BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

C'est quoi toute cette lumière?

spectacle solo sur les constellations amoureuses, du 10 au 13 juillet 2018 à l'Etoile du Nord, festival ON n'arrête pas le théâtre, Paris 18

À propos du projet

La Compagnie QuiVive présente

C'est quoi toute cette lumière?

seule en scène sur les constellations amoureuses

du 10 au 13 Juillet 2018 à l'Etoile du Nord, au Festival ON n'arrête pas le théâtre

Texte et jeu de Cécile Laforest

Scénographie de Leslie Bourgeois

Regard de Pierre Pirol

durée du spectacle 50 minutes

Juliette est cadenassée par l’amour, coincée dans un kaléidoscope amoureux où se superposent rencontres, envies, actes manqués, désirs cachés… Elle tentera d'en trouver la clef.

L'histoire

Juliette et Thomas sont sur un bateau. Heureux et amoureux... Quand une grille du pont lourdement garnie de "cadenas d'amour" s'effondre sur Juliette. Thomas choqué, Juliette dans un sale état, comment vont ils s'y prendre pour poursuivre leur quête? Les chemin se croisent, Juliette tentera coûte que coûte de faire le lien.

Le registre

Ayant soif de fantaisie, Cécile a choisi de tirer le fil du romanesqueet du magique.

"Je n'ai jamais aussi bien compris les choses qu'en rêvant..."

Transposer le propos dans un univers décalé est pour Cécile la clé du partage d'une histoire.

Extraits...

Juliette

"Solal, Bichon, Solal aime Bichon, qui a aimé Henriette, qui aime Claude, qui aime Jeanne qui aime Marie Patrick Julie et Laure... Laure aime... Anouk. Solal, bichon Henriette Claude Patrick Julie Laure Anouk... Aaaah... Marie, de belles promesses à Phillippe, Philippe aime Sarah... Sarah et Anne, Momo et Sarah : inséparables, Antoine ose aimer Joséphine qui aime... qui aime ?"

Justin

"Avec le printemps ils se sont remis à insister, insister. Dès qu'il y a du soleil, le sujet revient sur le tapis. Toujours. Des années que ça dure. Un rayon de soleil, et ça y est, on essaie de me fourrer avec n'importe qui."

 Thomas

"J'ai la clé de la chambre, la clé de la cuisine, la clé du couloir, la clé de la porte d'entrée, premier verrou, deuxième verrou, troisième verrou. Dommage que je ne puisse pas verrouiller les fenêtres. Les fenêtres ? … Juliette !!!"

Anouk

"La lampe à deux têtes, avec sa prise universelle, on peut la brancher sur du mâle ou du femelle. Là, j'ai une petite portative, une voyageuse, hyper pratique, pour un tout autre usage, ça c'est sûr. Maniable, maniable !"

Intention

Pour évoquer les sujets des relations, de l'apréhension et de la gestion du désir, un matériau s'est imposé comme une évidence:le fil.

Comme les rendez-vous ne se font jamais par hasard, c'est avec cette idée première du fil que Cécile a sollicité Leslie, qui rêvait elle aussi à la fibre et au tissage.

Les recherches scénographiques et dramaturgiques se sont articulées autour du lien , du fil.

"Tissus, tissus de mensonges, tissus social, réseau, tisser, tirer le fil, tirer les ficelles, s'y prendre les pieds, emmêler, s'en mêler, rejoindre, déchirer, joindre couper casser, saisir, relier, nouer, renouer, point de rupture, constellations... Il faut que je passe un coup de fil à Leslie..."  Cécile

Recherches et maquette de Leslie Bourgeois

Developpement du projet

Le projet estné d'une envie d'écrire sur ce qui nous lie, et de questionner la place du désir dans notre société, et en chacun de nous.

Quelles sont les règles concernant l'amour? Y en a-t-il réellement? Ces questions, Cécile Laforest se les pose depuis plusieurs années.

Elles ont donné des écrits multiples, parfois relégués au tiroir, parfois réalisés sur scène, via des personnages de "clowns sans nez" aux Cabarets de la Compagnie QuiVive, par l'exploration du personnage historique de Grisélidis Réal, par des essais de poésie en prose, mais aussi par le biais de scénarios...

La multiplicité de l'individu est aussi un sujet récurent dans ces travaux. Voilà pourquoi s'est présenté comme une évidence le format du seule en scène pour ce projet.

Le festival On N'Arrête Pas Le Théâtre a donné à Cécile la possibilité de mettre en oeuvre cette nouvelle histoire.

Le Festival

ON n’arrête pas le théâtre est un festival proposant théâtre, musique et cinéma depuis 2007. Organisé par un collectif d’artiste – Stéphane Auvray-Nauroy, Xavier Hollebecq, Julien Kosellek, Sophie Mourousi, Mathieu Mullier-Griffiths, Eram Sobhani – ON n’arrête pas le théâtre est un festival joyeux, libre et curieux, orienté vers les spectateurs non-habitués des théâtres, vers la rencontre avec le public.

Pour que se rencontrent des artistes et des spectateurs qui se surprennent l’un l’autre. Pour que se rencontrent des artistes qui ne se seraient pas croisés sans cette occasion. Pour donner une place à ceux qui n’en ont pas, pas encore, plus. Pour créer un espace de liberté, de création dégagé des contraintes habituelles de production. Bref, pour des raisons à la fois très simples et très ambitieuses.

Historiquement installé à L’étoile du nord, ON n’arrête pas le théâtre se déroulera en 2018 sur deux lieux : L’étoile du nord et L’Ecole Auvray-Nauroy.

http://onnarretepasletheatre.estrarre.fr/

Léquipe de C'est quoi toute cette lumière?

