BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Minotte : la bonne bière de Marseille !

Des bières artisanales 100% marseillaises

À propos du projet

Merci à tous, consultez notre page Facebook (https://www.facebook.com/minotte.biere.artisanale.marseille) pour plus d'infos et pensez à retirer vos lots ! Max & Golo


C'est tout frais, c'est arrivé, nous avons franchi le cap des 100% !!! Le premier jour d'un été qui s'annonce prometteur ! Mille mercis à tous !

Et comme il reste 10 jours de campagne, on peut espérer faire un peu plus ;) Nouveau défi, nouvel objectif : 120% !

Cet argent nous permettra de faire face aux imprévus, de décorer notre petite fabrique de bière et surtout d'acheter deux frigos en plus. Des Minottes bien fraîches en quantité, toute l'année, imaginez ! 

Encore merci,

Max & Laurent

« Oh minot, sers moi une Minotte ! »

Grâce à votre soutien, voilà une phrase qui pourrait bientôt résonner aux abords des comptoirs marseillais !  

Notre projet est de créer une micro-brasserie, la Minot Brasserie, une fabrique de bières « maison », en plein cœur de la cité phocéenne.Après plusieurs mois passés à mettre au point nos recettes, trois bières sortent véritablement du lot. Une brune, une blonde et une blanche. Une excellente base pour commencer à les brasser en plus grandes quantités afin de les proposer au public.

Ainsi, la Minot Brasserie ouvrira bientôt ses portes à deux pas du Vieux Port et de la Bonne Mère. Nous y fabriquerons la Minotte, une gamme de bières savoureuses 100% marseillaises, brassées avec amour, embouteillées avec soin, de façon artisanale.

Au-delà d’un simple lieu de production, la Minot Brasserie se voudra également un lieu convivial de rencontre et d’échange autour de la bière. En effet, il sera possible d’y passer aux heures d’ouverture se ravitailler en Minottes bien fraîches, et nous y organiserons très régulièrement des visites de la fabrique, ainsi que des soirées de dégustation.

Des bières marseillaises, délicieusement originales, fabriquées aux pieds de Notre Dame de la Garde ? Oh bonne bière, en voilà une idée ! Et pourtant, tel est notre créneau. Nous sommes fin prêts pour accomplir le grand saut, il ne manque plus qu'à compléter notre plan de financement pour donner un bel élan à ce projet…

A Marseille, et plus généralement en Provence, un minot c’est un gosse, un gamin; un demi-homme par analogie avec l'ancienne mesure de grain, dont le minot représentait la moitié.

Son penchant féminin est bien entendu la minotte. Une bière, une Minotte !

La Minotte pourrait rapidement s’imposer comme une belle référence locale grâce à votre soutien… pensez-y !

L'idée du bateau s’est imposée à nous comme une évidence, Marseille étant depuis l'Antiquité un port de référence, une ville d'échange et de commerce.

Nous avons donc choisi comme logo ce petit bateau en papier, le même que nous prenions plaisir à plier lorsque nous étions minots. So cute !

Aujourd’hui, toutes les conditions sont réunies pour une ouverture de la Minot Brasserie en septembre. Néanmoins, nous investirons les lieux dès le mois de juin. Durant l’été, nous installerons nos cuves et tout le matériel nécessaire pour brasser, nous ferons quelques travaux, un peu de déco, et entamerons les premiers brassins.

Dans un premier temps, 3 types de bière seront produites, toutes de fermentation haute :

  • Une bière blonde, très équilibrée, à l'amertume douce, aux arômes de biscuit, résine et agrumes, titrant à 5,6°.
  • Une bière blanche, délicate et rafraîchissante, aux arômes de citron et pamplemousse, titrant à 5°.
  • Une bière brune, type Stout, très sombre, à l'amertume douce, aux arômes de café, réglisse et noix grillées, titrant à 5,8°.

A terme, des IPA, des rousses et bien d'autres surprises !!!

Avec des bières de qualité, originales, et dans un contexte favorable, il nous fallait trouver un lieu de production bien situé et susceptible d’être également un point d’accueil pour tous les amoureux de la bière. Ce lieu idéal, nous l’avons d'ores et déjà trouvé !

Situé au fond d’une cour, à l’abri des regards, il servait jadis d’atelier de peinture. Un lieu intimiste, d’environ 45m², doté d’un charme fou avec ses verrières, ses poulies au plafond et son mobilier vintage. A la fois discret et parfaitement situé entre le Vieux Port et Notre Dame de la Garde, il ne reste plus qu’à l’investir et lui donner vie.  

Au fond, la salle où la Minotte reposera pour arriver à pleine maturité est directement en lien avec la roche de Notre Dame de la Garde. La salle intermédiaire accueillera de magnifiques cuves de brassage et de fermentation flambant neuves. Enfin, un espace d’accueil très convivial sera aménagé à l’entrée du local. C’est là que vous pourrez venir y taquiner la Minotte et découvrir chaque mois de nouvelles créations.  

Découpage du lieu :

  • La vente et la dégustation : un espace dédiée à la découverte de nos bières.
  • La production : un espace dédié à la fabrication de la bière.
  • La salle de fermentation : une pièce fraîche pour ne pas altérer les levures, ni les réveiller trop brusquement. C'est ici que tout se joue : la bière s'affine, le goût se forme, comme pour un bon fromage.

À quoi va servir le financement ?

Dans un contexte de budget serré, cette campagne permettra de compléter le plan de financement et de donner un bel élan au projet, en faisant grandir la communauté des Minots et des Minottes, essentielle pour la pérennité de la micro-brasserie à long terme.

Votre aide est très importante pour la réussite de ce projet.

Voici une liste non-exhaustive des investissements que la campagne pourrait nous aider à réaliser :

  • 1 cuve de brassage de 300 litres
  • 3 à 4 fermenteurs de 200 litres
  • 1 grue d'atelier
  • 1 chambre froide, un peu d'inox, quelques soudures et beaucoup d'huile de coude.
  • Le mobilier, la décoration du lieu.
  • Etc... Il y a tant de belles choses à faire !

Les dons couvriront aussi les frais liés à la campagne et les contreparties.

Les contreparties sont par ailleurs nombreuses : de la bière bien sûr, proposée en bouteille de 33 cl, des décapsuleurs estampillés "Minotte", des tote-bag (sacs sérigraphiés 100% coton), des verres sérigraphiés, des visites commentées de la micro-brasserie, des ateliers de fabrication.

Des contreparties de rêve, à partir de 5 euros seulement !

Avant toute chose, nos plus généreux donateurs verront leurs noms inscrits sur un mur de la salle de dégustation ;)

NB : tous les lots seront à retirer à la brasserie.

Les bières : Dégustez les premières Minotte en avant première ! La blonde. Une surprise vous attend !

Le décapsuleur : Simple, beau, pratique. Avec cet accessoire des plus modernes, plus besoin de briquet pour décapsuler ! Fini les crises de nerfs et les rendez-vous manqués. Peut-être aussi utilisé pour démonter un pneu.

Le tote-bag : Fini le vieux sac en plastique pour trimballer vos bouteilles ! Fini les crampes de main, les doigts cisaillés ! Optez pour ce merveilleux "tote bag" collector, stylé et bien pratique.

Les verres : On peut toujours savourer une Minotte à la bouteille mais de beaux verres logotypés ne seraient-ils pas plus adaptés pour boire ce délicieux breuvage ?

Visite à la brasserie : Curieux, curieuses, vous souhaitez en savoir plus sur la fabrication de la bière. Cette invitation est faite pour vous ! Nous vous faisons visiter la brasserie et vous expliquons succintement le process de fabrication.

Une bouteille par mois à vie : C'est grand, c'est beau, c'est Minot... 12 bières de 33 cl (ou 75 cl pour le pack Cascade) vous attendent chaque année à la brasserie... A VIE !!!

Atelier brassage : Vous n'êtes clairement pas là pour trier des palourdes ! Vous voulez mettre les mains dans la cuve et brasser votre propre bière ? Cet atelier est fait pour vous, que vous soyez brasseur amateur ou tout simplement très curieux (se) !

À propos du porteur de projet

La Minot Brasserie est portée par deux amis, des épicuriens qui ont en commun l’amour des bonnes choses, et de la bière en particulier. Quant à leurs différences, elles fondent leur complémentarité : pendant que le grand blond brasse de la bonne bière, le petit brun brasse du beau monde dans les milieux culturels et festifs.

Ex-CTO dans une agence web, Max Brunet est devenu brasseur « par intuition ». Le développement d'applications et de sites internet, la gestion de projets informatiques, ont laissé place au désir de vouloir faire quelque chose de "vrai", d'élaborer un produit "bonheur", que l'on partage entre amis, qui rassemble et dont on peut être fier.

Convivialité, partage et bonheur sont ses ultimes motivations.

Après avoir bourlingué dans la culture, le journalisme et la communication, Laurent Jaïs, plus connu à Marseille sous le curieux nom de Golo, s’est instantanément enflammé pour le projet de son acolyte. Et cela-même, sans avoir avalé la moindre gorgée d'une Minotte ! Totalement convaincu par la seule pertinence d’ouvrir une micro-brasserie à Marseille, séduit ensuite par la qualité de cette bière qu’il a bien fallu goûter et constatant l’extrême motivation de ce grand minot-brasseur, il n’hésite pas à le rejoindre dans l’aventure.

Mettre la Minotte sur toutes les lèvres, tel est son but.

Interview

Max Brunet, un Minot qui brasse

Brasseur amateur, Max Brunet est fermement décidé à lancer sa « Minotte », une bière artisanale 100% made in Marseille. Une gamme de créations originales et un lieu unique de brassage et de dégustation. Un pari fou que ce passionné nous raconte dans cette interview.

Bière de la Plaine, Cagole, et maintenant la Minotte… Marseille, terre de pastis, est-elle en train de se découvrir une nouvelle passion ?

De mémoire, La Cagole n'est pas brassée à Marseille. Je ne connais qu'une seule micro-brasserie ici, à Marseille, la Brasserie de la Plaine. La bière de la Plaine a, par ailleurs, déjà trouvé un large public, car si les marseillais boivent beaucoup de pastis à l’apéro, ils ne boudent pas la bière pour autant. Ce n’est pas un hasard si les pubs ont fleuri ces dix dernières années. Aujourd'hui, les micro-brasseries se comptent par centaines dans tout le pays, par milliers dans le monde… Aux Etats-Unis, précurseur dans ce domaine, les micro-brasseries occupent 7 % du marché en volume. En France, seulement 2 %. La Minot Brasserie ne sera que la deuxième micro-brasserie marseillaise. Je n'oublie pas la Korson, bière aux mutliples recettes (près de 43 pour l'heure !) brassée par l'association « Les 3 Petits Cochons de Marseille », ainsi que les bières brassées par l'UBA*. Avec ce regain d'intérêt pour le brassage, il se pourrait bien qu’on compte une dizaine de micro-brasseries d’ici quelques années.

Ce n’est pas commun de se lever un matin et de se dire qu’on va se mettre à brasser sa propre bière ! Comment vous est venue cette idée ?

Avant toute chose, j’aime la bonne bière autant que le pastis… J'ai finalement 3 amours... Le premier demeurant ma femme, bien entendu ! L’idée de brasser sa bière n'est pas nouvelle, cela fait déjà quelques mois que je réfléchis à une reconversion. Le jour où l'entreprise qui m’employait m’a licencié pour motif économique, je me suis dit qu'il fallait sauter le pas ! De cadre, je suis devenu petit artisan. Et quel plaisir ! Fini les réunions sans fin, les "deadline", les egos surdimensionnés et les querelles de cour d'école. Aujourd'hui, je fais quelque chose de simple, qui me plaît vraiment. Dans un premier temps, je me suis intéressé à la fabrication de la bière, je me suis documenté et puis j'ai observé quelques brasseurs. Plus tard, je suis passé aux travaux pratiques. Plus le temps passait, plus je m'améliorais et prenais confiance en moi. J'étais, tout doucement, devenu accro au brassage. Je brasse aujourd'hui tous les 2 à 3 jours et j'expérimente toujours de nouvelles recettes. D'ailleurs, les bouteilles viennent à manquer. C’est une passion très prenante, j'en rêve la nuit ! Mais goûter sa propre bière, ça n'a pas de prix. C’est un peu comme manger les tomates de son jardin. La bière est une préparation délicate, il faut être organisé et très soigneux. La bière ne supporte aucune infection, tout doit être propre tout le temps. Mon côté « maniaque de la propreté » qui faisait beaucoup rire est devenu, finalement, mon premier atout. J'ai passé ces 12 dernières semaines à peaufiner mes recettes, sur le papier puis à l'essai. Mes efforts ont payé, les dernières bières sont surprenantes ! Il y en a pour tous les goûts. Trois d'entre-elles sortent clairement du lot.

Si je comprends bien, c’est à la portée de tous de tenter l’expérience…

Parfaitement. C’est un peu comme de la cuisine. De bons ingrédients, une bonne recette et un bon tour de main font la différence ! Tout est histoire d'équilibre, toujours. Un bon cuisinier fera très probablement un bon brasseur. A ceci près qu'il faut être patient, très patient.

Comment expliquer l’expansion des micro-brasseries ?

Je pense que c’est dans l’air du temps, que ça découle d’un besoin de retour aux choses vraies, authentiques et saines, d’un recul par rapport à tout ce qui se fabrique de façon industrielle. Aujourd’hui les gens veulent du goût, ils veulent être surpris, découvrir de nouvelles sensations et bien sûr, consommer local. On achète de plus en plus sa viande chez le boucher, ses légumes au marché, son pain chez le boulanger et… bientôt, je l'espère, sa bière à la brasserie ! On a cru un moment à la mort des commerces de proximité au bénéfice des supermarchés, heureusement la tendance s’inverse aujourd’hui.

La spécificité d’une bière comme la Pietra, en Corse, est l’utilisation d’arômes locaux tels que la châtaigne, l’arbousier ou la myrte… quelle est la spécificité d’une bière fabriquée à Marseille, et particulièrement de la vôtre ?

J'aime la Pietra mais je n’ai pas envie d’utiliser de tels artifices pour justifier du « marseillanisme » de ma bière. Je pourrais bien faire une bière à l'anis mais je ne suis pas certain que les gens apprécieront. Le goût d'une bonne bière dépend en partie de la qualité des malts et des houblons. Par ailleurs, l'eau de Marseille a de bonnes propriétés. Des défauts, mais de bonnes propriétés, vraiment.

L’existence de la bière de la Plaine est-elle un obstacle ? Une concurrence gênante ?

Pas du tout, je pense au contraire que plusieurs micro-brasseries à Marseille donneront à la ville sa légitimité pour y produire de la bière. Nous serons installés dans un autre quartier, proche du Vieux Port et de Notre Dame de la Garde. De plus, nous visons pour commencer une très petite production, seulement 600 litres par mois. Pas de quoi concurrencer qui que ce soit ! Ce n'est ni le but, ni l'envie.

Quelle est votre ambition pour la Minotte dans les années à venir ?

La faire connaître au plus grand nombre, en produire un peu plus chaque année, mais demeurer une micro-brasserie à taille humaine. La minotte est une bière « rare » qui n'a pas vocation à devenir un standard. Je préfère la pénurie à des stocks invendus. La qualité à la quantité. Mon ambition personnelle consiste à me faire plaisir, faire plaisir, et à en vivre.

* UBA : Union des Brasseurs Amateurs

Photos : Virgile Chassate. Illustrations : Shutterstock (© vicgmyr), Icon vector designed by Freepik

Un grand merci à tous pour votre soutien !

Un message, une remarque ? Envoyez-nous un mail : [email protected]