BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

LPO : Le grand voyage des oiseaux migrateurs

15ieme année de comptage des oiseaux migrateurs au Hucel (Haute-Savoie)

À propos du projet

Le Hucel en Haute-Savoie est un site majeur en France pour la migration des rapaces. En effet de 15 000 à 25 000 rapaces y sont comptés chaque printemps depuis le début des années 2000. La LPO y mène un travail de recherche scientifique indispensable à la conservation d’espèces protégées qui n’est pas entièrement financé pour 2014 et donc qui est mis en péril.

Milan noir photo : Jean Bisetti

La migration des oiseaux

L’hiver est une saison difficile pour la faune sauvage, particulièrement dans le nord de l’Europe. Le froid et la raréfaction de la nourriture poussent de nombreux oiseaux : passereaux, rapaces, échassiers ou canards, à quitter les régions les plus froides pour se rendre dans le sud de l’Europe ou en Afrique, là où les conditions climatiques sont plus favorables en cette période. Il s’agit de la migration postnuptiale.

Au printemps les oiseaux reviennent. Ils profitent du renouveau de la végétation et de la disponibilité en nourriture pour chanter, se courtiser, nicher et nourrir leurs petits. On parle alors de migration prénuptiale.

Ce va-et-vient annuel entre les aires de reproduction et les aires d’hivernage est rythmé par les saisons. La migration offre un spectacle grandiose qui fait partie de notre culture et de notre patrimoine naturel. Le retour des oiseaux annonce le début du printemps et apporte un message positif en symbolisant le retour des beaux jours et de la vie dans nos campagnes.

Groupe de Grand Cormoran en vol, photo : Jean Bisetti

Pourquoi compter les oiseaux migrateurs ?

L’identification et le comptage des oiseaux migrateurs en des points de passage stratégiques demeurent une méthode indispensable et pertinente qui, dans la mesure où, comme tout échantillonnage, les suivis sont réalisés dans les mêmes conditions d’une année à l’autre, et sur une longue période, permet d’étudier les variations d’effectifs dans les flux de migration.

La connaissance de ces variations nous renseigne sur l’état de santé des populations d’oiseaux migrateurs. Ainsi, le suivi de la migration à Organbidexka dans les Pyrénées, qui est conduit depuis plus de vingt ans, a permis de mesurer l’effondrement européen des effectifs du Milan royal et a conduit à l’élaboration d’un plan national de restauration de l’espèce.

L’observation des flux de migration nous permet de découvrir de nombreux aspects méconnus de la vie des oiseaux migrateurs, la connaissance apportée par les suivis constitue une base solide sur laquelle repose toute évaluation patrimoniale. Les données engrangées durant les nombreuses heures d’observation apportent des informations essentielles sur le déroulement de la migration.

Le Site du Hucel

Le site du suivi est situé à 970 mètres d’altitude à la limite du plateau du Maravant sur la commune de Thollon-les-Mémises à proximité du lac Léman en Haute Savoie. Ce site offre une large sphère d’observation et de détection des oiseaux.

La situation géographique du Hucel en fait un site d’importance nationale pour la migration prénuptiale. Il est positionné sur un axe de migration majeur utilisé par les oiseaux qui nichent en Europe du nord et en Allemagne pour rentrer de leur séjour hivernal dans le Sud de l’Europe et en Afrique. Canalisé par les cols alpins et évitant de traverser le lac Léman dans sa grande largeur, un grand nombre d’oiseaux passe dans le champ de vision des ornithologues postés au Hucel.

Carte du flux de migration

Le comptage au Hucel

Le comptage se déroule de mi-février à fin mai, tous les jours de 10h à 17h voire plus si les conditions météorologiques le permettent. Il est géré par un spoteur : salarié à la LPO, aidé par des bénévoles qui se relaient pour scruter, jumelles et longue-vues parées, le ciel pendant toute la période du comptage. Les oiseaux sont identifiés et comptés par des ornithologues confirmés qui suivent un protocole scientifique.

Les données recueillies sont mises en ligne chaque jour sur le site de la LPO Haute Savoie. Une fois la saison terminée, elles sont synthétisées, comparées aux résultats des années précédentes et des autres sites européens afin d’étudier les phénomènes de migration et l’état des populations d’oiseaux migrateurs.

Cliquez ici pour vous rendre sur la page consacrée au site du Hucel

Observation des oiseaux depuis le Hucel

Ce printemps, des travaux d’aménagement d’une plateforme d’observation et d’un sentier pédagogique auront lieu, afin que le public puisse profiter du spectacle qu’offre la migration. Il serait dommage  que le suivi scientifique du site cesse, à l’heure où ces aménagements voient le jour.

Chaque année, à l’occasion des manifestations du programme régional « Tête en l’air » qui célèbre la migration, des évènements ont lieu sur le site.

Les Oiseaux du Hucel

Ce site possède un intérêt particulier pour les rapaces. En effet des espèces comme la Buse variable, la Bondrée apivore, l’Épervier d’Europe, les Milan noir et royal y sont comptées en grand nombre chaque année. Ces espèces, qui sont protégées en France et au niveau international, font partie de notre patrimoine naturel et jouent un rôle important dans l’équilibre de nos écosystèmes. En tant que prédateurs, ils régulent naturellement les populations d’espèces qui, sans ce prélèvement, causeraient des dommages aux milieux naturels et aux cultures.

