BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La Luciole

Webzine Sonore Lumineux

À propos du projet

Le but de cette collecte est de financer un projet de webradio mobile de Nantes à Marrakech où se déroulera la COP22. Nous sommes deux jeunes journalistes indépendantes et nous avons créé La Luciole, un webzine sonore ambulant qui sensibilise les petits et les grands aux enjeux environnementaux grâce à des créations sonores et poétiques de 15-20min ponctuées de reportages et interviews, lectures et musique.

Le voyage débutera au Climate Chance de Nantes (26-29 septembre) et se terminera  lors de la COP22 à Marrakech (7 au 18 novembre 2016). Nous ferons le trajet en train et bateau, avec des haltes dans 7 villes pour mettre en lumière et partager des initiatives citoyennes, écologiques, artistiques et innovantes qui ont une influence sur le territoire dans lequel elles s’inscrivent.

Chaque ville = une création sonore de 15-20min.

:: NAISSANCE DU PROJET ::

"La luciole est ce petit insecte qu’on ne trouve que dans des lieux peu ou pas modifiés par l’Homme. Si on aperçoit une luciole, cela signifie que l’environnement dans lequel on se trouve n’est pas atteint par la pollution de l’air ou la pollution lumineuse. C’est un animal fragile, sensible aux insecticides, qui se fait de plus en plus rare. Elle continue de résister, et avec son éclairage qui guide les marcheurs nocturnes, elle symbolise à elle seule la ‘résilience’ nécessaire à ceux qui font face au changement climatique." Constance & Marine, porteuses du projet

L’idée de ce projet a émergé en décembre 2015 pendant la COP21, à Paris. Nous étions bénévoles pour le projet “Place To B”, un lieu d’échanges pour les journalistes, artistes et bloggeurs désireux de couvrir la COP21 autrement...En gardant toujours ces objectifs en tête: provoquer  une prise de conscience générale sur le changement climatique, mais aussi chercher des solutions.

L’élan impulsé par Place To B, nous l’avons trouvé extraordinaire. Tous les lieux de regroupement et de réflexion dédiés à la société civile sur cette période ont été de formidables laboratoires d’idées et d’expression. Nous avons compris que le changement ne pourrait avoir lieu sans l’effort des citoyens.

Nous sommes donc sorties de cette aventure pleines de motivations et d’espoir, mais aussi avec une crainte: la peur de n’avoir parlé qu’à des gens déjà concernés par les enjeux écologiques. La crainte d’un entre soi certes agréable et enrichissant, mais insuffisant. Il fallait continuer, aller plus loin, voir encore plus large. Une bulle, cela peut s’agrandir.

Nous avons donc réfléchi à une façon de nous adresser à tous à travers le son, en divers lieux, pour la prochaine Conference Of Parties, vingt-deuxième du nom.

Or la COP22 a lieu à Marrakech...Qu’à cela ne tienne, nous irons à Marrakech, mais en passant par différentes villes de France, d’Espagne, jusqu’au Maroc: Nantes, Paris, Lyon, Marseille, Barcelone et Tanger. Nous y ouvrirons grand nos micros pour mettre en valeur des initiatives locales, en particulier celles qui s’adressent à une population peu informée et à priori peu concernée. Nous nous tournerons aussi vers des artistes, musiciens, poètes, comédiens, qui savent parler de la transition avec d’autres mots, proposer un langage inédit et, pour certains, plus audibles.

:: LES EMISSIONS ::

De ces nombreuses rencontres, naîtra pour chaque ville une “création sonore” de 15 à 20 minutes, accessible à tous via notre site internet et les radios partenaires, mais aussi lors de séances d’écoutes pendant la COP22. Nous comptons ainsi créer une prise de conscience globale et un élan de solidarité international…tourné vers le climat.

Le format sera “tout sonore”,c’est-à-dire qu’il n’y aura pas de commentaires ajoutés à posteriori aux enregistrements sonores effectués durant les différentes prises de son. Chaque émission comprendra 2 à 3 reportages ponctués de contes et musiques enregistrés sur place.

Nous ferons également des déambulations dans la ville pour inscrire l’émission dans un territoire et capter l’atmosphère sonore du paysage urbain. Nous attraperons des bribes de conversations sur les terrasses de cafés, des talons qui claquent sur le sol et des chansons chantées par les musiciens de rue locaux. Ces sons seront incorporés par petites touches dans l’émission.

:: DESTINATION: LA COP22 ::

Chaque année, les pays qui ont ratifié la Convention de Rio en 1994 tiennent une Conférence des Parties (COP) sur le climat. L’enjeu est de trouver des moyens de réduire le réchauffement climatique et les effets causés par celui-ci.

Plus que des négociations en huis-clos - qui n'aboutissent pas forcément à un résultat encourageant- c’est aussi l’occasion de rassembler des citoyens venus de toute la planète pour s’engager dans la lutte contre le changement climatique, pour montrer que rien ne pourra être fait sans l’engagement de la société civile. C’est ce qui s’est passé lors de la COP21 à Paris. La Luciole est née de ce mouvement, et ce n’est qu’une petite graine parmi tant d’autres qui a germé lors de la conférence parisienne.

La COP22 sera la vingt-deuxième du nom. L’enjeu sera double cette année. D'un côté, il s'agit de débattre de la mise en œuvre du nouvel accord climat adopté à Paris en décembre dernier. De l'autre, il s'agit, pour le Maroc, de mettre en valeur son rôle en tant que pionnier au niveau africain en terme de lutte contre le dérèglement climatique.

:: UN PROJET ACCESSIBLE ET COHERENT ::

La radio, média passe-partout. Faire de la radio, quel que soit le format, c’est raconter une histoire. Une histoire qui peut être écoutée en faisant un puzzle, en triant ses papiers, dans la cuisine ou dans la voiture. Une histoire que l’on peut prendre en cours de route, écouter d’une oreille, et qui pourtant nous charmera.

Une radio mobile et interculturelle. Ne pas être sédentaire, c’est toucher beaucoup plus de monde en un temps donné. C’est sensibiliser davantage de personnes. C’est aussi quitter la France pour voir comment cela se passe ailleurs, et faire passer l’idée que tout le monde peut être acteur dans cette lutte contre le dérèglement climatique. Briser des barrières sera une des missions de notre parcours. C’est pour cela que nous mettrons en avant la culture et la langue de divers pays. Même si les reportages en Espagne et au Maroc seront majoritairement francophones ou doublés, nous comptons intégrer des passages dans les langues locales (catalan, castillan, arabe marocain, berbère...)

Une radio solidaire et créative. Nous voulons nous servir de ce média pour aborder le climat autrement. Nous entendons sortir du modèle prédéfini de l’émission et du reportage, décloisonner les schémas classiques pour réaliser une création sonore originale et attractive. Si nous voulons parler à l’imaginaire via les prises de son autour des artistes, et un montage final innovant, nos reportages n’en resteront pas moins concrets, et pourront faire connaître des initiatives solidaires utiles pour les habitants de chaque ville.

Une radio pour petits et grands. A travers le son, l'oralité et la musique, nous voulons aussi nous adresser à la jeunesse de façon ludique et créative, leur donner envie de s’intéresser à l’écologie via des exemples concrets, dans leur ville, et leur prouver que ce ne sont pas des problèmes éloignés d’eux, pas des problèmes d’hommes politiques, de physiciens.Nous souhaitons semer dans l’esprit  de toutes les générations la nécessité de l’action, de l’échange et de la solidarité.

Une émission qui se partage. Pour rester dans l’esprit d’échange et de solidarité qui nous est cher, nous partagerons toutes nos diffusions en Creative commons. N’importe qui pourra donc l’intégrer sur son blog, son émission, son magazine. Nous organiseraons des séances d'écoutes pour une accessibilité hors web.

Un projet cohérent. Notre but est d’avoir le bilan carbone le plus faible possible, afin que la réalisation du projet soit en accord avec nos valeurs et notre thématique. Nous nous déplacerons en train et bateau. Nous mangerons bien entendu local et végétarien. Nous dormirons, lorsque cela sera possible, chez l’habitant, ou dans des structures soucieuses de l’environnement.

:: LA SUITE ::

La Luciole est destinée à être un projet pérenne, qui continuera à apporter ses lumières après la COP22.

Pour l’instant, nous pensons à une création sonore bi-mensuelle, qui serait cette fois réalisée depuis une petite ville de France, voire dans les DOM-TOM, peu médiatisés. Nous avons choisi de commencer par des grandes villes, avant la COP22, pour que notre projet soit visible et puisse être plus facilement relayé.

Cependant nous pensons que travailler ensuite dans de petites villes et en milieu rural est pertinent et cohérent pour toucher le plus de personnes possible et mettre en valeur des initiatives qui ne le sont pas habituellement.

:: ILS NOUS SOUTIENNENT ::

A quoi va servir le financement ?

:: POURQUOI UN CROWDFUNDING? ::

Le crowdfunding n’est pas une solution de facilité: nous y avons beaucoup réfléchi et ce coup de pouce sera nécessaire pour mener à bien notre projet et consolider notre réseau.

Demander des fonds pour La Luciole a démarré il y a six mois de cela. Pour être cohérentes avec notre projet, nous n’avons pas voulu acquérir des sponsors et fonds par des entreprises, banques ou institutions  qui ne respectent pas nos valeurs. Nous avons donc contacté plusieurs fondations, institutions et associations qui correspondaient au message écologique et solidaire que nous souhaitions véhiculer. En vain. Certaines bourses de voyages n’existaient plus et beaucoup ont apprécié notre idée sans pour autant pouvoir la financer.

Mais nous voulons le réaliser ce projet! Et ce sera en partie grâce à vous!

:: REPARTITION DES FONDS ::

Si on atteint 2600 €:

- Base financière pour mener à bien le projet: 1000 €

- Un matériel de qualité: 1000 €

- Contreparties et frais d'envoi: 400 €

- Frais Ulule: 200 €

A partir de 5000 €, la totalité du projet est financée

À propos du porteur de projet

:: DERRIERE LE MICRO ::

Constance Bénard a 25 ans et est une journaliste basée à Paris.

Constance écrit sur tout, depuis toujours. Diplômée de l'Institut de Pratique du Journalisme (IPJ), elle a découvert le plaisir de la radio, le plaisir d’enregistrer des sons, de les bidouiller, les monter et les remonter. Depuis, elle ne se déplace jamais sans son micro. En France, mais aussi en Allemagne, notamment à Bonn, où elle a vécu un an, puis à Cologne, où elle a travaillé pour la radio WDR5. C’est en Allemagne, qu’elle a été particulièrement sensibilisée aux questions écologiques, en parlant avec des gens pour qui certains gestes ou comportements (trier, recycler, manger bio, local, moins de viande…) étaient déjà, et depuis longtemps, une évidence.

Pendant la COP 21, elle a coréalisé l’émission radio « Portes Ouvertes » animée par Stéphane Paoli et mis en place par « Place To B », ONG rassemblant des narrateurs du monde entier autour de la transition écologique et du changement climatique. Elle a aussi travaillé pour RFI et Radio France en tant que reporter, SNCF Radio et Radio Notre Dame en tant que présentatrice. Actuellement, elle collabore également avec Ouest-France, en tant que rédactrice.

CV de Constance

Twitter

Marine Leduc est une journaliste multimédia basée en France et Roumanie

Marine, originaire de la région nantaise, travaille sans cesse en mouvement. Après un master de journalisme européen franco-anglais (Sorbonne Nouvelle - Paris III), elle s'est vite tourné vers l'international. Du Québec à l'Ukraine, en passant par le Maroc et la Palestine, elle a trimbalé son appareil-photo et son micro pour les médias locaux mais aussi Basta! , RFI, Le 1, Regard (la revue francophone de Roumanie), Cafébabel, Streetpress...L'itinérance ne lui fait donc pas peur, bien au contraire! Tout en essayant de limiter son impact sur l'environnement (et pour admirer le paysage), elle a déjà traversé plusieurs fois l'Europe en bus et en train.

C'est par le voyage -mais aussi par un retour aux sources dans le bocage breton- qu'elle s'est sensibilisée à l'écologie. Dès qu’elle a un peu de temps, elle cherche à apprendre un peu plus sur la permaculture, l'autogestion et la façon de se nourrir et de consommer autrement. D'abord, pour elle-même, pour perpétuer la tradition familiale d'une agriculture bio et respectueuse de la terre, mais aussi pour mieux sensibiliser son entourage à l'écologie et aux alternatives. Lors de la COP21, elle était photographe et rédactrice bénévole à Place To B, pour "raconter le climat autrement".

Site de Marine

Twitter

Suivez-nous sur:

Notre site web sera lancé lors du Climate Chance à Nantes, restez attentifs!