BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

L'ÉQUATEUR PENCHÉ (TITRE DE TRAVAIL), 2E ÉTAPE

PAR PATRICE POOYARD LE RÉALISATEUR DE "LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES".

À propos du projet

3e OBJECTIF ET PHASE FINALE DE CE DEUXIÈME CROWDFUNDING !!!
LA POSTPRODUCTION : 120 000 €

(30 000 € TOURNAGE SECRET + 30 000 € INTERVIEWS + 60 000 € POSTPRODUCTION)

voici une petite vidéo - un peu provoc :) - pour vous en parler :

Là, on rentre dans la fabrication : montage, musique, habillage, animations 2D et 3D… tout ce qui transforme des rushes en un film, qu'on espère le plus beau possible en plus d'être riche en informations !

Donc voilà, c'est la phase FINALE, il nous reste 7 jours pour nous mobiliser tous et passer le message, MERCI À VOUS !

👍👍👍

VOILÀ CE QU'ON FAIT ET VOILÀ POURQUOI ON A BESOIN DE VOUS POUR LE FAIRE !

PREMIER OBJECTIF ATTEINT EN 5 JOURS GRÂCE À VOTRE MOBILISATION
BRAVO ET MERCI À TOUS !

On passe donc au deuxième objectif : LE TOURNAGE DES INTERVIEWS.

30 000 € POUR LE PREMIER (ATTEINT) + 30 000 € POUR LE DEUXIÈME !

👍👍👍

On peut soit faire des interviews avec un smartphone ou sur skype, et ça donne ça niveau qualité :

Soit un peu mieux, avec du bon matériel et du temps de préparation.
Vous l'avez compris, on va essayer d'en faire le plus possible. On tient nos intervenants secrets eux aussi (encore ?!), car comme certains avaient jugé utile d'écrire à ulule la fois précédente, pour dire qu'on était de dangereux charlatans sectaires escrocs (la belle ambiance) on préfère épargner ceux qui nous accordent des interviews, ce qui est parfaitement compréhensible. On va faire du mieux qu'on peut pour avoir des intervenants dignes de ce nom : diplômes ou pas, peu importe, on prendra des individus ayant des choses concrètes à dire car le temps n'est plus à la causette mais à l'action, et il va devenir de plus en plus compliqué d'expliquer ce que nous avons à montrer.

Comme je l'ai dit dans la vidéo, certaines interviews sont longues à mettre en place et à préparer : tout n'est jamais simple et demande du temps. Le géologue dont je parle dans ma conférence GIZEH 2005 a refusé d'apparaitre en facial dans le film car il travaille dans le privé et n'a donc pas la stabilité de l'emploi de fonctionnaire dont dispose Érik Gonthier… et peut-être aussi pas l'envie de se retrouver la cible de sarcasmes injustifiés qui pourraient nuire à sa carrière : un costard est si vite taillé de nos jours. Mais vous ne le savez probablement pas, même si j'en parle de temps en temps, ça bouge vite et bien dans le milieu des sciences dûres, et quelques surprises ne sont pas "totalement exclues" !

Quoiqu'il arrive, par le principe des vases communicants, ce qui est en surplus d'un côté est affecté à un autre poste pour faire, je le répète, le meilleur film possible. Alors, on y va ?


Dr Erik Gonthier
Maître de Conférences du Muséum national d'Histoire naturelle
Président de l'Association "ArchéoArménie"
Vice Président de l'Association "Les Amis de la Minéralogie"
Secrétaire Général de l'"Association Française de Gemmologie"
(Toujours sur le terrain ou le nez dans les analyses, en train de rédiger des rapports et…
jamais sur les réseaux sociaux. Ceci explique cela ;)

👍👍👍

 

Grâce à la générosité des 2 342 premiers contributeurs, nous avons pu tourner les séquences de l'île de Pâques et de la Bolivie, puis bloquer une provision pour le tournage du Pérou, repoussé à octobre (cf news vidéo du 20 mai plus bas). Maintenant, c'est la suite 😊

Vous trouverez le détail des entrées et dépenses de notre précédent crowdfunding de février 2016, un peu plus bas. Nous avions prévu de faire 5 ou 6 campagnes de financement, tant produire un film de ce genre coûte cher… mais nous avons trouvé des solutions pour diviser par 4 notre budget initial.
Ce film ne pourra exister que grâce à vous, car il n'y a pas d'autre moyen de le produire en France aujourd'hui : la section "à quoi va servir le financement", plus bas, vous explique tout en détail. Merci de prendre le temps de la lire !


