BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Iwacu, pour une presse indépendante au Burundi

Soutenez une presse indépendante mise en péril par la grave crise qui frappe le Burundi.

À propos du projet

Aidez Iwacu à pérenniser ses publications et son indispensable mission d’information au Burundi, où il est l’un des derniers médias indépendants, en participant au financement de son imprimerie. Le groupe de presse s’est endetté lourdement pour procéder à cet investissement, qui devait lui garantir une autonomie et lui permettre de lancer une édition quotidienne. Mais la crise politique a anéanti ce projet.

Chaque jour sur le terrain, les journalistes d'Iwacu vous informent sur le Burundi dans des conditions difficiles. Les ressources du groupe de presse sont limitées et il s'est endetté pour investir pour assurer son avenir. La situation actuelle ne permet pas d'entrevoir d'embellies sur le terrain économique. Nous faisons appel à vous pour assurer l'avenir de nos publications et de notre indépendance.

Iwacu, c’est d’abord un mensuel et un hebdomadaire publiés au Burundi depuis 2008. Le groupe de presse a connu un développement progressif exemplaire, s’imposant en quelques années comme la plus importante publication indépendante du pays, mais aussi comme une des entreprises les plus professionnelles et les mieux structurées du secteur des médias. Sur cette lancée, Iwacu afin de pouvoir initier une formule quotidienne, Iwacu a investi en 2014 dans l’achat d’une imprimerie, la seule au Burundi à être équipée d’une Heidelberg à quatre couleurs. Avant cet investissement, Iwacu était obligé d’imprimer certaines publications en Ouganda et ce matériel devait permettre au groupe d’acquérir l’autonomie à laquelle il aspirait.

Iwacu est aussi actif en ligne, où il compte une communauté importante, avec un site web qui fait preuve de dynamisme et d’innovation, et une web TV lancée il y a deux ans.

Mais aujourd’hui, les conséquences de la crise politique sont très lourdes pour Iwacu qui a dû renoncer à concrétiser son projet de quotidien et se trouve confronté à un marché publicitaire complètement détérioré (les recettes publicitaires ont chuté de 80%). Aujourd’hui, Iwacu a besoin d’aide pour survivre et, en particulier, pour financer le prêt ayant permis l’acquisition de l’imprimerie. Il est essentiel pour le groupe de sauvegarder cet équipement qui constitue la garantie de la poursuite de la production de ses publications papier. C’est aussi l’imprimerie qui permettra qu’Iwacu se relance lorsque le pays sortira de cette crise.

Malgré des formules d’abonnements payants pour ses publications en ligne et malgré les soutiens exprimés par différents partenaires depuis le début de la crise, le groupe de presse, à l'image du Burundi, reste très fragile. Au-delà de la circulation d’une information professionnelle, rigoureuse et indépendante au Burundi, le groupe de presse assure un emploi à 50 personnes (journalistes, graphistes, photographes, chauffeurs …).

L'hebdomadaire Iwacu est publié tous les vendredis et est distribué par des vendeurs à Bujumbura et dans l'intérieur du pays.

Tous croient en ce projet de presse indépendante qui fait honneur au journalisme et à la démocratie. Soutenir Iwacu, c’est soutenir la poursuite d’une mission d’information plus que jamais nécessaire dans le chaos burundais.

A quoi va servir le financement ?

Ce crowdfuding va permettre d’alléger tout ou une partie de la charge de la dette d’Iwacu liée à l’investissement pour l’imprimerie : un ballon d’oxygène en ces difficiles moments de crise où l’activité économique est au plus bas au Burundi. C’est la garantie pour le maintien d’une presse d’information de qualité et aussi pour celui de l’emploi au sein du groupe.

10.000 euros, cela représente un tiers de la charge de la dette. Nous la comblerons de différentes manières : avec la poursuite de nos activités basées sur la vente de nos publications papier (abonnements, au numéro et annonceurs), de celles  basées sur la valorisation de nos contenus numériques – stratégie que nous développons depuis trois ans, et avec le soutien financier de la coopération étrangère et d’ONG. Notre équilibre est fragile en cette période difficile : la multiplication de nos sources de financement est notre seule alternative.

Nous avons besoin de soutien pour continuer à informer aujourd’hui mais aussi demain : il est nécessaire de maintenir notre outil qui nous permettra de devenir autonomes. Car nous souhaitons que la situation burundaise s’améliore, il nous faut tenir bon.

Notre imprimerie est unique au Burundi, elle nous permet de ne plus externliser à l'étranger l'impression de nos publications. Cet outil nous sera indispensable pour relancer Iwacu lorsque le pays sortira de la crise.

À propos du porteur de projet

Antoine Kaburahe est journaliste, écriviain et directeur du goupe de presse Iwacu. Né en 1966, il appartient à cette génération de journalistes qui ont vécu intensément la période de démocratisation et de guerre dans les années 90. En 1997, il a quitté le Burundi, menacé et profondément marqué par de nombreuses pertes liées à la guerre civile qui a éclaté dans le pays en 1993. Depuis la Belgique, son pays d’adoption, il a lancé Iwacu en 2008, au départ un journal de la diaspora burundaise. Considérant que l’on ne peut informer correctement sur le Burundi qu’en se trouvant sur place, il a regagné son pays natal pour poursuivre ce qui allait devenir une belle aventure journalistique et humaine.

Iwacu, à ses débuts, comptait six journalistes, un ordinateur et deux appareils photo. Très vite, il a gagné en excellence et est devenu un groupe de presse bénéficiant de la reconnaissance internationale pour la qualité de son travail.


Antoine Kaburahe et Serge Michel lors de la signature d'un partenariat entre Iwacu et Le Monde Afrique, une reconnaissance de la qualité de la rédaction burundaise.

Visitez le site d'Iwacu :http://www.iwacu-burundi.org/

Regardez la première Web TV d’informations sur le Burundi :www.iwacu-burundi.org/webtv

Suivez-nous sur Twitter :https://twitter.com/abakunzi

Suivez-nous sur Facebook :https://www.facebook.com/iwacuburundi/

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet