BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

LES RENCONTRES DES QUATRE SAISONS

Partie 1 : L'hiver (ou le pull bleu) - court-métrage

À propos du projet

🏂🏂🧣🧣🧣 OBJECTIF 130% 🧣🧣🧣🏂🏂

MERCI ENCORE DE NOUS AVOIR MENÉ JUSQU'ICI ET DE RENDRE TOUT ÇA POSSIBLE.

Nous visons maintenant la barre des 130% qui nous permettrait de tourner une demi-journée de plus dans le décor, loué vide, et de nous appliquer à rendre tout ça le plus drôle possible.

Adrien cherche l'amour. Dans une boutique de pulls, l'hiver, dans un jardin public, au printemps, à la plage, l'été, ou à la bibliothèque, l'automne. 

Nous préparons en ce moment le tournage d'un court-métrage de fiction titré provisoirement Les rencontres des quatre saisons. Il s'agit d'un court-métrage d'une vingtaine de minutes dont le tournage est éclaté en quatre parties distinctes. Étant, pour la plupart, étudiants à l'ENS Louis-Lumière, nous avons obtenu le prêt du materiel image et son ainsi que la prise en charge des coûts de post-production du film. Cependant, l'école ne pouvant assurer la production de ce type de projets, nous portons seuls la responsabilité économique du court-métrage. C'est pourquoi nous avons besoin de votre aide.

Ici, nous parlerons de la première partie : l'hiver dont le tournage est prévu le 30 et 31 décembre. 

COURT-RÉSUMÉ

Une boutique de vêtements. Adrien cherche un pull. Une jeune femme traine près des gants. Il la regarde...

Note d'intention mise en scène

La rencontre m'anime. Ce moment où l'on se lance, où l'on se découvre vaguement. Un instant, on devient quelqu'un, un autre pour l'autre. Peu-importe si cette rencontre aboutit en une histoire d'amour ou d'amitié, elle reste un moment précieux et fragile. Et c'est cette fragilité, cette maladresse que je veux raconter à travers le regard d'Adrien.

Adrien est étudiant en histoire. C'est un type seul, le genre bosseur/glandeur qui préfère la compagnie des livres et des disques. On lui a toujours dit qu'il était beau mais il n'a jamais su quoi en penser : lui n'arrive pas à vivre d'histoires. Et là, arrive mon film. Il montre cette période où Adrien prend son courage à deux mains et va parler aux femmes qu'il a toujours observé d'un coin de l’œil dans le métro ou dans la file d'attente.

Il m'est déterminant de montrer une palette de ces rencontres sous la forme de quatre chapitres avec chacun un décor et une temporalité indépendants pour renforcer le principe de variations autour de la même situation. À l'écriture, j'avais en tête In Another Country de Hong Sang Soo dans lequel nous suivons Anne, personnage fantasmé par une écrivaine, qui va vivre différentes variations d'une situation plus ou moins semblable. Mais j'ai décidé d'en faire une histoire un peu plus classique dans laquelle nous suivons les aventures d'un personnage au fil du temps.

Ce film est une comédie. Pas de celles qui font s’esclaffer l'audience entière mais plutôt de celles dont on sort souriant, léger avec quelques blagues bien disposées pour travailler le burlesque des situations. Adrien est pour moi de ces personnages un peu minables mais attachants que l'on veut voir réussir comme le Gaspard du conte d'été de Rohmer ou encore Albert Jeanjean du Dieu seul me voit de Bruno Podalydès.

La mise en scène devrait adopter un parti pris classique suivant les aventures du personnage avec un cadre au format 1,85, presque invisible mais permettant à la fois d'ancrer les personnages dans le décor et de garder une certaine proximité, pour les dialogues et les rapprochements par exemple. L'esthétique de chaque chapitre sera, bien entendu très différente et nous travaillerons, avec le chef-opérateur, sur une différenciation de traitement de ces derniers. J'ai dans l'idée de jouer sur les possibilités que nous offrent les quatre saisons en terme de variations colorimétriques (costumes, étalonnage) et de sensations de matières (l'été m'apparaissant par exemple plus sec et chaud que le printemps, plus humide et vert). Cependant, je pense qu'il faudrait travailler essentiellement en lumière naturelle pour permettre aux comédiens et au cadre d'essayer de nouvelles choses, pas forcément prévues. Ou dans les intérieurs de poser les sources de manière à ce que l'on puisse tourner dans n'importe quel axe du décor.

Intentions de lumières

L’envie est de créer une image froide et contrastée avec un grand nombre d’éléments en nuances de gris et de bleus (l'aspect contrastée ne venant pas de zones d’ombres et de lumières, mais d’éléments très sombres et blanc dans le même cadre). De plus, pour rechercher une texture un peu “matte”, on réduira (à la décoration et l’étalonnage) les lumières incidentes et reflets spéculaires. 

L’effet principal serait motivé par un éclairage de magasin (diffus et plongeant), et serait complété (en fonction du décors) par quelques sources secondaires plus dures s’il est nécessaire de détacher ou de donner davantage de relief aux personnages.

Quelques images tirées du Moodboard

Photogramme du film Bancs publics de Denis Podalydès

Photogramme du film Un monde sans femmes de Guillaume Brac

Photogrammes du film Les deux amis de Louis Garrel

À quoi va servir le financement ?

Après de nombreux repérages et refus, nous avons trouvé une boutique acceptant de nous héberger le temps du tournage en échange d'un loyer. C'est là que vous entrez en jeu. 

Voici donc la répartition du budget : 

  • 450 € vont servir à louer la boutique pour une journée et demie de tournage.
  • 150€ de frais de régie contenant : la prise en charge de deux repas pour huits personnes, la location d'un utilitaire pour assurer le transport du materiel, le coût de stationnement du véhicule pour deux journées.

À propos du porteur de projet

Zéphir Blanc Réalisateur

Étudiant à l'ENS Louis-Lumière section Cinéma, Zéphir aspire à devenir réalisateur.

 

Alexandre Barcellona Assistant réalisateur

Étudiant à l'ENS Louis-Lumière section Cinéma, Alexandre aime écrire des films et s'excuser.

 

Thibault Alcouffe Chef-opérateur

Adorant le cinéma et la photographie, Thibault étudie à l'ENS Louis-Lumière pour devenir chef opérateur. Ce que il aime durant les tournages, au-délà des enjeux esthétique du film, c'est le partage d'une aventure folle et passionnante.

 

Victor Riou Assistant caméra

Étudiant en cinéma à l'ENS Louis lumière, Victor est passionné par l'image et particulièrement par le travail du cadre. Il aime le travail en équipe et participe à toutes sortes de projets : courts metrage, clips, etc. La pratique de la photographie argentique et de divers instruments à cordes sont également une partie importante de sa pratique artistique.

 

Renaud Perret Ingénieur du son

Étudiant en deuxième année à l'ENS Louis-Lumière, Renaud s'occupe de la prise de son et des jeux de mots vaseux sur le tournage.