BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Portrait d'une jeune femme

Film documentaire cinéma

À propos du projet

Bravo et merci à tous les contributeurs ! Nous voilà assurés de boucler le tournage !
Il reste possible de continuer à nous aider pour franchir les prochains palliers, en nous contactant directement.

Résumé

Portrait intime et politique de Misungui, une jeune femme de 26 ans qui, en pleine crise sociale, tente de composer son identité et son autonomie entre précarité, squat, performances queer et présence sur les « réseaux sociaux ».

Ce film documentaire de Stéphane Arnoux est destiné au cinéma. En l'attente des financements institutionnels, nous avons besoin de votre soutien pour développer le film, avancer le tournage, ne pas compter les heures et commencer à monter des séquences que nous vous proposerons au fil du temps.


Synopsis

Misungui est le pseudonyme de M. C'est une identité constituée d'images sensuelles ou décalées qui abondent sur les réseaux sociaux. Dans le milieu queer, elle est connue pour ses performances érotiques et situationnistes.

Dans la « vraie vie », la jeune féministe libertaire loge dans un squat à Paris en attendant de réaliser un autre projet d'existence, ailleurs et en autogestion. D'ici là, elle tente d'articuler précarité et invention, intime et politique.

En réalisant le portrait filmé de M/Misungui, j'entends mettre en scène une recherche d'émancipation et ses contradictions. Et à travers M, creuser quelques enjeux de notre époque en crise.

Télécharger le dossier du film (Note d'intention du réalisateur, genèse du projet etc) : ICI

La page Facebook du film : ICI

A quoi va servir le financement ?

Ce film s'est imposé à moi avec la nécessité de commencer à tourner sans attendre d'avoir réuni tous les financements. C'est cette urgence qui m'invite à vous proposer de contibuer à ce projet, en vous associant dès le début à sa démarche. Il recquiert une année de tournage et un long temps de montage. La présence du film sur Ulule nous permettra de nous imposer des étapes, et de vous proposer d'en découvrir le cheminement.

En attente des financements institutionnels, le financement Ulule va nous permettre :

- D'avancer le tournage, de payer les frais de déplacements, de location de matériel
- De financer les disques durs, les cartes mémoire, les micros etc
- De rechercher de nouveaux partenaires
- De commencer à rémunérer le travail du réalisateur
- De financer la participation d'un ingé son professionnel et d'un cadreur pour certaines séquences difficiles
- De mobiliser un monteur pour le dérushage et le début du montage


Nous avons fixé un premier objectif à 3700 euros, mais nous espérons bien recueillir beaucoup plus !

Objectif numéro 1 : 3700 euros - Terminer le tournage

Objectif numéro 2 : 6500 euros - Commencer le montage

Objectif numéro 3 : 8500 euros - Commencer la post-production

Partenaires envisagés:
(nous vous tiendrons au courant au fur et à mesure des finacements obtenus et des nouveaux partenariats) 


Vous !!!!

Centre National de la Cinématographie
Région Ile-de-France
Ville de Paris / Mission Cinéma
SCAM
Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir
Un distributeur cinéma
Une chaîne en coproduction ou préachat

À propos du porteur de projet

Le film

Dans sa chambre au squat comme sur Facebook, M rassemble autour d'elle des images, tableaux, photos ou sculptures... des représentations qui rendent compte d'un questionnement intérieur : qu'est-ce qu'être une jeune femme dans la société d'aujourd'hui ?

Elle est au chômage après avoir travaillé deux ans dans l'animation en parallèle de son Master d'études de genre à l'université de Saint-Denis. Il ne lui reste plus beaucoup d'indemnités à percevoir, mais elle ne cherche pas de travail. Elle refuse de payer un loyer et entend partir bientôt vivre en autosuffisance et autogestion, loin de Paris, là où elle pourra établir un habitat alternatif et vivre de façon collective autour d'un potager et de projets éducatifs partagés.

Elle a un amoureux, mais peut en aimer d'autres, filles ou garçons. Si elle rêve de faire un enfant avec l'homme qu'elle fréquente depuis trois ans, elle n'en a pas moins de nombreux désirs, et lui aussi. Chez elle la sexualité s'envisage d'abord en tant que liberté.

Elle vient de terminer un mémoire intitulé : « Baiser comme un homme » - La pornographie ou les nouveaux enjeux du féminisme.1 Depuis elle s'interroge : comment construire sa propre autonomie à l'égard d'une société qu'elle juge toujours patriarcale, liberticide, inégalitaire, peu tournée vers le bien-être de l'individu ?

Pour tenter de trouver une réponse à ces questions et de forger son identité, elle se met en scène tout en s'offrant des expériences : performances, Shibari, photo, dessins et peinture, création d'objets... Tous ces éléments constituent l'identité fragmentée de Misungui, dont on peut suivre les éléments d'un puzzle sur les réseaux sociaux.

Le film prendra le temps de regarder avec M les pièces du puzzle, de tenter de les assembler.

En situant M dans son contexte, aux prises avec cette ville en pleine mutation, dans sa solitude comme au milieu d'autres personnages, je m'attacherai à faire le récit d'une période charnière de la vie de M : ses derniers mois à la capitale, en transition entre ses études, son apprentissage, et une vie qui reste à inventer.

A travers la figure d'une jeune femme, dont les problématiques et les combats recoupent pour partie ceux de la société (questions de genre, égalité, émancipation sociale), j'entends réaliser un portrait qui dise quelque chose de cette drôle d'époque faite de crise économique, sociale et identitaire. Une époque qui contraint à se redéfinir, à se réinventer à l'intérieur ou en dehors des codes préétablis.

Durant cette période de questionnements intérieurs, je chercherai à mettre à jour ses contradictions, ses projets et leurs empêchements, son regard sur elle-même et sur le monde. Ces problématiques, je les chercherai également autour de M, dans la sociologie de la ville, comme pour lui en renvoyer la représentation.

Ce film, c'est aussi le récit de la relation entre M et son « filmeur ». Ce n'est pas ce qui se jouerait entre elle et moi dans la réalité qui sera cadré, mais plutôt la fiction de ce qui nous lie ou nous oppose. Pour dire quelque chose de la société là où elle commence : à deux.

Misungui

Performeuse et Modèle, féministe queer et pro-sexe, anarcho-communiste, militante pour l'auto-gestion et l'auto-détermination.

Lien : http://misungui.tumblr.com/

Stéphane Arnoux

Metteur en scène et réalisateur, formateur depuis 1998. Il a réalisé trois longs-métrages pour le cinéma (une fiction et deux documentaires), monté une dizaine de spectacles (Brecht, Gatti, Fassbinder, Shakespeare, Koltès, Dario Fo, Müller, Ben Jelloun …) et enseigné à l’université Paris VIII, à l’Ecole de Théâtre l’Eponyme, ainsi que dans le cadre de nombreux stages et ateliers. Il réalise des films documentaires de commande, vidéos de spectacles et de concerts ou clips en parallèle de ses activités de création.

Filmographie sélective :

Le cinéma français se porte bien , LM, 2014
Nos désirs font désordre , LM, 2009 
La carotte et le bâton , LM (docu), 2004 
En attendant septembre , CM (docu), 2003 
Vertige , CM, 2003 
Révolution(s) , CM, 2002 

Lien : Allociné

Phinéas Production

Phineas Production est une association qui coproduit des courts, moyens et long-métrages pour le cinéma.

Depuis 2003, elle est envisagée comme un outil de production et de formation et agit comme prestataire techique pour les industries et artisanats cinématographiques.

Nous maîtrisons toute la chaîne de production, au moyen de nos équipes et notre parc de matériel de tournage / montage / postproduction.

Nous avons à notre actif la coproduction de 3 long-métrages, une vingtaine de courts, des clips, captations et autres réalisations instutionnelles ou cinématographiques.

Lien : www.phineasprod.com