Si vous débarquez sans nous connaitre, ni connaître ce projet, tout ça ne doit pas paraître très clair… Reprenons depuis le début.

Voici une conférence tournée à l'occasion du premier ulule et sortie la semaine dernière (attention, elle dure 3 heures)


3 H pour aller au-delà de ce qui a été dit : des pistes qui seront développées dans ce nouveau film… 

Ensuite, un petit aperçu de notre périple sur l’île de Pâques :


Making of du tournage à l'Ile de Pâques

Mais avant de vous parler des objectifs de ce nouveau crowdfunding (3), nous allons faire un état des comptes (1), et à nouveau présenter globalement notre projet (2). Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du Ulule précédent, et qui adorent lire plein de trucs (cliquez sur le mot "trucs" pour voir toute la page ou ici pour voir seulement la vidéo de présentation).

112 889 € de collectés, ce qui représente en net pour la production 103 986,76 € (5% pour Ulule + 3% de commissions bancaires). Desquels il faut retrancher 14 525 € pour la fabrication et la livraison des contreparties (badge, livret 8 pages, tee shirt, livre Rapa Nui et livre Pérou & Bolivie).

112 889 — commission ullule 5% + banque 3% = 103 986,76 €
103 986,76 — 14 525 = 89 461,76 € disponibles pour la production avant les tournages.

Nous avions un apport initial de 20 000 € (ce qui porte la somme totale à 109 461,76 €), et nous avons dépensé 51 000€ pour l’île de pâques et la Bolivie (alors que nous avions provisionné cette somme seulement pour l’île de Pâques). Auxquels s’ajoutent le montant de la station de montage et diverses fournitures telles que le drône et la caméra 360 = 16 000 €.

51 000 + 16 000 = dépenses à ce jour = 67 000 €
109 461,76 - 67 000 € = 42 461,76 €, montant disponible pour le Pérou (en octobre).

 


Message vidéo envoyé à nos contributeurs du précédent ulule le 20 mai 2016.
(Comme certaines personnes ayant perdu des membres continuent de les sentir, je me recoiffe… 
😄)

👍👍👍

« L'ENQUÊTE CONTINUE », vous a-t-on dit à la fin de GIZEH 2005 : non seulement elle continue, mais elle se précise et va nous permettre d’en savoir davantage sur ces énigmatiques « bâtisseurs » évoqués par Jacques, et surtout leur message, tant scientifique que philosophique, qui nous serait adressé à travers le temps.

Si ce n’est pas déjà fait, après « LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES », le visionnage de ce film (ci-dessous) vous éclairera sur le travail de recherche de Jacques Grimault.


Interview illustrée de Jacques : explications de la démarche des auteurs et infos supplémentaires.

En tapant nos noms sur le net (Pooyard et Grimault, faites le test), vous aurez accès à une multitude de pages, dont certaines particulièrement gratinées, où on vous dira en gros que nous sommes des escrocs, des charlatans, des sectaires ou encore des illuminés (qualificatifs qui, à notre époque, tendraient presque à devenir synonyme de libres penseurs) mais vous y trouverez aussi des films, documents et interviews, dont GIZEH 2005 constitue à ce jour la plus abordable de Jacques (en terme de durée, sinon vous en avez une de nous deux de 6H30 - oui, vous avez bien lu - donnée à la radio Ici & Maintenant, liens en bas de page).

Comme nous vous l’avons annoncé précédemment, ce nouveau film va s’intéresser en détail à « l’équateur géomagnétique », à la géologie et à son lien avec l’activité magnétique de notre planète, aux mathématiques encore et toujours, histoire de clouer le bec de ceux qui ne jurent que par l’illusion statistique (ou le hasard pour parler plus clair), et autres surprises : il est maintenant nécessaire de rentrer dans le détail et de commencer la mise en place de cette démonstration annoncée par Jacques… nous aurons l’occasion de vous lâcher quelques bribes de temps en temps, comme c’est souvent le cas en conférences, mais nous garderons secrète l’intégralité du scénario, et vous comprendrez pourquoi lors de sa sortie.

Nous rapportons du (très) lourd de l'île de Pâques et de la Bolivie : pour l'instant, vous apercevez des images, mais vous vous doutez bien que ce n'est pas seulement pour en faire de belles que nous sommes allés là-bas.

Si tout se déroule comme prévu, notre ambition est de livrer idéalement le film terminé en décembre 2016… mais sortant de 8 années de galères en tout genre, sachant à quel point ce projet n’est pas simple et déchaine les passions, je préfère rester prudent… le plus tôt sera le mieux.

👍👍👍

OBJECTIF N°1 : TOURNAGE SECRET EN AFRIQUE
Tournage prévu en septembre (il est un peu technique et compliqué à mettre en place en terme de logistique). C’est vraiment, vraiment, quelque chose d’important.
Je sais, ce n’est pas bien de faire comme ça, de teaser en ne disant rien de précis, mais il faut nous faire confiance :)

Ensuite… on verra : focalisons nous d'abord sur celui-là.
 

L’ÉQUIPE DE CE TOURNAGE (SECRET EN AFRIQUE 😜)
Pour ce tournage secret et plus compliqué que les autres, elle sera un peu plus légère que précédemment, mais emploiera des personnes sur place, ce qui est indispensable.


L'équipe à Rapa Nui, de gauche à droite : Alex, Patrice, Thomas, Vesna, Jacques, Laurent et Raphael.

👍👍👍

PARCE QU'IL Y A DES CONTREPARTIES 😃
Vous allez trouver deux types de contreparties, en fonction de votre philosophie de vie et de vos attentes. 

Les « contreparties classiques » pour lesquelles vous recevez un livre ou encore un tee shirt, en échange de votre contribution, et les « contreparties ouvertes » (marquées d’un *), pour lesquelles vous n’attendez aucun autre retour que la réalisation du documentaire et sa diffusion (un lien de visionnage gratuit vous sera envoyé).

Les contreparties classiques ont un coût de fabrication et de port, qui vient directement diminuer le montant effectif de votre participation, tandis que les contreparties ouvertes sont intégralement versées au budget du film, moins les 8% de commission d’Ulule (dont hélas 3% de commissions bancaires…).

Rien d'anormal ou d'exagéré : c'est comme si vous achetiez le film et des "goodies" en avance. Les livres sont aussi un important vecteur d'information pour nous, car ils permettent d'aller plus loin dans la réflexion.

Nous allons cette fois ajouter un livre « making » of, un carnet de voyage de la fabrication totale du film, histoire de vous faire vivre de l’intérieur cette expérience, avec les choses qu'on dit et celles qu'on ne dit pas, avec des anecdotes de tournage, des péripéties (il y en a eu !)… bref, les coulisses de cette épopée. Ce sera un livre de 124 pages, dans le même format que les autres.

Dans tous les cas, et comme précédemment, faites comme bon vous semble : quelque soit votre apport, il nous permettra d’avancer plus librement.


Site d'Anakena, plage du débarquement du Roi Hotu Matua et ses hommes.
C'est sûr qu'il y a plus moche comme endroit pour débarquer sur cette île, surtout après 4 000 km en pirogue…

 

Pour tous ceux qui nous rejoignent et découvrent ce projet, c’est le moment de vous positionner. 

Il est grand temps que cette majorité silencieuse, dont vous faites probablement partie, se manifeste une nouvelle fois en soutenant à hauteur de ses moyens notre initiative, mais aussi en relayant l’information (car vous vous doutez bien que nous n’avons ni les moyens ni l’envie de dépenser de l’argent en publicité alors qu’il est plus utile à la fabrication du film).
Si chacun en parle autour de lui, vous imaginez la puissance de communication que nous pouvons obtenir ?

