BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Valoriser les plantes et prendre soin des Hommes

Un centre de formation et un jardin pédagogique pour valoriser l'usage des plantes médicinales locales au Burkina Faso

À propos du projet

 

Le Burkina Faso est un pays enclavé de l’Afrique de l’Ouest qui compte presque 20 millions d’habitants dont la moitié a moins de 15 ans. 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté avec un accès aux besoins de base limité : scolarisation, alimentation, santé, accès à l’eau.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 80% de la population peut difficilement se soigner et acheter des médicaments, mêmes pour les petites maladies du quotidien. On ne compte qu’un médecin pour 160 000 habitants environ. Les dispensaires accueillant la population sont généralement vétustes et sous-équipés avec un accès difficile à l’eau, le matériel médical est très souvent usé voire inexistant.

Dans le contexte sahélien où les agents pathogènes sont nombreux et parfois très virulents, les populations éprouvent de grandes difficultés à se faire soigner. Le recours au marché illicite des faux médicaments, qui sont inefficaces voire nocifs, est très répandu au Burkina Faso car beaucoup moins chers que les médicaments de qualité.

La santé passe aussi et avant tout par une bonne alimentation ! Malheureusement les mères de famille délaissent progressivement les produits locaux pour des produits importés bien moins nutritifs. Dans la région Centre-Ouest où intervient Jardins du Monde, le taux de malnutrition chronique s’élève à près de 34%.

 

Le Burkina Faso dispose d’une  riche pharmacopée végétale et d’une forte tradition du soin par les plantes. Pourtant, cette biodiversité et ces savoirs tendent à disparaître, notamment car de plus en plus de jeunes ruraux partent vivre en ville, sans avoir eu le temps d’apprendre de leurs aînés.

Afin de valoriser un usage raisonné des plantes médicinales dans ce pays, l’équipe de Jardins du Monde a créé le jardin pédagogique de Kassou en 2012. Il occupe une surface d’un hectare et se situe dans la commune de Kassou en bordure de la ville de Koudougou (3ème ville du pays située à 100 km à l’ouest de Ouagadougou). C’est un espace de préservation des plantes locales et un lieu de formation à leur usage, afin que tout un chacun puisse apprendre à soigner les maladies du quotidien en respectant la nature et en utilisant correctement les plantes. Pauvre en végétation à l’origine, il a nécessité plusieurs années de travail pour aujourd’hui rassembler plus de 160 espèces de plantes, aux vertus médicinales et nutritives.

Depuis sa création, le Jardin Pédagogique de Kassou a permis de former environ 10 000 personnes à la découverte des vertus médicinales des plantes locales, et à leur bonne utilisation. La majorité des bénéficiaires de ces formations sont des jeunes : collégiens, lycéens, étudiants, mais également les futurs agents de santé de l'État. Nous y organisons aussi la formation continue des « relais santé » de nos 5 villages partenaires en brousse (les « relais santé » sont des personnes qui ont été formées à la prise en charge des maladies/ maux du quotidien par les plantes médicinales. Ils sont les référents et premiers interlocuteurs des communautés dans les villages).

Petit à petit, nous y avons construit des bâtiments pour accueillir les formations dans une salle pouvant accueillir 60 personnes. En 2015 nous y avons aussi installé les bureaux de l’association. L’ensemble de ces bâtiments sont construits en « voûte nubienne », une technique de construction avec des matériaux locaux, très économe en énergie. En 2016, l’ensemble des bâtiments ont été équipés en panneaux solaires, et des pompes solaires ont été installées sur les deux puits alimentant le jardin afin de faciliter la tâche des jardiniers.     

 

Nous souhaitons permettre à davantage de personnes d'avoir accès à des soins gratuits, sûrs et respectueux de l'environnement. Le projet consiste à la mise en œuvre d’un programme d’éducation sanitaire composé de séances de sensibilisation théâtrale et de formations dispensées au jardin de Kassou. Nous voulons également faire de Kassou un véritable lieu ressource où tradipraticiens et scientifiques pourront enfin dialoguer !

Les sensibilisations théâtrales sont réalisées par la troupe Bang Tissée qui interpelle la population sur les places des marchés locaux et dans les écoles. Adaptées dans la langue des communautés et en français, les scénettes reprennent, souvent avec humour, les sujets liés aux plantes médicinales : protection de l’environnement et reboisement, usage des pesticides et engrais chimiques dans les cultures maraîchères, danger des faux médicaments, utilisation raisonnée des plantes médicinales pour les maladies du quotidien, etc. Ces sensibilisations sont suivies de jeux questions-réponses pour valoriser la compréhension des enjeux, et rappellent également la disponibilité de Jardins du Monde à accueillir des formations dans son jardin pédagogique.

Après avoir sensibilisé la population à l’usage des plantes médicinales, il faut former les personnes pour qu’elles puissent les utiliser au quotidien. Ces formations sont d’autant plus importantes qu’il faut prendre des précautions à cause des effets secondaires de certaines plantes, et être sûr de ne pas détruire les espèces utilisées en les prélevant dans la nature.

Les plantes et leur utilisation doivent répondre à plusieurs critères pour être intégrées aux formations de Jardins du Monde : elles sont issues d’enquêtes ethnobotaniques de terrains menées auprès des praticiens de médecine traditionnelle et des mères de famille afin de leur assurer une légitimité culturelle et d’être sûr de leur disponibilité pour les patients.

Leurs propriétés et leur non-toxicité ont été vérifiées en laboratoire ou à travers la bibliographie scientifique disponible, leur préparation doit être simple pour être comprise par tous pour éviter les mauvaises manipulations et les surdosages, de plus les parties utilisées (les feuilles ou les fruits dans la plupart des cas) et les méthodes de prélèvements sont choisies pour ne pas détruire la plante.

Ces formations seront menées au sein du Jardin Pédagogique de Kassou (ce qui permet aux étudiants et élèves, notamment ceux de seconde suivant des cours de SVT, de constituer un herbier).

Enfin, pour diffuser ses connaissances sur les plantes médicinales, Jardins du Monde édite des ouvrages pédagogiques expliquant pour chaque maladie commune les plantes à utiliser, la posologie et les méthodes de préparation. Ces ouvrages (en téléchargement libre sur www.jardinsdumonde.org) sont distribués gratuitement aux personnes formées au Jardin de Kassou, afin que les élèves et étudiants puissent s’y référer afin de soigner leur famille de retour à la maison.

Le Jardin Pédagogique de Kassou est aujourd’hui un conservatoire de plantes locales inédit au Burkina Faso, par la présence et l’entretien des 160 espèces, ses équipements et bâtiments respectueux de l’environnement, sa capacité d’accueil et les connaissances qui y sont disponibles.

En étant mieux équipé et plus connu, il pourrait devenir un véritable lieu ressource en ethnobotanique d’envergure nationale et en Afrique de l’Ouest. La présence de toutes ces espèces et sa capacité d’hébergement en font un terrain d’application rêvé pour les étudiants chercheurs et la recherche en botanique au Burkina Faso. Avec votre aide, nous pourrions diffuser plus largement nos travaux et connaissances pour que plus de gens aient accès à des soins gratuits, sûrs et respectueux de l’environnement. Ce jardin a aussi vocation à permettre aux tradipraticiens de dialoguer avec nous et de trouver des réponses scientifiques, afin que les savoirs traditionnels et les recherches scientifiques se nourrissent mutuellement. Enfin, ce projet-pilote démontre concrètement que la médecine traditionnelle a encore toute sa place dans le parcours de soin au Burkina Faso, et qu’elle doit être soutenue par les autorités pour améliorer la santé de la population.

 

 

À quoi va servir le financement ?

Nous souhaitons permettre à davantage de personnes d'avoir accès à des soins gratuits, sûrs et respectueux de l'environnement. Pour cela nous devons trouver des moyens supplémentaires pour poursuivre la sensibilisation et la formation gratuite des publics.

Nous devons également maintenir nos efforts pour protéger les ressources naturelles locales au Jardin de Kassou. Nous sollicitons votre aide pour l’entretien et l’amélioration du jardin.

Enfin, nous avons pour ambition de faire du jardin de Kassou un véritable lieu ressource ouvert aux étudiants et chercheurs en ethnopharmacologie/pharmacognosie, et de participer à la promotion de la médecine traditionnelle au Burkina Faso et dans la sous-région.

 

Nous avons besoin de vous pour :

  • Le financement de 4 journées de formation (pour 40 élèves en moyenne, soit environ 160 personnes formées au bon usage des plantes médicinales). Chaque journée de formation coûte 200 € / 4 formations * 200 euros  = 800 €
  • Le financement de 2 séances de sensibilisation théâtrale (réunissant 150 personnes en moyenne). Chaque séance de sensibilisation théâtrale coûte 300 € / 2 sensibilisations * 300 euros  = 600 € 
  • Le financement de l’entretien du jardin de Kassou sur les 6 prochains mois. Tous les jours, le jardin est entretenu par 2 jardiniers, Matthieu et Yabré. Ils arrosent, font la taille des arbres et le désherbage des plantes "nuisibles", pour s'assurer que les espèces que nous protégeons au jardin ne soient pas mises en péril et que les plantes ne se gênent pas entre elles au fil du temps. Enfin, ils gèrent la pépinière (indispensable pour nos campagnes de reboisement dans les villages partenaires) / 6 mois  d'entretien * 100 €  = 600 €

 

  • 8 journées de formations, soit environ 320 personnes formées au bon usage des plantes médicinales = 1 600 €
  • 4 sensibilisations théâtrales dans le jardin de Kassou ou en zone rurale = 1 200 €
  • L’entretien du jardin pendant 1 an = 1 200 €

 

  • 10 journées de formations, soit environ 400 personnes formées au bon usage des plantes médicinales =     2 000 €
  • 4 sensibilisations théâtrales dans le jardin de Kassou ou en zone rurale = 1 200 €
  • L’entretien du jardin pendant 1 an 1 200 €
  • Le financement d’un nouveau centre de documentation ouvert aux étudiants/chercheurs et à la population = 1 600  €

À propos du porteur de projet

Jardins du Monde est une association de solidarité internationale bretonne, reconnue d'intérêt général. Depuis 1997, elle est intervenue dans plusieurs pays pour participer à l'amélioration de l'état de santé des populations n'ayant pas accès aux médicaments conventionnels : Guatemala, Mongolie, Tibet, Burkina Faso, Madagascar.

Jardins du Monde intervient à la demande d’institutions (ministères de la santé, de l’environnement,universités, écoles), de médecins, de pharmaciens, d’étudiants, de tradipraticiens et d’organisations paysannes pour :

  • Étudier la pharmacopée traditionnelle locale et les pathologies.
  • Partager les données scientifiques.
  • Rechercher des solutions thérapeutiques appropriées.
  • Former les acteurs locaux dans le cadre de l'éducation à la santé et de la nutrition.
  • Mettre en place des jardins pédagogiques et de production, des lieux de transformation et de vente des plantes, séchées ou sous forme de remèdes traditionnels améliorés.
  • Faciliter l’accès à l’eau potable.
  • Créer des activités génératrices de revenus : production, certification et commercialisation de plantes médicinales.

Ces activités, basées sur une participation active des populations rurales, contribuent à l’amélioration des conditions de vie en matière d’hygiène, de santé et d’éducation.

Jardins du Monde adopte une approche anthropologique qui respecte les cultures et  leur environnement. Sous l’égide de l’OMS, Jardins du Monde intègre les programmes des ministères de la santé des pays concernés et des organisations non gouvernementales soucieuses de développement intégré.

Aujourd'hui l'association est présente à Madagascar et au Burkina Faso

En savoir plus sur jardins du Monde

De gauche à droite : Mimi (femme de ménage), Evelyne (responsable santé), Matthieu (volontaire de solidarité internationale, chargé de mission suivi scientifique et de production), Saifoulaye, dit Gha (responsable production), Lénaïg Autret (coordinatrice  des projets), Yabré (Jardinier à Kassou) et Mathieu (jardinier à Kassou). 

            

        

Share Suivez-nous