BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

L'OEil qui écoute, l'après-midi parcours

le 11 juin 2016 au Centre FGO-Barbara, dès 14h

À propos du projet

À propos

« L’Œil qui écoute » est une après-midi parcours qui vise à valoriser l’écoute musicale d’une manière nouvelle et innovante en mobilisant la vue comme élément sensible. Il s’agit d’organiser une promenade musicale visuelle ouverte à tous. Ateliers, rencontres et concerts se succéderont pour illustrer chacun un rapport du visuel à la musique.

Nous proposons une variété d’approches et de dispositifs qui a pour but d’instaurer un esprit ludique, sans enjeux de connaissances et lié aux sensations.

En mobilisant la vue et l’ouïe, la finalité de cette après-midi participative est de s'interroger sur la relation entre ces deux sens, et surtout de créer les conditions d’échanges permanents entre les musiques et les publics

Médiation de la musique

La médiation culturelle appliquée à la musique fait le pari qu’il ne suffit pas d’exposer une personne à une musique, aussi universelle soit-elle, pour que l’on soit touché par sa beauté esthétique.

Le goût musical, au même titre que le goût culinaire se cultive, pour peu que l’on soit un peu curieux et que l’on soit guidé par un gourmand.

Il s’agit donc de s’ouvrir et de goûter à ce que l’on ne connaît pas, à ce que l’on ne comprend pas, ou bien découvrir de nouvelles façons d’aimer ce que l’on aimait déjà. En d’autres termes, échanger pour enrichir son rapport à la musique.

 

Où et quand ?

La journée aura lieu le 11 juin 2016 au Centre musical Barbara Fleury Goutte d'Or

FGO-Barbara c’est une salle de concerts de 300 places, 6 studios de répétitions et d’enregistrement et 2 salles de pratiques collectives au service de la pratique amateur, de l’accompagnement d’artistes et de la création. Lieu des possibles, cet équipement dédié à la découverte met en lumière des projets émergents aussi bien que des artistes indépendants, underground ou reconnus.

C'est un lieu d'ouverture, d'accès à la culture et à la diversité musicale, pour tous les publics et pour tous les styles de musiques actuelles.

 

À propos du porteur de projet

Les Sons Tissés :

Jeune association du presque aussi jeune Master Pro Médiation de la musique des universités Paris III Sorbonne-Nouvelle et Paris IV La Sorbonne, Les Sons Tissés a pour vocation d’encourager la vie musicale et les actions envers les publics.

 

Nous sommes cinq étudiants du Master 2 Médiation de la musique à concevoir, organiser et encadrer cette journée et proposons chacun une des cinq activités qui composent la journée.

  • Marie Bouchier – 14 h : Atelier « Silly Symphonies »

Conçu et animé par Marie Bouchier, cet atelier s’articule autour d’extraits des films  La Générale  et  Steamboat Junior  de Buster Keaton, ainsi que des courts-métrages des Studios Disney. Il tentera de répondre aux questions suivantes : Comment la musique est-elle apparue à l’écran ? Comment s’articule-t- elle à l’image? Ressentons-nous des choses différentes si on enlève l’un ou l’autre élément, les images ou le son?
Pour les petits et les plus grands, un jeu de mime est organisé à la fin de la présentation.
 

  • Margot Didierjean – 14 h 45 : Atelier « Les Tableaux Sonores »

Conçu par Margot Didierjean et animé en collaboration avec l'artiste plasticienne Annie-Claire Alvoët, ce dispositif offre la possibilité au tout-venant de s’exprimer par le dessin sur des toiles collaboratives. Il n’est question ni d’âge ni de « savoir » dessiner. Il ne s’agit pas de créer des « chefs-d’oeuvre » mais bien de proposer à tous une association entre ce qu’ils entendent et ce qu’ils ressentent afin de générer une expression visuelle.

  • Amandine Roc – 15 h 30 : Le concert « À l’aveugle »

Conçu par Amandine Roc et animé par le groupe vocal de beatboxing Team Paname, ce concert a pour particularité d’explorer les possibilités qu’offre une écoute privée de vue. Il aura lieu dans un espace clos et à l’écart des activités de la journée, le Mange-Disques (espace de restauration accolé à la salle de concert).

  • Martin Manfredi – 16 h 45 : Atelier « Jam de Jazz »

Conçu et animé par Martin Manfredi, et avec le concours des musiciens du Dexter Goldberg Trio, cet atelier propose aux participants de se familiariser avec les meurs et les coutumes des jazzmen, grâce à des exemples précis et des mises en situation jouées en live.

  • Maxime Jammet – 18 h : Concert « Musique et Vidéo »

Organisé par Maxime Jammet, le concert des Casablanca Drivers sera suivi d’un “après-concert” en forme de discussion ouverte entre les artistes et le public, et modérée par le médiateur. “Avez-vous d’abord regardé ? écouté ? Les deux ?”. Une expérience de contact direct entre musiciens et spectateurs, pour souligner l’importance de donner la parole au public.

 

Ce qui motive ce projet

  • L’envie de partager notre enthousiasme pour la musique.
  • L’envie de mettre le public en disposition d’expérimenter d’autres rapports à la musique.
  • L’envie aussi de faire découvrir le métier de médiateur de la musique.
  • La volonté de valoriser les savoir-faire que nous avons acquis au cours de nos études.
  • Montrer que nous sommes d’ores et déjà des acteurs sérieux du monde de la musique et que nous proposons une approche de la musique originale et novatrice.

A quoi va servir le financement ?

Le financement servira à payer nos artistes intervenants. Pour pouvoir offrir un cachet décent aux artistes trop souvent sollicités bénévolement ou « au black ». Nous tenons à ce que notre journée de médiation de la musique emploie des musiciens et des artistes de qualité et rémunérés à leur juste valeur.

Nous avons obtenu des subventions auprès de nos universités respectives, mais ces subventions interdisent de délivrer des cachets à nos artistes :

Université Paris IV = aide aux fournitures, catering, imprévus et reprographie
Université Paris III = aide à la location de salle et graphisme

Mairie du 18ème (en cours) = nous attendons la réponse d'un dossier de subvention que nous avons adressé à la mairie du 18e arrondissement de Paris et qui pourrait nous permettre de compléter nos financements. Nous ne saurons si nous pouvons rémunérer ces artistes que quelques jours avant que notre événement ait lieu ! 


 

C'est donc pour assurer la reconnaissance d'un travail artistique que -oserons-nous le dire ?- nous militons ici.
Nous voulons faire reconnaître la culture comme une économie respectueuse de ses acteurs.
Pour cette raison nous faisons appel à vous. Nous voulons être certains d'être en mesure de payer nos artistes.

Dans le cas de figure (incroyable !) où nous récolterions les fonds espérés auprès de la mairie du 18e, et que nous parvenions également, grâce à votre aide généreuse, à atteindre les objectifs de cette collecte de crowdfunding, nous nous engageons sur l'honneur à utiliser les fonds restants :

- soit pour financer un nouveau projet de médiation de la musique que portera notre association Les Sons Tissés

- soit à faire don de cette somme pour une action de soutien au statut des intermittents

Pour définir cette action de soutien, ou pour inventer une nouvelle forme de médiation de la musique, nous comptons sur vous, vos envies, vos idées ! N'hésitez pas à les partager avec nous !

 

 

C'est le coeur gros d'amour que vous nous remercions pour votre attention, votre lecture, et, (qui sait ?) votre intérêt pour notre démarche et notre projet.

N'hésitez pas à en parler autour de vous !

Marie. Margot. Amandine. Martin. Maxime !

À propos du porteur de projet

Retrouvez Les Sons Tissés pour ses projets futurs et sur Facebook !

 

Retrouvez la chronique radio On va vous chercher des Noisesde Marie sur les différents publics musicaux sur Radio Campus Paris (93.9 Fm) un mardi sur deux à 18h55, ou en podcast sur le site de la radio

Retrouvez Margot pour vous accompagner lors de vos visites au Musée de la Musique de la Philharmonie de Paris

Retrouvez Amandine à travers ses reprises en guitare/voix 

Retrouvez Martin au détours d'une jam dans les bars de Paname

Retrouvez les articles de Maxime sur le magazine Gonzai, où il se cache derrière un pseudonyme abracadabrantesque pour narrer ses péripéties étonnantes dans le monde fou-fou-fou de la Musique

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet