BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

LPO

Le grand voyage des oiseaux migrateurs continue - 60 ans de suivi de la migration au défilé de l’Écluse (Haute-Savoie)

À propos du projet

Depuis 60 ans, des ornithologues passionnés suivent la migration des oiseaux au défilé de l’Écluse à la frontière entre la Haute-Savoie et l’Ain. Des centaines de milliers d’oiseaux sont ainsi comptabilisés chaque année depuis ce site d’importance européenne. En 2016, ce suivi et les outils qu’il nous apporte pour la conservation des populations d’oiseaux migrateurs se trouvent menacés, faute d’un financement suffisant.

Photo J.Bisetti : Cigogne blanche

La migration des oiseaux

La migration des oiseaux est un va-et-vient annueléprouvant et souvent dangereux,entre les sites de nidification, où les oiseaux se reproduisent au printemps, et les sites d’hivernages, où ils se réfugient pour passer l’hiver. Ils parcourent ainsi des distances incroyables au gré de la disponibilité en ressources alimentaires.

La migration, c’est également un spectacle rythmé au fil des saisons que les hommes ont appris à admirer : qui ne s’est jamais réjoui du retour des hirondelles, allégorie du printemps et des beaux jours à venir ? Certains, pris de passion pour ce ballet fantastique, ont commencé à attendre impatiemment les vols de rapaces ou de cigognes, puis à les compter. Aujourd’hui, si la magie reste intacte,l’observation des oiseaux migrateurs est devenue un enjeu scientifique pour la compréhension de l’évolution de nos écosystèmes et des conséquences du dérèglement climatique.

Photo J. Bisetti : Vol de grues cendrées

Le Site du Défilé de l’Écluse

À une vingtaine de kilomètre au sud-ouest du lac Léman, le Rhône se faufile entre les massifs du Jura et du Vuache au travers du défilé de l’Écluse. C’est à proximité de ce passage naturel, sur la commune de Chevrier, que s’installent chaque année ceux qui suivent la migration.

Cet emplacement n’a pas été choisi au hasard ! Il est positionné sur unaxe de migration postnuptial majeur pour les rapaces et autres grands oiseaux. Guidés par les montagnes du Jura et les rives du lac Léman, les migrateurs sont pris dans cet entonnoir naturel et passent alors à portée de jumelles des ornithologues postés à Chevrier.

Le suivi de la migration y débute il y a plus de 60 ans, assuré par le Dr Pierre Charvoz, passionné du phénomène. Ce n’est qu’à partir de 2008 qu’il est assuré par un salarié de la LPO Haute-Savoie.

le défilé de Fort l'Ecluse, un site stratégique.

Le comptage des migrateurs au défilé de l’Écluse

Le suivi organisé à Chevrier a pour objectif de dénombrer les rapacesqui quittent leur zone de nidification pour rejoindre leurs quartiers d’hiver, plus au sud.Il est réalisé par un ornithologue professionnel spécialiste de la migration : le spotteur. Salarié de la LPO 74, il est aidé dans sa mission par le reste de l’équipe et par de nombreux bénévoles. Les oiseaux sont identifiés et comptés toute la journée, tous les jours, de mi-juillet à mi-décembre (quand les conditions météorologiques le permettent) suivant un protocole scientifique rigoureux qui assure la fiabilité des données produites.

En 2015, le suivi a mobilisé plus de 75 salariés et bénévoles qui ont assuré les observations pendant 1137 heures réparties sur 134 jours ! 400 000 oiseaux ont ainsi été identifiés et comptés, dont 40 000 rapaces.

Un site de migration, souvent appelé le « Spot », c’est également un lieu de rencontre. Depuis 1966, des centaines de personnes sont passées au défilé : habitués du site ou migratologues en vadrouille ; ornithologues experts, amateurs ou débutants ; passionés ou simples promeneurs se croisent pour passer un moment convivial en admirant ce fabuleux spectacle de la nature.

Groupe de bénévoles au « spot » du défilé

Les oiseaux du défilé de l’Écluse

Les oiseaux qui passent par le défilé de l’Écluse nous viennent de Suisse, d’Allemagne et d’Europe du Nord où ils se sont installés au printemps pour nicher. Certains sont nés cette année, et connaissent donc leur premier grand voyage ! Ils se dirigent tous vers le Sud de notre continent ou vers l’Afrique pour passer l’hiver dans des conditions plus favorables, et nous ne les verrons revenir que l’année suivante, en quête d’un lieu propice à leur nidification.

Les rapaces :

Les plus communs à Chevrier sont la Buse variable, le Milan noir et le Milan royal qui bénéficie d’une attention toute particulière. Bondrées apivores, balbuzards pécheurs, busards et faucons sont également observés régulièrement.

Photo J. Bisetti : Buse variable, Milan noir et Milan Royal

Les cigognes et autres grands oiseaux :

Des vols de cigognes blanches et noires, de grands cormorans et de grues cendrées passent aussi par le défilé, offrant aux observateurs un spectacle mémorable.

