BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Lueur d'espoir pour les enfants rejetés

Créer une structure d'accueil pour les enfants des rues en RD Congo

À propos du projet


       Ils ont été rejetés par leurs familles, ou ont dû fuire le domicile familial pour cause d’abus physiques et/ou verbales. Ils sont appelés "les enfants des rues" en République Democratique du Congo, et on en compte plus de 20 000 à ne pas disposer d’un toit dans la capitale, Kinshasa.

Face à cette situation alarmante, l’association Les Anges Ecoliers a décidée de mettre en place une collecte de fond, afin de venir en aide à ces enfants par le biais d’une structure d’accueil. Cette structure aura pour but un accompagnement éducatif, social et spirituel. Dans les cas possibles, cet accompagnement mènera ensuite à la réinsertion des enfants dans leurs familles. Le but principal étant l’épanouissement et l’appréhension du traumatisme causé par le rejet subit.

- OU LE PROJET VA T-IL SE DEROULER ? -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La construction de la structure d’accueil se fera à Kinshasa, plus précisément entre la commune de N’Djili et de Kimbanseke (district de Tschangu). En effet, le besoin dans cette zone est particulièrement grand du fait de sa pauvreté et sa forte densité démographique.

 - QUAND VA T-IL SE DEROULER ? -

La campagne fait partie de la première étape du projet. Il en va de soit que nous sommes actuellement à la recherche d'un terrain ou d'une parcelle assez grande pour accueillir un grand nombre d'enfants. Lorsque la collecte sera terminée nous programerons un voyage si possible courant juin 2018, afin de nous rendre sur place et de choisir un terrain ou une maison qui répondra au mieux à nos attentes. Vous serez bien évidemment informé de l'avancement du projet ! :)

Sur cette photo, des enfants qui vivaient dans la rue autrefois. La cause ? Parents décédés,maltraitances, abandons ... Ils ont été reccueillit par l'orphelinat Les Cris des Orphelins, à Kinshasa.

 

- COMMENT ALLEZ-VOUS LE METTRE EN PLACE ? -

Lorsque nous aurons acquis notre structure d’accueil, nous mettrons en place plusieurs actions en commençant par une affiliation avec des éducateurs spécialisés dans le domaine de l’enfance, et qui partageront les valeurs prônés par l'association, dont l'une d'entre elle : la droiture. Ces éducateurs nous aideront à prendre en charge les enfants sur place, et chaque enfants de la structure bénéficiera d'un suivi et d'un soutien psychologique adapté à sa personnalité.

Nous avons aussi prévu de mettre en place un système de parrainage, où l'enfant recevra de la part de son parrain ou de sa marraine, une aide matérielle en plus de ce que nous fournirons déjà.

Nous aimerions étendre notre action. En plus d'une structure d'accueil pour les enfants des rues nous aimerions aussi que celle-ci soit à la fois un centre de loisir pour les enfants des environs. En effet, ils n'ont peut-être pas la possibilité de se distraire avec des jeux,d'accéder à l'école, d'avoir une aide aux devoirs, ni même d'avoir ne serait-ce qu'un petit goûter ou un repas au cours de la journée. Pouvoir étendre notre structure d'accueil en un centre de loisir serait bénéfique pour plus d'enfants.

 

- QUELLES SONT VOS MOTIVATIONS ? -


Ayant effectuée un voyage humanitaire dans la capitale de Kinshasa en 2016, nous avons pu nous rendre compte des difficultés que peuvent rencontrer ces enfants dans leurs vies quotidiennes.

 

 

Il existe plus de 20 000 enfants des rues dans la capitale, et nous pensons qu’en posant cette action nous pourrons aider une partie de ces enfants.  Ils feront l'Afrique de demain et nous nous sommes donné pour mission de les aider à devenir acteur de leur vie et de leur donner la possibilité de faire leur propre choix, et de leur apporter une connaissance biblique, qu'ils, nous esperons, garderons dans leurs coeurs. Ré-intégrer les enfants dans leurs familles ou leurs trouver une famille d'accueil est aussi pour nous une source de motivation, car le cadre famillial lorsqu'il est sein est le meilleur environnement pour qu'un enfant puisse grandir. De plus, cela incitera peut-être d’autres personnes sensibles au sort des enfants des rues de la RD Congo et des enfants des rues du monde entier,à leurs apporter leurs aides en voulant pour eux de meilleurs conditions de vies et plus de considération.

 

A quoi va servir le financement ?

Les fonds obtenu lors de la fin de la collecte servirons à ofrrir un toit à des enfants qui vivent seuls, et qui sont livrés à eux-mêmes dans la rue.

- OBJECTIFS -

1000 € : Objectif fixé sur Ulule atteint : Nous mettrons cette somme de côté jusqu'à obtenir le montant nécessaire pour acheter une parcelle (maison avec grande cour) ou un terrain à Kinshasa.

10 000 €: Objectif fixé sur Ulule dépassé : Début des négociations pour l'achat d'une parcelle ou d'un terrain à Kinshasa pour la création de la structure d'accueil. En effet nous nous sommes déjà renseigner concernant des parcelles et des terrains à vendre dans la zone demandée.

Supérieur à 10 000 € : Objectif fixé sur Ulule largement dépassé :

- Achat d'une parcelle ou d'un terrain à Kinshasa pour la création de la structure d'accueil et d'un centre de loisir ;

- Création d'un cyber-café --> Il sera gérer par des enfants issue de la rue ou de familles défavorisés, ce qui leurs permettra de gagner un peu d'argent de poche, mais aussi de se former aux métiers de l'informatique.

- Création de bourses d'études --> Ces bourses d'études permettront aux enfants les plus motivés, et qui le souhaite d'obtenir une bourse pour financer leurs études.

À propos du porteur de projet

Je m'appelle Grace Levita, j'ai 20 ans et je suis étudiante en deuxième année de licence de Sciences de l'éducation.

Le projet « Une lueur d’espoir pour les enfants rejetés » est un projet que j'avais à coeur de réaliser depuis très longtemps. En effet mes parents sont originaires de la République Démocratique du Congo, et en ecoutant les histoires qu'ils me racontaient concernant les conditions de vies à Kinshasa j'ai voulu aller par moi même et me faire ma propre opinion. C'est ainsi qu'en 2014 je suis allée à Kinshasa pour la première fois de ma vie à l'âge de 17 ans. Suite à ce voyage j'ai été surprise et attristé de voir qu'il y avait beaucoup d'enfants qui vivaient seuls dans la rue, sans chaussures à leurs pieds, des vêtements en très mauvaises états.. des enfants livré à eux-mêmes. J'ai donc décidé que la prochaine fois que je retournerais dans ce pays j'essayerais de venir en aide à ces enfants.

 

 

 

Au courant de l'année 2016, mes parents m'ont aidés à créer l'association Les Anges Ecoliers. Avec ma famille nous sommes retourné à Kinshasa au cours de cette même année. Je ne voulais pas partir les mains vides j'ai donc fait un appel aux dons auprès de mon entourage.

Je suis donc arrivé à Kinshasa avec une liste de plusieurs orphelinats qu'une amie avait faite pour moi (Si tu lis, merci encore Samia ;D ) et j'ai choisi les orphelinats que j'ai considéré comme étant les plus pauvres et le plus dans la difficultés,soit les orphelinats Ameema et Les Cris des Orphelins.

Je suis donc parti à la rencontre de ces orphelins, avec ma famille qui m'a aidé à distribuer les vêtements, la nourriture et les jeux.  Nous avons passé un très bon moment avec tout ces enfants, et nous avons aussi entendus leurs terribles histoires. C'est de là que j'ai constaté que la grande majorité des enfants vivants dans des orphelinats sont des enfants qui on vécu dans la rue avant d'être recueillit par les responsables des orphelinats.

A ce jour l'association est toujours en contact avec ces deux orphelinats. Nous faisons des collectes déstinés aux enfants. Nous collectons des objets de différentes natures comme par exemple des jouets, du matériels scolaires, des vêtements... etc. L'association Les Anges Ecoliers est composée d'une présidente, d'une trésorière, d'une secrétaire et de nombreux bénévoles.

Cette association est donc né avec le désir de vouloir améliorer les conditions de vie de ces enfants, de leur donner de l'espoir, et d'apporter un sursaut de joie dans leurs vie. 

Si nous ne nous mobilisons pas pour aider ces enfants, qui le fera ?

 

 

 

 

 

 


 

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet