BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Les yeux de la Libellule

Un court-métrage fantastique de Nati Corvina

À propos du projet

L'HISTOIRE 

Le projet Les yeux de Libellule est un court-métrage de genre thriller fantastique/horreur. En tant qu'association d'audiovisuel, nous avons déjà le scénario, les scènes, les acteurs, les lieux, le matériel. Nous passons maintenant à la phase de tournage et nous avons besoin du budget de réalisation de ce court-métrage.

POURQUOI ?

Les yeux de la Libellule est un court-métrage de type thriller fantastique. Ce court-métrage a comme principale inspiration le cinéma d’horreur italien des années 1970 mais également du cinéma traitant de l’enfance. Dans la conception physique du personnage principal, petite fille aux cheveux longs et blonds, on peut y voir des inspirations de films tels que Ne vous Retournez pas (Nicolas Roeg), Une si gentille petite fille (Eddy Matalon) ou encore Poltergeist (Tobe Hooper). D’une durée maximale de 30 à 40 minutes. Le court-métrage raconte l’histoire d’un tragique événement lors d’une fête d’anniversaire. Deux enfants et quelques adultes s’en sortent. Une enquête est alors menée par un inspecteur dont la piste se resserre vers l’une des enfants rescapés.

Nous essayons à travers cette oeuvre de mettre en exergue une problématique réelle depuis des années. La différence, le harcèlement. Bien que le dernier sujet est peu développé dans ce court-métrage (d’où la volonté d’en faire un long-métrage un jour) le personnage de la petite fille subit un harcèlement scolaire, la poussant à avoir un comportement d’isolation et de crainte. Aussi, ces pouvoirs surnaturels se manifestent parce qu’elle ne réussit pas à maîtriser toute cette frustration en elle. Elle ne ressemble pas aux petites filles de son âge et a très peu d’amis. C’est par ce discours que nous essayons de faire transparaître le côté surnaturel qui vient se mêler au réel. Sa vie de famille en est tout autant chamboulée. La séparation de ses parents, les craintes d’une mère, l’égoïsme du père qui veut, en rejetant la faute sur sa femme, avoir sa fille rien que pour lui. Cette petite fille perd ainsi tous ses repères. L’autre protagoniste principal, l’inspecteur, est une inspiration directe du cinéma de genre italien des années 1970. Un homme distant par rapport à son travail, mais investi. Expérimenté, par rapport à son collègue qui lui, sortant tout droit de l’école de police, réfléchit plus avec ses sentiments qu’avec sa raison. On sent que cet inspecteur a certainement vécu des choses difficiles dans son passé. Une de ces particularités est qu’il est asthmatique. Dans un court-métrage, il est difficile de développer cette singularité, mais on peut le voir comme un signe de faiblesse, bien qu’il pense pouvoir tout contrôler dans son travail ou dans sa vie affective, il ne peut pas contrôler ce problème de santé qui peut être handicapant. Pour nous, il est important que le spectateur ressente, à travers cette histoire, la sensibilisation sur ces différents problèmes, et ce à travers le cinéma de genre, peu reconnu en France. Un cinéma que nous essayons de défendre par le biais de notre travail constant dans cette association.

COMMENT ?

Nous avons décidé de lancer une trilogie de l’enfance de manière assez particulière. Ici, il s’agirait du premier court-métrage de cette trilogie. L’enfant, à plusieurs stades de son évolution (dans le ventre de la mer, bébé et enfant), ne sera vu que de dos, voire pas du tout. Dans ce court-métrage-ci, on verra la petite fille de dos. Un jeu de caméra sera tel que lorsque quelqu’un essaye de communiquer avec elle, la petite fille se retournera de manière à ce qu’on ne la voie pas. Une façon pour le spectateur de ressentir un malaise voire un mystère planant autour du personnage. Avec ces plans, il est possible de montrer des choses, sans voir les personnes. Pour l’exposition, idem, on ne verra que la façade de l’appartement où l’accident a eu lieu. Le but n’est pas de montrer explicitement ce qui se passe, mais de suivre une ligne directive de suggestion. Un brouillage de piste sera mis en place, à travers la grande partie de ce court-métrage lorsque l’inspecteur mène son enquête où il finit par s’intéresser bien plus à ces mystérieux enfants qu’à l’événement de base. Les plans alterneront entre plans larges et plans rapprochés. Tout comme le cinéma qui nous inspire, on pourra y voir des gros plans de certaines actions pour ainsi permettre au spectateur de rentrer intimement dans le personnage, de décrypter ses sentiments. Un autre élément essentiel, la musique, que nous essayons de créer nous-mêmes, au mieux. Tout aussi importante et permettant d’illustrer ses sentiments et l’atmosphère que nous essayons de créer à travers notre cinéma et ce cinéma de genre.

