzot

- Cinémathèque Française

<Protagoniste>

- Prix du public, meilleur film ; rencontre du court métrage

<Reconnaissance>

- Festival Clermont ferrand

  • PARTICIPATION