Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Grimm en tout genre

Recueil de nouvelles inspirées des contes de Grimm

60%... et un extrait !

Lentement mais sûrement, la jauge des contributions augmente... et elle vient de dépasser les 60% !

Plus que 40% avant que le projet soit financé, donc, et plus que 15% avant qu'on vous dévoile le design exclusif du carnet !

En attendant, vous prendrez bien un petit extrait ?

 

Quand mon prince viendra, par K. Mortimer :

La cuisine du manoir Beauchâteau était à deux portes du parloir, le long d'un couloir carrelé. Les trois tutrices y étaient en effet, assises autour de la table sur laquelle se trouvait un service à thé complet, avec une théière fumante.

— Je viens de faire du thé, annonça l'une des petites femmes, qui se distinguait par son tailleur vert. En prendrez-vous une tasse, monsieur le policier ?

Il s'assit pesamment sur la chaise libre la plus proche. Les trois petites femmes échangèrent un regard inquiet. Il leur sourit le plus aimablement possible – mais elles eurent seulement l'air plus effrayé. Il avait souvent cet effet sur la gent humaine. Dource hocha la tête, s'inclinant légèrement.

— Vous êtes bien les tutrices d'Aurore ?

— En effet. Je m'appelle Rosalie, répondit la femme en vert, voici Fleur et Pétunia. Nous veillons sur Aurore depuis sa naissance.

— C'est que, voyez-vous... nous sommes ses marraines.

— Toutes les trois ?

— La famille Beauchâteau ne plaisante pas avec le baptême, monsieur le policier.

 

 

Vous voulez en lire plus ? C'est très simple, il suffit de convaincre votre petit frère / votre grand-mère / votre tante préféré / votre oncle relou / votre voisin de palier que participer à cette campagne est la meilleure utilisation qu'il puissent trouver pour leur argent !

(Et en plus, c'est même pas un mensonge.)