BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

LA PIETA

FAIRE LE PREMIER ALBUM

À propos du projet

"Depuis un peu plus de deux ans, La Pietà débarque dans la sphère musicale, à coup de mystères, masques, concerts bruyants, textes énervés, attitude punk, et clips désabusés. La Pieta, c’est décalé, provoc, pluridisciplinaire, actuel… Et en français."

Après 2 ans de route, et 2 EP, j'ai reçu de nombreux soutiens et encouragements. Paloma, Sacem, Victoire 2, Shaka Ponk, Bertrand Cantat, Mat Bastard, Adami, Longueur d'ondes, etc.. Il est temps de se lancer sur la production de mon premier album.

Dans un premier temps, je sortirai un EP au mois d'octobre pour vous faire patienter et vous présenter quelques titres de l'album à venir, puis l'album sortira en 2019.

En participant à son financement, vous entrez dans la "Famille Della Pietà" et je vous donnerai toutes les infos de manière privilégiée, ainsi que de nombreuses surprises.

Le EP pour vous faire patienter est enregistré "A la maison" avec Christophe Boulvin, mon ancien DJ sur scène, avec qui je continue à travailler mes prod. Il contiendra des titres que vous connaissez déjà en live "La fille le moins féministe de la Terre" ou "défoncer le coeur" ainsi que des nouveautés, et une nouvelle version de La Moyenne.

L'album partira de cette base là, mais on travaillera avec un réalisateur en plus pour aller plus loin dans les idées d'arrangement et de prod. Il contiendra ces titres également ainsi que beaucoup de nouveautés. A l'heure actuelle j'ai 33 maquettes prêtes pour l'album, on fera donc une selection des 12 meilleurs morceaux.

Regardez mon dernier titre "Maintenant ou jamais"

REGARDEZ "LA FILLE LA MOINS FÉMINISTE DE LA TERRE"

A quoi va servir le financement ?

Le financement participatif via ULULE va me permettre de financer une partie de mon premier album.

La Pietà, c'est quoi ?

Vous ne me suivez pas forcément depuis longtemps, et vous ne savez donc pas forcément ce qui se cache derrière mon masque de chat ou ma mèche de cheveux. Il ya quelques années, j'etais une jolie chanteuse pop, signée sur une grosse maison de disque. Ballotée de droite à gauche, perdue dans ce milieu parisien du business de la musique, je m'y suis sentie si mal, que j'ai décidé de mettre fin à ma carrière musicale, et déménager dans le sud.

Là, j'ai d'abord retrouvé goût à l'écriture, et je me suis mise à faire un roman.

On m'avait filé un logiciel de son, et comme je n'avais jamais composé autrement qu'avec une guitare, j'ai décidé de m'amuser à faire des essais de composition directement sur ordinateur. J'avais envie de travailler à la manière d'un rappeur : faire des instrus puis poser un flow dessus, ce qui me permettrait de poser des extraits de mon roman. J'en avais marre du combo basse-guitare-batterie du rock, et je voulais créer ma propre identité, à la croisée de toutes les musiques que j'aime. J'ai fait un espèce de laboratoire créatif où j'ai testé plein de sons, d'idées, de nouvelles formules. Ce dont j'étais sûre, c'était que ça ne sortirait pas de ma chambre, et que je ne le ferai jamais écouté à personne. C'était pour moi, c'était un jeu, et c'était un éxutoire. C'est cela qui m'a permis de me sentir pour la première fois complètement libre. Sans oreille, sans regard, sans avis, je pouvais être enfin moi. J'ai developpé cet univers à travers des chansons, des textes mais aussi des visuels, des montages photo, des dessins.

Au bout de quelques mois à faire tout ça dans mon coin, un pote a insisté pour écouter, et il m'a poussé à mettre au propre mes titres dans son home studio. J'ai sorti un premier titre avec un clip "La Moyenne" en septembre 2015. J'avais la volonté d'etre masquée, cachée, anonyme. Non seulement pour ne pas mélanger mes différentes activités, puisqu'entre temps je m'étais lancée dans d'autres projets dans la musique, mais aussi et surtout pour avoir le droit à une page blanche, et à mon entière liberté. Sans nom, sans visage, je n'avais pas à affronter les aprioris, les préjugés, les regards.

