Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

LAQUEARIA

Une série étudiante de 4 épisodes avec des gladiateurs, un monde dystopique et de la danse...

À propos du projet

Fangradiens bienvenue !

Nous sommes étudiants dans une école de cinéma (3IS) à Bordeaux et nous nous lançons cette année dans la production d'une série de 4 épisodes. Nos petites poches trouées d'étudiant ne nous permettent malheureusement pas de mettre toutes nos économies dans ce projet. C'est pourquoi nous avons besoin de vous et de votre générosité pour cette fabuleuse aventure qu'est LAQUEARIA.

Notre voyage débute en 2044, dans la petite ville de Fangrad. Sanctuaire du divertissement, la ville est dirigée par Otto Horvack, un leader charismatique prêt à faire de grands sacrifices pour la survie de l'espèce humaine. En effet, nous évoluons dans un monde vidé de ses ressources. L'eau et le pétrole manquent cruellement, la terre a perdu de sa fertilité, un "no man's land" s'étend sur des kilomètres.

Mais Fangrad résiste. Et ce n'est pas grâce à la potion magique, mais plutôt grâce à l’émission de télé Laquearia, un combat de gladiateurs diffusée dans tout Fangrad qu'a instauré Otto. Un combat truqué ouvert à tout Fangradien voulant, au péril de sa vie, prouver sa bravoure ou renverser le pouvoir en place. En effet, Otto offrira son siège de leader à celui qui réussira à battre son champion, Glastack. La population est avide de cette dose d'hémoglobine. Laquearia amuse et divertit le peuple.

Syd Aris, le joyeux présentateur de l'émission attire les foules quand il fait face au prompteur, mais est il tiraillé moralement par sa fille, Alexandra, quand il se retrouve avec elle. Elle qui veut prouver que ce système est abject et immoral. Ce n'est que quand un gladiateur inconnu au bataillon, Wilbur, va réussir à battre Laquearia, que Syd va devoir gérer une ville en crise, une ville qui n'a jamais vu personne gagner le tournoi, une ville qui commence à comprendre la supercherie.

Notre série débute par cet événement : la victoire de Wilbur. Elle va entrainer une succession de péripéties qui vont permettre à Syd, Alexandra et la totalité des Fangradiens de douter de l'intégrité de leur grand leader Otto.

Maintenant je laisse la plume, ou plutôt la parole, aux réalisateurs de cette série qui vont vous expliquer leurs choix de mise en scène et pourquoi nous définissons notre série comme un "drame dansant d’anticipation » :

La ​collapsologie est l’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle ; selon cette théorie notre société devrait s’effondrer d'ici quelques années. C’est pour éveiller les esprits que notre histoire prend place en 2044. La petite ville de Fangrad, en autarcie, vit principalement d’un jeu télévisé de combat à mort : ​Laquearia.​

Pour commencer, nous avons fait le choix de prendre des danseurs/acteurs. Nous sommes persuadés que le langage du corps peut être aussi fort que celui de la parole. Dans un monde en ruine, sans ressource et sans énergie, dans un monde contrôlé où même le divertissement est truqué, la seule chose qu’il reste aux Fangradiens c’est leurs corps. Leurs personnalités transparaissent à travers leurs styles de danse différents. En collaboration avec la formation de danse bordelaise ADAGE, nous avons un véritable vivier de danseurs. Qu’ils soient contemporains, hip-hop ou classique, chaque danseur ajoutera sa pierre à l’édifice. Comme dit Pina Baush: ​“Tanz, Tanz, sonst sind wir verloren” (dansez, dansez sinon nous sommes perdus).

​Nos personnages principaux ont aussi leur propre danse. Alexandra, impulsive et rebelle, danse avec colère dans un style proche du break dance et du krump. Wilbur, le gladiateur, fera plutôt de la capoeira ou de kung-fu. Quant à Syd, notre personnage principal et présentateur de Laquearia, il dansera du contemporain car il essaie toujours de s’adapter aux autres.

Le casting est réellement important, les acteurs seront le reflet de nos personnages, nous pourrons orienter leur jeu mais pas leur danse. Nous souhaitons créer les chorégraphies et le jeu d’acteur autour des danseurs/acteurs. Nous recherchons un juste milieu entre la danse et le jeu, un équilibre. Un jeu naturel et une danse organique nous aideront à l’obtenir. Cassé l’image de Broadway ou de “West Side Story”. C’est l’émotion qui pousse le peuple et Syd à danser. L’envie de faire sortir quelque chose de fort. Les scènes de danse doivent elles aussi être jouées pour ne pas tomber dans le clip. Maxime Jeanneau, réalisateur du deuxième épisode, connait les ficelles de la direction d’acteur et nous permettra de créer cet équilibre.  Notre relation avec les danseurs est donc essentielle. Nous voulons pouvoir tisser un lien réalisateur/acteurs solide. Mathias Leury, showrunner de la série, est quelqu’un d’avenant qui sait partager son énergie aux autres et saura la transmettre aux danseurs. 

ÉQUIPE DE MISE EN SCÈNE

En ce qui concerne les décors, nous avons trois lieux principaux :

  •  LE MARCHÉ DE FANGRAD: construction de bois et de tissus, ce marché est la personnification de la ville. Coloré et plein de vie grâce aux draps et voiles qui couvrent le marché, mais qui relèvent cependant la tristesse et la frustration des Fangradiens à l’intérieur. Peuplé de télévisions retransmettant l’émission Laquearia, les Fangradiens sont comme isolés dans ce mélange de draps et de technologies. Nous voulons placer le spectateur au coeur de la vie des Fangradiens. Lui montrant le positif comme le négatif. Car la vie à Fangrad est tout de même réelle. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. 

 

  •  LAQUEARIA : l’arène de Laquearia n’est pas matérielle, c’est un lieu de lumière. Un endroit hors du temps. Ce lieu est la retransmission de la vision d’Otto. Décorée de quelques armes mais surtout de sang et de poussière, les lumières blanches et les néons serviront à créer cette ambiance.

 

  • STUDIO DE L'ÉMISSION ET BUREAU D'OTTO : Lieu de mensonges, c'est le seul endroit où Syd peut être la meilleure version de lui-même. La diffusion du live est décalé pour garder le contrôle sur la population, pour créer un décalage avec la réalité. 

ÉQUIPE IMAGE

Nous avons fait un gros travail de recherche sur le rythme que doit prendre la série. Comme pour les décors et le personnage de Syd, le rythme servira à contraster la série. Afin d’améliorer la danse, nous souhaitons faire des plans très contemplatifs, lents. Laisser vivre la danse et les Fangradiens. Cependant une fois à l’intérieur des studios et dans Laquearia, le rythme deviendra plus rapide à l’aide de "cut" et un montage dynamique. Les combats n’en seront que plus forts. Dans le cas de l’émission, Syd passe sans cesse à la télévision et sait garder l’attention des spectateurs. Le montage de l’émission est rapide et similaire à notre télévision contemporaine. 

ÉQUIPE MONTAGE

La danse sert ici à raconter une histoire. C’est comme cela que les Fangradiens s’expriment. L’idée n’est donc pas de faire un clip mais bien d’avoir l’ambiance sonore de chaque lieu dans toutes les danses. Le bruit des corps qui s’entrechoquent ou qui frappent la terre seront mixés par notre équipe afin de créer un rythme et des percussions. Nous verrons aussi apparaître une chanteuse lyrique qui chantera les louanges de Laquearia dans le marché et accompagnera tel un barde les Fangradiens dans leur rebellion. C’est un personnage presque omniscient dans l’histoire.

ÉQUIPE SON

Cette histoire nous tient à cœur. Nous avons essayé de faire collaborer la danse, le cinéma et les théories collapsionistes. Nous voulons créer un lien viscéral entre la caméra et les danseurs, faisant de celle-ci un membre à part entière de la ville de Fangrad. Cette série est un alliage de couleurs et de décors ayant pour but de créer une atmosphère colorée mais profondément triste.  Le but de notre histoire est autant d’éveiller sur un sujet d’actualité que d'émerveiller par la danse. 

 

Laquearia est sûrement le projet le plus ambitieux auquel nous ayons eu à faire. La création d’une série demande une grande organisation à tous les niveaux. Les phases d’écritures ne s’arrêtent jamais, la recherche des décors demande une grande attention de notre part, les castings de figurations sont tout aussi importants que ceux pour un premier rôle, le budget doit être millimétré et nous avons une marge d’erreur minimum.

Mais c’est cette ambition qui nous fait avancer. C’est cette ambition qui nous permet à nous, équipe de production, d’être toujours derrière le dos de nos réalisateurs, d’en demander toujours plus, et vice-versa. C’est cette ambition qui consolide le ciment qui nous lie. Nous en attendons beaucoup de nous-même et nous cherchons toujours à pousser plus loin nos limites. Être dans l’œil du cyclone est plutôt grisant !

ÉQUIPE DE PRODUCTION

Ce projet s’annonce complexe et riche, un vrai défi de réalisation et de production.

Nous espérons vous avoir convaincu de faire partie de ce fabuleux projet !

 

À quoi va servir le financement ?

 

Share Suivez-nous