Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

KABBALE

Le jeu des déviances occultes

  • Les secrets de la Kabbale 1 : pourquoi devenir un cultiste ?

    Nous n’avons pas tous les mêmes aspirations dans la vie, étincelle (al)chimique aussi brillante qu’éphémère. Certains se contentent d’accepter les règles de base et jouissent de tout ce qui est à portée de main ou de sexe ; mais d’autres ne se satisfont pas aussi facilement et ressentent une tension existentielle, s’interrogent et cherchent des voies détournées pour obtenir des réponses. Cette quête est difficile et incertaine. Elle a pour objectif d’atteindre un accomplissement personnel, soit en réalisant une œuvre, représentation abstraite et absolue du parcours initiatique de l’artiste, soit en se rapprochant des dieux. Ces parcours, pavés d’illusions, sont jalonnés de nombreuses bifurcations vers la perdition, et une fois arrivé au bord du gouffre, il faut choisir de sauter et d’abandonner sa condition organique pour un état supérieur d’existence, ou bien de rebrousser chemin et mourir sans réponses.

    Ce choix du sacrifice du corps ou de l’âme est le fil rouge de Kabbale.

    Lorsque vous créez votre personnage, il faut idéalement commencer par son Œuvre. Celle-ci constitue le but de sa vie, sa quête initiatique, sa motivation à vivre et à expérimenter des voies détournées (certains diront « plus faciles »).

    Les rôles (Couvertures) dans le jeu les plus en adéquation avec cet objectif sont ceux d’intellectuels ou artistes : écrivains, poètes, politiciens, scientifiques, médecins, avocats, musiciens, danseurs, acteurs, peintres, sculpteurs et bien d’autres encore. On peut aussi imaginer un intellectuel ou artiste caché (ou raté) qui évoluerait dans les hautes sphères de la société : grand entrepreneur ou exploitant, financier, rentier, mécène, aristocrate… Sa Couverture et son Œuvre ne seront donc pas forcément compatibles au premier coup d’œil. Par exemple, une Couverture de « riche exploitant de coton à la Nouvelle-Orléans » pourrait avoir comme Œuvre de « composer le morceau de jazz ultime qui procurerait un état de grâce absolu » ou de « vaincre la mort pour ressusciter/prolonger la vie d’un proche ».

    Les cultistes ne sont pas obligatoirement (voire même pas du tout) une bande de dégénérés consanguins en toge, poireautant le jour dans une cave pour chasser la vierge (ou le puceau) effarouché(e) la nuit tombée. Ce sont des gens souvent bien placés, d’une catégorie socioprofessionnelle type cadre ou assimilé, voire de travailleur ou artiste indépendant, avec une situation financière stable. Le fait de ne pas avoir à lutter chaque jour pour se nourrir autorise une certaine oisiveté propice aux interrogations existentielles et un certain penchant pour des plaisirs interdits réservés à une certaine caste. Bien sûr, l’histoire nous apprend que rares sont les écrivains ou peintres à vivre dans l’opulence ; leur gloire intervient souvent post-mortem. De là à en déduire qu’ils ont accompli leur quête initiatique (Œuvre) et en ont accepté le prix…

    Déterminer son Œuvre est la phase la plus conceptuelle du jeu, mais aussi la plus cruciale dans l’élaboration de votre PJ, car elle interviendra souvent dans l’explication de ce qui motivera votre personnage à devenir un cultiste, à franchir de nombreux caps vers l’ascension ou l’abime. Votre personnage est obsédé par la réalisation de son Œuvre (il peut le montrer de façon plus ou moins flagrante). Elle outrepasse souvent ses propres besoins vitaux ou sa rationalité ; il est potentiellement prêt à tout pour l’accomplir, c’est ce qui va le rendre borderline et intéressant dans le cadre du jeu.

    Exemple parlant : le Docteur Frankenstein de la série Penny Dreadful. Ce scientifique de renom et toxicomane avéré, obnubilé par l’envie de recréer la vie, de devenir l’égal de dieu, est prêt à tous les excès pour parvenir à son Œuvre. On pourrait imaginer qu’un tel personnage dans Kabbale puisse avoir été contacté par une Loge (suite à des fuites et rumeurs sur ses expériences interdites), ait été séduit puis converti à vénérer une entité qui serait capable, selon les arguments de ses adeptes, de l’aider à faire rebattre le cœur d’un cadavre. Avec un grand écart et dans un tout autre genre, une autre référence qui vient à l’esprit est Anakin Skywalker qui, par peur de perdre Padmé Amidala, embrasse le côté obscur et pense pouvoir le maitriser pour rendre sa bien aimée immortelle. On connait le sort qui lui est réservé, mais rien n’empêche un joueur de se calquer sur ce personnage pour créer son cultiste avec une Œuvre similaire.

