BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

La Lame et le Sang

Une trilogie de fantasy dans le Japon médiéval par Julien Schneider

  • Présentation des personnages: Mariko

    "Il songea un instant aux habitants de la région de Naru. Ils allaient peut-être perdre un seigneur pour une jeune fille sans expérience"

    Illustration Radja Sauperamaniane

     

    Mariko est une jeune femme hautaine et pleine de morgue. Spoliée de ses terres suite à une forfaiture de son oncle, elle fut élevée en secret dans une famille de paysans par l'une des anciennes servantes de sa mère, l'ancienne dirigeante de la province de Naru. Si son jeune âge fait qu'elle a parfois du mal à être prise au sérieux, son caractère affirmé, sa forte volonté et son extraordinaire perception lui permettent d'avancer sur le chemin qu'elle s'est choisi : récupérer le domaine de sa mère qui lui revient de droit.

     

    ***

    — Vous avez voulu me tuer hier soir, dit la noble.

    Takeshi cacha sa surprise. Son visage ne montra aucune émotion et il continua à la regarder droit dans les yeux.

    — Ce n’était pas vraiment vous, ajouta-t-elle. C’était votre katana. Il vous influence, il vous demande du sang. Le mien lui a plu.

    — Akira… chuchota le guerrier.

    — Je n’ai rien dit, affirma ce dernier tout en fixant à son tour la jeune fille. Que je sois foudroyé si j’y ai fait allusion !

    — Il ne m’a rien dit, en effet. Je l’ai senti comme je sens que votre sabre s’est endormi. Hier soir, vous nous avez fait partir pour notre sécurité, mais aussi pour vous octroyer plus de proies.

    — Admettons que vous ayez raison, dit Takeshi. Ce n’est pas pour ça que je vais vous suivre.

    — Non, vous le ferez pour une seule raison : les réponses à vos questions. Vous êtes perdu, ça se voit. Vous voulez en savoir plus sur votre arme. Votre maitre n’a pas pu ou n’a pas voulu vous en dire plus, car le savoir s'est perdu au fil des générations. Mais ces réponses, je les ai !

    — Vous avez les réponses ? singea Takeshi avec un sourire moqueur. Alors, quelles sont-elles ?

    — Elles sont dans ma biblio… dans la bibliothèque de ma mère, celle que mon oncle m’a volée avec tout le reste. Je peux vous donner l’endroit précis où se trouve le rouleau qui parle de votre katana buveur de sang. Suivez-nous et vous y aurez accès.

    Takeshi adopta une moue sceptique et finit par acquiescer. Il se mit en tailleur à même le sol et retourna une nouvelle fois son regard vers la jeune fille.

    — Je veux toute l’histoire. Soyez convaincante, car, sinon, vous repartez sans moi.

    La noble eut un rictus amusé. Elle ne doutait pas de l’adhésion de Takeshi à sa cause avant même de commencer.

    — Il y a quinze années de ça, ma mère est morte en couche. Pas à cause de moi, mais du fait de mon oncle. Il a profité de son accouchement pour la trahir avec l’aide de ses généraux. J’aurais dû mourir à mon tour, mais la sage-femme a refusé de suivre les ordres. Elle m’a enlevée et a rejoint sa famille. Elle ne m’a jamais caché la vérité entourant ma naissance et a tenu à me donner l’instruction qu’une jeune noble se doit d’avoir afin que, le moment venu, je puisse réclamer mon héritage. Elle a économisé pendant quinze années, et m’a transmis ce pécule pour que je puisse arriver jusqu’à mon oncle et récupérer ce qui doit être à moi depuis ma naissance. C’est son récent décès qui m’a incité à commencer mon chemin.

    — Je vois, dit Takeshi. Et comment comptez-vous vous y prendre ? Je veux dire… Akira et moi vous amenons au château et vous virez votre oncle en claquant des doigts ?

    — Il y a ceci, dit la jeune fille.

    — Il y a ceci ! renchérit Akira, faisant signe à son compère de bien observer ce qui allait arriver.

    La jeune fille tourna le dos au guerrier et défit légèrement son kimono pour laisser du jeu à son col. Elle releva un peu son chignon et montra à Takeshi une tâche de naissance à la base des cervicales, une tache parfaitement ronde.

    — Ma mère avait la même marque...

     

    ***

    Cela fait tout juste une semaine que la campagne de financement pour "La Lame et le Sang" a été lancée et nous sommes presque au 60% grâce à vous. Merci de votre soutient à tous, merci de continuer à partager autour de vous.

    Ogmios Éditions

     

  • Bravo l'artiste: Radja Sauperamaniane

    Bonjour à toutes et tous, 

    en ce dimanche on vous présente Radja Sauperamaniane, l'artiste talentueux qui travaille sur les illustrations des personnages et de divers objets qui intègreront la version "Deluxe" des romans de la trilogie. On le remercie chaleureusement de nous avoir permis de montrer quelques uns de ses travaux.

    Travaux personnels de Radja: Cave Girl / SamouraÏ MP3 / Avengers 51

    A propos de Radja: 

    "J'ai repris le dessin en 2013/2014 seulement, j'avais arrêté pendant longtemps.

    Au tout début j'ai fait un peu d'animation dans un studio de dessin animé. L'expérience s'est avérée peu concluante et j'ai arrêté assez rapidement. Avec des amis, on a monté un fanzine: Nekomix. C'était il y a 20 ans. Il existe toujours et continue d'avoir de nombreux fans.

    J'ai arrêté le dessin et je suis rentré dans une societé que beaucoup de gens connaissent: Jeux Descartes à Paris. A force de vendre des jeux de societé, l'envie d'en illustrer est montée en moi. Alors que j'avais arrété le dessin pendant longtemps, j'ai décidé de me retrousser les manches et de me donner les moyens d'y arriver.

    Après un sketchbook et beaucoup de boulot pour ré-apprendre à dessiner, je suis entré en contact avec différents éditeurs de jeu de rôles pour qui j'allais faire pas mal de travaux: Raise Dead Editions avec INS/MV puis Matagot avec la boîte d'initiation D-Start.

    Travail personnel : SD Degenesys 2

    J'ai été contacté par Les Ludonautes pour travailler sur des illustrations dans l'univers unique de la Légende de Luma. Le projet est de sortir plusieurs jeux de societé sur cet univers riche en couleurs s'articulant autour des même personnages mais à chauqe fois par un auteur de jeu différent. Une belle expériences qui verra mes illustrations imprimés dans les livres de règles de Ho Captain! et de Nomades.

    J'ai refais un tour dans le monde du jeu de rôle en illustrant un supplément du jeu Tales from the Loop édité par Arkhane Asylum Publishing (La Frances des années 80). Là encore, l'univers graphique est très riche, s'articulant principalement autour des illustrations de Simon Stålenhag.

    Je travaille actuellement sur différents jeux d'un tout nouvel éditeur, Sables Productions, dont le premier, Charafe, vient de sortir. Un autre jeu de cartes est en préparation. Il y aura des princesses dedans, c'est tout ce que je peux dire.

    Je continue mes sketchbooks regroupant divers travaux ponctuels, notamment l'Inktober. Un challenge sur le net qui demande aux artistes de faire un dessin à l'encre chaque jour du mois d'Octobre.

    Travaux personnels - Inktober 2018 - Amaterasu /  Pêcheur au cormoran

    Je travaille de façon traditionnel. C'est à dire que j'utilise le numérique que pour retoucher certains détails ou contrastes. Je fais un travail de recherche au préalable au crayon à papier, ou au crayon de couleur. Ensuite le travail est encré à l'encre de chine puis mis en couleur à l'aquarelle.  C'est avec ce médium que je fais la couleur. C'est encore un medium peu visible dans le monde du jeu mais il apporte une touche de sensibilité particulière que j'aime particuliérement. 
    Le prochain jeu que j'illustre, celui avec les princesses, est fait entierement avec cette méthode."

    TMNT NET / Gaston et Jeanne Japon NET

     

    De notre côté on a beaucoup accroché à son style et avec sa passion du Japon, on s'est dit que ça irait très bien avec les romans. Vous aurez l'occasion de continuer à admirez son travail au fur et à mesure des news sur le projet. De plus nous vous invitons aussi à vous rendre sur sa page pro facebook, la liker et à le suivre: https://www.facebook.com/RadjaIllustrateur/ 

    Merci à tous, nous avons dépassé les 50% grâce à votre soutient. Merci de continuer de partager le projet pour que nous puissions publier "La Lame et le Sang"

    Ogmios Éditions

  • Modification de la contrepartie Densetsu

    Bonjour à toutes et tous, 

    Il y a de fortes chances que la contrepartie Densetsu, la trilogie en édition "deluxe", soit livrée en décalage par rapport aux autres versions. Afin de ne pas léser les personnes choisissant cette contrepartie, nous avons décidé d'offrir les epubs avec les "deluxe".

    Bonne journée

  • Présentation des personnages: Takeshi

    « Alors c’est toi ? dit-elle. C’est pour toi que les esprits me laissent à peine dormir ?»

    Illustration Radja Sauperamaniane

    Takeshi est un guerrier élancé aux cheveux sombres. Il fut, tout comme son condisciple Akira, l’élève de Toshirô, un mystérieux guerrier enseignant un style sans nom. Héritier du katana maudit de son maitre, il semble contenir ses pulsions avec succès. S’il se montre cynique de prime abord, parfois sa sensibilité naturelle le rattrape. Il porte en lui de profondes cicatrices et préfèrerait une vie sereine à celle de guerrier courant après les contrats les plus sanglants pour apaiser son arme.

    ***

    Il faisait encore nuit noire quand Takeshi arriva dans le village. Quelques lanternes brillaient çà et là devant les échoppes pourtant fermées de la rue principale et les norens voletaient devant les maisons de bois. Le guerrier s’arrêta devant le seul izakaya des lieux. Il renifla ses vêtements. Ces derniers sentaient le feu de bois. Malgré l’étrange capacité de son katana à absorber le sang de ses victimes, il arrivait que son kimono s’imprègne de l’odeur. Une odeur qui vous pique sous la langue, près de la gorge et qui semble assécher votre bouche. Les brigands qu’il avait éradiqués plus tôt avaient eu le bon goût de mourir proprement et de ne pas souiller ses vêtements.

    Takeshi écarta le drap avec grâce et souplesse, un geste naturel qui témoignait encore de sa jeunesse passée à imiter les danseuses des rues. Un vieillard l’accueillit avec un sourire sincère alors qu’il venait à peine de poser son sac et de se déchausser. Personne d’autre ne fit attention à lui, ce qui lui convenait très bien.

    Seigneur, une table pour vous ? Un verre de saké ?

    Plusieurs. Mais d’abord un bain. Tu as ça dans ton établissement ?

    Oh oui seigneur ! Vous tombez bien. Des hommes sont arrivés bien tard avec leurs chariots. L’un d’entre eux voulait un bain. L’eau est chaude et le feu n’est pas encore mort. Je vais le relancer, dit-il en claquant des doigts pour qu’un serveur s’en charge.

    Cela m’ira très bien.

    Takeshi regarda autour de lui. Il aperçut les traditionnels yakuzas qui surveillaient les clients, mais fit mine de ne pas s’y attarder. Il choisit la table qui lui permettait de voir toute la salle sans tourner le dos à aucune porte ni à personne. Il se tourna vers le vieil homme.

    Je vais faire vite. Garde-moi cette place, prépare moi une chambre et envoie-moi quelqu’un pour me savonner le dos.

    L’aubergiste acquiesça sans quitter son sourire

    Au 1er étage, du côté de la rue principale. Mon serveur va y monter votre sac.

    Il guida alors le guerrier jusqu’à la salle d’eau. Takeshi se débarrassa de cette corvée aussi vite que possible, se frottant les cheveux pendant que le serveur savonnait son dos. Ce fut tout juste s'il se trempa dans le baquet une fois propre. Se retrouver nu et sans arme à son flanc le mettait toujours mal à l’aise, surtout avec quelqu’un derrière lui, mais il savait qu’il n’aurait peut-être pas l’occasion de se laver correctement avant quelques temps. Même si son kimono allait sentir encore quelques jours, il saurait que, lui, serait propre.

    Après s’être lavé, il retourna dans la salle principale et s’installa à sa place. Une cruche de saké tiède l’attendait et il se servit en sentant les regards des mafieux de la salle passer sur lui. Ceux-ci ne s’appesantirent pas sur le guerrier de passage.

    Les joueurs de dés faisaient trop de bruit, l’odeur était ignoble et la saleté sans nom. Si Takeshi avait l’habitude de ce genre d’ambiance et il eut rapidement la désagréable sensation que son bain n’avait servi à rien. Il devait admettre qu’il ne sentait plus la fumée, cependant il n’arrivait pas à se départir de cette sensation de gêne. Était-ce les regards mauvais des yakuzas ? Les cris des joueurs ? Non, ce qui le dérangeait vraiment, c’était la qualité du saké. Il était trouble et avait un arrière-goût de terre. Il ne savait même pas que c’était possible ! Il préférait encore le laisser refroidir en espérant qu’il serait buvable de cette manière, mais il commençait vraiment à douter de pouvoir se saouler convenablement ce soir.

    Les cris redoublèrent du côté des joueurs. La taverne était donc si pauvre pour laisser les jeux de hasard à la vue de tous ? C’était peu probable, après tout c’était la seule de la région et elle pouvait se passer de respectabilité. Un parieur venait de perdre gros et s’était levé pour invectiver le lanceur de dés qui était entouré de ses deux sbires. Le perdant s’énervait au fur et à mesure de sa diatribe et le rouge lui montait au visage. Les trois hommes, torses nus et tatoués, étaient restés assis, le visage grave et le regard dur. Ils avaient l’habitude de ce genre de situation et leur impassibilité  suffisait à Takeshi pour comprendre qu’ils étaient dangereux. Même s’ils laissaient l’homme partir sans encombre ce soir, ce dernier aurait droit à une visite dans les jours à venir.

    Un second joueur intervint, lança quelques mots à l’homme qui finit par se rasseoir. Alors qu’il commençait à se calmer, il comprit qu'il avait été grossier et s’excusa à demi-mots tout en prenant soin de ne pas croiser le regard des mafieux.

    Le sabre s’était un peu éveillé avec la tension de la dispute, pour se rendormir presque aussitôt et Takeshi ressentit sa frustration. Le guerrier était toujours surpris de la capacité de son arme à saisir les situations qui s’offraient à lui. Les massacres commis plus tôt dans la forêt étaient légitimes. Il n’y avait aucune raison de ne pas lui donner le sang qu’il exigeait. Ici, ce n’était pas le cas…

    ***

    Nous ne sommes maintenant plus très loin des 50%. C'est grâce à vous que nous pourrons publier cette trilogie de roman. Alors n'hésitez pas à parler de "La Lame et le Sang" partout autour de vous.

