BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Campagne abonnement Gonzaï 2018

Financez un remède efficace contre le journalisme fatigué

À propos du projet

Depuis 2013, Gonzaï s’investit dans la recherche d’une presse alternative et contre-culturelle et propose à ses lecteurs une thérapie de choc à base de faits, de freaks, et de fun. 

Comme tous les ans, nous mobilisons nos lecteurs pour une campagne d’abonnement destinée à garantir une liberté de ton ainsi qu’une ligne éditoriale atypique où se croisent héros et perdants magnifiques de la pop culture et portraits de freaks jamais vus ailleurs. Tout ça, c'est possible si vous vous abonnez dès maintenant au prix minimum de 25 € (frais de port compris).

Pour cette sixième campagne Ulule, nous vous proposons encore une fois un prix avantageux sur l’abonnement 2018 et des cadeaux qui nous feront comme toujours perdre beaucoup d’argent. En retour, vous aidez le magazine à financer sa recherche pour un « médiacament » plus efficace qu’une lobotomie. 

En 2018, faites passer la pilule, avalez Gonzaï.

En vous abonnant dès maintenant, vous garantissez votre propre santé mentale pour toute l’année 2018 et recevez :

  • Un traitement de choc : les 5 prochains numéros à paraître en 2018 (frais de port compris).
  • Une carte (de membre) vitale : une affiche collector Alan Moore ou South Park pour les 50 premiers à s’abonner.
  • Un médicament remboursé par la Sécu : le vinyle Gonzaï Records de leur choix (parmi la liste ci-dessous) offert pour tout abonnement via le forfait "très très grosse pilule".

Pour les nouveaux lecteurs en quête de guérison, Gonzaï propose également un forfait de culturothérapie comprenant l’intégrale des numéros parus en 2015 et 2016, mais aussi les tomes 1 et 2 des anthologies Gonzaï ainsi que le hors-série photos Gonzaï 2007-2017.

Et parce que seul le détail compte, à toi le lecteur en hôpital psychiatrique, nous proposons exceptionnellement cette année l’édition d’un numéro collector imprimé à un seul exemplaire, avec ton visage en couverture, pour t’assurer une streed cred’ aux heures de promenade.

Dans cette époque aseptisée où l’hyper-normal est devenu la "norme", nous refusons de nous plier en quatre. Nous avons donc fait le pari d’un bimestriel 100 % anti-promo mettant en avant les vrais héros qui n'ont rien à vendre, et dont l'intérêt se résume au fait que ce titre de presse est impossible à pitcher en une seule phrase. 

Gonzaï c'est donc : 

  • 370 grammes d’articles avec de longs reportages, des portraits des outsiders de la contre-culture d'hier.

  • 15 grammes de mauvaise foi (respecter les doses prescrites), 3 litres de sueur et 666 grammes de nicotine.

  • 430 grammes de disques comprenant des rééditions de disques cultes mais aussi d'artistes français vivant dans un monde parallèle à celui de Jul et Florent Pagny. 

  • Et des hors-séries thématiques annuels réservés en priorité à nos abonnés. 

A quoi va servir le financement ?

Comme toujours depuis le lancement de notre magazine, Gonzaï n’existe que si vous êtes assez nombreux à y croire. Cette campagne d'abonnement est non seulement l’occasion pour nos lecteurs d’être impliqués dans la conception d’un magazine indépendant, mais aussi une occasion de payer moins cher que dans le grand commerce.

En vous abonnant dès maintenant, vous garantissez :

  • Notre indépendance éditoriale, 
  • La somme pour garantir l'impression de deux numéros,
  • Le paiement rubis sur l'ongle du Directeur Artistique, des pigistes et du Secrétaire de Rédaction, 
  • Le plaisir de contribuer à une aventure de presse bordélique menée par une équipe jeune et dynamique.

À propos du porteur de projet

Gonzaï c'est déjà un site internet créé en 2007. En presque 11 ans, notre média a su se diversifier horizontalement grâce à des soirées mensuelles partout en France, un label (Gonzaï Records) et une communauté de fans qui grossit, comme les fans des Pixies, à vue d'oeil.

Dans sa version papier depuis 2013, Gonzaï c'est aussi : une équipe de choc comprenant 40 mercenaires dédiés à la cause, une régie pub (MINT) encore plus cinglée que nous mais aussi un politburo à peine plus souple que les Insoumis. Depuis plus de dix ans, un seul mot d'ordre : emmerder le monde et tout faire à l'envers.

FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet