BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les Saisons de l'étrange

La première saison en six épisodes d'une nouvelle aventure de l'imaginaire

  • Le financement est fini... mais un site surgit !

    Mes chères amies, mes chers amis,

    Le financement a vécu ses dernières heures la nuit dernière, animé de quelques soubresauts macabres alors que vous l’abreuviez encore de quelques dons. Nous avons atteint les cimes les plus noires : six aventures extraordinaires dans vos boîtes à lettres sous la forme de magnifiques codex ! Deux livres accompagneront notre première étrange saison : un artbook de 64 pages sous couverture rigide, complété par un huitième livre, le teaser de la saison 2 pour découvrir les futures tentatives des héros déterminés à rendre le monde meilleur...

    25 311 euros, 392 contributeurs et âmes damnées à jamais que je serre précieusement de mes doigts avides. C’est une belle réussite. Merci à tous !

    Pour les retardataires, ne vous flagellez pas si durement (et reposez donc mon fouet, personne ne vous a donc appris à demander avant d’emprunter le précieux matériel d’autrui ?), vous pouvez encore vous abonner : sur notre site, réalisé d’arrache-pied par quelques pirates informatiques en cavale : https://www.saisonsdeletrange.com/ ou directement chez notre partenaire, Les Moutons électriques.



     

    Ah, mes 392 prisonn... mes 392 donateurs, je vous remercie grandement du délicieux cadeau que vous m’avez offert. Je me délecterai de vos cris d’effrois, de vos éclats de rire, de vos grincements d’angoisse alors que vous dégusterez, livre par livre, cette saison de l’étrange.

    Le Maître de l’Étrange


     

  • Plus que quelques heures...

    Mes mignons,


    Ce soir sera une nuit exceptionnelle : le battement d’ailes invisibles saturera le ciel d’un bruissement éternel, vos caves se peupleront d’énigmatiques créatures. À chaque table naîtront de cruelles pensées, des plans de complots, des vengeances d’esprits machiavéliques. Tremblante, s’organisera la résistance des faibles êtres humains destinés à lutter contre eux.

    Ce soir s’achève dans un ultime éclair de gloire le financement de cette première Saison de l’Étrange. Nous sommes si proches de l’objectif ! Mes ongles crochus crissent déjà de plaisir sur le tableau noir que mes formules griffonnent depuis un mois : bientôt ils se crisperont sur un joli artbook de 64 pages conçu dans l’extase douloureuse de mon complaisant serviteur. Non, ses larmes de désespoir face à l’ampleur de la tâche n’attendriront pas mon cœur racorni — tiens, où l’ai-je donc mis ?... l’aurais-je encore égaré dans une nécropole ? —, car, sachez-le : je suis un monstre impitoyable et tyrannique.

    Chers amis, vos dons si généreux suscitent en moi une émotion inconnue, qui bouleverse mon âme bien trempée dans le métal en fusion : j’ai plutôt l’habitude d’offrir que de recevoir (même si mes cadeaux ne sont jamais vraiment gratuits). Je vous immolerai bien mon âme en remerciement, mais elle est indestructible et hurle constamment de rage et de douleur.

    Hum... Peut-être à cause de mes réveils des lendemains trop arrosés.

    Arhem.

    Je me contenterai d’une étreinte chaleureuse, garantie sans brûlure, et d’un grand salut de mon haut-de-forme. Mon horrible stratégie n’aurait jamais atteint ces hauteurs sans votre enthousiasme (moral ? immoral ? amoral ?... ces principes m’échappent) pour ces huit livres. Il reste encore quelques heures pour profiter de cette bien étrange saison, qui sait où celles-ci nous mèneront.

    J’ai connu des Empires qui sont tombés en moins de temps.

    Le Maître de l'étrange
     

  • Quatre jours pour une saison de l'étrange !

