Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

GONZAÏ MAGAZINE 2016

A l'assaut du Kiosque grâce à une campagne d'abonnement à prix spécial

À propos du projet

Lancé en janvier 2013 en toute indépendance grâce au soutien de ses lecteurs, le magazine Gonzaï entame aujourd'hui la saison 4 avec un nouveau challenge sur fond de roulements de tambour : assurer son lancement bimestriel, en kiosque, dès février 2016.

Parce que nous restons fidèle à nos promesses (et que nous n'avons pas changé d'adresse), ce lancement en kiosque ne sera possible, encore une fois, que grâce à vous. Comme seul le détail compte, nous vous proposons aujourd'hui un prix copain : les 5 numéros à paraitre en kiosque en 2016 + le tome 2 de l'anthologie Gonzaï.com "spécial interview" au tarif de 40 € frais de port compris.

Le futur de nos aventures commence donc ici : récolter 15.000 € d'abonnements pas foutage de gueule avant le 16 décembre 2015. Au programme : tout comme avant, mais avec une nouvelle maquette et un prix satanique en kiosque à 6,66€.

Après 3 campagnes d'abonnements et 13 numéros, le magazine Gonzaï arrive à un carrefour de son histoire. Nous aimons coller les timbres nous-même et porter nos 50kg hebdomadaire de magazines à la poste, mais l'heure est venue pour nous de jouer dans la cour des grands et d'être mieux distribué, plus accessible, en étant totalementconcentré sur le contenu alternatif à proposer aux lecteurs. Avec, évidemment, toujours ces reportages et articles au long cours qui serviront de pierre de rosette dans 20 ans aux universitaires souhaitant comprendre ce qui a bien pu se passer dans la tête d'une quarantaine de personnes ayant refusé de devenir expert-comptables.

Notre promesse éditoriale n'a pas changé : un concentré de faits, des freaks et de fun sur 100 pages et l'envie de célébrer les outsiders de la pop-culture. Résolument anti-promo dans sa ligne édito, Gonzaï raconte néanmoins l'époque et jette à la corbeille toute tentation révisionniste et vintage. Au c'était mieux avant, nous préférons le c'est mieux tout court. Longues investigations musicales, énigmes pop inédites, grandes interviews d'icônes qui n'ont rien à vendre et nouvelles rubriques pas branques constitueront le coeur d'un magazine que nous continuerons à imprimer à la sueur de nos poignets.

En réaction aux récents événements, et parce que la couverture est un symbole, nous avons décidé d'offrir le prochain numéro spécial BORN BAD (livraison entre le 15 et le 20 décembre 2015) à l'ensemble des abonnés de la campagne d'abonnement 2016 (hormis pour les contreparties "Préliminaire" et "Jérôme Cahuzac")

Cette nouvelle campagne de précommande sera encore une fois l’occasion de vous montrer qu'on en a sous la pédale. A la contrepartie classique garantissant les 5 numéros à paraître en 2016 viennent se rajouter quelques bonus qui devraient vous permettre de briller en société en l'an 2030 quand 99,99% de la population sera devenue aveugle et amnésique :

  • Le deuxième tome de l'anthologie Gonzaï.com compilant les meilleures interviews parues sur le site depuis sa création en 2007. Ce deuxième tome collector, à paraître en mars 2016, est compris pour l’ensemble des souscripteurs de la campagne 2016.
  • L'intégrale Gonzaï magazine pour les nouveaux arrivés, avec l'ensemble des numéros parus depuis janvier 2013 (soit 13 magazines, dont plusieurs sold out depuis longtemps) mais aussi ceux à paraitre en 2016 ainsi que les deux anthologies Gonzaï.com. Avis aux collectionneurs, cette offre est limitée aux dix premiers !
  • L'intégralité des vinyles édités par Gonzaï Records depuis 1 an, soit : les rééditions des LP de Marie et les Garçons, Pole et The Married Monk, mais aussi les nouveaux LP de Steeple Remove, San Carol et DrDrone.

Comme toujours depuis le lancement de notre magazine, Gonzaï n’existe que si vous êtes assez nombreux à y croire. Cette campagne d'abonnement est non seulement l’occasion pour nos lecteurs d’être impliqué dans la conception d’un magazine 100 % indépendant, mais aussi une occasion de payer moins cher, parce que la fidélité a un prix. Pour garantir ce passage en kiosque, nous avons aujourd'hui besoin d'au minimum 15.000 € d'abonnements correspondant au coût d'impression des deux premiers numéros. Une fois lancé sur l'autoroute du succès, Gonzaï pourra alors tout dilapider en limousine et soirées open bar à Vésoul-sur-Business. Mais en attendant, c'est à vous de jouer.

À propos du porteur de projet

Comme tous les ans, on prend les mêmes et on recommence : Gonzaï c'est déjà un site internet créé en 2007, ce sont aussi des soirées mensuelles à la Maroquinerie (Paris) et partout en France, mais aussi un label (Gonzaï Records) et une communauté de fans grosse comme une ville de province.

Dans sa version papier depuis 2013, Gonzaï c'est : une meute de 40 personnes fantastiques et souvent belles (pas toujours) parmi lesquelles des journalistes tous terrains, des photographes aguerris aux tranchées, des grandes gueules expertes en rhétorique de fin de nuit, un réalisateur plus fort que Godard en crashpit, une régie put (MINT) plus freak que Mathieu Pigasse mais aussi un politburo à peine plus souple que le Komintern stalinien composé de Mathieu Persan (D.A. du magazine qui porte des lunettes carrées, cocaïnomane à ses heures perdues), Bester (fondateur et rédacteur en chef de Gonzai.com mais aussi responsable des soirées Gonzaï), Thomas Florin (co-fondateur de Gonzai.com mais aussi journaliste pour Rock & Folk), Bastien Landru (responsable nocturne de la rubrique-marathon "24 heures avec", VRP officiel de Gonzaï dans les librairies du tout-Benelux et pigiste voyageur) et Bob le Flambeur (pilier de Gonzaï et co-organisateur des soirées Gonzaï, mais aussi avocat du diable et objecteur de bonne conscience). On n'a pas la place de citer tout le monde, mais sachez qu'ils sont tous mille fois plus intéressants que votre voisin de palier ou que tous les gens précités.