Soit vous tournez la page et vous retournez dans « la vraie vie » vaquer aux occupations modernes et à des sujets plus importants comme ceux qui encombrent quotidiennement nos médias, soit vous ouvrez la porte de la recherche et vous vous efforcez de vous forger un véritable point de vue sur cette embarrassante question, bien plus importante qu'il n'y parait, en pensant par vous-même et en basant vos convictions sur des faits concrets… connaissant cette voie pour l’avoir empruntée un peu avant vous, je ne peux que vous y encourager, car on ne perd rien à s’interroger et à réfléchir par soi-même, bien au contraire : on y gagne la véritable liberté, celle de penser et d’être, ce qui n’a pas de prix. 
 


Quelle pilule allez vous prendre : bleue ou rouge ?

Si vous décidez de participer à la réalisation de ce film, nous vous en remercions chaleureusement. Alors c’est parti : c’est ici, c’est maintenant et c'est grâce à vous que… l’enquête continue !

Vous remerciant pour votre intérêt, avec respect et confiance,
Patrice, le 31 mai 2016, à Paris


Site de Tongariki, au bas du volcan Rano Raraku, la carrière des Moaïs.

👍👍👍

 

CONFÉRENCES
Conférence GIZEH 2005 par Patrice au Québec, les 4,5 et 6 juillet 2016
Conférences Jacques à partir du 1er juin 2016, en France, en Belgique et en Suisse. Si le titre peut dérouter au premier abord, il faut vous placer dans l'hypothèse où une civilisation d'importance nous aurait précédés et aurait tenté par tous moyens (davantage par le biais d'images, porteuses de sens tout autant que de géométrie et de nombres) de transmettre cette connaissance, accompagnée d'une manière différente de penser et réfléchir. Une fois cette hypothèse audacieuse envisagée (ce qui ne veut pas dire acceptée, mais simplement que sa possibilité ne soit pas rejetée a priori), il ne vous reste plus qu'à écouter et voir cette présentation afin de vous forger votre propre opinion.


Te Pito Kura, l'oeuf du monde.

 

LIENS LIVRE GIZEH 2005 : 
www.awayanfilms.com 

LIENS LETTRE D'UN GÉOLOGUE AU SUJET DE L'ÉQUATEUR PENCHÉ : 
Remarque intéressante d'un scientifique, pour ceux qui veulent en savoir plus sur l'Équateur penché.

LIEN DEI MIAN
Séquences grottes Ellora, visite étonnante à Barabar et autres vidéos fort intéressantes avec FANNY REVAULT. 

LIENS INTERVIEWS
Jacques par Nora (mai 2016)
Jacques par Bob (mai 2016)
Retour de l'île de Pâques, Patrice par Yves Carra sur BTLV, illustré par Nico Luge
LRDP, GIZEH 2005 et la suite par Bob Bellanca sur BTLV
•Patrice par Nora, Vol1 (juillet 2015, 3H)
•Patrice par Nora, Vol2 (septembre 2015… 3H)
La première interview de Jacques & Patrice, Ici & Maintenant (6H34 !) :

LIENS COMPOSITEURS :
•JEAN BAPTISTE SABIANI
•PATRICE POOYARD
•SPHINKS
•NADJ

A quoi va servir le financement ?

Si la somme collectée lors du premier ulule peut paraître exorbitante, elle ne l’est pas en regard de ce qui a été dépensé pour la production de LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES : 950 000 € !

Dans le système classique, on ne maitrise pas les diffusions : il peut s'écouler des mois et des mois entre l'achat par un distributeur et une sortie en salle ou une diffusion télé.

Nous souhaitons que le film puisse être accessible par tous dès qu’il sera prêt : quoi de mieux que le net pour ça ?

Mais ce qui est un plus pour le public devient un moins pour la filière traditionnelle, et nous coupe donc de toutes subventions ou pré-achats de chaines de télés, d’où à nouveau notre présence sur Ulule.

Le but n’est évidemment pas de rassembler autant d'argent que pour LRDP : c'est impossible, nous en avons conscience. Mais dans la production, sans (trop de) moyens, tout prend davantage de temps. J'ai déjà évoqué des financiers privés pour des montants de l'ordre de 20 à 30 000 euros : à l’heure où je vous parle, nous sommes en passe de signer avec l'un d'eux et on a d'autres pistes… on verra bien.

Certains arguent qu'il est anormal que les documentaires soient payants sur le net, et n'ont aucun scrupule à regarder et à faire circuler des oeuvres piratées : la plupart de ces films a eu une vie avant le net et a été financée par un système (diffuseurs télé, VOD et DVD, organismes bancaires et comme c'est le cas en France, subventions de l'état). 

Or ce n'est pas notre cas. Le système classique ne veut pas de ce sujet traité de la manière dont nous le traitons (certains se fichent totalement du sujet, d'autres en ont la trouille, n'y croient pas, ont peur d'être pris pour des dingues, ou ne veulent pas se faire insulter sur le net, etc.).

Je sais que cet argument peut paraître un peu "parano" sur les bords, mais quand un film fait plus de 7 millions de vues sur la toile et qu'aucun média n'en parle, c'est bien qu'on leur pose un problème.

On ne va pas attendre qu'ils le résolvent ou qu'ils changent leur perception (ce qui est tout de même en train de se passer) pour produire nos films. Lors de mes rendez-vous avec les chaines de télé, en 2006, ils trouvaient le doc trop dense, trop compliqué pour le grand public, ils s'interrogeaient sur le sujet ("l'Égypte, vous croyez ?"). J'ai fini par lâcher l'affaire, sinon je serais encore en train de parler su scénario avec eux et je me suis alors tourné vers des investisseurs privés et une distribution internationale.

Mais il nous est aujourdhui impossible d'obtenir un financement total par le biais d'investisseurs privés, comme nous l'avions fait pour LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES, car personne ne souhaite investir autant d'argent dans un film  aussi "risqué" et un marché de la diffusion aussi changeant (personne ne sait vraiment ce qu'il va devenir) si c'est pour qu'il finisse gratuitement sur le net ensuite, c'est à dire sans espoir pour un investisseur d'au moins récupérer sa mise de départ.

Et si nous allons chercher l'argent dans le circuit classique de financement, si tant est que ce circuit accepte de nous financer, alors nous rentrons dans le système classique de diffusion (voir le début de ce chapitre).

Je suis réalisateur, et tout ce que je souhaite, c'est faire exister mon film. Je me tords la tête pour passer de 950 000 € au quart de cette somme, à peu près, en ne sacrifiant ni la qualité, ni les contenus. Petit à petit, les solutions se sont mises en place, mais elles ne suffisent pas à rassembler le nécessaire. C'est dans cette optique que j'ai tenté une expérience avec GIZEH 2005, accessible gratuitement sur le net (merci à tous ceux qui se sont procurés le livre).

Résultat : + de 500 000 vues en presque un an, mais « seulement » 2 342  généreux contributeurs au précédent ulule.
2 342 personnes, c'est seulement 10% de nos followers actifs sur facebook mais c'est aussi un énorme don moyen d'environ 50 euros.

Alors :
- soit seulement 2 342 personnes aiment le sujet au point d'aller contribuer à son existence et dans ce cas, peut-être vaut-il mieux nous contenter de conférences ;
- soit le public n'est pas disposé à financer de tels films ou ne comprend pas notre démarche, et dans ce cas, peut-être vaut-il mieux nous contenter de conférences 😃.

Sur le précédent ulule, nous n'avions pas fait de contreparties à moins de 10 euros, ce qui est une erreur de notre part car nous sommes parfaitement conscients que c'est très difficile pour certains : nous allons donc en ajouter de nouvelles pour ceux qui souhaitent donner "symboliquement".

Au bout du compte, les choses sont simples : soit le service public finance avec nos impôts (et pour eux, nous sommes au mieux des charlatans au pire des individus suspects), soit le service privé avec des pubs de saucisses et de lessives, et lui, il simplifie le contenu au maximum pour que le « temps de cerveau disponible du spectateur » soit alloué aux lessives et aux saucisses et non à cette intense réfléxion globale proposée par LRDP.

En gros :

Et on repart en campagne, motivés et en rang de bataille ! Dans l'optique de réduire drastiquement les dépenses, des coproducteurs nous ont rejoint pour cette production, d'où le niveau en image qui a un peu monté, j'en suis le premier ébahi, ce qui nous permet de réduire CONSIDÉRABLEMENT la facture, par des apports en « industrie », qui nous permettent de ne pas avoir à supporter tous les coûts aux tarifs usuels : matériel, décors, 3D, animations…

Vous avez vu quelques images de l'île de Pâques dans le film de présentation : il ne suffit pas d'arriver, de faire décoller le drone et de repartir dix minutes plus tard avec le plan. Non : il faut arriver à la bonne heure pour avoir la meilleure lumière (donc il faut bien connaître les lieux), il ne faut pas qu'il pleuve ce jour là, il faut qu'il y ait le moins de monde sur le site… on enquête sur place aussi, on fait des interviews, parfois on contourne un peu le règlement : tout ceci a un coût.


Quand on attend la lumière…
il nous aura fallu trois jours pour avoir ce versant du cratère Rano Raraku dans la bonne lumière.

Quoi qu'il arrive, on fera avec ce qu'on aura. On a l'habitude : lorsqu'on fait un film comme LRDP, allez savoir pourquoi, mais tout, absolument tout, devient compliqué (ça doit être une vieille malédiction égyptienne). Du coup, on est bien rodé et les petits nouveaux de l'équipe ont bien la pêche.

À distribution différente, financement différent. 
C'est le pourquoi de ce mode de financement participatif, car c’est ce qui nous garantit une totale indépendance.

Pour être plus concret, les ventes des livres "RAPANUI 2016", "PÉROU BOLIVIE 2016" et "CARNET DE VOYAGE" (titres provisoires) ainsi que des conférences et événements liés à ce films et peut-être quelques produits dérivés (avec parcimonie, on ne va pas faire des mugs et des tapis de souris), vont nous procurer une certaine autonomie de production, et nous avons tissé de nombreux liens à travers le monde pour nous aider en production et obtenir notamment des images de lieux difficiles d’accès, pour des raisons d’instabilité géopolitique.

Pour certains, nous devenons une triste machine à fric… si un jour ça le devenait, je vous garantis que je serais le premier à claquer la porte, car je ne me complique pas autant l'existence sur un sujet aussi casse-gueule pour m'en mettre plein les poches ! Mais bon, nos politiques nous ont habitués à tant de mensonges avec un tel aplomb que je comprendrais parfaitement qu'on puisse douter de ma démarche…

Nous continuons de tourner sans savoir de quoi demain sera fait, mais coûte que coûte, nous avancerons. Nous sommes confiants, car - pas toujours pour les mêmes raisons 😀 - beaucoup de gens attendent la suite. 

Certains qui ont raté le premier nous demandent comment participer : c’est le moment 😀
Quant aux autres, qui suivent d’un peu plus loin, il est peut-être temps de franchir le cap…

À propos du porteur de projet

Scénariste et réalisateur depuis plus de quinze ans, passionné par l’image et l’Art du récit, Patrice Pooyard a écrit plus d’une vingtaine de scripts de long métrage - deux seulement ont à ce jour été portés à l’écran - et réalisé des films publicitaires, institutionnels ainsi que des clips, dont une partie est visible sur sa chaine Youtube. Il ne se destinait pas au départ à la réalisation de documentaires… mais une rencontre peut parfois changer le cours d’une vie et c’est en s’informant sur le sujet durant de longues années que la curiosité a pris le pas sur ses projets de cinéma.

Mais si vous voulez en savoir plus sur "ce que je pense, ce que je dis et donc qui je suis", allez donc voir et écouter les itvs de Nora et de Bob données en liens plus haut…

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet