Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Collioure... Les jours bleus d'Antonio Machado

Publication d'un livre hommage au célèbre poète espagnol

À propos du projet

Les Éditions Mare Nostrum, la Fondation Antonio Machado et la ville de Collioure publient un livre événement qui célèbre la mémoire d’Antonio Machado.

Qui est Antonio Machado ?

Antonio Machado est un des plus grands poètes de langue espagnole du XXe siècle. Il naît en 1875 à Séville et décède le 22 février 1939 à Collioure, dans les Pyrénées-Orientales, après avoir passé la frontière avec les centaines de milliers de Républicains qui fuyaient devant les troupes franquistes. Aujourd'hui, au cimetière de Collioure, sa tombe est constamment fleurie et ses admirateurs ne cessent de déposer messages et poèmes dans une boîte aux lettres scellée à la pierre.

Issu d’une famille républicaine pour qui la volonté du peuple est sacrée, son inquiétude pour le devenir de l’Espagne lors de la guerre civile, est grande. Il exècre cette Espagne assassine qui a déjà tué son compatriote, le poète Federico García Lorca. Après la mort de celui-ci, Machado écrira un poème fameux, intitulé « Le crime a eu lieu à Grenade » (1936).

S’il mit très tôt sa plume au service de la République, il fut d’abord l’auteur de recueils poétiques sans cesse réédités, notamment Soledades (1903) et Campos de Castilla (1912), et d’un ouvrage en prose (Juan de Mairena, 1936) où il aborde avec profondeur et humour les sujets les plus divers : philosophie, psychologie, littérature, politique, etc.

Sa poésie, empreinte d'une sagesse et d'une profondeur qui lui donne une portée égale à celle des plus grands poètes de tous les temps, interroge constamment les grands mystères de la vie humaine, dans une contemplation attentive des hommes et du monde (Miguel Martinez).

Par le fil invisible et ténu m’arrivent à travers les champs et les villes la rumeur monstrueuse des douleurs espagnoles, l’écho stupéfiant de ce martyre d’un peuple parqué sur notre sol. Et au milieu de ce concert terrible, commencèrent à venir à moi les noms des poètes…

Ô Machado, ô grand proscrit tombé ! Maintenant les hommes voient enfin ta vraie grandeur ! Maintenant ton nom est inscrit à jamais dans le cœur saignant du monde.

Le plus grand, l’aîné des chanteurs d’Espagne, celui dont le cante jondo venait du plus profond de la péninsule meurtrie, Antonio Machado est mort.

Aragon

La mort d’Antonio Machado, laquelle était aussi la mort de la République Espagnole, n’a cessé de nous accompagner.

Les cendres de Machado sont toujours là, à Collioure… Mais cette tombe, si elle est en terre d’exil, est aussi en terre amie. Machado y a trouvé son ultime refuge.

Fraternellement unis au peuple espagnol, nous n’avons jamais cessé de veiller sur elle avec la plus ardente ferveur. Elle est le lieu d’un grand deuil, mais elle est aussi le lieu d’une inaltérable espérance.

Jean Cassou

Antonio Machado et les siens franchirent la frontière à l’issue d’un terrible exode : la Retirada.

Leur ami Corpus Barga portait dans ses bras, comme un enfant, la mère du poète, Ana Ruiz (85 ans), Antonio s’appuyait sur son frère, José.

Ils vécurent leurs premiers jours d’exil dans l’abattement et le dénuement. Ils avaient abandonné leurs bagages en cours de route et ne possédaient que les vêtements qu’ils portaient.

À Collioure, Juliette Figuères tenait une mercerie sur la placette. Émue par leur détresse, elle les invita à entrer et leur offrit une brève collation. Après un moment de repos, les Machado gagnèrent l’hôtel, où les accueillit la patronne. […]

Un jour, Antonio ne put descendre de sa chambre. Le médecin, appelé à son chevet, ne put que constater la gravité de son état. Malgré les soins qui lui furent prodigués, le poète s’éteignit le 22 février à 15 heures 30.

Jacques Issorel

Les Éditions Mare Nostrum, la Fondation Antonio Machado et la ville de Collioure vous proposent donc de participer à la publication d’un livre événement qui célèbre avec ferveur la mémoire d’Antonio Machado.

Outre la transmission de la pensée du poète et l’hommage nécessaire rendu à la Fondation qui œuvre pour sa mémoire depuis des décennies, cet ouvrage porte une réflexion salutaire sur l’humanisme à l’épreuve des déchirements de l’Histoire…

À quoi va servir le financement ?

Nous voulons publier un "beau livre" souvenir : édition trilingue (français / espagnol / catalan), couverture toilée, jaquette quadrichromie, documents d'époque inédits, papier de qualité… Bien sûr, cette exigence a un coût : impression (5 000 €), frais de maquette (1 500 €), de reproduction d'œuvres d'art - Matisse, Picasso, Miro (1 500 €)… Si nous demandons 5 000 €, c'est pour pouvoir éponger le plus gros poste financier, à savoir les frais d'imprimeur.

Ce livre de très belle facture rassemble témoignages, documents inédits et souvenirs liés aux derniers jours d’Antonio Machado à Collioure. Il rappelle aussi ce qu’était la vie quotidienne avant-guerre dans le petit port de pêche, et fait référence à l’empreinte qu’y ont laissée des peintres comme Matisse…

En outre, cette publication est aussi l'occasion de saluer le travail constant mené par la Fondation depuis sa création, tant en direction du grand public que des scolaires.

Pour les éditions catalanes Mare Nostrum, cet ouvrage viendra étoffer un catalogue largement consacré à l'exode des Républicains espagnols, en février 1939, première grande catastrophe humanitaire européenne, passée sous silence dans les livres d'Histoire tant français qu'espagnols…

Quant à la Ville de Collioure, elle disposera enfin d'un bel album en hommage au poète qui, avec les peintres Matisse et Derain, contribue à sa renommée à travers le monde.

Chers contributeurs d’Ulule, vous qui êtes épris de littérature, de poésie, de liberté, chers amis animés d'un engagement humaniste, chers amoureux de Collioure, petite perle de la Côte Vermeille : merci de nous soutenir !

Éditions Mare Nostrum

À propos du porteur de projet

Mare Nostrum est une maison d’édition fondée à Perpignan en 1990 par le journaliste Philippe Salus.

Fort de cent cinquante titres, son catalogue oscille entre l’Histoire catalane, des polars régionaux et des livres d’art.

Depuis une quinzaine d’années, Mare Nostrum consacre une large part de ses parutions à la Retirada, l’exode des Républicains espagnols sur les plages du Roussillon, un épisode dramatique de l’Histoire européenne entre la guerre civile espagnole et le début de la Deuxième guerre mondiale.

https://www.marenostrumedition.com/

https://www.facebook.com/editionsmarenostrum/