BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Ensemble contre la Maladie de Charcot !

Le pôle de recherche de l'ICM sur la Maladie de Charcot a besoin de vous.

À propos du projet

Ensemble, nous avons atteint 180% de l'objectif et grâce ce résultat s’ajoutant à d’autres aides, une Assistante de Recherche Clinique, Marie Nicol, a pu rejoindre l'équipe du Professeur Couratier et du Dr Benoît Marin pour accélérer les recherches sur l'hypermétabolisme de la SLA. C’est un espoir supplémentaire pour les malades.

Nous souhaitons avancer encore plus vite et dans le cadre de la convention de recherche collaborative sur la SLA établie entre l'ICM, le CHU de Limoges et l'Université de Limoges, nous avons maintenant pour ambition le recrutement d'un biostatisticien afin de soutenir la phase de recherche clinique menée actuellement au CHU de Limoges, et l'établissement d'une nouvelle cohorte de malade en Île de France, venant compléter celle déjà existante en Limousin (la seule en France), afin d'accroître l’exhaustivité des résultats sur population plus étendue.

Pour ce faire, la Délégation de l'ICM en Limousin s'engage à récolter 200 000 euros en 2016 grâce à de multiples partenariats, des évènements culturels et sportifs, des campagnes de financement participatif, des actions de sensibilisation... mais c'est surtout grâce à vous et à votre solidarité que nous pourrons y parvenir.

Pour nous aider à atteindre cet objectif, rendez-vous sur la page de la Délégation Régionale de l'ICM en Limousin.

EDIT DU 25 Février : BRAVO et MERCI ! Nous avons dépassé les 100% de l'objectif ! Grâce à vous, les équipes du Pr Couratier et de Séverine Boillée vont accélérer leurs recherches sur l'hypermétabolisme de la SLA. Nous pouvons aller encore plus loin ! En atteignant les 100%, nous finançons sur un trimestre les services d'un Ingénieur de Recherche Clinique, qui intègrera directement l'équipe du Pr Couratier pour accélérer la phase de recherche clinique. En dépassant les 100%, nous multiplions ce boost en participant au financement du poste sur un nouveau trimestre de recherche. Pour cela il nous faut atteindre un second palier de 20 000 euros ! Continuez à partager la campagne à vos amis, votre famille, vos collègues et vos réseaux sociaux... Poursuivons ensemble cette belle trajectoire !


Une campagne de financement participatif dédiée à la recherche sur la Maladie de Charcot est lancée ! Une durée de 30 jours, un premier objectif de 10 000€ et un enjeu réel pour la recherche sur la maladie. 

Et si la recherche sur la SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique ou Maladie de Charcot) résultait d’une étroite collaboration entre les plus grands spécialistes français ?

En 2015, l’ICM Paris a fait le choix de la recherche collaborative en s’unissant au CHU et à l’Université de Limoges pour la recherche sur la SLA, également connue sous le nom de Maladie de Charcot. Ce projet unique en France rassemble une équipe référente au niveau mondial. Sur une période de 3 ans, les équipes de chercheurs de Séverine Boillée de l’ICM Paris et du Professeur Couratier du CHU de Limoges vont mener des projets conjoints sur plusieurs axes de recherche. La recherche sur la SLA, qui a accru sa renommée au fil des ans notamment par l’organisation d’évènements à impact mondial, à l’instar du Ice Bucket Challenge, promet de grands résultats. Pour aller encore plus loin, les équipes de l’ICM et du CHU de Limoges ont besoin de vous.

« Nous faisons appel à la communauté pour accélérer la lutte contre la SLA au travers de ce projet de recherche collaborative d'un nouveau genre, unique en France et référent au niveau mondial
Séverine Boillée & Pr Philippe Couratier.

Le domaine de recherche : la Sclérose Latérale Amyotrophique ou Maladie de Charcot

La SLA ou Maladie de Charcot est une maladie incurable et létale qui se caractérise par une paralysie progressive et relativement rapide des patients (3 à 5 ans après l'apparition des premiers symptômes) et ne possède actuellement aucun traitement efficace. Elle est encore mal connue en France car considérée comme une maladie rare. Elle touche néanmoins 5 cas sur 100 000 individus généralement dans leur cinquantaine, et sa fréquence augmente avec l’âge avec, pour chacun, un risque sur 1000 d’être atteint de SLA à l’âge de 65 ans. Pour cette raison, L’ICM se fixe comme défi de mieux comprendre la SLA par des travaux en recherche clinique et fondamentale. L’équipe de Sévérine Boillée à l’ICM, en collaboration avec le CHU de Limoges et l’équipe du Professeur Couratier, recherche de nouvelles causes de la SLA et les voies impliquées dans la progression de la maladie.

Séverine Boillée vous explique les axes de recherche sur la recherche SLA au sein de l’ICM :

Le projet de recherche à soutenir : l’hypermétabolisme de la SLA.

L’hypermétabolisme se traduit pas une augmentation des besoins énergétiques alors même que la masse musculaire des patients diminue. 

« Cette augmentation est paradoxale car la fonte musculaire, caractéristique de la maladie, devrait être accompagnée d’une baisse des besoins énergétiques chez les malades. L’existence de cet hypermétabolisme est donc très pathologique. » Explique le Pr Couratier.

