BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Le monde à tricycle - Lyon / Mer Noire 2020

Handicap physique associé aux sports - Ecologie et respect de notre planète. NOUVEL OBJECTIF 250 %

À propos du projet

CAP SUR LES 250 %, ENSEMBLE TOUT EST POSSIBLE !

La route des fleuves (ou Eurovelo 6)

L’Eurovelo 6 est une véloroute EuroVelo faisant partie d’un programme d’aménagement de voie cyclable à l’échelle européenne. Longue de 4 400 km elle relie Saint-Brevin-les-Pins en France à Constanța en Roumanie. L’itinéraire traverse ainsi l'Europe centrale et de l’ouest de l'océan Atlantique à la mer Noire en suivant le cours de trois des plus grands fleuves européens, la Loire, le Rhin et le Danube en passant successivement par dix pays : la France, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie et la Roumanie. Je vise pour cette année 2020 une traversée comme jamais je n’en ai fait !
Plus longue par 10 fois que mon plus important périple, j’estime qu’il me faudra plus de 8 mois pour faire la portion Chalon-sur-Saône - Tulcea de l’Eurovelo 6, partant de Lyon.

  • De Lyon à Chalon-sur-Saone
  • De Chalon-sur-Saone à Bâle

 
 

Des personnes que j'ai rencontrées aux paysages qui ont défilés en passant par les émotions que j'ai ressentis, j'ai toujours essayés de documenter mes traversées. D'abord sous la forme d'un carnet de route, puis, plus tard via des publications sur mon profil Facebook, ma communication à gagné en portée lorsque, l'année dernière j'ai initié un groupe Facebook / compte Instagram : Le monde à tricycle / lemondeatricycle. Accessible à tous, j'y partage sous la forme de textes, images, vidéo et live les joies, peines et galères qui animent ma vie de cycliste itinérant.

Concernant mon choix délibéré, de partir en triporteur n’est pas uniquement lié à mon handicap, mais aussi, et avant tout, lié à l’écologie, en baissant au maximum mon bilan carbone, ainsi qu’aux facilités qu’offrent les voyages à vélo, une meilleure accessibilité aux villages reculés, de nombreuses rencontres authentiques, plus difficiles en voyagant en voiture, en train, ou encore en avion. Je pense que ce voyage futur peut être plus qu'un challenge personnel : il peut être porteur d'espoir pour tous ceux qui comme moi sont victimes d'une pathologie handicapante de croire en ses rêves.

Détail du trajet : Lyon (France) / Tulcea (Roumanie)

Moyen de locomotion : Un triporteur.

Durée éstimée : 8 mois à  1 an.

Longueur du voyage : 4200 km.

Continent : Europe.

Nombre de pays traversés : 10 pays.

À quoi va servir le financement ?

Un nouveau triporteur

Le cadre de mon tricycle s’est sectionné l’année dernière lors de mon dernier voyage, Lyon - Genève. Bien qu’une soudure ai été faites, il me semble périlleux d’aller en Roumanie depuis Lyon avec un vélo déjà bien abîmé, ayant déjà fait beaucoup de kilomètres. Je suis par conséquent à la recherche d’un triporteur équipé à l’arrière ou à l’avant d’une caisse légère, étanche et refermable, pour y mettre mes affaires.

Des vêtements techniques

Moi qui, d'accoutumé profite de la période estivale pour voyager, ne suis pas équipé pour rouler dans des températures automnales et hivernales.

Ainsi qu'une aide financière

Mon travail d’animateur / éducateur ne va pas me permettre d’économiser suffisamment d’argent pour sponsoriser l’intérieur de mon voyage. Selon mes prévisions et à la vue de l’argent dont je disposerais lors du départ, je ne devrais pas être en mesure de dépasser la ville de Vienne, en Autriche.

À propos du porteur de projet

Je m’appelle Thomas Sorel et suis né à Reims en 1985. Suite à une erreur médicale lors de ma naissance, on me diagnostique une hémiplégie (paralysie) partielle des membres du côté droit. Selon les médecins, ma vie future allait être pénible et assistée : je me déplacerais en fauteuil roulant et serais incapable, peu importe mon âge d'être autonome. Il n'en n'a rien été. Aimé par ma famille et plus tard supporté par mes amis j'ai, à force de patience et de résignation, gagné du terrain sur mon handicap.

Peu importe la manière, l’important est d’y arriver !

Fort de cette idée, les barrières que représentent les choses de la vie courante ont cédés les une après les autres et c'est ainsi que, au gré des années, je suis parvenu à vivre une vie que je qualifierais de normale. Ma vie connaît un tournant lorsque je décide en 2009 de déménager de Reims, pour m’installer à Lyon en complète indépendance. Le challenge est double: réussir à vivre sans aucune aide médicalisée et parvenir à nouer des liens dans une ville où je n'ai de prime abord aucune attache. La chose n'est pas simple mais je trouve un travail d'animateur / éducateur, et créer
petit à petit un solide réseau d'amis. Bien que je touche à mon idéal, mon quotidien n'en reste pas moins éprouvant. Faire des courses, aller au travail, et de manière plus large : me déplacer me coûtent énormément de temps.
A chaque problème sa solution : le tricycle se présente à moi comme l'invention qui allait changer ma vie !

Le 20 septembre 2011, à l’âge de 26 ans je monte pour la première fois sur un vélo. C'est une révolution ! Ce triporteur blanc me donne des ailes, avec lui je me sent capable de repousser encore plus loin les limites de mon handicap. Il n'est plus question d'avoir une vie normal : je veux et peux la rendre extraordinaire.

Je décide de prendre la route.

Share Suivez-nous