 

À quoi va servir le financement ?

Répartition du budget

Les Contreparties 

Le Sac Blanc Three Mothers Films

La culotte TMF

Les T-shirts noir et blanc Three Mothers Films

L'affiche du film "Les yeux de la Libellule"

À propos du porteur de projet

L'ASSOCIATION THREE MOTHERS FILMS 

 

Tirant son nom du mythe des Trois Mères de Dario Argento (Suspiria en 1977, Inferno en 1980 et La Troisième Mère en 2007), Three Mothers Films est une association d’audiovisuel basée à Strasbourg qui travaille plus largement dans toute l’Alsace. Produisant et réalisant des documentaires engagés et des créations originales inspirées du cinéma de genre horrifique (long-métrage, court-métrage, série d’animation et clip) mais aussi des adaptations de nouvelles ou de romans. 

Avant tout, Three Mothers Films est un regroupement de personnes motivées et conviviales dont le rêve est de réaliser leurs propres œuvres audiovisuelles dans la joie et la bonne humeur ! Solidarité et entraide font partie des valeurs principales de cette structure qui cherche à pointer du doigt ce qui pose problème dans notre société en réalisant des documentaires forts sur l’immigration. Elle s’est notamment produite à Lampedusa dans un documentaire vivant dans le but de sensibiliser la population sur le sort des migrants en Méditerranée, et critique vivement la pseudo-objectivité des médias étatiques tout en cherchant à aider des nouveaux réalisateurs, scénaristes et techniciens à développer leurs propres projets.

Dans une société de plus en plus globalisée où l’image est omniprésente et souvent utilisée comme un outil de domination, Three Mothers Films fait du cinéma un instrument d’engagement social et de ce fait collabore avec d’autres associations à travers des ateliers d’apprentissage au langage audiovisuel qui s’adresse aussi bien à un jeune public qu’à des adultes, en privilégiant les zones urbaines dites défavorisées.

Nos sources d’inspirations vont des films cultes du mouvement Giallo aux films d’horreur américains des années 1980 (on peut citer ici The Thing de John Carpenter en 1982) en passant par le thriller spaghetti et le domaine, plus large, du cinéma fantastique en opposition avec le cinéma d’auteur hérité de la Nouvelle Vague à la française qui se veut un peu trop bourgeois.

L’association met à la disposition des particuliers ou professionnels un bon nombre de matériels audiovisuels, il suffit de demander ! Pour financer nos projets, Three Mothers Films réalise également des produits dérivés originaux (sacs en tissu et T-shirts avec le logo de l’association, des illustrations de style minimaliste symbolisant les films et les séries de votre choix, ou encore des illustrations personnalisées).

Activités de l’association Three Mothers Films

• Réalisation et production de films, de courts-métrages de genre (et engagés), de documentaires militants dans le but de sensibiliser le public à des thématiques sociales et culturelles.

• Captation d’événements en Alsace (notamment tournois sur le domaine du jeu vidéo, conférences, etc.).

• Promotion du cinéma de genre (projections, ateliers pédagogiques pour les plus jeunes ainsi que pour les individus issus de quartiers dits défavorisés qui souhaiteraient apprendre).

• Sensibiliser au cinéma de genre international afin de montrer que le contexte social et culturel de l’oeuvre se retrouve dans les oeuvres en question. Le cinéma déborde de références et d’inspirations culturelles et politiques engagées de la part de l’artiste/réalisateur. Informer sur ce sujet permet au spectateur de comprendre davantage l’importance du cinéma dans la culture artistique mondiale.

• Vente de goodies t-shirts et sacs en tissu représentant des personnages de la pop’ culture afin de faire rayonner une culture cinématographique globalisée et internationale.

Un intérêt tout particulier pour le cinéma d'horreur et le féminisme est donné à la figure de la Femme dans nos réalisations. Nous avons réalisé plusieurs courts-métrages avec des protagonistes féminins, AenemaHorror Movie, inspirées du cinéma d'Argento et nous sommes actuellement en train de finir un documentaire sur la sorcellerie en Alsace et de l'image de la sorcière médiatisée, moderne qui fait écho au féminisme, des sorcières modernes aux revendications féministes. 

Share Suivez-nous