    Ogmios Éditions

  • Une arme maudite

    « Il n’y a plus assez de guerres pour ce sabre, pensa Takeshi. Plus assez de personnes à tuer sans conséquence. Ce katana est d’une autre époque... »

    Illustration Radja Sauperamaniane - n'hésitez pas à allez admirer son travail ici: https://www.facebook.com/RadjaIllustrateur/

    Takeshi est le détenteur d'une arme particulière qui semble dotée de certains pouvoirs. Il porte avec lui le katana de ses maîtres, une lame rougeâtre trop longue où l’on a enfermée une malédiction oubliée. Le sabre le pousse à se lancer dans toujours plus de combat pour s'abreuver du sang de ses victimes. La lame de Takeshi serait apparentée aux nodachis par sa taille, pourtant son aspect laisse à penser qu'elle est bien plus ancienne que n'importe lequel de ces grands sabres. 

    On profite de l'occasion pour vous dévoiler un premier court extrait. Nous vous en présenterons d'autres régulièrement tout au long de la campagne.

    ***

    Le ronin était calme et respirait avec douceur. Son visage restait détendu, aussi pâle qu’avant le combat. Il avait confiance en son talent. Son sabre était dans son fourreau et l’école d'où il venait était connue pour ses techniques de iaï dans lesquelles il excellait. L’étranger se plaçait sereinement en garde face à lui, en s’éloignant du feu. Musashi avait eu le temps d’observer le coup de son adversaire. Le déhanché ridicule qu’il avait eu démontrait une pratique d’amateur et son katana semblait plus court que le sien. Le ronin avait la vitesse, l’expérience et l’allonge. Il sourit quand il vit les efforts tardifs de Takeshi pour tenter de cacher sa lame derrière lui.

    — Tu ne sembles pas bouleversé par la mort de tes camarades, dit Takeshi.

    Musashi haussa les épaules.

    — Des poux! Ça me grattait de le faire moi-même depuis quelque temps déjà. Des imbéciles qui ne gardent même pas leur arme à portée de main. Belle arme cette faucille, très astucieux.

    — Je l’ai trouvée à Nagasaki, chez un étranger qui adore les ressorts. Tu aurais pu m’attaquer bien plus tôt.

    — Oui, si j’avais voulu les sauver, mais je préfère le duel.

    Musashi se voyait courir à la rencontre de son adversaire, dégainer pour lui trancher la gorge et passer sur sa gauche avant que le paysan n’ait le temps de lever sa lame. Le ronin inspira une dernière fois pour effacer ces images. N’anticipe pas, se morigéna-t-il. Il bloqua sa respiration et entama sa course.

    Il vit son adversaire lever sa lame beaucoup trop tôt, puis expira en dégainant. Malgré l’obscurité, il vit une traînée de sang jaillir devant lui dans l’arc dessiné par son geste. Il se retourna avec souplesse et se remit en garde en croyant lever son sabre. Il fut d’abord surpris de voir son adversaire lui tournant le dos qui faisait encore quelque pas. Le ronin fut surtout stupéfait de ne pas voir son sabre devant lui. En baissant les yeux, il vit qu’à la place de sa main droite se tenait un moignon sanguinolent. Le sang imbibait son kimono et des giclures sortaient à intervalles réguliers. Il aperçut sa main encore fermement ancrée sur son katana qu’il n’avait pas eu le temps de sortir. Il lâcha son fourreau de la main gauche et pressa son poignet pour tenter d’arrêter l’hémorragie sans succès. Il défit sa ceinture tant bien que mal de sa main valide, laissant tomber son sabre à terre et fit un garrot maladroit. La perte de sang diminua, mais il dut poser un genou à terre alors que sa tête lui tournait et qu’il se sentait prêt à vomir.

    — Musashi ! Quel surnom prétentieux, dit Takeshi. Tu as dû être bien content quand ils te l’ont donné.

    Le mercenaire releva la tête et put regarder le katana de son adversaire. Celui-ci était bien plus grand que ce qu’il avait vu...

    ***

    Plus de 25% en moins de 24h! Un grand merci à tous nos contributeurs. C'est grâce à vous que nous pourrons publier ces ouvrages. Alors, n'hésitez pas, partager la trilogie La Lame et le Sang autour de vous!