BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

GONZAÏ MAGAZINE N4

Précommander le numéro 4 de Gonzaï magazine

À propos du projet

Pour son quatrième numéro à paraître fin septembre, Gonzaï persiste et resigne en faisant appel à Ulule pour vous inviter à précommander ce précieux sésame qui vous garantira un succès relatif en amour mais une écrasante victoire en société pour tout ce qui concerne les Faits, les Freaks et le Fun.

WARNING : Comme pour toute aventure de presse, chaque jour compte. N’attendez pas les derniers jours pour nous signifier votre amour. Aussi sûr que personne le fera pour vous, nous ne lançons pas l’impression du prochain numéro tant que le minimum de précommande requis n’est pas atteint. En d’autres termes : si vous êtes convaincu(e), abonnez-vous tout de suite pour nous éviter des nuits blanches à regarder la jauge monter comme un cycliste sans EPO.

RAPPEL DES EPISODES PRÉCÉDENTS : Lancé en janvier 2012 sur un modèle économique inédit (proposer au lecteur de précommander chaque numéro envoyé directement par la poste), le magazine Gonzaï continue sur sa lancée avec cette quatrième campagne de précommande décisive, puisqu’elle sera la dernière sous cette forme et permettra outre le financement du numéro en cours de production de préparer sereinement la suite de nos aventures. Pour 7 € seulement frais de port compris et un peu plus selon les forfaits, le lecteur achète notre indépendance (sic), un magazine garanti sans publicités tapageuses et une certaine conception de la presse contre-culturelle telle que la lisait vos parents avant de mourir d’une crise cardiaque en s’abonnant à Vanity Fair.

AU SOMMAIRE DU N°4 : l’incroyable histoire du premier hacker de l’histoire nommé Captain Crunch, une longue story sur le plus ripou des magnats de la presse Rupert Murdoch, un long entretien avec le dessinateur Philippe Druillet (Pilote, Métal Hurlant), les énigmes de la pop culture où l’on apprendra – entre autre –  qui a tiré JR Ewing et quel était le groupe qu’écoutait Mitterrand dans sa bagnole, un portrait du producteur Conny Planck, une nuit avec le réalisateur Benoit Forgeard. Et toujours les infos fausses concoctées par nos amis imposteurs de Bilboquet, sans oublier la rubrique 24H avec…

GOODIES : Comme une campagne Gonzaï sur Ulule c'est toujours pareil mais jamais la même chose, cette fois-ci on innove en proposant des goodies Gonzaï collector en plus du prochain numéro à paraitre. Faites votre choix dans l'un des forfaits proposés, avec à la clef mug, briquet et badge personnalisé concocté par notre équipe merchanding délocalisée au Pakistan.


COMMENT CA MARCHE ? Comme la vie, c’est très simple. On s’abonne via Ulule en choississant l’un des forfaits proposés et Gonzaï arrive comme par magie dans votre boîte aux lettres, avec son encre pressée à la main par des clowns sous liberté conditionnelle. Un coup de commande en ligne et hop, le magazine est directement livré chez vous entre le 1er et le 10 octobre grâce à un service contentieux défiant toute concurrence, et tout ça pour 7 € frais de port compris. Merci qui ?

A quoi va servir le financement ?

Pour chaque numéro, nous avons besoin d'un minimum de précommandes pour lancer la production du numéro en cours, livré chez vous deux semaines après la fin de la précommande.

A partir de 100 % du bugdet atteint, la campagne permettra de financer : 

  • l'impression du magazine sur un joli papier (dans l'esprit du Actuel des 70's) pour 100 pages de contre-culture garanties sans tunnel publicitaire.
  • des frais postaux pour acheminer notre bel objet jusqu'à votre domicile.
  • le paiement des pigistes Gonzaï mis à contribution.
  • l'embauche d'un directeur artistique et d'un maquettiste pour mener à bien le projet ((incluant le harcèlement moral 24/24 et les frais d'hospitalisation)

A partir de 130 % du bugdet atteint, la campagne permettra aussi le financer : 

  • le développement d'une vraie interface "commerciale" sur Gonzaï.com avec une boutique où seront disponibles anciens numéros et goodies.
  • la préparation du sixième numéro de Gonzaï magazine à paraitre début décembre, avec un changement radical dans le mode d'abonnement pour fêter nos (déjà) un an.

À propos du porteur de projet

Gonzaï c'est déjà un site internet (www.gonzai.com) créé en 2007 abordant la culture et la musique sous l’angle du parti-pris et de la subjectivité – à la limite de la mauvaise foi, traitant toutes les semaines de contre-culture, de rock sous toutes ses formes, de mouvements culturels et de personnalités cultes de la pop culture.

Le magazine Gonzaï c'est aussi un formidable agence tous risques composée de :

Bester (dit Hannibal à dix balles) : fondateur et rédacteur en chef de Gonzai.com mais aussi responsable des soirées Gonzaï et co-gérant de l'agence Ivox sous le nom de Thomas Ducres. Il aime : les chemises hawaïennes, la série Seinfeld, les musiques futuristes à base de synthétiseurs et accessoirement aime quand un plan se déroule avec plein d'accrocs.