Aussi, avec la Pietà, je ne voulais pas seulement parler de moi, je voulais parler de ce moi qui se sent perdue au milieu de tant de nous. Je voulais parler de vous aussi quoi. Je voulais que ça puisse être vous derrière ce masque. Je voulais parler de La Moyenne.

Ecoutez la moyenne ici 

Le projet a rapidement plu, j'ai été contactée par un tourneur, qui m'a poussé à mettre en place un show. Je voulais le faire seule au départ, puisque je voulais que La Pietà reste vraiment mon projet solo. Mais j'ai rencontré une super équipe, des super musiciens, et j'ai eu la chance depuis lors d'avoir une famille de plus en plus fédérée autour de ce projet.

Depuis, des tas de concerts, de prix, d'articles, de routes, de vos mots, de vos sourires, de folies, des tournées, des EP, des clips. Et alors, maintenant ?

  • Plus qu'un album, j'ai surtout envie de pouvoir vous proposer une belle box qui comporterait de nombreuses infos et objets à l'interieur, il présenterait l'ensemble de l'univers de La Pietà. Depuis le début, j'ai voulu que La Pietà soit un projet pluridisciplinaire, que je puisse m'y exprimer avec de la musique, mais aussi avec des mots, dans le cadre d'un roman que j'écris, mais aussi avec de la video, des dessins, des photos. J'ai donc eu envie de faire un objet que j'ai décidé d'appeler "La Boîte noire"
  • La boite noire comportera à la fois l'album de 12 titres, mais aussi un vinyle, des photos, des serigraphies, des vidéos, un extrait de mon roman, et un bijou La Pietà.

  • Comme vous vous en doutez, tout cela a un coût important, et je ne pourrai pas financer tout cela par moi-même. Je fais donc appel à vous pour m'aider à réaliser cet objet fou.
  • Le fait de faire appel à vous, ce n'est pas seulement une question financière, c'est aussi pour que ce projet soit le vôtre ! L'idée de la Famille de La Pietà, c'est que l'on puisse le plus possible être dans l'interaction, je veux que ce projet soit aussi le votre. Vous pouvez me suggérer vos idées, m'envoyer vos sons, vos vidéos, vos dessins. Vous êtes graphiste? acteur ? vous avez un don pour le dessin ? Pour créer des sites web ? Pour démarcher ? Participez à La Pietà d'une manière ou d'une autre!
  • Je ferai également appel à des aides et subventions, et je chercherai éventuellement un label co-producteur afin d'aller plus loin dans le projet. Plus nous serons nombreux sur ce projet, plus nous avons de chance de le mener à bien dans les meilleures conditions possibles.

  • En participant, vous entrez dans le clan de La Pietà, que j'ai appelé "LA FAMILLE DELLA PIETÀ". Suivant le montant de votre participation, vous pouvez non seulement obtenir l'album de 12 titres, mais aussi de nombreux autres éléments, la boîte noire dans son intégralité, le vinyle, mais aussi participer à nos concerts, nos répétitions, nos résidences.
  • Parce que La Pietà ne fait rien comme les autres, je vous propose même dans les lots d'écrire une chanson pour vous : soit avec vous, si vous ecrivez vous mêmes, soit à partir de votre histoire, votre sujet, quelquechose qui vous tient à coeur, et j'en ferai votre track.

Dans les contreparties, je vous propose aussi de vous inviter à un concert privé organisé par ULULE et la SACEM à Paris à la rentrée. Ce concert sera uniquement sur invitation, et unqiuement pour nos contributeurs ULULE + un certain nombre de médias et professionnels. Nous vous présenterons à cette occasion en exclusivité et en avant première tous les titres de l'album à venir en live.

  • Faire un album, ça prend du temps, parce qu'il ne faut pas seulement l'enregistrer, il faut aussi prévoir tout ce qui va avec, et pour qu'il sorte dans les meilleures conditions possibles, il faut aussi trouver l'entourage, l'équipe, le distributeur, les partenariats, trouver le bon réalisateur pour l'album, faire les bons choix. C'est long !
  • J'ai donc décidé de commencer par sortir un EP à l'automne. Cet EP contiendra des premières versions de certains titres de l'album, et vous permettra de voir la couleur et la direction artistque vers laquelle je me tourne. Cela fera patienter en attendant l'album, et permettra aussi de continuer à sortir des titres et des clips régulièrement. Il contiendra notamment les titres "Défoncer le coeur" "Maintenant ou jamais" et "La fille la moins féministe de la Terre".
  • En même temps que la sortie de ce EP, nous travaillerons sur l'élaboration du spectacle 2019, et nous tournerons pendant l'automne pour commencer à présenter des nouveaux titres. Des dates sont déjà en train de se caler.
  • En parallèle, on sera en train d'enregistrer l'album, et nous prévoyons de le sortir à la fin du premier trimestre 2019.

  • Composition des titres (en solo)
  • Préproduction des titres avec Chris Merlyn, mon ancien DJ de scène avec qui je continue à travailler les arrangements, et rémunération des musiciens qui interviennent sur l'album : Prévoir une enveloppe de 2000e minimum
  • Réalisation des titres avec un réalisateur / enregistrement définitifs des instruments et des voix, mixage --> enveloppe de 10 000e minimum
  • Mastering --> enveloppe de 1000e
  • Travail avec un graphiste --> 1000e
  • Pressage du CD et paiement SDRM --> 1000e
  • Réalisation de la boîte noire et des éléments qu'elle comporte --> 3000e
  • Pressage du vinyle --> 2000e
  • Shooting photo --> 500e
  • Promotion de l'album avec un attaché de presse --> 3500e (avec un budget pour la sortie du EP)
  • Marketing --> 2000e (avec un budget pour la sortie du EP)
  • Stratégie web / sponsoring réseaux --> 2000e (avec un budget pour la sortie du EP)
  • Elaboration de merchandising (Tshirts, masques, bijoux, etc) --> 2000e

Soit un total de 30 000e

Comme vous le voyez, on dépasse donc largement les 6000e demandés dans ce crowdfounding, alors comment je fais ?

- Comme précisé au dessus, je vais mettre un apport personnel, mais aussi et surtout chercher un label co-producteur de l'album afin d'avoir des financements plus élevés princiaplement pour la promotion et le mastering, je ferai également  appel à des aides et subventions, que votre financement via Ulule complètera donc :

- Si on arrive tout juste aux 6000e, je devrai revoir le projet au minimum : moins d'éléments dans la boite noire et nombre plus limité, moins de merchandising, moins de titres sur l'album peut-etre, ou un réalisateur moins honéreux, plus de système D, plus de titres faits en Home studio sûrement.

- Si on arrive à 10 000e, je pourrai garder le nombre de tracks.

- Si on double l'objectif, je pourrai faire l'ensemble de la production comme prévu, en étant limité sur le budget promo-marketing.

- Si on triple l'objectif, je pourrai aller plus loin dans la visibilité de l'album, et financer des clips en plus.

Bref, comme vous avez compris, j'ai plus que jamais besoin de vous ! 

Aider La Pietà à exister : C'EST MAINTENANT OU JAMAIS ?

À propos du porteur de projet

RDV SUR FACEBOOK ICI - RDV SUR YOUTUBE ICI - RDV SUR INSTAGRAM ICI  - RDV SUR MON SITE ICI

EXTRAITS DE PRESSE :

« Une punkrappeuse aux textes peu conformistes.» LE MONDE

« Outsider, brutale, fatale, c'est un cri primal qui a bousculé et déstabilisé le public et les professionnels. » DIDIER VARROD / FRANCE INTER

« La Pietà croise la rage du punk et la verve du rap, c’est une boule d’énergie qui boxe avec les mots et les sons. L’une des révélations des Inouis Printemps de Bourges. » TSUGI RADIO

« La Pietà griffe de sa plume acérée avec son rap mâtiné de punk qui ne mâche pas ses mots. » CULTURE BOX

« Ses mots qui giflent nos réalités. » MIDI LIBRE

«Énergie pure, provocations, punk, rap. » LONGUEUR D’ONDES

PAROLES DE FANS

"La Pietà, c’est la violence utile. Celle qui pose des mots sur les souffrances profondes de chacun, et qui dénonce insolemment le monde qui part en vrille. 
Une violence utile parce qu’on a besoin de ça aujourd’hui, où quand je regarde les réseaux sociaux, les infos et la télé, j’ai pas beaucoup d’espoir quant à la suite des événements. Et pourtant, quand j’écoute la Pietà et ses textes engagés, puissants et dérangeants, je me dis qu’il y a peut-être une chance de changer les choses, notamment grâce à des artistes dans son genre qui ne mâchent pas leurs mots, qui parlent avec leur tripes, et qui se foutent bien du politiquement correct. 
C’est comme tu le dis, celle qui saigne, qui souffre et qui le crie, qui réveille la souffrance des autres, qui nous unis via celle-ci et qui révolte. "

"Pwouah ! C est le morceau le plus puissant que vous ayiez fait a ce jour je pense. Quelle claque ! Le rythme, l instru, les paroles. Je me retrouve dans le meme état que le jour ou j ai decouvert la pietà sur la radio locale de ma ville qui passait "la moyenne". Obligé de me la repasser une 2eme fois ! Et surement une troisieme, une quatrieme ..."

" La Pietà c’est parfois dérangeant, ça te pousse dans tes retranchements puis ça devient enivrant, comme une drogue musicale, un truc qui fait que t’as encore envie de l’écouter et d’analyser chaque vers pour trouver ce je ne sais quoi qui te rend accroc. "

"Les images de ta vie défilent à ton oreille et te donnent envie de replonger au plus profond de toi. 
La rage du coeur a l’état brut.
❤️"

" Sous le masque musical et la rage scénique de La Pieta explosent des exorcismes des vécus et des pensées les plus crues, les plus brutes, des profondeurs de sa génération. J'adore !"

 "La Pietà en vrai, c'était un gros coup de coeur la première fois, une confirmation la deuxième fois, et tout et plus que ça la troisième fois (et quelques photos d'enfer )"

  "LA PIETA est la grande et digne héritière de Diabologum, Expérience et Programme (2 groupes nés de la séparation des Diabolo...), ou de Michel Cloup en solo. De la tension, partout, jusqu'à l'extrême. Des mots directs comme des uppercuts. Pas de chichis. BOUM!"

 "Quand à 4h du matin un jour de chagrin d'amour, tu croises ton ex en sortant remplie d'alcool et de coke de l'appart' miteux d'une copine, la Pietà c'est le bruit d'une bouteille de bière pas chère que tu lui éclates dans le visage. Parce que sur le moment, tu voulais voir comment ça fait."

 "Une artiste avec des textes qui cognent et des mélodies qui restent en tête ! Un nouveau son dans le paysage musical, un nouveau souffle, montrant qu'il ne faut jamais lâcher !! Sur scène, c'est une vague qui vous couche, l'énergie est décuplée et l'harmonie entre les musiciens est totale !!! Une fois le masque tombé, c'est une personne passionnée et passionnante qui est face à nous, qui prend nos commentaires comme du carburant pour le prochain titre, le prochain clip, le prochain Live !"

 "Quoi dire ... Je te kiff j aime tes textes même si cela dérange beaucoup .. une langue libre sans censure .. enfin !!! La censure tue notre esprit, et toi tu la sublime. Merci ."

