Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Grandir et nous réinventer avec vous.

Continuer pour faire vivre nos valeurs d’un mieux vivre ensemble

"Les embruns de la vie" : le singulier coming out d'Olivier

Dernière ligne droite pour notre projet, cette actualité peut être une occasion de le faire connaître à votre réseau et de les sensibiliser à notre projet. Nous sommes proches de relier tous ces petits ruisseaux entre eux pour former cette grande rivière et gagner cette campagne... !

Question : pourquoi avoir choisi d’écrire sous le nom de plume d'Yvan Obris au lieu du votre : Olivier Raballand ?

Réponse : pour plusieurs raisons :

1/ À l’époque,  je n’arrivais pas à stopper l’écriture du livre de « Grandir – Dans un monde différent », témoignage sur cette paternité avec un premier enfant né trisomique. L’idée de pouvoir écrire un roman m’a permis de mettre un point final au récit de “Grandir”.

C’était un tout autre travail que d’inventer une histoire, plus facile à vivre, avec moins de liens intimes, moins d’implication personnelle au quotidien. Je ne voulais pas associer ces deux formes d’écriture sous un même nom.

2/ L’histoire du livre « Les embruns de la vie », est un croisement de plusieurs destins de personnages, sur plusieurs époques. Il y a, notamment, l’histoire de Michel, père d’un enfant avec un handicap et qui a beaucoup de mal à assumer cette paternité là. Ce sont les moments d’écriture où j’ai eu le plus de mal à arriver à formuler une pensée qui n’était pas mienne. Même sans m’en rendre compte je le rendais parfois sympathique (et je crois réellement qu’il l’était finalement) mais il me fallait toujours revenir sur les traits de ce personnage, de sa psychologie pour arriver à ce qu’il fonctionne différemment de moi. C’était vraiment très difficile, je me faisais violence.

Personnellement, humainement, je ne voulais pas être associé à ce personnage. Un peu comme si mon premier livre témoignage et ce premier roman c’était docteur Jekyll et Mister hyde…

Lire la suite ici :https://docs.google.com/document/d/1PX5bZlOwePbMPUxvgJHems8-BKGs4L9-vQVDVj3qICY/edit?usp=sharing

Écoutez un extrait audio ici : https://drive.google.com/drive/folders/1ly_GqRALEDSaBqXTH-NJmoqZt2sYf6fw?usp=sharing

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec votre entourage.