BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

Le Trésor des Foggaras

Documentaire ethnologique sur un système d'irrigation, vieux de plusieurs millénaires, en Algérie.

À propos du projet

Le Trésor des Foggaras

un documentaire ethnologique de
Farid DMS DEBAH

SYNOPSIS

Face aux avancées industrielles, le système des Foggaras paraît archaïque. Toutefois, il reste le moyen le plus fiable permettant l’exploitation et l’acheminement de l’élément le plus essentiel à la vie : l’eau. Grâce à ce procédé ancestral, les habitants des Ksour ont pu survivre dans l’environnement hostile qu’est le Sahara.

Découvrez les photos des repérages du documentaire 
(photos : Farid DMS DEBAH).

Jardin de la Foggara de Hanou (la plus ancienne de la région d’Adrar).
Jardin de la Foggara de Hanou
(la plus ancienne de la région d’Adrar)

Les palmiers estompent les agressions du soleil, permettant aux plantations de s'épanouir.

Les palmiers estompent les agressions du soleil,
permettant aux plantations de s'épanouir.

 

Grâce au système d’irrigation des Foggaras, les propriétaires des plantations peuvent espérer une récolte honorable.
Grâce au système d’irrigation des Foggaras, les propriétaires
des plantations peuvent espérer une récolte honorable.

 

L&squot;eau des Foggaras arrive avant répartition dans les jardins (la répartition d&squot;eau en "peigne" est appelée kesria).
L'eau des Foggaras arrive avant répartition dans les jardins
(la répartition d'eau en "peigne" est appelée kesria).

 

Répartition de l'eau, finement calculée pour chaque propriétaire de jardin.
Répartition de l'eau, finement calculée pour chaque propriétaire de jardin.

 

Une femme lavant son linge directement dans l'eau de la Foggara, avant répartition.
Une femme lavant son linge directement dans l'eau de la Foggara, avant répartition. La lessive est plus ou moins tolérée par les propriétaires des jardins, qui craignent la pollution de leur terre par les produits d'entretiens.

 

Après les inondations du 27 janvier 2009 à Aoulef, plus de 1755 habitations se sont effondrées. A présent, des centaines de familles vivent sous des tentes.
Après les inondations du 27 janvier 2009 à Aoulef, plus de 1755 habitations se sont effondrées. A présent, des centaines de familles vivent sous des tentes

 

Vu générale d'un ksar, avec ses constructions typique en argile.
Vu générale d'un ksar, avec ses constructions typique en argile

 

Mosquée d'Adrar
Mosquée d'Adrar

 

Abesse, le fils de Dada Mhamed Ben Ahmed, le responsable de l'école coranique de la ville d'Aoulef.
Abesse, le fils du responsable de la plus ancienne
école coranique de la ville d'Aoulef

 

Les rondins de palmiers servent, entre autre, à la fabrication d'habitations.
Les rondins de palmiers servent, entre autre, à la fabrication d'habitations

 

Hamadi Ahmed El Hadj, propriétaire de Foggara et spécialiste de la question.
Hamadi Ahmed El Hadj, propriétaire de Foggara et spécialiste de la question

 

Monsieur Bani Abd Allah a creusé, avec 19 autres personnes de son ksar, la dernière Foggara d'Algérie. C'était en juin 1987.
Monsieur Bani Abd Allah a creusé, avec 19 autres personnes de son ksar,
la dernière Foggara d'Algérie. C'était en juin 1987

 

Paysan travaillant dans son jardin.
Paysan travaillant dans son jardin

 

Farid DMS DEBAH
Farid DMS DEBAH

 

J'ai déjà été en repérage en janvier 2009 pour mener une investigation sur l'apparition des systèmes d'irrigations dans le désert Algérien dans la région d'Adrar. Ce système millénaire et méconnu est le seul moyen pour des centaines d'agriculteurs de survivre. Pendant plusieurs jours, j'ai sondé les habitants sur leur mode de vie et interroger les spécialistes sur les Foggaras.

A mon retour à Paris, j'ai essayé de trouver des financements pour finaliser mon documentaire. Je pensais revenir dans le désert Saharien avec une équipe et du matériels de tournage assez rapidement mais au bout de plusieurs mois de recherches infructueuses de partenaires fiables, j'ai mis en pause mon projet.

Aujourd'hui, je retrouve l'espoir de prolonger cette magnifique aventure grâce à vous!

A quoi va servir le financement ?

J'ai investi 10.000 euros sur le projet ce qui correspond à 50% du coût total du documentaire.

 

Le financement servira à :

  • la location du matériel de tournage (caméra + machinerie + son + éclairage),
  • le transport pour l'équipe et le matériel (Paris/Algérie - Algérie/Paris),
  • les repas et l'hébergement de l'équipe,
  • l'assurance de tournage,
  • la postproduction (montage image + montage son),
  • les frais de duplication DVD du documentaire,
  • développement et agrandissement photos et achat cadres,
  • frais divers et imprévus

MERCI POUR VOTRE AIDE

MERCI A TOUS CEUX QUI FERONT EXISTER CE MAGNIFIQUE PROJET

    À propos du porteur de projet

    Farid DMS DEBAHFarid DMS DEBAH est né en 1976 à Paris.

    Il vécut le début de son adolescence en Algérie où il se familiarise avec le monde musical et enregistre à l’âge de 14 ans, avec son frère et sa sœur aînés, un premier 45 tours.

    De retour à Paris, il ouvre à l’âge de 16 ans sa première société d’informatique. Curieux et entreprenant par nature, il abandonne l’informatique et devient à 18 ans producteur et animateur d’émissions radios.

    En parallèle de cette activité, il obtient la licence d’entrepreneur de spectacle et organise, sur Paris et ses environs, de nombreux concerts de World Music.

    A 20 ans, par le biais de sa nouvelle société de production de court métrage, DMS Productions, il réalise son premier «vrai» film intitulé "Venin Mortel" avec Elodie Navarre. L'histoire nous plonge dans la descente aux enfers d’un toxicomane. Le film fut diffusé dans de nombreux festivals européens, à la Vidéothèque de Paris ainsi qu'à la Cinémathèque d'Alger. Fort de ce succès, il se met à l’écriture de son premier long métrage intitulé "Nocent".

    Il s’engage, en même temps, dans le milieu associatif en rejoignant l’Association Management des Jeunes Artistes (AMJA) dont les objectifs sont d’aider les talents émergents et affirmés, notamment ceux des Pays dits en voie de développement.

    Dans le cadre de ses activités associatives, il est à l’âge de 21 ans, le plus jeune détaché par le Ministère des Affaires Etrangères auprès du Conseil Supérieur de la Jeunesse en Algérie et travaille régulièrement au sein de commissions traitant de la condition des binationaux. Il participe à de nombreux colloques à Alger. Ses fonctions lui ont permis de rencontrer au Festival Mondial de la Jeunesse à Lisbonne, le Secrétaire Général de l'ONU, Monsieur Koffi ANNAN, lors de travaux sur la condition des jeunes des pays en voie de développement.

    A 24 ans, il ouvre la société de production de long métrage Evasion Films et décide de se consacrer totalement à sa véritable passion : le cinéma. Il devient lauréat Beaumarchais du meilleur scénario de l’année 2002 pour son film intitulé "Le Génie de la Théière" et réalise le court métrage "Art’n Acte Production" (primé dans plusieurs festivals internationaux et multi-diffusé à la télévision) avec Cristiana Réali et Rachid Arhab.


    Farid DMS DEBAH
    Par la suite, il produit successivement les films d’animations "The Firecracker" (Grand Prix Hermès au Festival du Film de Fréjus) et "Flying Baby" réalisés par Yves Courbet.

    En parallèle, il est producteur exécutif et réalisateur de nombreux clips vidéos (Daddy Yod, Just a Man, Takfarinas, etc.) pour les plus grandes productions musicales tel que M6 Interactions et Sony BMG.

    En août 2004, il décide avec ses partenaires de changer la dénomination de la société Evasion Films pour la remplacer par DMS DEBAH Films. En octobre 2004, il réalise et produit un court métrage en 35mm Scope sur les mines antipersonnelles avec Elodie Navarre intitulé "Le Bourreau des Innocents". Il reçu de la main même du cinéaste Emir Kusturica la Palme d’Or du Festival off de Cannes en 2007. Outre cette grande marque de reconnaissance, il a également reçu pour son film le Prix du Jury Jeunes au Festival des 24 Courts en 2007 et le Prix du Public au Festival du Film de Saint-Maur en 2006.

    Le 8 janvier 2005, il se voit décerner la médaille d’Honneur de la ville du Kremlin-Bicêtre lors de la cérémonie annuelle des vœux du maire pour saluer ses engagements associatifs et ses créations artistiques.

    Le même mois, il produit le court métrage du jeune réalisateur Franck Allera intitulé "Sentence Finale" dont le casting réuni des comédiens de talent tel que Hans Meyer, Didier Flamand, Gabrielle Lazure, Marie Merger et Elodie Navarre. Ce film nous plonge dans la période obscure de l’Inquisition et met en avant les méfaits du fanatisme religieux au Moyen-âge.

    Durant l'été 2005, il produit et réalise plusieurs publicités pour le marché algérien notamment pour l'opérateur national de téléphonie mobile Mobilis.

    En septembre 2005, il signe la préface de la biographie A gauche de l'écran de son ami Ilario Calvo.

    En 2006, il écrit et produit 2 courts métrages en image de synthèse, intitulée "Namoos, Duel sanglant", et "Namoos, Partie de pêche" mettant en scène 2 moustiques complètement déjantés. Il développe, actuellement, l’adaptation de ces 2 films en série TV.

    Farid DMS DEBAH
    En 2007, il décide de s'adjoindre les services d'un agent aux Etats-Unis (DDO Artist Agency - Corey Smith) et d’un autre en Chine (Xun Wang Agency - Jessica Wang) pour étendre ses activités à l’international.

    Fort et stimulé par ses projets, Farid travaille sur la production et la réalisation de son premier long métrage intitulé "Wagon 7", dont le tournage débutera dans les mois à venir avec les comédiens Jimmy Jean-Louis (de la série américaine Heroes), Elodie Navarre et Cristiana Réali. Il s’agit d’un thriller fantastique qui nous plonge dans un univers mystérieux perdu entre le réel et l’irrationnel, où chaque protagoniste de l’histoire révèle ses peurs, ses angoisses et ses valeurs. Farid interprétera l’un des rôles principaux.

    En 2008, il crée l’Association pour la Diffusion des Créations Audiovisuelles Indépendantes (ADCAI) qui œuvre à renforcer la solidarité et la convivialité entre les cultures, et à favoriser la diffusion et la promotion des créations indépendantes des cinémas du monde, plus précisément ceux issus des minorités. L’un des objectifs de son association est de créer le site cineflash.fr pour promouvoir tous les cinémas indépendants du monde. Il s’agit d’un blog d’informations et d’actualités mettant en avant les talents des métiers de l’image issus de la diversité.

    En 2009, il effectue les repérages pour le documentaire ethnologique intitulé "Le Trésor des Foggaras" qui traite du système d’irrigation dans le Sahara, vieux de plusieurs millénaires, dont l’origine reste encore vague même si les hypothèses sont nombreuses. Il est en recherche de financement pour finir la réalisation de son documentaire.

    Depuis quelques années déjà, Farid travaille à la création d’un pôle cinématographique en Algérie. Un projet qui lui tient à cœur puisqu’il désire créer de véritables passerelles entre l’Europe et le Maghreb et ainsi contribuer au partage d’expérience dans le monde des arts.

     

    • SHOWREEL de Farid DMS DEBAH

     

    • ART'N ACTE PRODUCTION (court-métrage en 35mm)

     

     

    • LE BOURREAU DES INNOCENTS (bande annonce - Film en 35mm)

     

     

    • MOBILIS (publicité en 35mm / hélicoptère)

     

     

    • LUCIE CARRASCO - PARFUM (publicité)

     

     

     

     

    FAQ

    Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

    Poser une question Signaler ce projet