Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Livre-univers Mississippi

La Légende du blues et du vaudou au temps de la Prohibition

  • Don des loas

    Loués soient les loas et leur générosité !

    Une bonne nouvelle pour commencer la semaine. Après Infinite Books, c'est notre second partenaire, Valeur d'Histoire, qui y va de ses cadeaux : quatre cartes postales tirées à partir de clichés réalisés dans le Deep South par le photographe Edouard Laloux.

  • Mississippi : 50% de vaudou + 50% de blues + 50% de légendes du sud...

    Les 150% sont dépassés ! Vous recevrez donc un marque-page avec votre exemplaire de Mississippi. Prochain objectif : du papier premium pour les pages intérieures... On y va !

  • No apologies for Erzulie

    Christophe, sélectionnant un 5e morceau dédié à Erzulie pour la soundlist, nous donne l'occasion de partager avec vous un passage du livre concernant cette éminente loa qui trône en couverture de l'ouvrage...

     "Lorsqu’elle est arrivée sur le continent américain, seulement accompagnée de Kalfu et d’Ogun, Erzulie n'était pas encore Erzulie, mais Obatala. Elle a vu que c’était les mortels eux-mêmes qui étaient la source du mal et qui emprisonnaient ses enfants, les traitaient comme du bétail. A la demande de Kalfu, devenu Legba, elle a sacrifié une partie de son essence d’orisha pour donner naissance à six nouvelles entités, appelés loas : Damballa, Samedi, Brigitte, Agwé, Azaka et Ayida. Après cela, Obatala s’est isolée dans une poche de l’Orun-Rere qu’elle avait créé pour récupérer ses forces et méditer. Durant ces longues années, elle a continué à observer le monde et les actes des hommes. Puis elle a vu le Malin rejoindre le nouveau monde. Elle observait cette anomalie sans comprendre d’où il venait : il n’était ni un orisha corrompu, ni une créature sombre issue des cauchemars d’Olorun. Pour elle, il n’y avait qu’une explication : la créature avait été créée par la noirceur qui résidait dans le cœur des descendants des premières tribus primitives qui avaient migré vers l’Europe et qui avaient sombré peu à peu dans les ténèbres en s’éloignant des préceptes d’Olorun. L’égoïsme et la faiblesse des mortels avait créé le Malin. Cet amer constat, la fatigue d’avoir donné la vie à six nouveaux loas, la part de ténèbre existait dans chaque mortel et la passivité apparente de Legba brisa quelque chose en elle, et elle s’éloigna de plus en plus de son rôle de mère et protectrice de l’humanité. Elle décida de briser son serment en enterrant son rôle d’Obatala : elle consacra son existence à la défense des seuls opprimés et devint Erzulie, la mère des orphelins, la vengeresse, la protectrice des femmes et la défenderesse des faibles. Elle siège désormais dans sa Cathédrale aux Innocents, accompagnée de ses loas mineurs et de ses enfants spectraux. Elle refuse de prendre part au plan de Legba, considérant que le reste de l’humanité ne mérite pas forcément qu’on les défende vu le mal qu’ils sont capables de s’infliger eux-mêmes."

     

  • Du Mississippi jusqu'à la mer...

    Nouveau morceau dans la soundlist : Drunken Sailor, ou What shall we do with a drunken sailor, une shanty, un chant marin traditionnel venu d'Irlande, à entonner en poussant les barres du cabestan. On a demandé à Christophe quelques explications sur ce morceau, et il y glisse des infos sur le loa Agwé. On profite de cete occasion pour vous présenter son illustration qui figurera dans le livre... 

    "Ces sea shanties, chansons ouvrières de marins, équivalentes aux working song des anciens esclaves et des prisonniers, et donc lointaines tantes du blues, portaient à la fois les histoires du quotidien des forçats de la mer, et également les légendes des mers et des océans, le domaine du loa Agwé. De Natchez à la Nouvelle-Orléans en passant par Bâton Rouge, les loups de mer qui venaient sur le nouveau continent contribuaient à mêler les folklores et les musiques, les instruments et les légendes, les jeux et surtout les défis. Bien que Drunken Sailor ait été reprise de nombreuses fois, la version de Storm Weather Shanty Choir (groupe originaire de Norvège) est à mon sens l'une des plus "musicales", avec un côté festif, et un espèce de je-ne-sais-quoi de mystique et d'envoûtant qui donne envie de partir à l'aventure pour découvrir les mystères du monde. Un thème de prédilection pour Agwé le Marin, loa des mers et des océans qu'il sillonne afin de trouver un remède pour sauver Damballa de la corruption des eaux noires..."

  • Mercississippi !

    Premier étape atteinte pour Mississippi atteinte ! Grâce à votre soutien, le livre-univers est financé. Merci beaucoup.

    Pour fêter cela, nos amis et partenaires d'Infinite Books/Studio Infinite font pleuvoir les cadeaux...