BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

"Fruits d'hiver"

Court-métrage de fiction de genre fantastique, tourné en 16mm

À propos du projet

Dans une serre très particulière, à une époque indéfinie, un enfant vit avec des arbres. Il ne connait pas le monde extérieur, mais les plantes de la serre lui donnent tout ce dont il a besoin: de la nourriture, de la compagnie, de la chaleur. Un soir, pendant l’un de ses rituels musical avec son tambour végétal, l’enfant voit une petite silhouette humaine passer devant les vitraux. Le jour d’après, la porte de la serre est ouverte. L’enfant sort et découvre un autre monde pour la première fois, et une autre saison, l’hiver. La nature n’est plus bienveillante avec lui, mais agressive et froide. Il est apeuré. Mais l’enfant ferra bientôt une rencontre inattendue.

En m’inspirant d’atmosphères proches des contes, j’ai décidé de poser mon regard sur un enfant et sur le monde qui lui appartient. Le monde à l’intérieur de la serre est dirigé par des lois fantastiques, proches de l’imaginaire d’un enfant seul et doit inventer un univers pour survivre à l’ennui. Le monde extérieur, qui est le contraire de celui de la serre, se traduit en une découverte fantastique pour le protagoniste: une autre saison, des nouvelles sensations, des êtres inconnus. L’enfant se trouve littéralement à une croisée des chemins. Toutefois, plutôt que son choix, c’est surtout l’hésitation finale de l’enfant qui m’intéresse. Il ne s’agit pas d’une décision simple: continuer à vivre dans un monde où il est le seul roi, ou choisir une communauté dans un monde presque indomptable. Le contraste entre ces deux mondes, le conflit des sentiments du protagoniste, la nature mystique des plantes et leur relation intime avec l’enfant, l’ambiguïté d’une serre qui est à la fois un paradis terrestre et une prison, l’identification de l’enfant avec des arbres et avec des êtres qui lui ressemblent: ceux-ci sont les équilibres qui m’intéressent d’explorer à travers ce court-métrage.

L'équipe technique pour le tournage est essentiellement constituée d'étudiants en cinéma à l'ECAL:
Réalisateur: Nikita Merlini
1ère assistante réalisation: Agnese Làposi
Cheffe opératrice: Fanny Reynaud
1er assistant image: Maxime Beaud
Chef électro: Thibault Villard
Assistant électro: Léon Orlandi
Ingénieurs son: Myriam Guyénard, Alexandre Brulé
Cheffe décoration: Martina Vanini
Assistantes décoration: Léa Mustaki, Lara Kocagöncü
Musique: Gaspard Colin
Régie: Adèle Beaulieu, Nora Longatti
 

A quoi va servir le financement ?

Le court-métrage sera produit dans le cadre d'un atelier de deuxième année à l'ECAL qui a pour but la réalisation d'un projet de fiction. Le filé sera terminé en février. Au niveau de budget, plus ou moins 2/3 du budget seront supportés par moi même et par l'ECAL. Le tiers restant m'aiderait énormément pour l'achat, le développement, la numérisation et l'envoie des bobines 16mm.

Il y a plusieurs raisons liées au choix de tourner en pellicule. Pendant la création et l'écriture de ce projet, le 16mm nous a tout de suite semblé le meilleur choix esthétique pour conter cette histoire. Les hésitations du protagoniste et les nuances délicates des lieux pourraient être bien exprimées à travers la matière granuleuse et douce de la pellicule 16mm. En effet, il s’agit d’une histoire qui nécessite des images qui puissent valoriser la mélancolie et l’ambiguïté d’un monde indéfini où les frontières se brisent.

Nous sommes conscients de la difficulté de tourner en pellicule, mais ça nous pousse d’autant plus à préparer le tournage au mieux. Les tests caméras, le storyboard, les répétitions avec les acteurs et l'organisation systématique des ressources nous permettront d'arriver au tournage avec la concentration et l'énergie nécessaires au bon déroulement du projet.

À propos du porteur de projet

Je suis un étudiant en cinéma à l'ECAL et je viens de commencer ma deuxième année. Ce semestre est dédié à la réalisation d'un court-métrage de fiction dans le cadre d'un atelier coordonné par le réalisateur Yann Gonzalez.