BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le Lavoir

de Dominique Durvin et d'Hélène Prévôst

À propos du projet

La pièce

Au matin du 2 août 1914, une  armée de femmes, une armée de vie se précipite au Lavoir pour tremper, battre, frotter…empoigner le linge et la vie. Elles ont le sang chaud et le parler franc les lavandières d’Amiens et d’ailleurs, et elles ne sont pas près d’oublier ce jour, où tout a basculé. Les corps travaillent dur, il fait très chaud et la parole se libère avec violence, vérité, empathie, humour, tendresse .... dans une juste réalité, les révélant à elles-mêmes et les préparant au rude combat qui les attend. Déjà héroïnes du quotidien, elles s’apprêtent à devenir les grandes dames de l’Histoire…

La pièce, créée en Avignon en  1986, y remporta le prix du Festival Off puis obtint le Grand prix du Festival d’Edimbourg ; elle fut saluée de façon unanime par la Critique, notamment celle de Libération, du Figaro et de L’Humanité, et tourna pendant quatre ans en France et à l’étranger dans la mise en scène des auteurs. Elle a été traduite et jouée dans de nombreux pays.

1914-18, la Der des der

"A diverses époques de l'avenir, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, on voudra savoir comment la Grande Guerre s'est passée ; on recherchera les récits, les souvenirs des acteurs, des témoins ; on se passionnera pour ces lectures.  Et s'il arrivait, comme chacun le souhaite, que le monde vécût désormais en paix, c'est alors et surtout que nos descendants voudront savoir comment s'est accomplie cette époque tragique. La guerre mondiale leur apparaîtra avec toute sa grandeur : elle leur imposera la reconnaissance".Mon escadron en bleu horizon, Francois du Ronchey.


Durée du spectacle :

Le spectacle se joue  en plein air et en salle.

Il existe en deux versions : Une version d’1h55 et Une version d’1h30

En Compagnie d'Artistes, Théâtre et Toiles

C'est une équipe artistique:

Le Lavoir

Mise en scène                                              Brigitte Damiens

Scénographie et costumes                             Laurence Bruley

Assistante artistique                                      Manon Damiens

Création musicale                                          Alexandre Jean

Création Lumières                                         Julien Barbazin

Assistante à la mise en scène                        Charlotte Buosi

Travail corporel                                             Julie B-Bousquet

Chants                                                           Jean Pierre Gesbert

Distribution :

La Mère, la gardienne du lavoir

Gervaise, employée de maison

Rolande, jeune orpheline

Et sa sœur Louise 

Julienne, veuve, la doyenne

Rosine, anciennement nourrice

Judith, émigrée polonaise

Henriette, ouvrière, syndicaliste

Gilberte, célibataire

Mathilde, 16 ans

Emilie, couturière 

Gustave

Une équipe administrative

La compagnie

Présidente         Marie Bersoux

Secrétaire          Maria Fingercweig

Trésorier            Nicolas Dubecq

Administrateur    Laurent Pousseur

Et de nombreux soutiens

La co-production

Les Nuits de la Mayenne, Théâtre Firmin Gémier-La Piscine, scène conventionnée d’Antony et de Châtenay-Malabry, ADAMI, SPEDIDAM,  Les Amis de Sainte-Suzanne, Association Il était une fois le XXème siècle (Collection André Poirier).

 Et des centaines de généreux coups de main...

Micaëla Etcheverry

Bénédicte Jacquard

Marie Grach

Charlotte Buosi

Valérie Haltebourg

Stéphanie Labbé

France Ducateau

Julie B-Bousquet

Valérie Moinet

Fanny Sintès

Hélène Milano

Alexandre Jean


A quoi va servir le financement ?

C'est à partir d'un rêve que s'est montée l'aventure de la Compagnie. Nous nous sommes posés la question artistique avant de nous poser la question financière et nous sommes partis de rien. Sans la confiance et le soutien de nombreuses personnes, la pièce ne se serait jamais montée . Grâce à elles et au travail de l'équipe réunie autour de Brigitte Damiens, cette pièce a pu être créée en août 2010 au Festival des Nuits de la Mayenne, puis jouée au Théâtre Firmin Gémier à Antony, à la Maison du Patrimoine à Champigny et au Théâtre Roger Barat à Herblay. Le spectacle sera présenté en mars au Théâtre de l'Epée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes dans un cadre exceptionnel et est promis à un bel avenir pour de nouvelles dates... Cependant l'équipe étant nombreuse, nous sommes à la recherche de financement pour boucler la production de ce spectacle, il faut trouver de quoi payer les salaires des 19 professionnels investis dans le projet et tout le matériel de communication. Tout soutien sera le bienvenu pour nous aider à porter ce projet jusqu'à son terme.

En ce moment par exemple, nous n'avons pas de quoi éditer les flyers nécessaires à la promotion du spectacle à L'Epée de bois et vous remercions très sincèrement de votre aide et de croire en nous.

À propos du porteur de projet

La Metteure en scène

Brigitte entre à 16 ans au Conservatoire de Versailles, où elle obtient les premiers prix de scènes classique et moderne, et  ses premiers contrats au Théâtre Montansier, elle jouera notamment aux côtés de Ludmilla Tcherina, Jean Topart et Claude Titre dans la première adaptation d’Anna Karénine pour le théâtre écrite par Gabriel Arout. De 1980 à 1992, elle enchaîne les rôles - au théâtre, au cinéma et à la télévision.

 En 1994 et jusqu’en 2001, elle rejoint François Kergourlay, Directeur du Théâtre Firmin Gémier d’Antony. Ils créeront ensemble une quinzaine de spectacles (Pélléas et Mélisande de Maeterlinck, Guignol de Prévert, Le Révizor de Gogol, Le Tour du monde en 80 jours d’après Jules Verne, Le Menteur de Goldoni, L’Art de la comédie d’E. de Fillipo, Chat en poche de Feydeau, etc…) tout en poursuivant son travail d’interprète Brigitte devient assistante à la mise en scène et collaboratrice artistique, elle est à ce moment de sa vie une femme de spectacle à part entière, capable de comprendre ce qui se passe à tous les postes d’un théâtre. Elle entreprend au sein de la ville d’Antony un travail de transmission et de rencontre du public, elle met en place des ateliers de théâtre et d’écriture, des lectures et elle commence ses premières mises en scène au TFG: « Un Cœur simple » de G.Flaubert, « Barouf à Chioggia » de Goldoni, « La Bonne âme de Sé Tchouan » de Brecht, « La Dame de chez Maxim’s » de Feydeau etc…Elle assistera également Valérie Grail et Mohammed Kacimi pour « 1962, la France est partie » et participera aux Fêtes nocturnes de Grignan avec François Kergourlay pour la mise en scène des « Fourberies de Scapin ».

De 2001 à 2010, elle continue à jouer et travaille avec des metteurs en scène qui apprécient ses forces de proposition : « La Tête des autres » de Marcel Aymé m.e.s Jean Luc Tardieu, « Danser à Lughnasa » de Brian Friel m.e.s Guy Freixe. Marc Goldberg l’engage aux côtés de Myriam Boyer pour « The Woman of mystery » de John Cassavettes. Gwenaël de Gouvelho la met en scène dans « Le Timide au palais » de Tirso de Molina créé au Théâtre 13. On peut la voir dans le film de Christophe Monnier « Quand Maman sera partie ».

Le profil de « femme de terrain »de Brigitte Damiens, d’artiste de théâtre à part entière, son engagement de femme et de citoyenne, son respect et son amour du public et des êtres, la conduise tout naturellement à ce choix de vouloir porter à la scène « Le Lavoir » de Dominique Durvin et Hélène Prévost. Après la mise en espace de ce texte, au Théâtre Firmin Gémier-La Piscine en avril 2009, elle sera confortée dans sa décision, -par l’enthousiasme et la générosité de l’équipe artistique qui se mobilise autour d’elle, -la confiance de Sicky Darbion, Directrice du Festival des Nuits de la Mayenne, -celle de Marc Jeancourt, Directeur du Théâtre Firmin Gémier-La Piscine et ce qui lui tient particulièrement à cœur, -par l’engouement du public qui s’illustre par des discussions, des partages de souvenirs et de « ressentis » jusqu’à une heure avancée de la nuit (à l’issue des lectures-spectacle) et des soutiens spontanés à son projet prenant des aspects inattendus et émouvants. (BMO Avril 2009)


J’ai faim, faim d’humanité, faim de théâtre, faim de traces, faim de mémoire, faim de sens. Et pour que ce projet voie le jour j’ai besoin de gens qui apportent dans l’aventure toute leur foi en le théâtre, tout leur cœur, leur courage, leur confiance et leur belle humanitéB.D