En 2015, l'ICM s'est uni à l'Université de Limoges et au Centre de compétences Sclérose Latérale Amyotrophique et autres maladies du motoneurone du CHU de Limoges, référent au niveau mondial. Le Centre de compétences SLA du CHU de Limoges œuvre depuis 20 ans à la recherche des facteurs de risque et des facteurs pronostiques de la maladie. Cette unité est la seule équipe française reconnue au sein du consortium Européen EU-RALS et a mis en place le premier registre des cas de SLA en France. C'est dans le cadre de cette recherche conjointe que l’équipe du Professeur Couratier se concentre sur des recherches cliniques axées sur  l'hypermétabolisme de la SLA, autrement dit, l’augmentation du métabolisme de repos qui se mesure chez les patients à jeun au repos.

La collaboration ICM/CHU de Limoges a pour objectif de préciser quel sous-groupe de patients atteints de SLA présente un hypermétabolisme au travers d'une première phase de recherche clinique. Ces sous-groupes sont répartis selon la nature de la maladie - génétique ou non - et de ses mutations.  L’analyse des différences d’intensité de cet hypermétabolisme entre les formes génétiques et non génétiques de la SLA vise à ouvrir de nouvelles hypothèses à la recherche fondamentale en vue d'établir un traitement pouvant endiguer la progression de la maladie de façon durable.

Dans cette étape cruciale, l'ICM fait appel à vous. La recherche clinique sur l'hypermétabolisme est prometteuse mais votre soutien est indispensable à son aboutissement.

A quoi va servir le financement ?

La réussite d'une phase de recherche clinique telle qu'entreprise pour la recherche sur l'hypermétabolisme au sein du Centre de compétences Sclérose Latérale Amyotrophique et autres maladies du motoneurone du CHU de Limoges repose sur deux critères. Tout d'abord, il s'agit d'un enjeu humain, concernant à la fois le nombre et la diversité des patients examinés ainsi que l'équipe de chercheurs qui les examine. Il s'agit également d'un enjeu de collecte de données puisque les hypothèses dégagées pour la phase de recherche fondamentale dépendent de la qualité des données récoltées au cours de la phase de recherche clinique. 

A quoi correspondent les 10 000€ ?

Le besoin fixé à 10 000€ correspond au recrutement d'un/une Assistant(e) de Recherche Clinique (A.R.C.) ayant pour rôle de coordonner l’activité des chercheurs et de veiller à garantir un haut degré de qualité des données. Ce budget vient compléter l’effort dégagé par l’ICM. Directement intégré(e) à l’équipe du Pr Couratier, l’A.R.C. met en place sur site la surveillance et le contrôle qualité aux plans scientifique, technique et réglementaire des protocoles de recherche clinique. L'A.R.C. est un rouage indispensable à la bonne coordination des équipes de l'ICM Paris, du centre SLA de la Salpêtrière et du CHU de Limoges. 

Pour atteindre ces objectifs, il/elle est en charge d’évaluer la pertinence et la véracité des données ou des informations et d’émettre des rapports en lien avec le référent bio-statisticien. La présence d’un(e) A.R.C. au sein de l’équipe du Pr Couratier fluidifie l’activité des chercheurs. Il/elle assure la viabilité technique et scientifique de la convention de recherche collaborative et permet aux chercheurs de passer plus de temps à l’étude des patients et à l’émission de données. C’est de cette quantité de données obtenues par les chercheurs et de leur qualité assurée par l’A.R.C. que dépendent les conclusions de la phase de recherche clinique. Il s’agit donc d’un travail de collaboration indispensable à la bonne conduite de cette première phase de recherche ambitieuse et prometteuse sur l’hypermétabolisme de la SLA.

L'A.R.C. est un élément clé du processus de recherche collaborative. Il/elle est garant de la qualité des données, de la bonne communication entre les centres partenaires et permet une accélération du processus de recherche. 

En participant à cette première campagne de financement participatif, vous permettez à l'équipe de chercheurs du Pr Couratier un bon en avant dans leurs travaux de recherche clinique sur l'hypermétabolisme de la SLA.

ATTENTION :Pour profiter de la déduction fiscale, les coordonnées communiquées doivent être valables et personnelles. Elles apparaîtront sur votre reçu fiscal. La déduction concerne tous ressortissants français vivants en France ou à l’étranger. Elle exclue cependant les nationalités étrangères.  

À propos du porteur de projet

L'équipe du CHU de Limoges

De gauche à droite : Professeur Philippe Couratier (Neurologue, expert suivi clinique des patients et responsable axe SLA au CHU de Limoges), Benoit Marin (Chercheur INSERM, expert corrélations cliniques et responsable adjoint axe SLA au CHU de Limoges), mais aussi Jean Claude Desport (PUPH), Pierre Jesus (MCUPH), Pierre Marie Preux (PUPH, directeur de l'UMR), et Marie Nicol (ARC).

L’équipe de l'ICM Paris

De gauche à droite : Séverine Boillée (Chercheur INSERM, expert cellules sanguines inflammatoires), François Salachas (Neurologue, expert suivi clinique des patients à la Pitié-Salpêtrière), Christian S. Lobsiger (Chercheur INSERM, expert analyse de l'expression des gènes), Stéphanie Millecamps (Chercheur CNRS, expert analyses génétiques), Elisa Teyssou (Etudiante en doctorat, analyses génétiques), Aude Chiot (Etudiante en doctorat, analyse de l'expression des gènes des cellules sanguines inflammatoires), Alexandra Bouscary (Etudiante en M1, analyses génétiques).

Pour accéder au site de l'ICM en région : cliquez ici

Pour accéder au Facebook de l'ICM pôle SLA : cliquez ici