Photo J. Bisetti : Vol de Grand Cormoran

Les passereaux :

Des centaines de milliers de passeraux migrent tout les ans en passant au dessus du site. On notera par exemple les pinsons, les hirondelles et les martinets qui peuvent être des milliers à franchir la sphère d’observation le même jour.

Photo J.Bisetti : Martinet noir et Hirondelle de fenêtre

L’année 2015 en quelques chiffres :

16 506 buses variables,

7 332 milans noirs et 10 383 milans royaux,

3 392 bondrées apivores,

1 511 cigognes blanches et 164 cigognes noires,

6 676 grands cormorans,

33 520 pigeons ramiers et 2 486 pigeons colombins

14 595 martinets noirs,

172 610 hirondelles toutes espèces confondues

...et bien d’autres encore !

Parfois, des oiseaux plus ou moins inattendus et sortant de l’ordinaire égayent le suivi tout au long de la saison : l’année dernière, ce sont deux aigles pomarins et deux aigles criards, un élanion blanc, un busard pâle, un labbe parasite et même une pie-grièche grise en migration active qui ont surpris nos spotteurs !

À quoi va servir le financement ?

Ces comptages nécessitent le recrutement d’un ornithologue professionnel spécialiste dans le domaine de la migration. Sa mission consiste à assurer la continuité et la régularité du comptage afin que les données récoltées puissent avoir une validité scientifique.

Les dons reçus serviront à payer cet employé et à couvrir ses frais.

Cette année, le Département de la Haute-Savoie nous soutient (à hauteur de 6 000€) pour réaliser le suivi. Pour réaliser un suivi à la hauteur des intérêts du site et du travail fourni les années précédentes, nous avons besoin d’au moins 4000€.

Si par bonheur la somme fixée était dépassée, nous utiliserions ce dont nous avons besoin pour le comptage de 2016 et conserverions l’excédent pour l’année prochaine.

Votre don est déductible de votre impôt sur le revenu. Donateur de la LPO, association reconnue d’utilité publique, vous bénéficiez d’une déduction d’impôt de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. La LPO vous adressera un reçu fiscal en début d’année et vous informera des résultats de ses actions.

Il est également possible de donner par chèque à l'ordre de la LPO Haute-Savoie en l'envoyant à l'adresse suivante :

LPO Haute-Savoie
24 rue de la Grenette
74370 Épagny-Metz-Tessy

Merci pour votre participation à cette action utile à la connaissance et à la conservation des rapaces à l’échelle européenne.

Merci également de nous permettre de continuer un travail de longue haleine qui entre dans une démarche à long terme de protection de la Biodiversité.

Merci enfin de la part de l’équipe de la LPO74 et de ses bénévoles de nous accorder votre confiance.

À propos du porteur de projet

Créée en 1912 et reconnue d’utilité publique en 1986, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) est une association à but non lucratif de défense de la nature. Elle a pour but « d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation ». La LPO est le représentant officiel de Birdlife International, une alliance mondiale de plus de 100 organisations de conservation de la nature et plus particulièrement des oiseaux.

Les missions de la LPO se déclinent selon les axes suivants :

- Protection des espèces et conservation des espaces
- Défense de la nature
- Éducation à l’environnement et sensibilisation

Pour les remplir, elle s’appuie sur ses 46 000 adhérents, ses bénévoles, ses sympathisants, ses salariés et son conseil d’administration.

site internet de la LPO France

La LPO Haute-Savoie, avec ses 900 adhérents, ses 6 employés et son conseil d’administration, est le représentant de la LPO France au niveau départemental mais exerce aussi une action au titre du réseau régional, coordonné par la LPO Rhône-Alpes.

Ses actions s’articulent autour de 4 axes principaux :

- La connaissance
- La protection
- L’éducation à l’environnement
- La vie associative

L’environnement préoccupe chacun et notre rôle est de mettre à disposition nos connaissances sur la faune et les milieux, afin que chacun puisse promouvoir et protéger la richesse méconnue du patrimoine naturel à côté de chez soi, pour éviter que la biodiversité ne continue à se dégrader. Notre base de données participative en ligne, alimentée en grande majorité par nos adhérents et bénévoles, mais aussi par des associations partenaires, contient maintenant plus de 2 000 000 données d’oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, papillons, libellules…Elle nous permet d’intervenir sur l’ensemble du département en complément des nombreux suivis et études que nous réalisons seuls ou avec nos partenaires. Cette connaissance acquise permet de mener des actions mieux ciblées pour la préservation des espèces et de leurs habitats. Ainsi, nous identifions les forêts remarquables pour la biodiversité, avec le soutien du Conseil Départemental, afin de promouvoir leur bonne conservation auprès des propriétaires tels les communes forestières, et les gestionnaires ; nous travaillons avec certains agriculteurs pour mettre en place des plans de gestion visant à enrayer le dramatique déclin des espèces de ces milieux ; nous préparons aussi l’avenir, avec un important programme d’éducation à l’environnement, qui permet chaque année de sensibiliser plusieurs milliers de personnes de tous âges.

Pour plus d’information pensez à visiter notre site internet !

Ou a consulter notre dernier rapport d'activités !