    Sur la fiche de cultiste (voir page d’accueil), un pentacle avec 5 ronds permet de suivre l’achèvement de l’œuvre du personnage. Chaque rond (à cocher ou griser) marque un rite de passage, une étape importante dans l’aboutissement de la quête personnelle du cultiste. Pour valider chacun d’eux, le PJ doit avoir accompli au moins un acte fort au service la Kabbale, ce qui lui permet d’être « dans les petits papiers » de l’Indicible et de monter en grade (eux aussi au nombre de 5). Suivant cette logique, plus le personnage se mouille pour l’organisation, plus il parachève collatéralement son Œuvre. Habillement amené, ce peut être une sorte de « carotte » pour motiver certains joueurs.

    La gestion des Grades et des Obligations sera abordée dans une autre news, mais un point mérite d’être souligné : si plusieurs cultistes peuvent occuper les Grades de Témoin du Secret, Initié, Gardien de la Loge ou Maitre Ritualiste, il ne peut y avoir qu’un(e) seul(e) Concubin(e) de l’Indicible.

    Il faudra donc mettre hors course d’une façon ou d’une autre le(la) Concubin(e) actuel(le) pour prendre sa place et achever son Œuvre. Atteindre le Grade ultime n’est pas un choix anodin, car si cela offre pouvoir, prestige et responsabilités (les autres Grades sont aux ordres du (de la) Concubin(e)), aucun retour en arrière n’est possible une fois devenu(e) l’intime de l’Indicible.

  • Bonus Late Bird

    Pour toutes les souscriptions permettant d'atteindre le second palier (11500€ : couverture cartonnée pour le livre de base), y compris les souscriptions Early Bird :

    Le scénario "L'Enfant du Damné" est offert (PDF)

    Bonus exclusif aux souscriptions

  • Bonus Early Bird

    Pour toutes les souscriptions effectuées avant le 16 janvier 2018 à 10h (date à laquelle le premier objectif est tombé), les bonus suivants sont offerts :

    1 set de 2D10 Kabbale offert ! (contreparties physiques uniquement)
    Le PDF du jeu One% ou Wulin 2 offert ! (1 PDF au choix, livré courant mars)

  • Invocation réussie !

    Chers adeptes,

    grâce à votre enthousiasme le projet Kabbale va se concrétiser.

    J'avoue être stupéfait par la rapidité avec laquelle cela arrive.

    Que dire après un accueil aussi chaleureux, financier certes, mais aussi et surtout de part vos sympathiques messages. En élaborant ce jeu à temps perdu depuis 2011 (à l'époque titré un peu maladroitement Insane Kultists, un spin off de Dés de Sangde mon ami et premier collaborateur Willy Dupont), en y mettant beaucoup de mes délires fiévreux, j'étais loin de m'imaginer le proposer un jour et encore moins qu'il recueille autant d'adhésions.

    Pour être honnête, jai longtemps hésité à le présenter : trop borderline, trop casse-gueule en termes d'image (surtout en démarrant une micro-entreprise, il faut vraiment être dingue). Je crois même que je suis (j'étais) celui qui y croyait le moins, tout en étant à la fois convaincu que ce n'était pas un mauvais jeu et qu'il pourrait peut-être apporter un petit quelque chose de différent ou combler un vide dans ce créneau. Le goût du challenge (absurde) probablement et aussi le besoin de savoir si à 48 ans, en tant qu' "auteur" (appelation clairement pompeuse à mon égard), je valais un petit quelque chose ou pas. Porter le travail des auteurs c'est bien ; le faire en ayant une petite légitilité, c'est mieux. Vous avez défié mes prognostiques. Vous m'avez même carrément bluffé. Du coup, maintenant, j'y crois un peu plus.

    Je remercie aussi mon ami Christophe Gérard (auteur du jeu Mississippi : Tales of the spooky south) de s'être spontanément mouillé pour élaborer le supplément sur la Nouvelle-Orléans (mais qui d'autre que lui pouvait mieux assurer le job ?) et tous les gens qui ont contribué et partagé.

    Merci aussi à William S. Burroughs, ma muse, pour m'avoir éclairé par des pensées détournées.

    Le travail va démarrer sans plus attendre, et voyons jusqu'où cette Kabbale peut étendre ses ramifications abjectes.

    Une belle et première petite réussite pour le Troisième Oeil qui enrichit ainsi son carnet de commandes, merci à vous.

    Laurent.