3 Photos de rapaces du Hucel

Bondrée apivore, Milan royal et Faucon crecerelle, photos par Jean Bisetti

Le Milan royal notamment est classé comme vulnérable en France en tant qu’oiseau nicheur et hivernant et bénéficie d’un plan d’action national et d’une attention toute particulière.

Sont aussi régulièrement observés au Hucel : les Busards des roseaux et Saint-Martin, le Balbuzard pêcheur,  les Faucons hobereau et crécerelle.

Le site est également survolé par des migrateurs d’exception comme le Vautour fauve, le Busard cendré et les Faucons kobez. La Cigogne noire est contactée chaque année. L’an dernier Tönn, un Aigle criard estonien, muni d’une balise et suivi par tous les réseaux ornithologiques internationaux, a été observé au Hucel lors de son périple entre ses quartiers d’hiver en Espagne et son pays natal. Le Hucel est le seul site européen où l’oiseau a été observé !

En plus des rapaces, des passereaux tels que mésanges, bruants, pinsons, grives, des pigeons, des cormorans peuvent être aperçus au Hucel pendant la période de migration.

Grand Cormoran, Pigeon ramier et Pinson des arbres, photo par jean Bisetti.

Plus de 28 600 oiseaux dont 17 000 rapaces ont été comptés en 538h d’observation sur l’année 2013. Le record date de 2011 avec 22 500 rapaces. Depuis 1998, ce sont plus de 200 000 rapaces qui ont été comptabilisés en 7800 heures de suivi.

A quoi va servir le financement ?

Un comptage est une opération couteuse, qui nécessite le concours d’un ornithologue professionnel compétent dans le domaine de la migration que l’on appelle un « spoteur ». Complété par les bénévoles les week-ends, le recrutement de ce salarié permet de garantir la continuité et la régularité du suivi. Son rôle est non seulement de compter les oiseaux, mais aussi d’organiser l’étude, d’encadrer les bénévoles et de recevoir le public sur le site.

Les dons reçus serviront à payer cet employé et à couvrir ses frais de logement et déplacement.

Le spoteur

Bien entendu, la somme demandée ne permet pas d’employer une personne à temps plein pendant trois mois et demi. La LPO 74 obtient le soutien du Département de la Haute-Savoie (2500€) et sollicite les collectivités et entreprises locales. Cependant, grâce à vos dons, à hauteur de 3500€, nous garantissons un suivi salarié minimum, conforme aux protocoles scientifiques. Si nous ne parvenions pas à mobiliser les fonds nécessaires, le suivi ne pourra avoir lieu, pour la première fois depuis dix ans, biaisant ainsi le jeu de données et la connaissance de la migration.

Si par bonheur la somme fixée était dépassée, nous utiliserions ce dont nous avons besoin pour le comptage de 2014 et conserverions l’excédent pour l’année prochaine.

Votre don est déductible de votre impôt sur le revenu. Donateur de la LPO, association reconnue d’utilité publique,vous bénéficiez d’une déduction d’impôt de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. La LPO vous adressera un reçu fiscal en début d’année et vous informera des résultats de ses actions.

Si les payments en ligne ne sont pas votre fort, il est également possible de contribuer à ce projet par chèque à l'ordre de la LPO Haute Savoie, pensez à préciser les contreparties désirer et à nous fournir vos coordonées. Adressez le tout à :

  LPO Haute Savoie
  24 rue de la Grenette
  74370 Metz-Tessy

Milan noir, photo par Jean Bisetti

Merci pour votre participation à cette action utile à la connaissance et à la conservation des rapaces à l’échelle européenne.

Merci également de nous permettre de continuer un travail de longue haleine qui entre dans une démarche à longue terme de protection de la Biodiversité.

Merci enfin de la part de l’équipe de la LPO74 et de ses bénévoles de nous accorder votre confiance.

À propos du porteur de projet

Créée en 1912 et reconnue d’utilité publique en 1986, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) est une association à but non lucratif de défense de la nature. Elle a pour but « d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation ». La LPO est le représentant officiel de Birdlife International, une alliance mondiale de plus de 100 organisations de conservation de la nature et plus particulièrement des oiseaux.

Les missions de la LPO se déclinent selon les axes suivants :

- Protection des espèces et conservation des espaces

- Défense de la nature

- Éducation à l’environnement et sensibilisation

Pour les remplir elle s’appuie sur ses 46 000 adhérents, ses bénévoles, ses sympathisants, ses salariés et son conseil d’administration.

N'hésitez pas à visiter le site internet de la LPO France et de Birdlife

La LPO Haute-Savoie, avec ces 900 adhérents, ses 6 employés et son conseil d’administration, est le représentant de la LPO France au niveau départemental mais exerce aussi une action au titre du réseau régional, coordonné par la LPO Rhône  -Alpes.

Ses actions s’articulent autour de 4 axes principaux :

- La connaissance

- La protection

- L’éducation à l’environnement

- La vie associative

Elle organise notamment des suivis de migration sur deux sites majeurs de la migration des rapaces en France :

Le Défilé de l’Ecluse, pour la migration postnuptiale depuis 1966 avec en 2013 plus de 59 000 rapaces pour 1250 heures de suivi.

Le Hucel pour la migration prénuptiale depuis 1998, avec en 2013 plus de 17 000 rapaces en 530 heures de suivi.

Elle gère également une base de donnés participative, qui recueille plus de 1 300 000 données sur la faune sauvage de la Haute-Savoie.

Pour plus d’information pensez à visiter notre site internet !

Et notre page Facebook !