Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

LE GAULOIS JEANS

La nouvelle génération de green-jeans Made in France, fait pour durer.

  • Peut-on encore se dire « écoresponsable » ?

    Si vous recherchez « écoresponsable » aujourd’hui sur votre moteur de recherche préféré, vous trouverez de tout et de rien. Surtout de tout. Le fait est que ce terme laisse de plus en plus un goût amer dans la bouche. A-t-il bien encore du sens ? Après tout, des chaines de fastfood clament leur écoresponsabilité parce que leurs poulets sont sans OGM, et leurs pommes de terre ramassées à la main dans des vergers…

    Pour autant, derrière ce terme, il y a une vraie réalité, qu’il serait important de redécouvrir en ces temps de remises en cause de nos modèles économiques et de société. Le Gaulois Jeans souhaite contribuer à cette quête de sens, en commençant par le sens des mots.

    Pour Le Gaulois, l’écoresponsabilité n’est pas simplement une démarche, c’est un objectif. On ne fait pas de l’écoresponsabilité, on la recherche, inlassablement. Viser l’écoresponsabilité, c’est se demander constamment, comment on peut faire mieux, aller plus loin.

    C’est cette quête d’écoresponsabilité qui nous a amenés à nous demander comment fabriquer une nouvelle génération de jeans, pour une nouvelle génération d’écocitoyens. Face aux aberrations de l’industrie textile, cette nouvelle génération devait s’inscrire dans un nouveau schéma économique et de société reposant sur trois piliers : bienveillance économique, viabilité écologique, et rigueur éthique.

    Pour répondre à ce cahier des charges, il a été très vite évident pour nous que la clé était de faire appel à des partenaires locaux. Choisir des partenaires locaux, c’est d’abord faire en sorte que les bienfaits économiques de notre production profitent le plus possible à l’écosystème qui y participe, sans la déperdition de valeur liée au transport. Cela signifie aussi que nous réduisons au maximum la pollution liée au transport des marchandises. Et cela permet, point non négligeable, de ne pas alimenter la misère d’ouvriers et d’ouvrières à l’autre bout du monde, insuffisamment bien rémunérés et traités.

    Nous avons donc rencontré beaucoup de petites entreprises de l’industrie textile dans cette quête d’écoresponsabilité. Ce périple a conforté, s’il était besoin, une de nos convictions les plus profondes : nos territoires regorgent de savoir-faire incomparables. C’est d’ailleurs grâce à l’expérience de ces artisans que nous avons pu identifier des partenaires de qualité sur l’ensemble de la chaîne de fabrication de nos jeans. Et ce sont ces mêmes acteurs économiques qui nous ont permis d’aller encore plus loin dans l’écoresponsabilité : nous avons découvert les possibilités offertes par le lin, le caractère extrêmement écologique de cette fibre, et les grandes compétences qui animent cette filière. Nous avons également découvert que c’était une filière dans laquelle la France se distinguait sur la scène internationale, ce qui a achevé de nous convaincre de réaliser nos jeans en lin !

    Mais l’écoresponsabilité ne consiste pas uniquement à se demander si ce qu’on fait est bien : mon écoresponsabilité ne se termine pas où commence celle des autres. Autrement dit, dans « écoresponsable », il y a « responsable », et chaque entreprise est responsable du choix de ses partenaires, et donc dans une certaine mesure de la manière dont ils travaillent. C’est la raison pour laquelle nous avons attaché une attention particulière au choix de nos partenaires. Ce sont des entreprises sélectionnées pour leurs expériences et leur compétence, comme pour leur volonté d’être eux-mêmes écoresponsables.

    Safilin (62), Teinturerie de la Justice (59), Muguet (42), La Turdine (69)… Tous ces partenaires sont impliqués dans des démarches responsables (zéro déchet, transparence…) et peuvent attester de certifications environnementales (REACH, OEKO-TEX).

    C’est l’ensemble de ce cheminement, de ces recherches, de ces réflexions sur la meilleure manière de produire qui font que l’écoresponsabilité a encore du sens. Le Gaulois a l’ambition de relancer l’écoresponsabilité dans la filière textile, et nous espérons que des entreprises auront le courage de nous suivre. Nous avons fait le premier pas, à vous !

  • Rebondir de ses cendres

    Non, ce titre ne comporte pas d’erreur. Vous le comprendrez si vous lisez ce texte jusqu’au bout !