Cécile Laforest texte et jeu

        Cécile se forme au théâtre au conservatoire du 20e, puis à l'école Acte21, où elle est confrontée à des partenaires de jeu pleins de particularités (cécité, surdité, autisme...). En plus de l'art dramatique, elle pratique la danse, le chant, et l'écriture. En 2013 elle a l'occasion de travailler avec Peter Brook aux Bouffes du Nord comme répétitrice sur The Suit, puis en assistanat à la mise en scène au Splendid, avec Olivier Macé.
        En 2014, elle joue dans La Forêt d’Ostrovski, à Minsk. La même année, elle interprète plusieurs personnages dans un spectacle de la Cie du Shabano. En 2015 elle est comédienne au Théâtre du Peuple de Bussang pour l'Opéra de Quat'Sous, puis à l'Opéra Théâtre de Metz. Pour ce spectacle, elle est formée au chant lyrique par Mélanie Moussay.
         Cécile poursuit son activité théâtrale avec la Cie Le Lieu Exact, et met en musique les contes féministes de la Cie Les Culottées du Bocal. Elle sera récurrente dans les cabarets de la Cie QuiVive pendant plusieurs années.
        En 2017, elle se forme à la voix off, et travaille au micro pour les créations voix des studios de séries animées Bobby Prod. Elle est aujourd'hui intervenante théâtre en milieu scolaire avec la Cie ATE à Clichy.

Leslie Bourgeois scénographie


     Issue du Pavillon Bosio_ Art & Scénographie _ Ecole Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco, elle poursuit sa formation au cours Florent. Son travail s’articule donc à la croisée des arts plastiques et de la scène, où elle interroge les principes dramaturgiques contemporains et la matérialité scénique à travers des dispositifs engageant le corps et son environnement.
    En 2010, elle devient membre actif du Logoscope - Laboratoire de recherche artistique à media multiples à Monaco. Elle y développe sa pratique en arts vivants et plastiques, participe aux projets collectifs et y deviendra Secrétaire Générale en 2016. Vice-présidente de la structure de théâtre Le Lieu Exact, elle travaille également à des projets de création théâtrale en région parisienne en tant que scénographe, notamment pour Cheval, le bâtisseur de Rêves par la Companhia Physica et C’est quoi toute cette lumière? , seule en scène de Cécile Laforest. En 2014, elle crée Ballhaüs, projet issu de ses recherches au sein du Lieu Exact qui sera acheté par la Ville de Créteil en 2016 et présenté à Monaco au sein du Logoscope puis Nous ne sommes pas d’ici, commandé par la Ligue des Droits de l’Homme en 2017. En résidence aux Ateliers du Quai Antoine Ier à Monaco en 2016-2017, elle s’attèle entre autres à la création de la performance-théâtrale Scénophobia.
    Elle est, depuis 2014, enseignante au Pavillon Bosio _ Art & Scénographie _ Ecole Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco. Depuis 2007,  elle intervient au sein de l’atelier de costumes des Ballets de Monte-Carlo.

Pierre Pirol regard et conseiller

    Au delà de son activité de comédien au théâtre, au cinéma et à la télévision, Pierre met en scène les pièces de  Copi, Gabily, Genet, Valentin, Parsat, Rocquet, Maeterlinck, Sorrente, Neruda, Rinatu Cotti, Schnitzler, Westphal, Allais, Foissy, le groupe musical « Les piments givrés », le théâtre de rue avec la compagnie d’échasses « Turbul ». Avec le cirque Lazzari, il crée plusieurs spectacles sous la direction du jongleur Stéphane Thomas favorisant les univers des claquettes, du jonglage et de la magie. Il supervise également le trio de chanteuses « La quinte »
    Il entame une collaboration de quatre ans avec la chorégraphe Doriane Larcher débouchant sur deux créations à la Biennale de la danse de Lyon et celle du Val de marne.
    Ancien directeur de compagnie, Pierre est également formateur pour plusieurs écoles réputées et poursuit son travail de metteur en scène où il favorise les écritures et les démarches singulières en collaborant avec le théâtre de rue, le clown, la danse contemporaine, le monde du cirque ainsi que les groupes et formations musicales.

La Compagnie QuiVive

Le lien entre Cécile Laforest et la compagnie s'est d'abord tissé dans les couloirs du conservatoire. Puis à l'occasion des Cabaretsque la compagnie a organisé à plusieurs reprises pour financer ses projets, et pour se faire rencontrer les artistes et le public.

Le nom de la compagnie est une sorte d'écho à l'appel lancé commeun cri de dernier espoir: "Y a-t-il âme qui vive?". Il s'appuie également sur l'expression "être sur le qui-vive" afin de nous rappeler l'importance de se tenir en alerte, ensemble, à l'écoute du monde.
C'est au sortir du conservatoire du XXe arrondissement de Paris qu'Amandine Lourdel décidee de créer la Compagnie QuiVive avec des élèves issues de la même formation, ainsi qu'avec des comédiennes venues d'horizons différents. C'est donc en octobre 2015 que naît la Compagnie QuiVive, qui compte actuellement à son actif deux projets, Misterioso 119  de Koffi Kwahulé, et La Démarieuse de Gilbert Léautier.

Photos de Samuel Charles

A quoi va servir le financement ?

Le financement servira à assurer les frais de création, à savoir:

-accessoires, décors et costumes (environ 30000 cadenas, des kilomètres de ficelle, l'orchestre symphonique sur scène, l'hélicoptère, et je me suis commandé une petite robe J.P Gaultier, vous m'en direz des nouvelles...),

-les frais de communication (affiches, flyers, visuels, photos...)

À propos du porteur de projet

https://www.facebook.com/cecile.laforest.9

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet