BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Le Jardin du Revers

Un rêve en construction à Notre-Dame-de-Cenilly dans la Manche

  • Nouvelles-3

    Comme l'a suggéré une amie, il y a quelques chances pour que la corde à nœud ne soit pas nécessaire afin d'accéder au jardin du Revers : le deuxième palier (un escalier !) acquiert chaque semaine quelques marches grâce à vos contributions.

    MAIS CE N'EST PAS ACQUIS : EN PARTAGEANT, EN DIFFUSANT A VOS CONTACTS NOUS AVONS PLUS DE CHANCES D' ARRIVER ET D'ATTEINDRE LE TROISIEME PALIER, LA SERRE. 

    La semaine dernière l'hebdomadaire "Côté Manche" nous a fait l'honneur de relancer l'information sur notre collecte. Quelle aubaine ! Côté Manche

    Le temps est venu de penser à une carte postale du jardin du Revers. La première ! Et aussi la première des contreparties. Vous la recevrez d'ici la fin de l'été. 

    Pour cette première carte j'ai choisi une image qui caractérise nettement le jardin comme un jardin d'artiste : formes insolites et inattendues dialoguant avec le monde végétal. C'est ce qui le singularisera le mieux parmi tous les jardins ouverts à la visite et fera qu'on le reconnaîtra, qu'on en parlera, qu'on s'en souviendra. 

    "Je me suis promené dans le petit jardin ... Rien n'a changé. J'ai tout revu : l'humble tonnelle

    de vigne folle avec les chaises de rotin ...

    Le jet d'eau fait toujours son murmure argentin

    Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle. "

    écrit Verlaine dans "Après trois ans".

    Je vous livre ici la photo choisie : 

    ainsi que celles qui ont été dans la balance et seront imprimées par la suite, afin de souligner d'autres aspects du jardin du Revers.

    Louis-Marie

  • 92 %- 36 jours !

    92 % aujourd’hui ! La construction de la terrasse se précise grâce à vous. Merci !

    Pour atteindre le premier pallier de 2500€, espérer le dépasser et construire l’escalier des visiteurs

    il reste 36 jours : diffusez, partagez, parlez-en autour de vous. 

    En attendant de vous voir au jardin voici quelques photos récentes dont celles de travaux en cours (la nouvelle pièce d’eau).

    Pièce d'eau en cours de travaux, à demi remplie : la pluie normande fera le reste ! Au premier plan Miscanthus sinensis 'Zebrinus', Rhubarbe d'Afrique du sud et Ligularia macrocephala 'The rocket'. A gauche l'espace vierge  où pousseront des fleurs annuelles bleues.

    Louis-Marie.

  • Actualités-2

    Alors que la collecte atteint presque les 80 % (quel étonnement !) il est temps de vous donner des nouvelles du jardin du Revers ! 

                   Mon but (chimérique ?) en créant ce jardin est qu’après la première visite on le quitte en ayant le sentiment d'avoir découvert un lieu différent, riche, dont on désire suivre l’évolution et qu'on aimerait faire connaître. En ce moment même, au jardin du Revers, plusieurs parties ne sont qu’ébauchées, alors que d’autres atteignent leur  pleine maturité. Les deux vidéos mises en ligne soulignent ce bouillonnement et c’est pourquoi votre soutien m’encourage tant : comme il me permet d’être serein au pied du raidillon, sachant qu’il reste tellement à faire avant de parvenir à la cohérence d’un ensemble permettant l'ouverture à tous dans trois ans.

    D’ici là, avec quelques proches, vous serez les seuls visiteurs du jardin du Revers.

    Aujourd’hui, je vous envoie trois photos de l’an dernier comme pour encourager la saison « à se prononcer » (expression du cru !) afin de parvenir à de telles harmonies.

    Merci !      L-M.

  • Le jardin du Revers ETAIT un nid ombreux

    UN NID OMBREUX ?

    Avec vous, votre soutien, je sens le jardin du Revers s’ouvrir doucement à l’extérieur alors qu'Il y a quelques années il pouvait être qualifié à juste titre de « nid ombreux" !

    Aujourd'hui je suis heureux de partager avec vous son long mûrissement, ainsi que les heures passées à lui donner forme, à convaincre des êtres vivants, les végétaux, de me prêter leur beauté pour composer ensemble ce petit résumé du monde.

    M’AS-TU VUE ?

    Que s’est-il passé au jardin durant cet avril glacial ? L’attente. L’attente des pousses et bourgeons, au bord de l’explosion vers la lumière lorsque le soleil voudra bien réchauffer la terre.

    Pas de fleurs de muguet à temps cette année.

    Certaines plantes ont profité de la retenue des autres pour s’installer : la Lunaire (Lunaria annua, "Monnaie du pape", si vous préférez ), était superbe et surabondante.                                    

    L’Euphorbe pourpre (Euphorbia amiddaloïdes ‘Purpurea’) n’a jamais été aussi vite aussi belle ! D’autres, indifférentes au froid, étant seules à resplendir, se sont fait remarquer : le Néflier des neiges (Amélanchier canadensis), le Camélia .

    Et puis, il y a ceux qui ont pour seul aiguillon l’abondance de la lumière, comme ce petit Cassis  installé depuis des années dans une fourche de l’Acacia, qui fabrique et montre vite ses feuilles avant que son hôte, en produisant les siennes (pas avant la fin mai !) ne l’empêche de croître.

    UN MAI ROYAL ?

    Prévoyant le redoux de mai j’ai semé une butte entière de Pavots de Californie (Escholtzia californica) autour de l’Aloe vera, des Asphodèles, des Euphorbes et du Thym ; semé aussi du Lin bleu (Linum), des Coloquintes (Cucurbita pepo), et une jachère de fleurs annuelles en mélange.

    Le semis est toujours pour moi source d’angoisse. Dans la grosse terre grouillante d’organismes étranges, on abandonne de fines particules inertes, légères et fragiles, n’ayant qu’une seule force en elles : l’envie de germer qui les fera dominer leur environnement et croître, seulement cela, croître et s’épanouir.

    A chaque semis je repense donc au Robinson de Michel Tournier, seul sur son île, semant son blé.

    Bientôt d’autres nouvelles du jardin du Revers : les constructions en cours, les améliorations prévues.

    A bientôt !

     Louis-Marie.