    Le Gaulois Jeans, c’est d’abord l’histoire d’un échec. Pas l’échec gentil, au bac ou à une candidature, le vrai. Celui qui ne veut pas juste dire que vous n’avez pas été au niveau, mais aussi que financièrement et socialement ça va être dur. Dur pour vous, bien sûr, mais aussi pour ceux que vous risquez d’entrainer vers le fond au passage : votre famille, vos employés, vos partenaires commerciaux, vos amis parfois…

    Cet échec-là, il ne vous tombe jamais dessus au bon moment, et beaucoup de personnes mettent des années à s’en relever. Il peut concerner tout le monde, mais il y a eu une époque où l’industrie textile en faisait la collection. Jean-Charles Tchakirian a connu cet échec, et a rencontré beaucoup de personnes dans le même cas.

    Dans une industrie du textile marquée par une guerre des prix féroce avec les pays d’Asie, il a décidé d’arrêter la fabrication de jeans afin de ne pas laisser ses employés dans la précarité. Jean-Charles a plié le genou, mais il n’est pas tombé. Beaucoup n’ont pas eu cette chance. Beaucoup d’entreprises avec qui il collaborait à l’époque n’existent plus aujourd’hui, avec les conséquences que chacun peut imaginer concernant leurs employés. Lui, il s’est vite relevé, a recréé une entreprise, et s’est lancé dans une nouvelle aventure. Cependant, il n’est pas parvenu à résister à la concurrence mondiale, et a fini par mettre la clé sous la porte.

    Nombreux sont les entrepreneurs qui ont jeté l’éponge après cette expérience traumatique, qui en ont conclu que les sacrifices entrepreneuriaux étaient trop importants pour eux. Pour autant, pour ces profils, qui ont connu le frisson entrepreneurial, il n’est pas facile de retourner au salariat. Pour Jean-Charles, comme pour tant d’autres, la question s’est posée, et c’est avec l’association 60000 rebonds qu’il a trouvé la réponse. Cette association aide les entrepreneurs qui ont connu l’échec entrepreneurial, qui en sont sortis vidés, voire cassés, à se relever et à envisager la suite. Grâce à ce type de structures, de nombreux entrepreneurs trouvent une issue salariale appropriée à leur profil particulier. Pour d’autres, ce sera une impulsion nécessaire pour remonter en selle. Ça a été le cas de Jean-Charles.

    C’est donc grâce à 60000 rebonds et à ses partenaires (Apec, Réseau Entreprendre…) qu’est né Le Gaulois Jeans, merci à eux !

     

    Partagez l’histoire de Le Gaulois sur …

    >> Facebook <<

    >> Twitter <<

    >> LinkedIn <<

     

    Le Gaulois Jeans n’est qu’une marque déposée, et l’entreprise qui la porte s’appelle… Phoenix !

  • "Le Gaulois" : un bouclier contre la mondialisation

    Dans le projet Le Gaulois, il y a quelque chose qui intrigue beaucoup : pourquoi avoir choisi une marque de poulet ?

    La question est pertinente, et nous avons pensé que beaucoup d’entre vous seraient intéressés par la réponse que nous avons à donner. Alors la voici !

    Pour commencer, Le Gaulois, ce n’est pas une marque née d’une étude marketing sur ce qui pourrait ou ne pourrait pas fonctionner en France aujourd’hui. C’est le fruit de convictions, et d’une expérience de 30 ans dans le domaine du textile. Le nom "Le Gaulois" reflète tout ça.

    La première fois que le fondateur du projet, Jean-Charles Tchakirian, a touché à une machine à coudre, c’était en 1973. Il avait 11 ans. C’était une jupe à surjeter. Il aidait ses parents, eux-mêmes à la tête d’une petite affaire de textile, à Décines, en périphérie lyonnaise. Et puis il a volé de ses propres ailes, il a monté son entreprise. Mais ça n’a pas duré : au bout de quelques années, comme beaucoup d’autres, il a subi de plein fouet la mondialisation et la crise économique. Les vêtements s’achetaient de plus en plus, changeaient de plus en plus souvent derrière les vitrines des magasins, mais se fabriquaient de moins en moins en France, ou même en Europe.

    En plus de Jean-Charles, c’est tout un écosystème d’entreprises extrêmement qualifiées qui a disparu ou a été extrêmement affaibli. Ce sont d’anciennes connaissances, des amis mêmes, qui ne parvenaient plus à vendre malgré tous leurs savoir-faire.