    Chères invitées et chers invités,

    Voilà trois semaines que je vous ai ouvert les portes grinçantes de ma demeure dans un concert de gonds torturés. Vos cris de joie (ou de terreur, il y a bien longtemps que la différence m’échappe) font écho aux hurlements de mes victimes. Vous semblez vous y plaire et cela me plaît.

    Ne croyez pas que je ne prête pas attention à vos exactions personnelles : j’ai bien vu certaines de vos silhouettes revêtues de longues houppelandes noires, le capuchon rabattu sur vos rouges prunelles luisantes de convoitise, quand vous rejoignez la chorale diabolique qui sous-loue mes caves. Les plus affamés d'entre vous se sont installés confortablement dans mes fauteuils en cuir humain (je hais la cruauté envers les animaux) pour déguster les délicieux mets que propose ma cuisinière d’outre-tombe. Je l’ai embauchée alors que deux enfants essayaient de l’assaisonner dans son propre chaudron... Elle m’est redevable depuis, et ne manque pas de partir chasser les meilleurs ingrédients afin de nourrir mon abominable appétit.

    Oui... Oui... Je sens la vie palpiter sinistrement dans ma demeure, un souffle fétide empli de peurs et d’angoisses étranges ravive les carcasses d’horreurs anciennes, agite les esprits machiavéliques des comploteurs de l’ombre. Mes tendres invités, vous êtes l’âme noire qui anime ces Saisons, leurs histoires. Mes adorables suppôts, sans vous les monstres et les criminels s’assoupissent et les héros sont désœuvrés. Sans vous, je resterais seul sur mon trône de poussière, à attendre.

    Grâce à vous, cette première saison de l’étrange prend son essor, comme un vol de chauve-souris lors d’une nuit sans lune. Mille mercis, je saurais vous gâter comme les gentes et gens de marque que vous êtes.

    Il reste encore quatre longues journées pour partager ce projet avec vos proches et amis, n’hésitez pas à les inviter en ma demeure. Quelques jours à peine pour profiter de mon offre, soixante-dix euros pour recevoir moult cadeaux : les six livres de l’abonnement dans leur étui, le artbook de notre escla... graphiste préféré, et le volume "teaser" de la deuxième saison.

    Car en ce qui me concerne, je rêve d’atteindre le prochain objectif, un artbook aussi volumineux que les souffrances de mes victimes...

    Le Maître de l'étrange

  • Le teaser de la saison 2 validé !

    Mes mignons,

    Quelle liesse ! Des secousses abominables ébranlent mes vieux os, le cliquetis agréable de ma cage thoracique joue une mélodie oubliée depuis des siècles : grâce à vos efforts conjugués, voilà qu’un troisième objectif est déverrouillé. Le teaser de la saison 2 rejoint les ouvrages de cette première saison, augmentant le nombre de codex à huit !

    J’entends les ululements déçus de mes cerbères qui pensaient se rassasier avec quelques auteurs oisifs. Les bêtes affamées comptaient sur le festin séculaire, la promesse d’une bonne chère littéraire avait attisé leur convoitise. Mais j’ai la certitude qu’elles comprendront la raison de leur privation. Au pire, celui qui hurlera le dernier nourrira les autres.

    J’ai mille cadeaux à vous offrir en remerciement : cheveux de chimères ou de gorgones, en métal d’origine indéterminée, pendentifs maudits de pyramide, breloques en os. Cependant, je connais votre goût pour le raffinement : j’ai donc, une fois de plus, martyrisé le graphiste à l'aide de clous, de colle, de fourmis particulièrement vicieuses, de... Baste ! les détails deviennent trop intimes. Sachez que cet être difforme à présent vous livrera de superbes fonds d’écran, un par livre, qui s'ajoutent aux contreparties dès 15 euros !

    Ah, mes trois sbires, Arthur, Vivian et Melchior me supplient de vous passer leurs mille remerciements. Comprenez-les, sans votre enthousiasme pour ce financement, ils auraient vite fini en pâté à cerbères.

    Maintenant, ils ont au moins le répit d’une saison.

    Le Maître de l'étrange

  • Une interview du graphiste !

    Mes mignons, plus que neuf jours pour participer à notre financement participatif sur Ulule. En attendant, j'ai décroché la chaîne du graphiste de sa cage et celui-ci s'en est allé répondre aux interrogations d'Actusf...

    http://www.actusf.com/spip/Les-Saisons-de-l-Etrange-de.html

    A l’occasion du lancement du crowdfunding des Saisons de l’Etrange, Melchior Ascaride revient sur le projet dans une interview.

    [...] "nous avons décidé de créer une maison d’édition qui serait la fusion de Netflix pour l’aspect séries télévisées à disposition, les comics, les magazines pulp de la trempe de Weird Tales et Amazing Stories et des vidéoclubs période années 90" [...]

    Actusf : Vous venez de lancer une campagne Ulule pour un nouveau projet, Les Saisons de l’Étrange. En quoi consiste-t-il ? Pouvez-vous nous le présenter ?
    Melchior Ascaride : En effet, avec deux collaborateurs et amis, Vivian Amalric et Arthur Plissecamps, nous avons décidé de créer une maison d’édition qui serait la fusion de Netflix pour l’aspect séries télévisées à disposition, les comics, les magazines pulp de la trempe de Weird Tales et Amazing Stories et des vidéoclubs période années 90 (plein de choix, beaucoup de genre, de séries B et Z…). Mais tout cela en livres.
    L’idée est d’avoir différentes séries, chacune découpée en épisodes. Un épisode est donc un roman complet, court, enlevé et fun, avec un début, un milieu et une fin. Et les personnages que l’on y retrouve (héros comme vilains) reviennent d’un épisode à l’autre, des fils rouges assureront la cohésion de chaque série (un peu comme dans Buffy, où chaque épisode est indépendant mais participe d’une histoire plus globale). Chaque année de parution devient donc une saison et nous espérons que notre lectorat suivra ses héros et héroïnes d’une année sur l’autre, et appréciera aussi d’en découvrir de nouveaux !
    Le ton des Saisons de l’Etrange se veut résolument populaire et plonge tête la première dans le genre, dans la série B, dans le pulp… Nous avons donc du fantastique, du steampunk, de l’uchronie, de l’aventure lovecraftienne, de la fantasy urbaine, de la science-fiction… Tout ça sous une direction générale : des enquêteurs et inspectrices de l’étrange qui ont maille à partir avec… tout ce qui sort du cerveau de nos auteurs et autrices.
    Et comme nous démarrons avec un projet très ambitieux pour de l’édition (d’où notre crowdfunding sur Ulule), nous avons le soutien de la maison d’édition Les Moutons électriques, qui nous aide non seulement à la diffusion (pour que les livres puissent trouver leur place en librairie) mais aussi à la promotion, en nous donnant un coup de main publicitaire monumental.

    Actusf : Un projet de longue haleine donc ! Pour cette première saison, comment avez-vous sélectionné les œuvres que vous souhaitez publier ? 
    Melchior Ascaride : Nous avons jeté plusieurs bouteilles à la mer et fait fonctionner nos réseaux pour recruter des gens variés. Là aussi, les Moutons électriques nous ont pas mal aidé (on retrouvera dans les saisons futures des noms tels que Julien Heylbroeck, Nelly Chadour, Nicolas Le Breton, Brice Tarvel…).
    Nous avions aussi envie d’avoir de nouveaux auteurs qui se lanceraient dans la littérature comme nous dans l’édition (comme François Peneaud, Lazare Guillemot, Olav Koulikov ou encore Irène Maubreuil) : comme des aventuriers lors de leur première expédition, peut-être un peu effrayés mais animés par la passion, et certains de faire de belles choses en restant soudés.
    Et puis nous avons aussi deux auteurs malheureusement décédés aujourd’hui, Paul Féval et Roland C. Wagner, issus d’époques différentes mais dont les textes splendides ont plus que leur place parmi les Saisons !

    Actusf : Pouvez-vous nous dire quelques mots des récits sélectionnés ?
    Melchior Ascaride : Comme dit plus haut, nous brassons plusieurs genres différents dans chacun des six volumes de la première saison.
    115° vers l’épouvante est un récit d’aventure lovecraftienne, drôle et incroyablement rythmé, qui nous transporte sur tout le globe, convoquant à la fois des personnages littéraires existants et d’autres qui vont exister (gardez un œil sur Gog et Magog !).
    Le Nombril du monde est une enquête digne d’un épisode de X-Files, dans laquelle une agence de détectives de l’étrange seront confrontés, en pleine banlieue parisienne, à des druides, de gentils loubards et des fans de heavy metal. Entre autres !
    Les Compagnons de Roland est le premier épisode de notre série steampunk, dans lequel le héros Gabriel Dacié, un aviateur, inventeur et aventurier (qui a dit Tony Stark ?) sera confronté à des savants fous, des pouvoirs mentaux, le légendaire français et de la technologie étrange ouvrant sur d’autres mondes.

    Mémoires d’un détective à vapeur est un objet hors du temps : une uchronie. Ce sont des enquêtes de Jan Markus Bodichiev, le plus fameux détective de l’empire anglo-russe, qui a entre autres choses croisé la route de plantes tueuses, de robots polis, d’humains augmentés et d’intelligences artificielles.
    Ann Radcliffe contre les vampires nous raconte les démêlés que la célèbres autrice britannique a eu avec… des vampires ! Oui oui. Peu le savent, mais ce livre vous racontera comment la jeune femme s’est retrouvée à sillonner l’Europe jusqu’à la Ville-Vampire, probablement l’une des sources d’inspiration de ses romans.
    Enfin, Le Tour du monde en un jour sera une nouvelle aventure de Sachem Blight et sa sœur Oxiline, deux détectives de l’étrange canadiens, qui cette fois vont mener l’enquête au cours de l’Exposition coloniale de 1931 à Paris, véritable foire d’empoigne de cultes indicibles et sectes innommables.

    Actusf : Si le projet se concrétise, la sortie est prévue en avril. Pouvons-nous espérer quelques exemplaires sur les salons, dont Les Imaginales ?
    Melchior Ascaride : A l’heure où j’écris ces lignes, le projet est financé à 162% (ce qui donne aux contributeurs, en plus des romans, un artbook de couvertures alternatives, avant le prochain palier), donc oui les romans commenceront à paraître en avril de cette année. Et nous avons déjà dans les tuyaux des soirées de lancement (dont vous retrouverez les informations sur notre page Facebook) et il y a de fortes chances pour que les étoiles s’alignent et que nous soyons présents aux Imaginales.

     
    Actusf : Avez-vous une préférence pour un de ces livres ? Pourquoi ? 
    Melchior Ascaride :
     C’est compliqué, parce qu’ils débordent tous de qualités. Mais s’il faut en choisir un, je dirai Le Nombril du monde. Parce qu’en plus d’être un excellent roman, il brosse en sous-texte un portrait de la banlieue parisienne des années 90, avec ses habitants et leur parler typique. Donc en plus d’être une belle fiction, c’est aussi un véritable témoignage géographique, social et culturel (car oui, dans les Saisons on sait mélanger récit fun et réflexif).

    "Vous pourrez même en avoir un aperçu si nous arrivons à débloquer notre troisième palier" [...]

    Actusf : Êtes-vous déjà en train de préparer une seconde saison ? 
    Melchior Ascaride :
     Oh oui ! Et croyez bien qu’entre les nouveaux épisodes, les nouvelles séries et les nouveaux auteurs et autrices, on a prévu de vous gâter ! Vous pourrez même en avoir un aperçu si nous arrivons à débloquer notre troisième palier : un recueil de nouvelles inédites faisant office de trailer de la prochaine saison !
     

    Estelle Hamelin