Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Gajociclo, l'Amérique du Sud à mono

Un voyage interculturel d'une année à monocycle

À propos du projet

GaJociclo c'est Gaël et Jonathan qui partent une année à monocycle à la rencontre des cultures locales d'Amérique du Sud.

Gajociclo en bref

La naissance du projet

Nous avons débuté le monocycle comme un loisir il y a plus d’une dizaine d’années pendant des cours de cirque. Le développement de cette discipline ces dernières années a permis l’émergence de monocycles résistants et adaptés à une utilisation sportive (randonnée tout terrain, trial, sauts). 

C’est ainsi que le monocycle est devenu pour nous un sport à part entière que nous pratiquons en faisant de la randonnée.

 Il s’est enfin imposé comme véritable moyen de transport pour tous les petits trajets quotidiens. 

Nous avons ainsi constaté que le monocycle est un véritable outil de rencontres. Son originalité attire la curiosité et favorise le contact humain. En effet quel que soit le lieu, qu’importe l’heure, croiser deux monocycles entraîne un sourire, une phrase, un dialogue… 

 De ce constat, est né un projet que l’on nommera GaJoCiclo. Ce projet sera un échange interculturel dans lequel le monocycle aura une place à part entière. 

Le projet

D’une part, il y a le défi de réaliser un voyage à monocycle avec tout ce que cela implique (matériel ultra léger, monocycles à vitesse, création d’un porte bagage et de sacoches uniques ainsi qu’avaler un bon nombre de kms sur une seule roue ) 

Nos monocycles                 Axe à vitesse                   Modéilsation du porte bagages

Par ailleurs, il nous tient à cœur de partager cette aventure. Pour cela, nous avons monté un partenariat avec les deux écoles de notre village d’origine (Chauvé, 44320). Celles-ci nous suivront pendant la durée du voyage par le biais de visio-conférences ainsi que par des vidéos, photos et reportages. Un espace spécifique sera dédié aux écoles sur notre site internet (www.gajociclo.com, Agiléo informatique). Nous travaillerons sur des thèmes en lien avec notre périple et choisis par les enseignants.

En parallèle nous mettrons en place des partenariats avec des écoles reculées dans les pays traversés. Nous voulons apporter notre spontanéité et utiliser la jonglerie pour créer un lien et un véritable échange avec les enfants. Nous mettrons en place des ateliers de jonglerie dans ces écoles (conception de balles, jeux de la jongles etc. ). Par ailleurs nous discutons actuellement de la possibilité d’organiser un échange entre les deux écoles françaises et les écoles de là-bas.  Nous sommes déjà attendus dans une école en Argentine (Cordoba), une école au Pérou (Village d’Acopalca près d’Huancayo) ainsi qu’une école en Colombie (El Cairo – Valle. San José del Palmar).

Enfin, nous souhaitons partager cette aventure avec les amis, collègues, connaissances, voyageurs, rêveurs, sportifs, paresseux, sponsors et avec tous ceux qui de près ou de loin sont intéressés pour partager notre aventure.

Notre site internet:http://www.gajociclo.com,

Notre page facebook(https://www.facebook.com/pages/Gajociclo-lAmérique-du-Sud-à-Mono/327587474033369)

et notre compte twitter:https://twitter.com/GaJoCiclo

Le périple

Le départ de cette aventure est prévu pour janvier 2014 et durera une année. Nous avons tracé un itinéraire en fonction des saisons afin de bénéficier des meilleures conditions météos. Le départ se fera de Rio de Janeiro en janvier 2014 pour rejoindre Caracas au Venezuela en décembre 2014.

La totalité du périple représente une distance avoisinant les 17500 kms. Nous estimons que les monocycles nous permettrons de parcourir 5000 kms sur l’année soit une moyenne de 32 kms par jour en pédalant 4 jours par semaine. 

Le reste du trajet se fera en transports en commun (stop, bus, train).

Nos partenaires actuels :

- CDK (matériel de monocycle, suivi du projet et publication d’articles via le blog du monocyle par Romain Gadiolet)http://www.leblogdumonocycle.fr

- Agiléo informatique (construction du site internet)

- Mairie de Chauvé (44320) (impression de documents, soutient financier, convocation de la presse locale, et articles prévu dans les bulletins d’info de la ville)

Comité d’organisation de la coupe de France de monocycle (espace dédié lors de l’évènement à St Bréven les Pins),

François Lizé alias Bobousse (prises de vue, montages et conseils vidéos)  [email protected]

- Maison des citoyens du monde (accompagnement de projet)

- Ecole publique du parc (Chauvé, 44320)

- Ecole privée St Joseph (Chauvé, 44320)

À quoi va servir le financement ?

Cette campagne de financement servira :

- à acquérir une partie du matériel de campisme ultra léger indispensable à monocycle pour ne pas se casser le dos (canapé, lave vaiselle, frigo :) )

- à finaliser la conception de notre système de porte bagage et des sacoches (un prototype est actuelement en phase de découpage)

- à participer à l’achat de matériel pour la prise de vue et vidéo

- à payer une partie de nos monocycles

- et à financer une partie de la vie quotidienne pendant une année.

Nous avons prévu des contreparties les plus personnalisées possibles afin de vous remercier pour votre soutient. 

Nous avons établi un budget prévisionnel qui comprend l'ensemble des frais sur l'année.

Soyons optimistes

Nous avons choisit un seuil de 3600 euros à atteindre. Toutefois, atteindre 4000 euros nous permettra d'investir dans un GPS pour une actualisation régulière de notre position. 

A partir de 4500 euros on envoie un colis avec du matériel de jonglerie directement dans une des écoles traversée.

                                   MERCI A TOUS ET A TOUTES POUR VOTRE SOUTIENT

À propos du porteur de projet

Jonathan Bodin

Diplomé d’un master de biologie et biotechnologies des plantes, ce projet est pour moi une rupture post étude et l’expérimentation d’un mode de vie différent ou notre quotidien sera dicté par le rythme des rencontres. Mais c’est aussi et surtout la concrétisation de plusieurs années d’échanges et rencontres vécues à travers le monocycle et les arts du cirque.

J’ai en effet découvert le monocycle il y a plus de 10 ans lors de cours de cirques. Ce n’est que quelques années plus tard nous avons créé notre propre association « Massue pi l’ami ». Le but était de partager et d’échanger nos savoirs dans le domaine des arts du cirque. C’est à cette occasion que j’ai redécouvert le monocycle qui est très vite devenu une passion. Voyager à monocycle est pour moi un moyen de transport émergent, écologique et original qui favorise le contact et les rencontres que je souhaite promouvoir et partager à travers ce projet.

Gaël Lecoq

Peintre aérographiste de formation, j’ai toujours été passionné par les arts du cirque. J’ai découvert le monocycle naturellement après avoir pratiqué des disciplines des arts du cirque tel que le diabolo,  les balles et les massues. Ma passion du monocycle n’est pas seulement due à l’objet en lui-même mais à tout ce qu’il évoque, c’est à dire le contact humain et la possibilité de rencontrer des monocyclistes dans les 4 coins du monde.

C’est donc pour ces mêmes valeurs que j’ai eu envie de réaliser une telle aventure avec un monocycle. Ce projet est pour moi l’opportunité de découvrir des cultures différentes, de partager l’aventure tout en étant confronté à une nouvelle langue. Ce voyage sera également pour moi une source d’inspiration et de renouveau avant de lancer ma propre entreprise d’aérographie sur tous supports.

Etat d'esprit

A l’idée de ce voyage, s’est naturellement greffée la création d’un partenariat avec les 2 écoles de notre village d’origine. Partager ce voyage avec des enfants, et qui plus est ou nous avons grandi, est un excellent moyen de les ouvrir sur le monde extérieur tout en s’impliquant dans un projet.

Nous avons co-créé une association dans les arts du cirque en 2006 « Massue pi l’ami » qui a été une première expérience très enrichissante d’un point de vue pédagogique. Il nous tient donc à cœur d’utiliser cette expérience et nos connaissances dans les arts du cirque pour en faire bénéficier les enfants dans des écoles d’Amérique du Sud. Ils auront beaucoup à nous apprendre également. C’est pourquoi nous voulons aussi réaliser des séquences vidéos sur leur vie à l’école afin de les partager avec les élèves de notre village.