BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Edition de "Les Marges", de Jean Prod'hom

Réunir dans un livre des textes et des photos provenant d'un blog

À propos du projet

Tous les livres ont leur histoire. Les Marges, recueil de textes de Jean Prod'hom, doit beaucoup à Internet. Mais il lui faut encore passer le cap, financier, qui mène du virtuel au matériel...

D’abord, les textes sont arrivés par bribes, régulièrement, métronomiquement, sur mon mur Facebook, en provenance directe du blog de Jean Prod’hom, lesmarges.net.

C’est aussi sur le mode de l’écho et du rebond que se fait la communication aujourd’hui, de support en support, de l’ordinateur, en passant primitivement par le papier, ou non, jusqu’à d’autres ordinateurs, ou d’autres tablettes, voire téléphones.

Ici, les « messages » arrivaient au même titre que des informations dites sérieuses ou des commentaires prosaïquement autocentrés, mais dès les premières lettres de ces messages, leur contenu poétique, parfois étrange, détonnait dans la masse quotidienne de « posts ». Ils détonnaient à la manière des orages d’été – électriques – et incitaient à une visite sur le blog. Et il y avait les photos accompagnant les textes, avec un décalage, plus ou moins accentué, qui bousculaient ces derniers et les mettaient en résonance.

DSCN7671

De lectures en lectures, on envisageait progressivement l’étendue de l’œuvre qui se tenait derrière ces bribes, elle gagnait en importance, toute contenue dans le blog – à la fois à portée d’œil mais devant se gagner à force de clics…Les portes d’internet peuvent aussi donner un effet de muraille.

Ce paradoxe d’ouverture et de fermeture à la fois nous amena – naturellement si on peut dire puisque c’est notre métier – à rêver à un retour vers le livre. Plutôt à une migration vers le papier, un papier joliment imprimé et relié avec du fil, qui irait sa route en empruntant d’autres chemins que le volatil numérique. Moins vite ? Possible…Plus loin et plus longtemps ? Peut-être…Pour des lectures plus soutenues ? C’est probable. Et c’est le pari.

DSCN7663

Restait à opérer le choix des textes, tâche que Jean Prod’hom m’a obligeamment confiée. Ce choix s’est révélé presque impossible à opérer. Quels critères privilégier ? Quelles thématiques retenir ? Comment justifier tant d'exclusions? Il a fallu créer un chemin, définir quels choix arbitraires présideraient à l’assemblage, quelles désobéissances seraient permises, car toute règle en a un besoin vital. Et c’est une des énigmes de ce livre qui a fait ce qu’il est, avec tel texte qui suit et précède tels autres. Et que ces textes aient été élus par une sorte de moulinette peu démocratique, entachée de subjectivité.

Editions Antipodes, Claude Pahud

A quoi va servir le financement ?

Editer un livre en quadrichromie coûte cher. Et si le tirage est faible, comme c'est le cas ici, nous devons nous assurer au préalable de soutiens financiers et de ventes préalables. 

Les fonds réunis permettront d'assurer une partie des frais de mise en page, de correction et d'impression (7'000 chf au minimum).

Deux aides ont déjà été obtenues auprès de la Ville de Lausanne et du Pour-cent culturel Migros (5'000 chf au total).

Le projet est en très bonne voie: il manque juste votre coup de pouce!

À propos du porteur de projet

L'auteur

Jean Prod’hom est né le 6 août 1955 à Lausanne. Marié et père de trois enfants, il vit dans le Jorat depuis 1990. Il enseigne au Mont-sur-Lausanne et nourrit un blog au quotidien depuis 2008, www.lesmarges.net.

Il a publié, en 2014, Tessons, aux Editions D'autre Part.

Les Editions Antipodes

Les Editions Antipodes ont été créées en 1995, à Lausanne.

Au rythme d’une quinzaine de livres par année, notre catalogue compte plus de 200 titres, il comprend principalement des ouvrages de sciences sociales: histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, science politique, psychologie.

Notre ligne éditoriale privilégie des textes qui sont solides scientifiquement et qui dévoilent ce qui n’apparaît pas dans les discours officiels, ce qui est "enfumé" par les propos convenus, le prêt-à-penser et les mythes: des enjeux de pouvoir, des intérêts financiers, des inégalités, des injustices. Nous trouvons essentiel de constituer un catalogue qui soit explicite et cohérent. C’est aussi de plus en plus nécessaire, avec l’avalanche continue de parutions, dont une bonne partie sont au mieux inutiles, et avec le tsunami de publications numériques qui menace de nous engloutir.

Si nous publions surtout des textes académiques, en ayant le souci de les rendre accessibles, lisibles, compréhensibles, et de les présenter dans une mise en page soignée, nous aimons aussi beaucoup la littérature et la bande-dessinée.

Employé·e·s et salaires

Les Editions Antipodes ont le statut de société à responsabilité limitée, elles emploient trois personnes (deux femmes et un homme, pour un total de 200% de temps de travail).

Publier des sciences sociales est financièrement difficile et, comme ceux de nos collègues éditeurs, nos livres sont donc fortement subventionnés. Ce soutien important nous invite à un peu de transparence: nos salaires  (5'436 francs suisses brut pour un plein temps) se situent un peu au-dessus de soudeur ou de conducteur de grue, au même niveau que patrouilleur du Touring Club Suisse ou que maçon, et un peu au-dessous d’instructeur de la protection civile ou d’hygiéniste dentaire.