BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La ruche à mille temps

Bzzz bzzz

À propos du projet

Après 4 années d'immersion apicole à essayer de comprendre le comportement des abeilles; dans la continuité d'une bonne saison 2017 et d'un hivernage cocooning aux petits oignons, j'ai décidé de  mettre en place cette année, une petite exploitation apicole bio sur les différents massifs autour de Grenoble.  A partir de mes 55 ruches (disposées sur 2 ruchers), je voudrais doubler le nombre de colonies en respectant un cahier des charges:

-Je fabrique les ruches avec du bois local (pour remplacer les anciennes et pour abriter les nouvelles colonies), en douglas et en épicéa pour les hausses. Le bois vient de Rhone Alpes (pour la première année de construction) et des Vosges (ma famille n'est pas loin), via une super scierie en  Haute Saone. Je travaille dans un atelier bois associatif à Grenoble. Y a des machines pro et semi pro, de la place pour déligner. Trop bien!! Merci Jean Claude et Olivier pour les conseils!

-Je fabrique aussi la peinture (à base d'ocre, de farine et de huile lin). Sur la photo ci dessous qui est mon premier rucher. (se trouvant  sur un terrain soigneusement cultivé par Mickael, le copain maraicher bio), les ruches colorées ont été peintes avec cette peinture.

-Je voudrais  obtenir le label bio. Je suis en démarche, il me reste à signer le contrat avec l'organisme certificateur, permettant l'officialisation de la conversion sur 1 an.

Dans un deuxième temps j'approfondirais  la question de la génétique apicole, en commençant à travailler avec l'écotype alpin d'abeille noire.

-Concernant les cires, j'introduis dans mes ruches des cadres à jambage, permettant aux abeilles de cirer et donc d'avoir de la cire sans produits chimiques. J'achète de la cire selectionnée mais j'espère pourvoir faire des feuilles de cire à partir de mes propres cires d'opercules en fin d'année.

Un exemple de cadre à jambage ci dessous (on est toujours dans le premier rucher). La barre horizontale sert à consolider la construction sur le cadre.

-Je constitue des essaims et entreprends l'élevage de reines à partir de mes propres colonies.

Voici le deuxième rucher en hivernage:

Pour le moment les abeilles sortent peu, elles préfèrent se tenir chaud!

Elles ont eu de la visite, les sangliers ont préparé le terrain pour les semis...j'en profiterais bien pour semer des graines de fleurs mellifères...

Cette première étape de projet me permettra de constituer un cheptel de ruches, de vendre du miel essentiellement sur les marchés et dans les magasins bio. Puisque j'habite Grenoble, l'idée est de profiter des massifs à proximité (notamment Belledonne) et des différentes miellées que ces massifs peuvent offrir. J'ai un interessant travail de recherche de ruchers à mener cette année.

La seconde étape (l'année prochaine) consistera à diversifier ma production apicole (hydromel, pain d'épice, pollen), et à m'équiper en matériel afin d'avoir un espace d'extraction.

La Troisième  consistera à diversifier ma production agricole, certainement avec une production mellifère (plantes aromatiques, un verger?) et valoriser le potentiel mellifère autour des ruches.

Voilou!

Et pour finir la présentation voici un pot du cru 2017:

A quoi va servir le financement ?

Ce projet nécessite une trésorie pour bien commencer la saison. C'est là que je vous sollicite! Elle permettra d'acheter:

Si j'atteins les 4000 euros ,c'est chouette, si je les dépasse, c'est  hyper chouette et  il est évident que l'argent sera en intégralité destiné à ce projet apicole (factures à l'appui). J'ai encore du petit matériel à acheter (toits, poignées...) et je compte bien investir  à l'achat d'un l'extracteur (coût: 1800 euros), d'un bac à désoperculer, voir d'un maturateur suplémentaire.  La phase d'investissement n'est pas terminée.

À propos du porteur de projet

J'habite Grenoble. Il y a dans cette ville une très interessante dynamique associative. Les montagnes sont tout prêt, ce qui me permet d'avoir des ruches pas très loin. A terme, avec ma chère et tendre nous pensons nous rapprocher de ces montagnes.

Après différentes expériences associatives d'animateur nature et formateur, je veux mettre en lien mon discours en faveur de la préservation de l'environnement dans une aventure de production agricole. La problématique qui m'anime, comme d'autres, c'est comment produire en ayant un faible impact écologique, voir en inversant la tendance, c'esr à dire en ayant un impact positif sur l'environnement. et aussi socialement.

Pour ce projet je me fais accompagné par l'Addear de l'Isère, qui regroupe pour la majorité des paysans de la confédération paysanne.

Mon expérience de formateur en Maison familiale rurale m'a particulièrement apporté et marqué, notamment dans la relation avec les jeunes (en bac pro), en quête de sens. Avoir quitté ce métier, paradoxalement va me permettre d'y revenir, partiellement, autrement, car parler d'un vécu, est un levier parmis d'autre, que j'ai décidé de mettre en avant pour échanger.

Sinon, pourquoi la ruche à mille temps? Simplement parce que je joue de l'accordéon, que j'aime bien Brel et que prendre son temps est, pour moi, une vertue à laquelle j'ai envie d'accéder.