BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La Lame et le Sang

Une trilogie de fantasy dans le Japon médiéval par Julien Schneider

Présentation des personnages: Kazuko J - 3

"C’était un fort idéal, mais aussi une prison pour une jeune fille et voir Kazuko, resplendissante, pincer les cordes en rythme dans un cadre si martial laissait un goût amer dans la bouche du noble."

Illustration - Radja Sauperamaniane

Kazuko est la soeur du Seigneur de la province de Naru. Encore adolescente, elle est dotée d'une grande sensibilité qui lui permet de sentir bien des choses. Si elle est jeune et quelque peu naïve, elle fait de son mieux pour trouver sa place dans ce rude monde et sait qu'elle devra s'endurcir.

***

En s’approchant de la pièce de Kazuko, il entendit les sons mélodieux des cordes pincées du biwa. Comme il s’y attendait, sa sœur jouait bien mieux que ce qu’elle voulait bien admettre. Il fit délibérément claquer ses socques de bois en montant sur le ponton menant à la chambre de sa sœur. Devinant l’arrivée de son frère, la jeune fille arrêta de jouer et se leva pour ouvrir sa porte. Elle accueillit son frère en le saluant.

— Bonjour mon seigneur. J’espère que la journée a bien démarré pour vous.

— Bonjour Kazuko. Cesse de me vouvoyer. Pourquoi me dis-tu ça ? Tu en doutes ?

Hino vit la bouche de sa sœur se tordre.

— Tu n’as que quinze ans Kazu et pourtant tu as déjà une grande sensibilité. À quoi vois-tu que j’ai passé une matinée difficile ?

— Et bien…

— N’ai pas peur. Dis-le-moi.

— Tu sens mauvais mon frère, dit-elle en baissant la tête. Tu sens les cendres et la chair calcinée.

Le sourire du seigneur s’effaça aussi vite. Il prit une grande inspiration avant de répondre à sa sœur.

— Je suis navré, Kazuko… dit-il en saisissant le menton de l’adolescente pour relever son visage.

— Non mon frère ! Je ne voulais pas te blesser !

— Tu ne me blesseras jamais en répondant à mes questions Kazu. Simplement, ces mots ne devraient pas pouvoir sortir de la bouche d’une enfant. Tu ne devrais pas connaitre l’odeur de la chair brûlée. Cette salle… Elle est à double tranchant.

— Elle est très belle et elle m’impressionne grandement. C’est une salle digne d’un empereur, celui que tu deviendras bientôt.

— Ce n’est pas non plus ce à quoi tu devrais penser ! Dis-moi plutôt comment avancent tes cours de musique !

— Oh ! Très bien ! Le professeur se dit très content de moi, même si je le suspecte de ne pas oser me dire tout ce à quoi il pense quand il m’écoute.

— J’ai entendu résonner quelques notes. Tu te défends très bien.

— Je fais mes exercices avec assiduité. De même que mes exercices de danse. Parfois, j’aimerais avoir d’autres types de cours pour mieux te seconder.

— Chaque chose en son temps. Je connais ton désir d’apprendre les armes. Les garçons commencent cet apprentissage très tôt. Toi, tu ne le peux pas, ce ne serait pas convenable. Comme je te l’ai dit, je t’accorderai un jour ce droit, en toute discrétion. En attendant, profite de tes leçons de musique pour apprendre à te concentrer sur plusieurs choses à la fois et de tes leçons de danse pour travailler ton équilibre. Le sabre et l’éventail seront d’autant plus faciles à cerner quand le temps sera venu.

— Bien mon frère.

— Abe me disait que tu ne jouais que dans ta chambre. À partir de maintenant, je te l’interdis. Joue en plein air ! Je t’installerai un siège dans le jardin, à côté de celui de pierre. Les moines travaillent bien, tu devrais aller voir leur travail. L’environnement sera idéal et ta musique sera meilleure.

— Non, je ne sais pas…

— Pourquoi me dis-tu ça ?

La jeune fille pinça ses lèvres et pencha une nouvelle fois la tête en avant.

***

Il ne reste plus que 3 jours de campagne. Lundi elle se termine. Merci à tous pour votre soutient ça nous fait chaud au coeur. Mais grâce à vous, à vos partages nous pourrons atteindre le prochain objéctif. Alors merci de partager "La Lame et le Sang" dans cette dernière ligne droite.

Ogmios Éditions