 "Cest la vérité dite a voix haute"

"Epoustoufflante prestation vendredi 9 mars au LE CLUB, Rodez - 12...scotché par l'énérgie, le culot...un vrai grand moment de live!!! Rodez vous adore"

 "La Piéta, son univers, son punk hip hop trash électro, ses mots, sa rage et tout l’amour qu’elle sait faire disparaître pour mieux te le balancer au visage derrière son masque, devant le nôtre…Une identité artistique forte pour une femme qui se sert de sa fragilité comme d’une arme fatale, ne te laissant aucun répit émotionnel, une Artiste... <3"

 "c'est à la fois terriblement dérangeant et excessivement BON !! bravo"

 "sublimement humain  <3"

" Musicalement c'est pour tous les goûts tant les paroles ont un sens !"

 "La pietà a le goût de la réalité, c'est bien meilleur sans filtre même si parfois ça fait mal, tant que ça fait vibrer ..."

 "Tout cela est le spectacle souhaité d’un projet artistique qui aurait fait fusionner iggy pop dans la tronche d’un Bowie sodomisé par joey starr le tout enfin incarné dans une femme"

Chronique YAP Magazine :

"La Pietà est un projet pluridisciplinaire : musical, littéraire, visuel… de multiples horizons. L’univers est dérangeant car authentique et sans filtre. La Pietà distille ses « chapitres » (des mini EP de 3 titres) au fur et à mesure depuis 2015. Le groupe était de passage à Paris aux Etoiles le 16 novembre dernier, en première partie de The Noface. On y était et vous fait partager notre expérience. Derrière des masques de chat, noir pour les deux musiciens, blanc pour la chanteuse, la Pietà entre en scène. Une ambiance mystérieuse et mystique se dégage déjà grâce à leur croix décalée illuminant le centre de la scène. On peut lire sur les bras et le masque de la chanteuse « achète moi », « je n’ai pas peur de toi », « le cœur tout vide ». Le décor est planté. Rapidement, on se prend une vraie claque dans la tête. Le flow est puissant, rythmé, la diction parfaite. On secoue la tête, puis les pieds puis tout pour le reste du corps. Souvent, la Pietà crie, d’un cri juste, mélodieux, intense et communicatif mais toujours compréhensible. L’expression « électro-rock » prend tout sons sens sur « J’aime pas les gens ». En fermant les yeux on se rappelle un peu Yelle, Saez et même Fauve. Le titre « La moyenne » transforme le chat blanc et lion énervé, rugissant « je suis la moyenne à peine, à peine ». A la fin du titre, on peut entendre plusieurs personnes relâcher leur souffle, soulevant les sourcils ayant été tenus en haleine par tant d’intensité. On danse ensuite, de bon cœur, sur « Hell-Elujah ». Puis vient le titre « A la Folie ». La Pieta interagit avec le public, elle le prend à partie, elle scande « un soir » et il répond « à la folie », comme une incantation, répétée en boucle, a capella. La chanteuse descend de la scène, se mêle au public, fait des aller-retour, s’approche, s’éloigne, se balance presque autistiquement d’avant en arrière, à genoux, au centre de la salle. Le micro finira plusieurs fois jeté au sol. La Pietà dégage et donne énormément d’énergie, elle entre en transe musicale et y invite le public. C’est une réelle performance artistique à laquelle on a assisté et non juste un concert, jusqu’au point d’être parfois mal à l’aise. Mais n’est-ce pas le but de l’art ? Témoigner, faire réfléchir, déranger ? Lorsque la prestation prend fin, on est content d’y avoir participé, d’avoir été là et, en même temps, on est soulagé que ça se termine. Pas pour de mauvaises raisons, mais bien parce qu’il faut un temps de récupération pour intégrer toutes ces émotions transmises, brutes, cyniques, aiguisées. Un concert de la Pietà, on n’en ressort pas indemne. « La Pietà n’est pas là pour plaire, mais toujours pour déranger ». C’est réussi et en plus, ça nous a plu."