    À quelque chose malheur est bon : cette expérience a fait naître chez lui le désir de contrer une industrie textile dont le modèle économique était en perte de bon sens. On ne pouvait pas continuer à se laisser faire, il fallait réagir, et mettre en valeur les talents de ceux qui se battent au quotidien pour maintenir leurs entreprises à flot, et les emplois qui vont avec.

    Quoi de plus symbolique, pour un habitant de la capitale des Gaules  aux envies de rébellion, que de choisir pour sa marque le nom de Le Gaulois ?

    Enfin, les Gaulois produisaient ce dont ils avaient besoin à partir des matériaux qui les entouraient, de manière plus simple qu’aujourd’hui. C’est aussi cette simplicité que nous voulons retrouver avec Le Gaulois, et son lin issu de notre belle Normandie.

    Or, pour répondre à notre ambition de rupture avec les pratiques dominantes dans l’industrie textile, nous ne pouvions nous résoudre à courber le dos simplement parce qu’une marque d’agroalimentaire le portait déjà. Nous avons donc choisi Le Gaulois, un nom qui nous paraissait si bien incarner nos valeurs et convictions. Et demain, qui sait, le nom Le Gaulois fera peut-être plus penser à une relocalisation de la production basée sur des matériaux écologiques qu’à un producteur de volaille !

  • Le Gaulois Jeans part à la rencontre des acteurs de la filière du lin et du chanvre bio en Normandie

    Bonjour à tous et toutes,

    L’aventure Le Gaulois continue, portée par vos soutiens et par la confiance de plus en plus de personnes ! C’était inespéré, et nous tenons à vous remercier. Mais nous ne devons pas nous arrêter, car la promotion d’une production réellement écoresponsable au sein de l’industrie textile, en soutien des artisans de nos régions, demande une mobilisation sans précédent.

    Alors nous continuons de rencontrer des représentants des filières de production de textile et des artisans spécialisés. Car, derrière Le Gaulois, c’est toute une filière qui s’engage : les agriculteurs et les teilleurs normands, le filateur SAFILIN, des tisseurs… Nous étions par exemple il y a un peu plus d’une semaine à Yvetot, en Normandie, afin de rencontrer les agriculteurs locaux avec l’Association Lin & Chanvre Bio à l’occasion de la 5e édition de « Rencontre Lin et chanvre textile Bio » !

    L’histoire que nous avons tissée avec cette filière n’est pas nouvelle, puisque Jean-Charles Tchakirian, à l’origine du projet Le Gaulois, avait été sollicité en février 2019 pour fabriquer les pantalons issus des 100 premiers mètres de tissu en chanvre textile français ! C’est donc tout naturellement que Le Gaulois est aujourd’hui adhérent à l’Association Lin & Chanvre Bio.

    Découvrez les personnes derrière Le Gaulois (de gauche à droite) : Dominique BAUBION (agriculteur de lin et trésorier de LCbio), Jean-Charles TCHAKIRIAN (Le Gaulois jeans), Olivier GUILLAUME (Safilin) Nathalie REVOL (animatrice du programme chanvre dans l’association LCbio).

    C’est une association dynamique et engagée que nous tentons de soutenir avec Le Gaulois. SI nous atteignons 1 000 pré-commandes, nous leur reverserons d’ailleurs 3% du montant de nos ventes afin de les aider à réhabiliter le chanvre en France. Vous aussi, soutenez-les en parlant du projet autour de vous 📣 📣 📣 📣

    Au fait, nous avons passé les 600 contributions aujourd’hui ! 😲 Pour reprendre les mots d’un ancien camarade de gauloiseries : nous disons merci à la vie, nous lui disons merci, nous chantons la vie, nous dansons la vie… nous ne sommes qu’amour !

  • WOOOW 300 contributions en moins de 8 jours

    Bravo à tous, et un grand  MERCI  pour vos contributions et vos soutiens.

    C’est incroyable : nous avons atteint notre 2ème palier de 300 pantalons précommandés en moins de 8 jours !!!

    Toute l’équipe du Gaulois est heureuse de partager avec vous ces mêmes valeurs 🇫🇷 ♻️ 🤝

    J'en parle autour de moi pour soutenir Le Gaulois Jeans !