BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

ITHAQUE no 5

Moins vite. Plus loin.

À propos du projet

ITHAQUE, c’est un journal papier.
Du texte, des photos, des dessins et de la BD au service d’histoires vraies. 

RACONTER DES HISTOIRES

ITHAQUE est le fruit de plusieurs amours. Amour du papier, de l’écriture, des histoires, des images, de la vie, des gens – surtout des gens. ITHAQUE est né d’un "Et pourquoi pas un journal, merde!" lancé un jour sur une terrasse en bord de Seine et de l’envie de créer, de toucher, de rêver, de transmettre, de partager.

ITHAQUE ne colle pas à l’actualité, mais suit sa propre logique, instinctive, expérimentale, sauvage. Ce journal souhaite prendre le temps de flâner, de s’interroger, de s’étonner, d’affirmer et de se tromper. Parfois, cela signifie qu’une histoire (vraie!) se déroule sur plusieurs numéros, autant qu’il en faut pour faire le tour de la question – du moins telle qu’on se la pose.

Notre ligne rédactionnelle? Parler de la beauté de ce qui nous entoure comme de la laideur, du génie comme de la connerie, en toute subjectivité. Car ITHAQUE ne prétend pas à l’objectivité journalistique. Partant du principe que le messager a des racines, on ne vous garantit qu’une seule chose: l’honnêteté. Dans ITHAQUE, vous savez qui parle et d’où, à tout moment. Point barre.

Modeste et honnête tout en tenant le crachoir. Paradoxal ITHAQUE? Si peu, si peu. Du moins pas plus que sa rédaction, mélange hybride de personnalités, parfois issues du monde journalistique, parfois non, grandes gueules ou modestes plumes, mais tous mûs par le même désir: voyager avec vous en direction de cette île fantasmée, observer et raconter.

Avec ITHAQUE, nous voulons transposer sur papier le partage, l’échange, le mélange de genres, de styles, la liberté de ton qui caractérisent le Web que nous pratiquons. Parce qu’aujourd’hui, on peut-être à la fois geek et poète, doctorant et twittermaniaque, historien et blogueur acharné. Parce qu’à travers le foisonnement de l’offre rédactionnelle online, ce n’est peut-être pas notre rapport au papier, mais à l’écrit qui a changé: nous ne voulons pas du plus court, mais du plus varié, du plus imaginatif, du plus personnalisé, du plus osé. Nous n’utilisons pas Internet pour pouvoir cliquer comme des forcenés, mais au contraire, pour pouvoir prendre notre temps, développer, cogiter et, bien sûr, commenter. Cela, ITHAQUE veut vous l’offrir, avec, en sus, l’odeur, le toucher, la présence du papier et la force des images imprimées.

ITHAQUE N°5:
ENCORE MOINS VITE, TOUJOURS PLUS LOIN

A partir du numéro 5, nous avons décidé d’espacer notre rythme de parution et de développer un peu mieux nos contenus sur le Net. Nous restons toutefois très attachés à la publication de la revue sur papier. Si le rythme ralentit, le contenu du journal s’agrandit. ITHAQUE comptera désormais 24 grandes et belles pages. 

On ne va pas vous livrer ici le sommaire du prochain numéro, mais on vous laissera guigner un peu par le trou de la serrure. Surveillez notre onglet "news" pour vous tenir au jus. Pour l’instant, sachez qu’ITHAQUE n°5 vous emmènera faire le trottoir à Genève. Il y sera également question de tourisme mémoriel, de personnes qui parlent avec les morts, de vieux souvenirs prussiens trop longtemps enfouis, de sable qui se transforme en or. Nous vous emmènerons à Genève, en Prusse orientale, à Dubaï, en Italie, au Brésil, et en Croatie. Vous n’en saurez pas plus pour l’instant. Nos reporters, nos photographes et nos dessinateurs prennent leur été (et une partie de leur automne) pour vous préparer un numéro 5 d’anthologie.

MAIS DANS QUOI JE ME LANCE ?

Nous nen sommes pas à notre ballon d’essai, donc s’il vous en faut plus pour vous convaincre ou vous allécher, jetez un coup d’oeil sur notre site internet ou feuilletez nos exemplaires (en basse résolution hein, faut pas déconner...).

ALORS?
CONVAINCU(E)?

Choisissez la formule qui vous convient dans la colonne de droite et bienvenue à bord!
Retrouvez-nous sur facebook et sur twitter

À quoi va servir le financement ?

L’argent récolté par le biais de la souscription sert uniquement à financer l’impression et la distribution du journal. Les autres charges comme la publicité, la communication ou le remboursement des frais de reportage sont supportées par la vente du journal et par les subventions.

Dans le cas vraiment inespéré où le montant de la souscription serait atteint avant le délai fixé, les sommes allouées en bonus permettront d’augmenter le tirage de la revue.

Le budget soumis à souscription permet de publier 1’500 exemplaires. C’est cher. C’est la Suisse. Mais il est indispensable pour nous de continuer à faire tourner des rotatives locales et de ne pas se retrouver avec un canard imprimé à l’autre bout du continent. 

C’est un prix à payer qu’on assume...
… grâce à vous!

À propos du porteur de projet

Guillaume Henchoz
Rédacteur en chef

Enseigne le français et la littérature dans un établissement privé à Lausanne. Pige parfois pour les rubriques culturelles de certains titres en Suisse romande. Edite des enfants. Elève un journal. N’écoute jamais de musique. Retrouvez-le sur Twitter: @chacaille

Jessica Scheurer (alias Kaysl)
Graphiste

Kaysl, est graphiste indépendante. Elle adore toucher à toutes sortes de papiers et projets – particulièrement ceux qui sont bourrés de textes. Quand elle ne consacre pas du temps à construire ITHAQUE, jouer du piano ou résoudre des casses têtes chinois, elle exerce sa profession pour des sociétés diverses. Retrouvez-la sur Twitter: @kaysl

Camille Krafft
Secrétaire de rédaction

Co-fondatrice d’ITHAQUE. Journaliste au Matin Dimanche, elle aime l’enquête et le reportage de terrain. Durant son temps libre, elle édite des enfants, lit d’obscurs auteurs polonais sauvages et misogynes, ou écoute "Brigitte". Retrouvez-la sur Twitter: @CamilleKra

David Corradini
Webdesigner

Graphiste et webdesigner, son coeur balance entre le code et l’imprimerie. A occupé le poste de directeur artistique pour Le Matin et Le Matin Dimanche et visité régulièrement la rédaction de l’Hebdo. Au service de l’information, de la typographie et d’ITHAQUE pour le site internet.