Thomas Florin (dit le petit Barracuda) : co-fondateur de Gonzai.com, co-animateur de Radio Gonzaï sur Radio Campus Paris mais aussi journaliste pour Rock & Folk. Il aime : les vestes à franges, la dyslexie, Jon Spencer et les disques chrétiens de Bob Dylan.

Bob le Flambeur (dit Looping) : pilier de Gonzaï et co-organisateur des soirées Gonzaï, mais aussi limonadier des nocturnes parisiennes. Passionné par toutes les cultures interlopes, il aime : Captain Beefheart, Chabrol, sa pedal steel, les Monty Python et accessoirement il ne crache jamais sur un bon bourgogne.

Christophe Deodato (dit Futé) : Homme de l'ombre et renard des surfaces, pilier du bar Gonzaï depuis les débuts et experts en stratégies déroulées sur des Powerpoint géants. Il aime : les Cure (personne n'est parfait), la pop française, le foot et Marcello Mastroianni.

Gonzaï c'est enfin une équipe composée de : 

un Directeur Artistique qui brave tous les défits, un maquettiste qui ne dort que d'un oeil, une correctrice astygmate, plus de trente pigistes Gonzaï dévoués à la cause, cinq photographes, dix illustrateurs, un réalisateur ainsi qu’un community-manager prêt à tweeter sa mère pour te convaincre que Gonzaï est la plus belle chose qui soit arrivée à l'Homme depuis l'invention de la roue.

FAQ

  • Que se passe-t-il quand les 100 % du projet sont atteints?

    Tout et rien à la fois.

    Tout, parce que le quatrième de Gonzaï part alors en maquette puis en impression avec l'assurance d'être livré chez vous avant le 10 octobre 2013.

    Rien, parce que les précommandes du premier numéro continuent jusqu'à la date butoir. Grosso modo, plus le nombre de précommande est important, plus nous imprimons. C'est ce qu'on appelle le système d' "impression on demand" qui nous permettra de proposer une alternative durable à la distribution en kiosques, tout en évitant d'imprimer 3 fois plus d'exemplaires que le nombre de magazines vendus, comme cela est le cas pour l'ensemble de la presse écrite.

    Dernière mise à jour : il y a 5 années, 9 mois

  • Pourquoi continuer de refuser une distribution en kiosque ?

    Parce que le modèle économique de la presse culturelle et musicale n'a à notre sens plus d'avenir en kiosque, que l'immersion des annonceurs dans le rédactionnel des magazines tue lentement toute forme de créativité et surtout parce qu'après un an de rendez-vous avec de vieux éditeurs n'ayant jamais rien compris à notre projet, nous avons préféré nous en remettre à la seule confiance des lecteurs pour juger de la pertinence de notre titre.

    Dernière mise à jour : il y a 5 années, 9 mois

  • Que pourra-t-on trouver dans votre magazine, qu'on ne trouve pas déjà dans les kiosques?

    - Des énigmes pop culture qui répondent à toutes les questions pop que vous ne vous êtes jamais posé ("mais qui sont donc les vrais parents de Riri, Fifi et Loulou?", "Pourquoi Michel Sardou ressemble de plus en plus à Johnny Cash?", etc)

    - Des interviews "24h avec" qui tous les deux mois tentent de battre le record de l'interview la plus longue du monde. 

    - De beaux portraits de musiciens, cultes ou encore inconnus.

    - Trois pages "Infos du monde" à lire comme un clin d’œil a l’ancien titre du même nom avec un best-of des meilleurs faits divers et improbables des deux derniers mois. L’actualité stupide à travers le globe, avec des informations cruelles mais toujours vraies.

    - De longs reportages qui plutôt que de fantasmer le très lointain se lisent comme des sujets de proximité. L'incroyable mais vrai, à deux pas de chez vous en France. 

    - Des sujets de contre-culture pas réservés aux graphistes du 11ième arrondissement de Paris et qui parlent (aussi) d’autre chose que de musique. 

    - De vrais super-héros de la pop culture, qu'ils s'appellent Keith Richards, Michel Rocard ou Alf. Un homme + un destin = une bonne histoire à raconter.

    - Un refus de l’hyper-actualité et du jeu promotionnel, un refus des formats courts sensés concurrencer en vain les médias web. Gonzaï est actuel et factuel, sa ligne éditoriale n’est pas une réponse à l’actualité mais une alternative à un trop-plein d’informations.

    - Pour résumer, 100 pages à la sauce Gonzaï avec 30 % de musique, 30 % de reportages, 30 % de freaks et 20% de potache. Des faits, des freaks, du fun, c'est marqué en gros sur la couverture.

    Dernière mise à jour : il y a 5 années, 9 mois