BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Une journée au CERN

Visite guidée au cœur de la plus grande collaboration scientifique mondiale

À propos du projet

Le mot d'Etienne Klein :

« Le CERN a beau scruter l’infiniment petit, il est lui-même fort vaste. Pour le visiter et comprendre ce qui s’y fait, il faut un guide avisé : son nom est Gautier Depambour. »

 

Bonjour à vous,

Bienvenue au CERN, le temple de la physique des particules ! C'est là que sont réunis des théoriciens, des ingénieurs ou encore des techniciens, qui ont tous pour objectif de percer les secrets de la matière à travers l’exploitation du plus grand collisionneur de particules jamais construit.

Pour vous faire découvrir le CERN, j'ai écrit un livre, illustré par des photos prises sur le vif, dans lequel je vous emmène dans les arcanes de ce lieu afin de vous en faire comprendre le fonctionnement. De bâtiment en bâtiment, outre les visites des installations et des lieux de vie quotidienne, je vous raconte des anecdotes et vous propose également des explications théoriques plus pointues, le tout ponctué de rencontres avec des scientifiques qui ont à cœur de partager leur expérience avec nous.

Sans plus attendre, pour vous donner un aperçu de cette visite, voici quelques extraits choisis. Nous démarrons avec l'exposition "Univers de Particules", qui se trouve dans le Globe de la science et de l'innovation, à l'entrée du CERN...

 

Dans l'hypnotisante exposition "Univers de particules"
 
"Cette salle envoie à tout un chacun un message subliminal essentiel : c’est en observant ce qu’il y a de plus petit qu’on peut comprendre ce qu’il y a de plus grand ! Quelle belle idée : peut-être trouvera-t-on des réponses à des mystères d’astrophysique, comme la matière noire ou l’énergie noire, en étudiant les plus petits constituants de la matière. Au CERN, donc, on ne se limite pas à comprendre l’infiniment petit : on cherche à comprendre l’univers à toutes les échelles."
 
 
 
Le LINAC2, un accélérateur linéaire qui propulse les protons au début de leur périple
 
"Les protons sont d’abord injectés dans un accélérateur en ligne droite : le LINAC 2, qui signifie LINear ACcelerator 2. Pourquoi 2, et pas 3 ? Parce que le LINAC 3 accélère non pas des protons mais des ions plombs Pb29+, c’est-à-dire des atomes de plomb spoliés de leurs électrons. Néanmoins, la majeure partie du temps, les particules accélérées sont des protons : concentrons-nous pour l’instant sur eux. Ils vont passer dans une succession d’accélérateurs de plus en plus puissants, qui vont les faire aller de plus en plus vite, en leur conférant une énergie de plus en plus importante."
 
 
 
La salle de contrôle du détecteur ATLAS
 
"Bienvenue dans le « Visitor Centre » d’ATLAS ! Comme vous pouvez le voir, la salle de contrôle se trouve juste en face, derrière la grande vitre. Ici, des personnes appelées « shifteurs » vérifient en permanence qu’il n’y a aucun problème sur le détecteur : c’est une tâche assez fastidieuse, mais indispensable. Un endroit impressionnant, n’est-ce pas ? Sur le mur de droite sont projetées huit images sur grand écran, chacune correspondant à une partie du détecteur, avec des schémas, des graphiques, ou des chiffres qui sont autant d’informations en temps réel."
 
 
 
L'immense détecteur ATLAS
 
"Je vous présente le détecteur ATLAS, en chair et en os, si l’on peut dire ! C’est vraiment hallucinant. On a beau vous parler pendant des heures de la taille gigantesque du détecteur, à savoir 46 m de long pour 25 m de diamètre, on ne peut véritablement le réaliser qu’en le voyant de ses propres yeux. On peut ajouter à cela qu’ATLAS pèse la bagatelle de 7000 tonnes, ce qui est équivalent au poids de… la tour Eiffel. Au-delà de la prouesse technologique qui se dresse devant nous, je crois qu’on peut considérer une telle réalisation comme une œuvre d’art. C’est tout simplement beau. Je me souviens de Dave Charlton, ancien porte-parole d’ATLAS, qui déclarait dans une émission de télévision à côté du détecteur : « We really built this thing ?! ». On ne peut que partager cette impression !"
 
 

A l'intérieur du Centre de Calcul... qui n'est pas sans rappeler Hal dans "2001, l'Odyssée de l'espace" !

"Entrons dans le centre de calcul ; je vais parler un peu plus fort, car les systèmes de ventilation font beaucoup de bruit ! En plus de la ventilation, il y a un système de refroidissement qui maintient la température ambiante à environ 30°C. Vous me dites que ce n’est pas très efficace, pour un système de refroidissement ? Alors je vous réponds que, s’il venait à s’arrêter, la température augmenterait de 3°C toutes les 30 secondes. Ce serait cauchemardesque…"

 

L'emblématique bâtiment 40 au coucher du soleil

"Après cette longue marche le long de la route Niels Bohr, nous voilà revenus devant le bâtiment 40, toujours aussi imposant ! Vu d’ici, il permet de se donner une idée de la taille des détecteurs ATLAS et CMS. Si on mettait CMS à côté du bâtiment 40, il atteindrait le troisième étage, alors qu’ATLAS dépasserait légèrement la hauteur du toit." 

 

Le détecteur CMS représenté à l'intérieur du bâtiment 40

"Les couloirs circulaires semi-ouverts qui permettent de voir le hall depuis les quatre étages sont très agréables, on respire. Les cages d’escaliers sont disposées en carré, et sur l’une d’entre elles, vous pouvez contempler cette immense image du détecteur CMS – en taille réelle, s’il vous plaît ! – composée de centaines de « petites » images mises les unes à côté des autres, comme un gigantesque puzzle qui va du rez-de-chaussée jusqu’au quatrième étage."

Ainsi s'achève cette petite visite de présentation : la grande visite aura lieu quand le livre sera publié...

Je compte sur votre soutien !

N'hésitez pas aussi à aller liker et partager la page Facebook consacrée au projet !

A quoi va servir le financement ?

Le manuscrit est estimé à 220 pages en format 14 * 21 cm.

Le budget de 6 000 € est divisé comme suit :

  • Relecture orthographique, grammaticale et typographique + mise en page + insertion corrections épreuves à hauteur de 10 % : 3000 euros

  • Couverture : 600 euros

  • Impression de 250 exemplaires en NB sur papier offset 90 gr pour l’intérieur, carte 230 gr avec pelliculage vrillant pour couverture, façonnage dos carré collé : 1400 euros

  • 480€ revenant de droit à Ulule

  • 520€ pour couvrir une partie des frais de port (à raison d'environ 7€/livre, emballage compris, en France métropolitaine)

À propos du porteur de projet

Passionné de sciences et de philosophie des sciences, je suis actuellement étudiant à l’Ecole CentraleSupélec en 3ème année, option Physique et Applications, filière Métiers de la Recherche.

J’ai consacré mon année de césure à la communication scientifique ; j'ai d'abord passé cinq mois au CERN (où j'ai réalisé un site internet sur les contributions des laboratoires français au détecteur ATLAS ainsi qu'un projet de Machine Learning appliqué à la physique des particules), avant d'intégrer pendant cinq mois la rédaction de Science & Vie en tant que journaliste.

J'ai également réalisé en équipe le site de vulgarisation scientifique d'Etienne Klein.

 

Devant le Globe de la science et de l'innovation, symbole du CERN

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet